Locales  Politique  Robertsau 

La Robertsau ne voit pas d’un bon œil la liaison interports

actualisé le 01/01/2013 à 13h54

La liaison interports (Photo CUS )

Il y a deux points qui sont peut-être passés inaperçus lors du dernier conseil municipal de Strasbourg du 17 décembre 2012… Dans la délibération sur le contrat triennal, Strasbourg capitale européenne 2012-2014 et qui concernent directement la Robertsau.

BlogLa liaison interports qui doit relier les ports nord et sud passera-t-elle par la Robertsau ?

Les promoteurs du projets (le Port autonome, la Ville de Strasbourg et la CUS) ont toujours dit que cette liaison était technique et n’avait comme seul objectif de relier les activités du port nord au port sud, et que cela n’aurait pas d’impact sur la Robertsau.

Cette délibération du conseil municipal du 17 décembre (à lire ci-dessous) semble contredire ces engagements, puisqu’il est écrit noir sur blanc (page 12 du document / Article 1.3.1 : La liaison interports) :

« La liaison interports entre le port nord et le port sud de Strasbourg, sous maîtrise d’ouvrage de la Communauté Urbaine de Strasbourg, a pour objectifs de faciliter l’accessibilité de Strasbourg et notamment du quartier des institutions européennes depuis l’Allemagne, via la ville de Kehl, et de favoriser le développement du transport intermodal par un détournement du trafic poids lourds.

On parle bien ici de « faciliter » l’accès aux institutions européennes depuis l’Allemagne et de favoriser un « détournement » du trafic poids lourds.

Pourtant l’ADIR (Association de Défense des Intérêts de la Robertsau) qui avait contesté au tribunal administratif ce projet en 2008, a été débouté (voir document ci-dessous). Le tribunal arguant, à l’époque, que ce projet ne concernait en rien la Robertsau. L’association s’était également élevée contre la construction du boulevard Pierre-Pflimlin car elle y voyait les prémisses d’un contournement Est de Kehl vers l’autoroute A35… Quelques années après, le contrat triennal semble bien donner raison à l’ADIR.

Le pont Pierre Brousse et le quai Jacoutot - Photo EJ

Le PPRT entre aussi dans la danse, puisque dans la première version des risques technologiques liés à la présence du port aux pétroles, le pont Pierre-Brousse devenait une impasse. La version remaniée et présentée récemment au public lors d’une réunion très agitée permet assez opportunément la création de cette liaison.


Afficher Liaison interports sur une carte plus grande

Requête ADIR Tribunal Administratif 31 juillet 2009

Tram-Train : la résurrection

D’autre part, au point 1.2 concernant l’accessibilité par les transports collectifs urbains, le contrat triennal prévoit une extension d’un kilomètre de la ligne E ainsi que sa connexion directe avec la gare SNCF via une relance des études du tram-train (page 11 – article 1.2.1) :

« Afin de favoriser le transfert du mode routier vers le mode ferroviaire, l’Etat et les collectivités alsaciennes ont engagé, lors des précédents contrat triennaux, la réalisation d’un tram-train qui reliera, sans correspondance en gare centrale de Strasbourg, les quartiers des institutions européennes (Parlement européen et Conseil de l’Europe) et l’Université de Strasbourg à l’aéroport, en utilisant notamment le réseau de tramway urbain. Un montant de 16 M€ est inscrit au contrat triennal « Strasbourg, Capitale européenne » 2012-2014, pour permettre, d’une part, le prolongement de la ligne de tram E desservant les institutions européennes : Parlement, Conseil de L’Europe, Cour européenne des droits de l’homme, Pharmacopée…

Le prolongement d’un kilomètre environ permettra, par une meilleure desserte du cœur du quartier européen, de développer un niveau de service très performant pour les institutions européennes. D’autre part, le terminus « gare centrale de Strasbourg» de la 1ère phase du tram-train de Strasbourg sera aménagé afin de réaliser la mise en service de liaisons directes Gare, Institutions Européennes. »

Nul doute que la connexion avec la gare est une bonne chose, mais quand, sachant que le tram-train est loin d’être sur des rails ? Là non plus, le contrat triennal n’est pas précis, voire dit le contraire de ce qu’affirment les élus. Mais il faut bien justifier les 47 millions d’euros débloqués par l’Etat pour aider Strasbourg à faire face à ses besoins de capitale européenne…

Ces changements majeurs ne sont pas précédés d’information, ni même de débat avec les habitants. Ils sont pourtant structurants. Quand on les additionne avec les nombreux projets en cours (Ecole Européenne, Lieu d’Europe, consulats, île aux sports, quartier d’affaires), l’entrée de la Robertsau, du Wacken au port aux pétroles est en pleine ébullition…
Contrat triennal

 
L'AUTEUR
Emmanuel Jacob
Emmanuel Jacob
Animateur du Blog de la Robertsau depuis avril 2006. Observateur libre de la vie de son quartier.