Société 

Christian Harbulot : « la campagne électorale est sous influence »

Directeur de l’école de guerre économique, Christian Harbulot analyse comment la rumeur et la propagande minent la qualité de l’information en France. Les procédés sont anciens, mais le progrès de la diffusion numérique de l’information a accentué les effets délétères. Et pour lui, la campagne électorale est victime d’un sabotage. Il sera à Strasbourg jeudi soir pour évoquer ces questions.

Directeur de l’école de guerre économique, un établissement privé de formation à Paris, Christian Harbulot vient de publier Fabricants d’intox, la guerre mondialisée des propagandes, aux éditions Lemieux. Dans cet ouvrage, Christian Harbulot revient sur les conflits qui se sont déroulés au cours du XXe siècle sur le terrain de l’information, notamment les conflits liés à la décolonisation jusqu’à la bataille d’influence sur Internet que mène l’État islamique. Ancien maoïste, Christian Harbulot est un expert de la désinformation et de ses effets. Il sera l’un des intervenants d’un débat sur les « fake news », organisé jeudi soir au Shadok, par Rue89 Strasbourg.

Rue89 Strasbourg : avec les « fake news » (fausses infos), assiste-t-on à une recrudescence de la propagande ?

Christian Harbulot : « Il faut distinguer ce qui relève d’objectifs de propagande plus ou moins assumés, avec de réels objectifs, de ce qui relève d’une mauvaise qualité de l’information. Une information erronée publiée ne cache pas forcément une opération de manipulation. Il y a eu plusieurs périodes dans la bataille de l’information à destination du grand public. Citons par exemple l’opération des communistes à la fin des années 40, via le « Mouvement pour la paix », qui a abouti à la production d’une pétition de 100 millions de signatures. Même avec les moyens viraux d’aujourd’hui, on n’arrive pas à de tels chiffres.

« À chaque fois, un petit groupe d’individus… »

Puis il y a eu les guerres coloniales et là, on a bien vu que la guerre de l’information avait été perdue par les Américains. L’ascension de Solidarność auprès du camp occidental est aussi à mettre au crédit d’une entreprise de propagande savamment menée. Des opérations similaires ont été menées lors des révolutions arabes ou pendant les Jeux Olympiques de Pékin par exemple, tout le monde était persuadé que des émeutes secouaient le Tibet alors qu’elles étaient au Népal.

À chaque fois, c’est toujours la même chose, il y a un petit groupe d’individus extrêmement connectés qui partagent des objectifs de propagande. Ce qui change avec Internet, c’est que chaque personne peut devenir un émetteur d’info, et donc participer à ces logiques. Aujourd’hui, on a un vrai souci de qualité de l’information en France. Il devient difficile de déterminer si une opinion, une tendance, est vraiment spontanée ou si elle est le résultat d’une campagne. »

Christian Harbulot a co-fondé l'école de guerre économique avec le général Jean Pichot-Duclos (doc remis)

Christian Harbulot a co-fondé l’école de guerre économique avec le général Jean Pichot-Duclos (doc remis)

« Nous faisons partie de la cible »

Rue89 Strasbourg : est-on passé sous l’influence de la Russie ?

Christian Harbulot : « Il y a clairement une volonté de la part du Kremlin de diffuser son message auprès d’un public de plus en plus important, particulièrement en occident. D’où la montée en puissance des réseaux que sont Russia Today (RT) ou Sputnik News, où des mécanismes de propagande sont habilement mêlés à de véritables informations. Vladimir Poutine ne fait finalement que doter la Russie d’outils similaires à ce que sont CNN ou la BBC, même s’il existe des différences quant à l’indépendance des rédactions. La principale nouveauté est que nous faisons partie de la cible !

Sur Internet, la Russie a développé des stratégies pour occuper le terrain à propos de la Crimée ou du conflit en Ukraine, des armées de trolls qui perturbent les échanges et hystérisent les débats. »

Rue89 Strasbourg : quels sont les effets visibles et mesurables ?

Christian Harbulot : « Sur le site de l’école de guerre économique, nous avons publié plusieurs études sur les conflits en cours. Sur le conflit syrien, on a vu par exemple qu’un observatoire syrien des droits de l’Homme était régulièrement cité par les médias comme une source neutre, alors qu’il se trouve à Londres. En Allemagne, on assiste à une recrudescence de fait-divers, liés à l’immigration. Alors que les élections approchent, Angela Merkel est fragilisée par ces événements qui trouvent un certain écho dans la presse. On peut s’interroger sur la manière dont ces faits-divers sont portés à la connaissance des médias, et sur les objectifs que peuvent avoir ces publications récurrentes…  Il faudra attendre les analyses après le scrutin pour en mesurer l’impact.

« Les révélations contre Fillon, clairement une orchestration »

Mais en France déjà, on peut voir les effets d’une campagne très bien menée contre François Fillon (le candidat de la droite est accusée de favoritisme, ndlr). Les médias ont été destinataires d’informations ciblées, et continuent à l’être, avec une diligence étonnante de la justice. Pour moi, c’est clair qu’il y a une orchestration minutée. Jusqu’à présent, les auteurs ont été prudents mais je pense qu’ils vont commettre une erreur, ce qui aura un effet contraire à celui recherché. C’est très dangereux parce que ces opérations, finalement, servent les intérêts de Marine Le Pen. La fachosphère n’est d’ailleurs pas en reste pour créer et diffuser des fausses informations, qui replacent les sujets sur des thèmes chers à l’extrême-droite. »

Rue89 Strasbourg : dans ce champ de bataille, comment continuer à s’informer ?

Christian Harbulot : « C’est un vrai souci. Car ceux qui combattent les « fake news » et la propagande le font très mal, souvent en dénigrant les auteurs. Mais au milieu des partages, d’une répétition infinie des messages, il faut arriver à développer une posture critique, sur à peu près tout ce qui est publié. »

L'AUTEUR
Pierre France
Pierre France
Fondateur et directeur de la publication de Rue89 Strasbourg.
En BREF

Les orthophonistes se mobilisent samedi à Strasbourg

par Louis Pillot. 890 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

La SNCF cherche ses futurs agents, qui ne seront pas communiquants

par Louis Pillot. 1 042 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Quatrième manifestation pour l’Europe à Strasbourg dimanche

par Louis Pillot. 368 visites. 2 commentaires.