Vie pratique 

Les charmes méconnus du quartier de la gare de l’Est à Paris

actualisé le 07/12/2017 à 14h16

Passage obligé pour les Strasbourgeois à Paris, le quartier de la Gare de l’Est n’est pas le quartier parisien qui fait le plus rêver. Pourtant, ce quartier populaire et vivant gagne à être connu. Rue89 Strasbourg vous emmène à la découverte de ses coins préférés, à moins de quinze minutes de marche du TGV.

Loin du Paris de carte postale, le quartier populaire de la Gare de l’Est à Paris a de quoi dépayser le Strasbourgeois. Passée l’adaptation au niveau sonore et au nombre d’êtres humains au mètre carré – comparable au marché de Noël douze mois par an sur certains trottoirs – ce quartier animé de jour comme de nuit recèle quelques bons coins.

L’ancien couvent des Récollets, le havre de paix le plus proche de la Gare de l’Est (Photo IM / Rue89 Strasbourg)

Hors du monde face à la gare

Pour un départ ou une arrivée en douceur, rien ne vaut une pause au Café A. C’est sans nul doute le havre de paix le plus proche de la Gare de l’Est, le plus inattendu du quartier aussi. Sans enseigne lumineuse visible de la rue, il se tient à l’abri des regards. Pour le trouver, il vous suffit de traverser la rue, sur votre gauche en sortant de la gare, et de descendre la rue Faubourg Saint-Martin sur une cinquantaine de mètres.

Vous longerez alors une enceinte en fer forgé, celle de l’ancien couvent des Récollets. Vous y êtes ! Passez la grille, longez l’espace vert sous les voûtes : le café se niche au rez-de-chaussée de la Maison de l’architecture. Cerise sur le gâteau, un de ces trésors dont Paris regorge vous attend à l’arrière du bâtiment : une cour, insoupçonnable de la rue, avec tables de jardins et guirlandes de fête de village. L’endroit idéal pour prendre l’air – un café ou une bière – avant de se lancer dans le brouhaha de la capitale.

A l’abris des regards, la paisible cour intérieure du Café A (Photo IM / Rue89 Strasbourg)

L’immanquable sandwich kurde

Un petit creux ? Si vous avez envie de manger sur le pouce, tout en emmenant vos papilles en voyage, foncez chez Urfa Dürüm. C’est au numéro 52 de la très animée rue du Faubourg Saint-Denis, à moins de 10 minutes de la gare à pieds. Sur votre chemin, l’église Saint-Laurent et son petit square, valent le coup d’oeil.

Excellent sandwich kurde pour moins de 10 euros chez Urfa Dürüm (Photo IM / Rue89 Strasbourg)

C’est ouvert tous les jours, sauf le dimanche, de midi à minuit et la file d’attente déborde largement sur le faubourg à l’heure du déjeuner. Devant vous et sous les yeux des passants, la pâte à pain roule sur le plan de travail en bois enfariné adossé à la vitrine de la sandwicherie kurde. Elle est ensuite étalée et garnie selon votre choix puis lancée dans le four à bois.

À l’agneau, à la viande hachée, au poulet fermier ou végétarien, le sandwich traditionnel kurde vous coûtera entre 7 et 8,50 euros. Compter 2 euros pour une boisson sans alcool, 3 euros la bière ou le vin. Il est possible de manger sur place et même en « terrasse », disons plutôt en « trottoir ». Une option réjouissante si votre appétit n’est pas du genre à se laisser perturber par la densité de la circulation et le niveau élevé des décibels sur le faubourg.

Les petites écuries, une charmante cour animée le soir, paisible le matin

Accès à la cour des petites écuries côté faubourg Saint-Denis (Photo IM / Rue89 Strasbourg)

Autre option : changer de trottoir et quitter le faubourg. À cent mètres de là à peine, la Cour des petites écuries cache son entrée entre les numéros 61 et 63 de la rue du Faubourg-Saint-Denis. En marchant d’un pas rapide, on peut passer à côté sans la voir.

Mais cette charmante voie pavée bordée d’arbres, où les voitures ne s’aventurent que rarement, vaut le détour. Sa fréquentation en soirée vous confirme qu’elle a été largement démasquée par qui aime boire et/ou manger dans un endroit aussi vivant que sympa. Revenez-y le matin pour apprécier le calme et le charme de l’endroit avant une journée parisienne forcément trépidante…

Soigner son « Heimweh »

Parmi les restaurants et bars de la Cour des petites écuries, l’épicerie corse Terra corsa est à découvrir. Sandwich à emporter, planche plus conséquente et vin corse pour l’apéritif, les produits, de qualité, restent abordables. Mieux vaut arriver assez tôt pour s’offrir une place à l’extérieur.

Le Lucky Luciano, restaurant italien à prix abordable | ©IM

C’est également le cas du Lucky Luciano, restaurant italien juste à côté du corse. Pizzas, salades et carpacccio sont au menu, à des prix très corrects, entre 10 et 16 euros, de la Margherita à la Pizzicante.

Si vous êtes plutôt bière et repas sur le pouce, les bars de la Cour vous régaleront.

Vous sentez le Heimweh monter ? Le blues de la maison persiste ? Rendez-vous au numéro 7 de la Cour, chez Flo, une brasserie alsacienne, lieu idoine pour une délicieuse « culino-thérapie », à 26,50€ la choucroute.

Au bord du Canal Saint-Martin en attendant de revoir l’Ill

L’atmosphère des bords de l’Ill vous manque ? Partez en balade le long du canal Saint-Martin et offrez vous une pause café au fameux Hôtel du Nord, qui doit sa popularité à Arletty, dans le film éponyme. Situé au numéro 102 du quai de Jemmapes, au bord du canal, ce lieu mythique n’est qu’à 15 minutes à pieds de la Cour des petites écuries et à seulement 500 mètres de la gare de l’Est.

Ce détour appréciable devrait vous permettre de tenir quelques heures avant de revoir l’Ill.

Et vous, vous avez des bons plans dans le quartier de la Gare de l’Est ? Partagez les en commentaires.

Aller plus loin

Sur France 3 Alsace : les secrets de la gare de l’Est à Paris

L'AUTEUR
Isabelle Maradan
Isabelle Maradan

Journaliste Education & Enseignement supérieur | Auteure
« Ils ont fait Erasmus » (Ed. de La Martinière – 2017)

En BREF

Manifestation contre l’esclavage en Libye devant le Parlement Européen mardi

par Cécile Mootz. 379 visites. 1 commentaire.

À la Semencerie, un marché de Noël artisanal, une kermesse et des concerts

par Cécile Mootz. 965 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Manifestation samedi contre l’ouverture du bar associatif du « bastion social » à Strasbourg

par Cécile Mootz. 3 351 visites. 4 commentaires.