Politique 

Un conseil municipal fleuve avec tram et stabilisation des impôts

actualisé le 21/11/2016 à 13h19

Flux vidéo fourni par la ville de Strasbourg

Les débats risquent de durer au conseil municipal de Strasbourg de ce lundi 21 novembre. Plusieurs gros dossiers vont être abordés, à commencer par un débat sur le futur budget et un vote sur les extensions de tramways, sans oublier aussi les parkings des Halles, les illuminations de Noël ou une nouvelle sortie d’autoroute au Wacken. Pour finir, l’opposition a des questions sur beaucoup d’autres sujets. À suivre en direct à partir de 15h.

Les débats du conseil municipal de Strasbourg s’ouvriront lundi 21 novembre avec le débat d’orientations budgétaires (DOB) pour 2017. Cette année, fini les trois « scénarios » en débat, mais un objectif fixé par le maire, celui d’une « stabilisation fiscale » dixit l’adjoint aux Finances, Olivier Bitz (PS), qui reste prudent quant à une annonce formelle à ce stade. Ces deux dernières années, les trois impôts locaux avaient augmentés de 3% et 2,5%, après 6 ans sans y avoir touché. On ne parle ici que des « taux » et non des « bases » décidées par l’État, souvent réévaluées plus fortement que l’inflation.

Les éléments présentés expliquent surtout le contexte. Cette année, 53 des 4 275 postes consacrés à la Ville de Strasbourg n’ont pas été remplacés. Après deux années de baisse d’environ 7 millions d’euros, l’État ne baissera « que » de 4 millions sa dotation en 2017. Un ralentissement qui semble donner un peu d’air aux finances par rapport à ce qui était prévu. Pour l’avenir, ce sera au futur gouvernement de décider. Enfin, la Ville peut afficher une dette en légère baisse (238 millions), après être passée de 122 à 245 millions d’euros en 4 ans. Le vote du budget est prévu pour décembre.

Tram vers la Robertsau et Koenigshoffen

Après les chiffres, une grande partie concernera les transports, avec les extensions de trois arrêts du réseau de tramway vers la Robertsau et Koenigshoffen. Celle vers le nord est plus avancée puisqu’une enquête publique a reçu un avis favorable à l’automne. Les acquisitions doivent se poursuivre, à l’amiable ou via des expropriations si nécessaire pour un début des travaux à l’été 2017 et une mise en service en 2019.

À l’ouest, l’extension de trois arrêts doit passer par une enquête publique. Une concertation houleuse avait dû être menée pour la forme au printemps 2016 après le changement de tracé décidé fin 2015. « L’avant projet » de « débranchement » de la ligne F donne quelques indications nouvelles, suite à d’autres concertations sur l’aménagement des abords du tracé :

  • Lorsque le bus à haut niveau de service (BHNS – ligne G) sera prolongé de la gare vers la place de l’Étoile, il partagera les voies du tram boulevard de Nancy. Un arrêt commun Porte Blanche permettra une correspondance.
  • La fréquence est annoncée à un tram toutes les 10 minutes et même à 7 minutes lors d’une extension future au Hohberg, mais qui se situerait bien après le mandat en cours.
  • La rue de la petite course sera piétonnisée pour accueillir le marché du Faubourg national.
  • Des aménagements cyclistes sécurisés sont prévus sur les boulevards, là où aucune voie n’est dessinée aujourd’hui.
  • Un parking relais est prévu à l’entrée de Koenigshoffen, près de l’autoroute.

Tous ces aménagements ont un coût et là où l’extension de ce tracé était chiffrée à 29 millions d’euros lors de la comparaison des tracés, elle passe à un montant final de… 42 millions d’euros. La proposition plus ambitieuse du collectif  « Pour un tram à Koenigshoffen » qui souhaitait une extension du tram C place de la gare était estimée à 47 millions par la collectivité, un montant d’ailleurs contesté par le collectif. La Ville rétorque que ces estimations ne prenaient en compte que les travaux du tracé, et pas les aménagements autour.

Au kilomètre, l’extension vers Koenigshoffen (24,70 millions d’euros/km) revient presque deux fois plus cher qu’à la Robertsau (13,85 million d’euros/km).

Le tramway se fait attendre à Koenigshoffen (Photo Nathan Hadley / FlickR / cc)

Le tramway se fait attendre à Koenigshoffen (Photo Nathan Hadley / FlickR / cc)

Six interpellations pour finir

D’autres points devraient amener des débats : la mise en vente de deux parking vétustes dans les sous-sols du centre commercial des Halles (1 160 places), l’avenir des cantines de Strasbourg, le choix de construire une rue pour sortir de l’autoroute A350 au Wacken au niveau de la rue Fritz Kieffer, malgré un avis négatif du commissaire enquêteur, les illuminations de Noël

Pour terminer, l’opposition dégaine six interpellations. Elles concerneront : l’avenir du premier étage du bâtiment de l’ancienne douane où l’idée d’un restaurant est abandonné, les jumelages avec d’autres villes, les perspectives du lieu d’Europe, la place de l’animal en ville, les commerces en centre-ville, les actions de lobbying pour récupérer à Strasbourg l’agence européenne du médicament, qui devrait déménager de Londres suite au Brexit…

Les spécialistes prévoient la fin des débats au plus tôt vers 21h30.

Les commentaires sur Twitter


Aller plus loin

Sur Strasbourg.eu : l’ordre du jour du conseil municipal du lundi 21 novembre (PDF)

L'AUTEUR
Jean-François Gérard
Jean-François Gérard
A rejoint la rédaction de Rue89 Strasbourg à l'été 2014. En charge notamment de la politique locale.
En BREF

La gare de Strasbourg se réveille sous les eaux

par Louise Gerber et Quentin Tenaud. 3 254 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Contre un coup de main, la brasserie La Mercière offre un dernier coup à boire avant déménagement samedi

par Jean-François Gérard. 2 282 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Le gouvernement n’exclut pas un retour de l’écotaxe en Alsace

par Jean-François Gérard. 2 820 visites. Aucun commentaire pour l'instant.