Vie pratique 

Deux réseaux pour échanger des connaissances plutôt que de l’argent à Strasbourg

Les réseaux sont nombreux mais ceux qui proposent des échanges de savoir, beaucoup moins. Apprendre et faire apprendre, c’est l’opportunité d’étendre et de transmettre ses compétences mais aussi de défendre des valeurs comme le partage et la diversité. Petit aperçu des réseaux d’échanges de savoir à Strasbourg.

Converser en italien contre une visite de Strasbourg, apprendre à cuisiner des pâtisseries marocaines contre une initiation à la couture, s’initier à l’harmonica contre une leçon de roller… Les réseaux d’échanges de savoirs permettent de mettre en contact des individus qui souhaitent transmettre et recevoir des connaissances ou des compétences particulières. Dans ce modèle alternatif d’échange, l’argent disparaît, ce qui oblige les individus à se rencontrer et à partager.

Tableau des offres et des demandes de l’association « Troc Savoirs ». (Photo « Troc Savoirs » de Strasbourg / Facebook)

L’association Troc Savoirs de Strasbourg

Troc Savoirs est le réseau d’échanges réciproques (RER) de Strasbourg. L’association propose aux adhérents de transmettre une compétence et en retour d’apprendre à faire quelque chose de nouveau. Une seule condition est requise pour adhérer à l’association : être à la fois demandeur et offreur. Vous n’avez pas de talents particuliers ? Pas d’inquiétude, le collectif vous aide à mettre un nom sur vos aptitudes. Leur slogan : « tous savants et ignorants ». Pour Mirelle Desplas, directrice de l’association, il n’y a pas de petits ou grands savoirs, tout le monde est mis sur un même pied d’égalité.

Leur site web met en relation, via un médiateur, les membres de l’association en fonction de leurs offres et de leurs demandes. Ces échanges ne sont ni monnayés, ni calculés en nombre d’heures (tous les savoirs ne demandent pas le même temps d’apprentissage). Ainsi un savoir transmis donne accès à l’apprentissage d’un savoir. Les offres et les demandes sont nombreuses, voici quelques exemples : rédaction de CV, aide en mathématiques, initiation au théâtre, atelier d’arabe écrit, apprentissage aux jeux d’échec… En plus de ces échanges individuels, des ateliers collectifs sont également proposés.

Concernant le futur de l’association, Mireille Desplas souhaiterait plus de jeunes et d’actifs, qui faute de temps, participent moins aux échanges.

• Pour s’inscrire, envoyer un e-mail sur le site web de l’association pour prendre contact avec l’équipe, carte d’adhérent 10 euros/an, échanges gratuits.

L’accorderie de Strasbourg

Portée par l’association Zamma’ Dac, l’accorderie de Strasbourg est née en 2015. Les Accorderies sont des réseaux d’échanges de services mais aussi et surtout de savoirs, présents dans toute la France. Lutter contre la pauvreté et l’exclusion sont les principales missions du collectif. En faisant du temps la monnaie d’échange et non l’euro, le réseau permet aux personnes en difficulté d’accéder à des services auxquels ils n’auraient pas eu accès en temps normal.

Arts manuels, musique, informatique, cuisine, balade, bricolage, sports… En échanges individuels ou collectifs, la palette des savoirs recherchés et des talents proposés est fournie. Ici, une heure passée à partager ses compétences équivaut à une heure où pour apprendre de nouvelles compétences. Afin d’inciter les adhérents à participer à la vie de la communauté, les heures de services rendues à l’association sont également comptabilisées.

• Pour s’inscrire, contacter le collectif par téléphone au 09 80 79 32 13 et prendre rendez-vous avec l’équipe, inscription gratuite + 15h d’échanges offertes, site web.

L'AUTEUR
Justine Monfefoul
Justine Monfefoul
Stagiaire à Rue89 Strasbourg et étudiante en prépa lettres à Paris.
En BREF

La gare de Strasbourg se réveille sous les eaux

par Louise Gerber et Quentin Tenaud. 3 254 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Contre un coup de main, la brasserie La Mercière offre un dernier coup à boire avant déménagement samedi

par Jean-François Gérard. 2 282 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Le gouvernement n’exclut pas un retour de l’écotaxe en Alsace

par Jean-François Gérard. 2 820 visites. Aucun commentaire pour l'instant.