Economie 

Comment le Crédit Mutuel a tué le « fonds souverain » de la Région Grand Est

actualisé le 21/09/2017 à 15h27

Le Crédit Mutuel – CIC a sorti les dirigeants de Capital Grand Est au début de l’été, racheté leurs parts et pris de facto le contrôle de cette société de gestion. Problème : c’était le bras armé de la Région Grand Est pour accompagner les entreprises régionales dans leur développement. Dans le monde économique, on crie à la trahison.

En 2011, Philippe Richert n’était pas peu fier que l’Alsace, dont il était alors le président du conseil régional, soit la première région à lancer un « fonds souverain » : Alsace Croissance, doté de 50 millions d’euros. Face aux pudeurs des banques à investir dans des projets entrepreneuriaux, l’idée d’un fonds souverain régional était de détecter les belles aventures économiques locales et de les soutenir financièrement, en entrant au capital des PME et en accompagnant les dirigeants. Il s’agissait en quelque sorte d’assortir une capacité économique à une volonté politique.

Le fonds Alsace Croissance a été abondé par la filiale investissements en fonds propres du Crédit Mutuel-CIC. Le groupe bancaire a mis 25 millions d’euros, 18 autres millions sont venus de la Banque publique d’investissement (BPI) et 7 de la Région Alsace. Mais une collectivité publique ne peut pas être actionnaire d’une société de gestion. Le capital de la société gestionnaire d’Alsace Croissance, nommée Alsace Capital, se divise entre le CIC (34%), la BPI (26%) et les deux dirigeants, Jean-Lin Bergé et Valérie Geiger (20% chacun).

Lorsqu’en 2016, la Région Alsace a rejoint la Région Grand Est, la société est renommée Capital Grand Est et sa mission est inchangée, soutenir l’économie régionale par l’investissement. Entre temps, la société de gestion a intégré d’autres fonds : Alsace Création, Alsace Amorçage et Cap Innov’Est en 2014. Ce dernier fonds, à destination des start-ups, est important : 36 M€ apportés par le fonds national d’amorçage, la BNP, la Caisse d’Epargne et quelques collectivités locales dont évidemment la Région.

Les fonds gérés par la société Capital Grand Est (doc Rue89 Strasbourg)

Le Crédit Mutuel n’aime pas partager

Mais le Crédit Mutuel – CIC n’apprécie pas du tout cette dernière opération. Elle permet à Capital Grand Est d’atteindre le palier de 100 millions d’euros d’investissements mais les dirigeants de la banque fédéraliste ont l’impression d’avoir été « dilués », relégués au rang de partenaires dans une société qu’ils pensaient contrôler entièrement. Ils prennent leurs distances avec Jean-Lin Bergé et Valérie Geiger.

Ces derniers ne se laissent pas intimider, rassurés qu’ils sont par le soutien de la Région et par la qualité de leur politique d’engagement, saluée par bon nombre d’acteurs économiques, entrepreneurs et institutions. Une cinquantaine d’entreprises seront ainsi accompagnées lors d’étapes délicates (reprise, expansion, cession…). Pour les dirigeants, faire appel à Capital Grand Est leur permet d’accéder à des fonds moins gourmands et moins pressés que les habituels fonds d’investissements, souvent parisiens, et à une expertise dans le suivi de leurs affaires.

Juin 2017 : le clash

Tout se passait ainsi jusqu’en juin 2017. Allié à la BPI, le CM-CIC annonce alors aux deux dirigeants qu’ils ne seront pas renouvelés à l’issue de leur mandat de cinq ans. Conformément au pacte d’actionnaires, le groupe bancaire préempte et rachète les parts des deux dirigeants, ce qui le positionne à 74% des voix au sein du conseil d’administration. L’équilibre est rompu et Capital Grand Est passe d’une société d’émanation régionale à une filiale du Crédit Mutuel – CIC !

Le changement peut paraître anecdotique, mais c’est un coup de tonnerre pour les 50 dirigeants qui ont bénéficié d’un fonds de Capital Grand Est. La vaste majorité s’étaient justement tournés vers la société de gestion régionale pour éviter… une banque dans leur capital. Matthieu Haller, dirigeant de Diatem à Schiltigheim, se dit déçu :

« Avec Capital Grand Est, je disposais d’un partenaire régional, de proximité, semi-public et mes interlocuteurs étaient bienveillants. Qu’en sera-t-il avec le CIC, je n’en sais rien, j’attends de rencontrer les nouveaux gestionnaires mais je suis méfiant. Je voulais justement éviter de faire appel aux banques dans nos projets de développement… »

Jean-Christophe Schaffo, dirigeant de TennisPro à Entzheim, craint que la dimension humaine de l’accompagnement ne disparaisse :

« Jean-Lin Bergé et Valérie Geiger nous ont accompagnés dans un dossier très délicat, très compliqué, très tendu en terme de timing. Deux ans et demi plus tard, nous sommes passés de 22 salariés à plus de 100, avons maintenu et créé de l’emploi et de la valeur en Alsace. Les dirigeants d’entreprises ont besoin de fonds gérés comme Capital Grand Est, car la finance est un monde de chiffres, d’analyses, de ratios, de retours sur investissements… Sans dimension humaine dans les discussions, certaines notions se perdent… »

Les entreprises s’estiment trahies

Plusieurs chefs d’entreprises interrogés avouent que leurs projets avaient trouvé portes closes auprès des banques alors qu’ils ont été suivis par Capital Grand Est. C’est le cas de Jean-Charles Robin, qui a racheté Sapronit à ses anciens actionnaires à Wishes :

« L’ironie de l’histoire, c’est que le CIC ne voulait pas de mon projet ! J’attends de pied ferme les nouveaux dirigeants de Capital Grand Est, mon objectif est de les faire sortir dès que possible ! Il y a tromperie sur la marchandise, on regarde avec les avocats ce qu’il est possible de faire… »

Le CIC n'a guère apprécié l'indépendance de Capital Grand Est (Photo PF / Rue89 Strasbourg / cc)

Le CIC n’a guère apprécié l’indépendance de Capital Grand Est (Photo PF / Rue89 Strasbourg / cc)

La Région « vigilante au respect du projet politique »

Du côté de la Région Grand Est, on temporise. Directrice de la compétitivité des entreprises, Martine Mack rappelle que les 4 fonds existent toujours et que rien ne va changer, au moins à court terme, pour les participations :

« Notre souhait avec Capital Grand Est était de disposer d’une société agréée à la gestion de fonds, ancrée localement et capable d’intervenir dans les projets régionaux. Là dessus, le changement d’actionnaires n’a rien modifié. Alors évidemment, on sera attentifs à ce que le projet politique qui était le porté au lancement de Capital Grand Est soit toujours respecté par les nouveaux dirigeants, on surveillera aussi la qualité de service. »

Problème : la vaste majorité des fonds sont investis. Pour que Capital Grand Est se développe, la société doit trouver de nouveaux souscripteurs. Mais quelle banque abondera un fonds géré par son concurrent ? Contactées, la BNP et la Caisse d’Épargne, toutes les deux impliquées dans Cap Innov’Est, attendent de rencontrer la nouvelle équipe de Capital Grand Est pour se prononcer.

De l’avis de personnes proches du dossier, c’est la fin de Capital Grand Est. Après les sorties des participations, la société ne sera pas relancée. C’est probablement le but du Crédit Mutuel – CIC, dont les représentants ont été écartés à plusieurs reprises par ceux de Capital Grand Est lors d’opérations où la banque aurait aimé être présente. Pour la banque, Capital Grand Est était devenu une sorte de concurrent du CM-CIC, financé par le CM-CIC… La banque à qui parler a refusé de répondre à nos questions.

L'AUTEUR
Pierre France
Pierre France

Fondateur et directeur de la publication de Rue89 Strasbourg.

En BREF

Manifestation contre l’esclavage en Libye devant le Parlement Européen mardi

par Cécile Mootz. 350 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

À la Semencerie, un marché de Noël artisanal, une kermesse et des concerts

par Cécile Mootz. 924 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Manifestation samedi contre l’ouverture du bar associatif du « bastion social » à Strasbourg

par Cécile Mootz. 3 302 visites. 4 commentaires.