Strasbourg

Prévisions 28 novembre 2014
jour
Parfois ensoleillé
Parfois ensoleillé
9°C
 
  • 7:00
  • 27 février 2012
  • par Noémie Rousseau

Les locataires de Joseph Benamran sont au bord de la crise de nerf

26746 visites | 74 commentaires

La façade rue de la Broque… (Photo NR / Rue89 Strasbourg)

A Strasbourg, ils sont plusieurs dizaines de locataires à vivre dans des logements insalubres et dangereux. Leur propriétaire, Joseph Benamran, semble prêt à tout pour ne pas faire de travaux. Côté locataires, la résistance s’organise.

L’ascenseur est en panne depuis six mois, les parties communes sont laissées à l’abandon, et pourtant, les charges augmentent. Les locataires du 14 avenue des Vosges sont excédés. Ils n’ont plus d’eau chaude depuis trois mois. L’interphone ne fonctionne pas, du coup la porte de l’immeuble est ouverte en permanence. Les boîtes aux lettres sont régulièrement éventrées et taguées, les caves sont devenues le repaire des SDF et des prostituées du coin. Au milieu des gravats et encombrants, un matelas sert pour les passes.

Les habitants multiplient les courriers et les appels à leur propriétaire, Joseph Benamran, pour qu’il engage les travaux nécessaires. Rien n’y fait. Au 4e, une colocation d’étudiants décide de changer de méthode. En mai 2010, ils étalent leur mécontentement sur des affiches placardées dans l’entrée, organisent des réunions dans leur appartement. Un groupe Facebook est créé pour l’occasion : «BENAMRAN SCI : locataires lésés ». Son succès est immédiat. Les membres affluent et les étudiants prennent petit à petit la mesure de l’empire Benamran à Strasbourg.

Il dresse une carte (non exhaustive) des immeubles dont les membres du groupe Facebook se plaignent :


Afficher Benamran SCI sur une carte plus grande

« Il m’a dit que j’étais son pire ennemi, qu’il voulait me tuer… »

L’homme possède des immeubles partout, quartier gare, Petite France, Contades…  Les locataires mènent l’enquête et répertorient une trentaine de SCI. En réalité, selon les dires de l’intéressé, il en détiendrait une cinquantaine. « Je l’ai croisé une fois, dans l’entrée, il arrachait nos affiches. Il m’a dit que j’étais son pire ennemi, qu’il voulait me tuer… m’arracher le bulbe rachidien ! Il m’a menacé, j’avais peur qu’il appelle un gorille », explique Yves, encore abasourdi.

Le jeune homme est à l’origine de la mobilisation sur internet, qui a fini par payer, en partie. « Grâce au groupe Facebook, on a obtenu des réparations. La cage d’escalier a été repeinte, les boîtes remises à neuf », détaille-t-il. Quant à l’ascenseur, il marche à nouveau « mais l’entreprise qui est intervenue nous a déconseillé de l’utiliser sauf pour des objets».  Le 14 avenue des Vosges, c’est aussi l’adresse choisie par Joseph Benamran pour installer ses bureaux. La vitrine se devait d’être présentable. Ailleurs, des locataires vivent dans  des conditions indécentes.

Une entrée d'immeuble (Photo NR / Rue89 Strasbourg)

Une entrée d’immeuble (Photo NR / Rue89 Strasbourg)

« Ce sont les mêmes qui font la plomberie, l’électricité et le chauffage »

Ainsi, au 1 rue de la Broque, il a fallu apprendre à se passer de chauffage durant la vague de grand froid. Et à se passer d’eau également. Elle a été coupée par intermittence pour éviter que les canalisations ne gèlent. Il est arrivé qu’il fasse 2°C dans l’appartement de David, au 5e étage. « Le gardien de l’immeuble a essayé de réparer, mais il n’y connaît rien », déplore Clément, son voisin. Et David d’ajouter : « Il bricolait la chaudière la cigarette au bec ! Il faudrait au moins que Benamran emploie des ouvriers qualifiés ».

Les locataires d’un immeuble place de Haguenau ont remarqué que « ce sont les mêmes qui font la plomberie, l’électricité et le chauffage» . Quant, à Nathalie, une locataire place Sainte-Aurélie, elle soupçonne une vaste organisation de travail dissimulé. « Je photographie toutes les nouvelles têtes et j’envoie les clichés au propriétaire accompagnés d’une seule question : c’est qui ? » D’autres croient reconnaître certains ouvriers : « Il s’agit des locataires qui ont des retards de paiement. Pour compenser, le propriétaire les fait bricoler dans les autres appartements ».

Pas d’électricité dans toutes les pièces, des cartons pour s’isoler du froid

Devant l’inefficacité des réparations sur la chaudière, David a lancé une procédure en référé au tribunal et suspendu le règlement de son loyer (560€ pour un trois pièces). La décision est attendue d’ici quelques jours. Il arrive désormais que les radiateurs soient tièdes. Mais la température peine à remonter dans les appartements : l’air passe entre les lattes du plancher, par les fenêtres. Pour s’isoler du froid, Clément s’est construit au dessus de son lit une cabane en cartons et tissus. Du papier-bulles isole les fenêtres. Elles devaient être changées. Le matériel neuf a été entreposé dans le couloir, aucun ouvrier n’est venu mettre fin au calvaire des locataires.

L'installation électrique est-elle aux normes ? (Photo NR / Rue89 Strasbourg)

L’installation électrique est-elle aux normes ? (Photo NR / Rue89 Strasbourg)

Au 4e, en plus, ils n’ont pas l’électricité dans toutes les pièces. L’installation tout entière ressemble à une plaisanterie : des fils pendent du plafond troué de toute part. Et pour couronner le tout, ils se battent contre les souris depuis plus d’un an. Un locataire a même attrapé la leptospirose (la maladie du rongeur). Ils ont demandé de l’aide au service d’hygiène et de santé de la CUS en novembre. « Quand on leur a dit que notre propriétaire était Benamran. Ils ont ri et nous ont souhaité « bonne chance » », répète Aline. Les locataires attendent toujours une visite des services de la CUS.

« Benamran est arrivé… et depuis 10 ans, il n’y a eu aucun travaux. »

Pierres apparentes, balcon en fer forgé, l’immeuble dominant la place Saint-Aurélie ne manque pas de charme. L’interphone ne fonctionne pas. Classique. Il y a bien un digicode « mais tout le monde connaît le code, les prostituées, les SDF, les toxicos. Le quartier est mal fréquenté à cause de cet immeuble », explique Aurélie, au 3e. Pourtant, il n’en fut pas toujours ainsi. Nathalie, locataire au 2e depuis 17 ans, se souvient du temps où « des petites vieilles habitaient en bas, des familles dans les étages et la maisonnette dans la cour était louée par un couple ». Jusqu’au jour où leur propriétaire a vendu . A l’époque le collectif de locataires pense racheter. « Benamran est arrivé… et depuis 10 ans, il n’y a eu aucun travaux. »

(Photo NR / Rue89 Strasbourg)

(Photo NR / Rue89 Strasbourg)

« Il essaie d’avoir les gens à l’usure »

Nathalie bénéficie d’un bail 1948, autrement dit, son loyer est bloqué : elle paie 692€ charges comprises pour 92 m². « Le propriétaire m’a longtemps harcelée, à frapper à la porte tous les jours, me téléphoner. Puis il m’a fait des avances : « Si vous couchez avec moi vous ne paierez plus de loyer »». Elle en est à son troisième procès contre lui.

« Il essaie d’avoir les gens à l’usure. Il venait tous les jours voir des petits vieux vulnérables, avec une question : « Quand est-ce que vous partez ? » Il a poursuivi ma voisine pour retard de loyer. Les gens finissent par avoir peur et partent ». Ils sont remplacés en général par des étudiants et des jeunes travailleurs. « Y a qu’eux pour accepter ces conditions. Et puis ça l’arrange, ils ne restent pas longtemps, ils ont des garants et se plaignent peu », remarque un locataire. C’est justement cette « exploitation de la masse étudiante » qui dérange Yves, le fondateur du groupe Facebook. « Contrairement aux agences immobilières, Benamran n’est pas très regardant sur le dossier, même s’il n’est pas bon, on peut louer. C’est ainsi qu’il fait son blé avec les bas revenus et les jeunes. »

(Photo NR / Rue89 Strasbourg)

(Photo NR / Rue89 Strasbourg)

Payer des avocats plutôt que d’engager des rénovations

Tous décrivent des rapports très houleux avec le propriétaire. « Il nous dit que si on n’est pas contents, on n’a qu’à partir, qu’il préfère payer grassement ses avocats plutôt que de faire des travaux », assure Aurélie. Mais Joseph Benamran martèle : « Dans 99% des cas, les logements sont superbes ». Interrogé par Rue89 Strasbourg sur l’état de ses immeubles et appartements, l’homme se lance nerveusement dans une grande tirade, accusant tour à tour la ville qui a réduit la fréquence du ramassage des poubelles et ses locataires, « des assistés » qui dégradent son patrimoine immobilier. Pourtant, selon un de ses proches : « Tous les immeubles sont comme ça, l’extérieur est bien, mais quand on rentre… ça fait peur. Il est radin pour tout ce qui est travaux. » Quitte à mettre les locataires en danger.

Des appartement non-déclarés ?

En 2006, Aurélie a fait réaliser par un expert un diagnostic du système électrique. Résultat : tout est branché sur un seul fusible, rien n’est aux normes. « L’expert nous a dit : au moindre accident, ça flambe », résume la locataire de la place Sainte-Aurélie. Il s’est aussi intéressé aux parties communes de l’immeuble qui « ne sont  pas en conformité électrique et en sécurité incendie », stipule le rapport que s’est procuré Rue89 Strasbourg. Le propriétaire est invité à remédier à cette situation dans les plus brefs délais. Six ans après, rien n’a été fait. Alors, Aurélie a arrêté de payer les augmentations de loyers et les charges. D’autant que le calcul est des plus obscurs.

(Photo NR / Rue89 Strasbourg)

(Photo NR / Rue89 Strasbourg)

« Des appartements ont été aménagés dans les combles et ne sont pas déclarés. Ils n’existent même pas sur le cadastre. Le propriétaire a arraché le compteur électrique des parties communes pour alimenter les appartements au-dessus ! », s’insurge Nathalie, la locataire du 2e. Julie confirme. Elle a vécu jusqu’à l’année dernière dans un de ces anciens greniers. « J’ai voulu ouvrir un compte à l’ES mais il n’y avait qu’un compteur pour les trois appartements dans les combles, je payais pour tout l’étage ! Quand j’ai demandé au propriétaire de les séparer, son épouse n’a pas cherché à comprendre et nous a fait un chèque. Après, j’envoyais toutes mes factures chez eux. »

« On est parti parce qu’on ne voulait pas crever »

Julie a déménagé suite à un dégât des eaux chez ses voisins du dessous, « il y avait un trou d’un mètre dans le plafond et 20 centimètres d’eau au sol. Personne n’est jamais venu constater les dégâts. On est parti parce qu’on ne voulait pas crever ». A ses voisins inondés, Abdoul et Lucie, le propriétaire « a dit qu’il n’avait pas d’assurance. Des personnes sont venues colmater, [ils ont] dû faire les finitions ». Ils déménagent cette semaine. Les dégâts des eaux sont fréquents dans les immeubles Benamran. « Le propriétaire ne mets pas de chape de béton sous les baignoires et douches», assure Aurélie dont le plafond goutte quand son voisin se lave. Et au 14 avenue des Vosges, la baignoire s’enfonce dans le plancher ramolli.

Ailleurs l’accident est arrivé. A deux reprises. Céline, locataire du 7 place de Haguenau, se souvient de son évacuation par la grande échelle, le 8 avril 2010. C’était le deuxième incendie de l’immeuble. « Des câbles courent sur la façade et finissent dans la cave où la tuyauterie fuit ! Suite à l’incendie, la cage d’escalier a été repeinte mais l’installation électrique est toujours la même», raconte Céline.

Joseph Benamaran, le propriétaire, assure du contraire : « Tout a été refait ». Vraiment ?

Aller plus loin

Sur Rue89 Strasbourg : tous nos articles sur « l’affaire Benamran« 

Soutenez Rue89 Strasbourg Vous avez apprécié cet article ?
Abonnez-vous pour que Rue89 puisse
en produire d'autres et plus.

Publicité

74 Commentaires postés

  1. C’est avec grand plaisir que j’ai découvert cet article.
    J’étais moi-même colocataire d’un appartement Benamran (ou Beram, comme cela est écrit sur la sonnette du bureau Bld de la Marne, c’est selon), il y a quelques années.

    Quand nous sommes rentrés, l’appartement était dans un état désastreux. Il avait été occupé par un « employé » de la SCI qui est parti en oubliant de faire le ménage. Mais les deux après-midis passés à lessiver les murs et récurer les sols sont un détail quand on pense au fait qu’un tiers des prises et interrupteurs seulement fonctionnaient et qu’une des chambres était en chantier.
    Heureusement pour nous, un ami s’est chargé de l’électricité (bonjour le compteur non déclaré !!! mais les appartements sous les toits l’étaient-ils tout simplement ??). Pour ce qui est de la chambre, las d’attendre au bout de 2 mois, mon colocataire a proposé à Benamran de s’occuper de la pose du plancher, dans la mesure où celui-ci nous était apporté. Ce qui fut fait, non sans peine (ne pas avoir peur de se faire insulter au téléphone…cela signifie qu’il daigne décrocher).

    Pour ce qui est de la description de l’immeuble, elle est très semblable à toutes celles qui ont déjà été proposées dans les commentaires : fils électriques qui pendent dans la cage d’escalier, plâtre qui tombe des murs, cave ouverte aux quatre vents, arrière-cour servant de refuge aux rats, porte d’entrée ne fermant pas où alors si, quand le temps est très chaud et sec, (autant dire pas souvent à Strasbourg) … etc.

    Pour ce qui est des artisans que nous avons pu croiser dans l’immeuble, pour avoir eu l’occasion d’en discuter avec eux, aucun n’est déclaré.

    Je n’ai malheureusement pas eu l’occasion, j’étais parti (ouf de soulagement !!), de vivre l’incendie qui s’est déclaré dans la cave un jour d’hiver. Mon colocataire a eu ce jour-là l’occasion d’experimenter la grande échelle des pompiers. Un SDF, avait trouvé refuge dans la cave et s’était endormi à côté de son réchaud…qui a mit le feu à tous les détritus entassés dans la cave. La fumée a empli la cage d’escalier, empêchant de l’empreinter. Cela peut arriver me direz-vous. A cela près que c’était la deuxième fois. La première (quelques mois plus tôt), le départ de feu avait été très vite maîtrisé. Mais le moins que l’on puisse dire, est que le sieur Benamran n’avait pas retenu la leçon ! Faut-il qu’un accident grave survienne pour qu’enfin les services de l’état s’intéresse à ce monsieur (et son équipe familiale).

    J’allais oublié, quoi de plus facile que d’assurer des logements insalubres quand on est son propre assureur !!!

    Merci encore à Rue89 de bien avoir voulu suppléer au manque de courage de la DRASS (au courant depuis quelques temps déjà de l’état sanitaire des immeubles Benamran) et de la ville de Strasbourg

    • « grand plaisir » relatif, que nous nous entendions bien. Dans le sens où enfin les choses vont peut-être évoluer !

  2. si un appartement est insalubre ou dangereux il faut le faire constater par huissier (300 €)puis pli recommandée (coût 5€) au bailleur pour qu’il mette en état avec relogement provisoire à l’hôtel à ses frais. Puis procédure au Tribunal : injonction de faire avec astreinte (coût 35 €). Il me semble que cela peut tenir la route.

  3. Bonjour,

    Je tiens quand même à noter la partialité de cet article et je pense que si le fond n’est absolument pas contestable, la forme soulève, elle, un questionnement…

    On peut ne pas être d’accord avec M. Thierry Roos mais je regrette qu’aucune des critiques à son encontre ne soit signée par autre chose qu’un pseudonyme. C’est un peu facile!

    M. « A bas les rhéteurs » (ne sachant comment vous nommer autrement), vous n’êtes, peut être, pas suffisamment fier de vos opinions pour les signer? Avez-vous peur de la « googlelisation des noms » dont vous semblez être un adepte?

    On me reprochera de ne signer que de mon prénom, mais je n’attaque personne…

    Pour revenir au sujet, les locataires de cette SCI devraient faire un recours collectif en justice (je suis persuadé que certains avocat, cette dernière tranchera!

    Vincent

    • Bah, et puis Roos, est-ce bien son vrai nom ? Internet est ainsi fait, c’est ainsi, nous ne sommes qu’une foule anonyme…

      De même si un certain Benamran répondait ici, qui croirait que ce fut le vrai ?

  4. Bravo pour cet article !
    Moi aussi j’habitais dans un appartement av des vosges appartenant à cette SCI.
    Les communs étaient insalubres alors que pourtant le nettoyage était décompter de nos charges…
    Aussi, l’ascenseur était défectueux, il m’est arrivé une fois de rester bloquer entre deux étages mais ça aurait pu être bien pire !
    Pour ce qui était de l’eau chaude, parfois il y en avait, parfois pas et ça pouvait durer plusieurs jours comme ça…
    J’espère que cette médiatisation pourra enfin faire bouger les choses!

  5. Bonjour, je suis un ancien locataire du conglomerat BENAMRAN, tout est dit …>>> TOUT LE MONDE y compris la ville de Strasbourg doit ENFIN prendre ses responsabilites. Fini les marchands de sommeils.

  6. J’habite depuis un an et demi dans un des immeubles de ce propriétaire. Mon logement est refait depuis trois ans et plutôt correct (même l’installation électrique est aux normes), malgré quelques détails d’isolation thermique, en tout cas il est loin d’être insalubre. Les communs de l’immeuble ont eux aussi quelques problèmes, mais il y a visiblement bien pire encore dans d’autres immeubles du même propriétaire. Bref, je pense avoir un peu de chance par rapport à d’autres. Ce qui ne change bien etendu rien au fait que les problèmes existants devraient être réglés par le propriétaire, et vite, et bien sûr sans en répercuter le coût aux locataires.

    Je ne suis pas étudiante, je ne suis pas de passage, et ça me covient d’être dans ce logement. Moi ce qui m’intéresse c’est que tous ces problèmes soient réglés, pas de changer de propriétaire ni de déménager. Je suis donc prête à faire pression pour que les choses soient faites en ce sens. Sans oublier pour autant les autres locataires en situation bien pire.

  7. J’ai lu avec effarement cet article. J’ai aussi lu les différents commentaires dont celui de monsieur Roos.
    Que dire ? Je n’ai pas de mots suffisamment forts pour exprimer mon dégout.
    Je pense à tous ces gens fragiles dont on profite parce que leur situation ne leur permet pas d’avoir les moyens de se payer un bon avocat, de saisir la justice pour faire valoir leurs droits.
    Nous sommes au 21ème siècle, dans la capitale des droits de l’homme, ville berceau de l’humanisme, et de telles situations existent toujours voire se développent.

    Pour être complet, je suis membre de l’UMP.
    Je condamne les propos de monsieur Roos qui est membre du même parti que moi. Comment peut-on écrire cela ?
    Je suis surpris et déçu du silence des membres de l’UMP qui partagent très majoritairement mon avis sur cette situation et qui, certainement par peur, gardent le silence.

    Quoiqu’il arrive, soyez assuré de mon plus total soutien que je n’hésiterais pas à l’afficher à visage découvert si nécessaire.

    Bonne chance à RUE89 Strasbourg et merci à vous de vous attaquer à de telles situations dont beaucoup ont connaissance mais que personne n’ose aborder concrètement

  8. Je le confirme ici : Mr Benamran loue depuis des lustres des logements insalubres en plein centre ville. Grâce à lui, des milliers de personnes jeunes et/ou sans beaucoup de pognon se logent (mal certes) à Strasbourg.

    Je me souviens de mon arrivée il y a 12 ans à Strasbourg, lorsque j’étais étudiant, un ami qui vivait dans un rez-de-jardin insalubre et sans chauffage prés des Arts Déco (loué par Mr B.) m’avait dit : « tu cherches un logement ? Apelles Mr Benamran, il a souvent des trucs »…

    Et pan ! Un article sur Rue89 ! Il doit bien se marrer Mr Benamran…

  9. c’est mon ancien proprio!!!! quelle misère….bon courage aux locataires….

  10. Bonjour,
    Comment fait-on pour rentrer en contact avec ce collectif si nous n’avons pas de compte facebook et que, par principe, nous ne souhaitons pas en avoir ?

    • Pour l’instant tout est sur Facebook, et le restera probablement vu l’efficacité de ce genre de média.

      Je peux par exemple vous conseiller de créer un compte Facebook fictif (avec une adresse email fictive). La création d’un compte Facebook prend moins de 2 minutes.. Vous n’êtes pas obligé de renseigné vos véritables coordonnées

      Voici l’adresse du groupe: https://www.facebook.com/groups/123222497694513/

  11. Au sujet d’Axelle Benamran.

    Étant assez actif et donc observateur depuis le début de cette affaire, je peux vous assurer qu’il n’y a pas d’instrumentalisation dans le sens d’une opposition de partis politiques (droite VS gauche).

    Par contre l’amalgame est situé ailleurs. Axelle Benamran politicienne d’un grand parti politique symbolise le pouvoir, l’administration. Un petit peu comme les Benamran propriétaires.

    On voit qu’il est facile de prendre un raccourci en mettant les deux Benamran dans le même sac. Soit par naïveté, à cause d’un manque d’information de finesse d’analyse, ce n’est pas donné à tout le monde je vous le rappelle. Soit par facilité mais à mon avis cela n’est pas de la malveillance, mais plutôt de l’enthousiasme ou du désespoir.

    Axelle Benamran par son statut de femme politique est évidemment plus sensible à la médiatisation… d’où le levier éventuel. De plus l’insalubrité était un axe de son précédent programme.

    Tout de fois, je tiens à vous rassurer, à lire le groupe Facebook ou les commentaires de cet article, je suis plutôt rassuré, les « gens » se sont rendus compte assez rapidement de cette dérive, et des qu’on nouveau bourgeon nait de cet amalgame, il est aussitôt rattrapé.

    Cela me rend encore plus confiant envers ce genre de mouvement. Pas de diffamation, pas d’insultes, de l’intelligence, de la solidarité, du bon sens..

    On devrait être fiers des étudiants de Strasbourg :D

  12. J’ai des amis qui habitent un immeuble signalé comme appartenant à la SCI en question. Les parties communes sont tout simplement dans un état lamentable – dangeureuses ? – et la liste présentée par cet article semble bien étoffer une intuition de je-m’en-foutisme qui frise avec l’illégalité.

    Quand au commentaire de Thierry Roos qui nous parle de déviance … Et apporte son avis, laissez moi rire, une simple recherche google ( j’avais avec moi, pour simple a priori la lecture du commentaire) et pof :
    Thierry Roos, conjoint de Nathalie Roos, qui s’est présentée sur les listes de la Majorité alsacienne(entendre UMP local) aux dernières législatives.

    A coté de cela, Axelle Benarman nièce du principal intéressé fut candidate pour la majorité alsacienne aux cantonales Strasbourg 2.

    M. Roos, ne nous servez pas les arguments du type « arrêtez d’être impartial », quand tout laisse à penser à la simple lecture de votre commentaire, et de son décalage évident avec la réalité, que vous ne l’êtes pas non plus.
    Ceci dit, cela ne prouve rien, si ce n’est un léger risque de conflit d’intérêt pour être à même d’ouvrir sa bouche.

    • Jusqu’à preuve du contraire, rien ne prouve que le Thierry Roos qui commente ici soit le même que celui dont vous parlez (peut-être peut-il intervenir là-dessus…). Quant au lien familial entre Joseph et Axelle Benamran, nous nous sommes déjà exprimés sur la question. Cette femme politique est la nièce de Joseph Benamran. Et selon notre enquête, elle n’est pas impliquée dans les affaires de son oncle.

      • Oui, les faits sont déplorables mais on ne peut être tenu responsable des fautes de son oncle !

      • Qu’on ne me comprenne pas mal, je n’accuse personne d’avoir des liens avec le litige larvé entre les locataires et M. Benarman.
        Ma réaction n’a pour unique origine que le commentaire de Thierry Roos, qui me semblait trop « personnel » pour être tout à fait désintéressé.

        Qu’on accuse cet article d’être un torchon mal documenté et partial, c’est un point de vue que tout le monde a le droit d’exprimer. Mais j’ai aussi le droit de douter de la partialité de ces allégations. Les liens que je décris ont peut être quelque chose à voir avec l’avis tenu par M. Roos.
        C’est tout ce que je voulais dire.

      • Qu’on ne me comprenne pas mal, je n’ai fait que mettre en exergue une éventuelle raison pour l’impartialité de M. Roos dans son commentaire.
        Loin de moi l’idée de penser que quiconque est lié de près ou de loin au litige larvé qui oppose les locataires à M.B.
        Il me semble en effet probable que de part ces liens politiques, M. Roos n’ait pas tout à fait suivi l’exigence de neutralité qu’il reproche à cet article de n’avoir pas respecté.

        Bref, vous politisez quelque chose qui n’a pas lieu de l’être, bien évidemment…

    • Je crois qu’il ne faut pas politiser cette affaire scandaleuse. La droite mais aussi la gauche sont très silencieux là-dessus depuis des années. Comme la presse locale d’ailleurs.
      Espérons qu’ils se mobilisent enfin pour remédier à ces pratiques inadmissibles.
      Sur l’UMP, j’ai vu qu’un certain nombre de leurs cadres intervenaient sur facebook pour condamner ces pratiques. Dont acte.
      Le plus important, c’est que ces marchands de sommeil disparaissent de Strasbourg !

    • C’est marrant, j’ai moi-même cherché « à bas les rhéteurs » sur google, et pof : gros lâche qui se cache derrière l’anonymat qu’il croit qu’internet lui procure pour alléguer dans tous les sens, sentant qu’on ne pourra jamais lui tenir rigueur de ses propose…

      J’en ris encore…hi hi

  13. (Bravo Rue89 oui.. continuez sur l’investigation de proximité et heu.. j’aime bien votre site, mais il y a encore beaucoup d’efforts à faire pour l’orienter un peu plus et mieux vers les réseaux sociaux. L’ergonomie peut également être améliorée.. Les photos tiennent dans un timbre poste. Le pire c’est qu’elles sont en flash et ça ne se voit pas sur iPad, iPhone, etc.. c’est dommage)

    (Et heu.. Noémie est une indépendante à ce que je vois, donc bravo Noémie surtout!)

  14. Je me réjouis,
    de voir une nouvelle place pour le débat à Strasbourg.
    Je comprends très bien que la question de la dignité du logement soit une des premières préoccupations des citoyens.
    Je l’accepte d’autant que j’espère que ce débat en préfigure d’autres, à des niveaux divers (l’Europe, l’urbanisme, l’esprit sportif, l’université….).
    Je souhaite que le point commun entre toutes les prises de paroles soit le respect entre les interlocuteurs, et la volonté de faire progresser la société, au niveau où chacun peut et veut y contribuer.
    Nous allons certainement devoir apprendre à utiliser cet outil de démocratie qui nous est offert avec discernement, sans tomber dans la délation ou le règlement de compte à la petite semaine. Sinon nous aurons alors tout perdu.

    Merci 89 de nous permettre de réinventer (ensemble) une envie de « vivre ensemble la ville ».

  15. Pour des immeubles de ce type là, des propriétaires vont régulièrement en prison à Paris suite à des incendies, ayant visité ces immeubles Benamran avec mon fils étudiant et ayant travaillé à la DASS parisienne, il est parfaitement légitime et indispensable qu’un organe de presse traite de ces sujets du dépassement caractérisé et dangereux du cadre de loi.

    Voudriez vous que l’on étouffe aussi les problèmes sanitaires dans les restaurants par exemples ?
    Les défauts de conception de voitures ?
    Les dentistes utilisant des alliages nocifs ?
    Ce sont des problèmes tout à fait privés à régler hors de l’arène publique, n’est ce pas Mr Ross ?

    Evidemment, vous pouvez toujours dire au consommateur qu’il peut changer de véhicule, de dentiste et de restaurant, que c’est son choix – et d’ailleurs dire au législateur de ravaler ses lois puisque c’est au consommateur de ne pas être idiot dans ses choix.

    Evitons à ces propriétaires le drame de 3 étudiants brûlés en dernier étage.
    J’ai vu ces installations électriques et les escaliers encombrés d’immondices, ces appartements sont des cercueils et leurs locataires en sursis.

  16. Je suggère aux locataires concernés de consulter cette plaquette, disponible au format pdf (lien ci-dessous), qui précise leurs droits élémentaires et les recours envisageables contre leur proprio.
    Faire cet article est une bonne idée, mais s’ils se bougent pas les fesses pour mettre leur proprio face à ses responsabilités je vois pas trop l’intérêt…

    http://www.uncllaj.org/guides-pratiques-pdf/Plaquette-logement-decent.pdf

  17. J’ai eu l’occasion de me rendre fréquemment dans l’un des appartements de M. Benamran, à l’époque où l’une de mes amies louait un F3 chez ce monsieur. Ni mal ni bien tenu mais des rapports âpres, pour le moins, en effet. Mais je voulais surtout réagir au traitement de ce sujet, mis en cause par Thierry.
    1) Non, on ne fait pas « ce qu’on veut », même dans le « privé », dès lors qu’on engage les autres (c’est-à-dire presque tout le temps). La loi est là pour le rappeler.
    2) Et oui, la rédaction de rue89 a fait son boulot dans les règles de l’art journalistique. Pas de diffamation (ni volonté de nuire à quelqu’un – délibérément ou tout court), ni black-out d’une ou des parties concernées, etc). Mais le sujet fait état de risques MANIFESTES, et il ne faut pas être grand devin pour voir que Noémie Rousseau s’est rendue sur le terrain, a échangé avec les protagonistes, a en rapporté des éléments qui se révèlent être édifiants. Pour le moins ! C’est rendre peu honneur à son travail, irréprochable de la première à la dernière lettre.
    3) Sibold a raison de rappeler que le maire, mais aussi d’autres organismes, auraient pu et surtout DU s’emparer du dossier avant la publication de ce papier. Je n’imagine pas une seule seconde, vu la dimension du parc immobilier en cause, qu’aucun recours officiel n’ait été signalé à qui de droit …

  18. Je ne suis pas en situation précaire, je suis propriétaire, heureusement pour moi, mais j’ai des enfants étudiants, dont l’un est locataire de Monsieur Benamran (aucun souci pour l’instant, mais tout peut arriver), et pourtant cet article me tient vraiment beaucoup à coeur.

    Je plains énormément ces jeunes qui se font exploiter par ce propriétaire véreux, et qui n’ont pas la capacité de se défendre face à ses agissements (parents absents ? distance ? solitude ? négligence ? ou autre ?)
    Cela fait tout le bonheur du propriétaire qui a trouvé avec eux le filon pour s’enrichir.

    Donc je dis bravo à Noémie pour son article, n’en déplaise à Monsieur Roos, en espérant de tout coeur que les choses vont bouger.

  19. M. Benamran gére ses affaires privées comme il l entend et la justice tranchera , mais est ce que rue89 a pour vocation de stigmatiser un particulier en conflit avec des locataires ( dont les propos n engagent qu eux et méritent d être vérifie avant de les publier ) en soulevant un débat peu intéressant et populiste .
    N y a t il pas mieux à débattre ?
    Libre aux
    Locataires de changer pour des logements mieux appropriés .

    Gare aux déviances ….

    • Populisme? Haha on peu reprocher ça à un politicien par exemple qui veut s’attirer les faveurs de la masse. Mais la c’est du journalisme de proximité hein.. vous regardez trop les débats télévisés monsieur :D

      Gare aux déviances c’est marrant, parce que votre argument simpliste tout fait : « XXXX tu l’aime ou tu la quitte » on l’a déjà beaucoup entendu

      Vous dites « N y a t il pas mieux à débattre? », ça c’est un véritable exemple d’inintérêt. Je vous prend le même argument dans un autre contexte, vous allez peut être comprendre : « Ralala les policiers qui dressent des contraventions pour mauvais stationnement, ben dis donc ils feraient mieux d’arrêter les véritables criminels hein, les meurtriers en cavale ». Vous voyez le truc?

      Et accessoirement cet article a été fait par un journaliste professionnel, qui était sur place (photos, etc..).. ce ne sont pas des rumeurs attrapés dans la rue..

      Non sérieusement.. on appelle ça un troll

      • J’avais peu de temps ce matin, et je voulais réponde à @Roos Thierry, mais voilà, ta réponse @cyprien est bien envoyée. D’une part, Rue89 n’est pas une équipe de baltringues qui ne vérifie pas son info, en même temps, je pense que les baignoires qui trempent dans la cablasse électrique vermoulue n’ont pas besoin d’explicitation scientifique pour nous questionner sur la bienséance locatives proposée par les SCI BenAmran. Je crois effectivment qu’il faut arrêter d’écouter RTL et de se passionner pour le complotisme. Ici, il s’agit bien de locataires, jeunes et vieux, privés ou professionnels (j’ai donné niveau bail commercial avec une des SCI = Ca a fait très mal ! ) dont le quotidien de locataires s’est transformé en calvaire : Pas de chauffage, pas d’électricité, insalubrité, infiltrations, intimidations, petits arrangements mafieux, … Alors bon, je crois que les concernés méritent mieux que les considérations d’un observateur en migration vers des thèses populistes, franchement, c’est carton rouge pour un commentaire de la sorte.

      • « répondre ».

    • M. Roos.

      Contrairement à ce que vous semblez penser, le concept de logement décent est défini par le législateur, en l’occurrence par un décret du 30 janvier 2002. Si M. Benamran gère « ses affaires privées comme il l’entend », c’est à son bon droit, en effet, mais dans le respect de la loi. Et ça n’est manifestement pas le cas, ici.

      Rue89 (dont je ne suis ni représentant ni actionnaire) ne fait ici que son travail de « chien de garde de la démocratie ». La parole a d’ailleurs été donnée à M. Benamran, il est cité dans cet article. Que demandez-vous de plus pour éviter la « stigmatisation » d’un pauvre particulier en conflit avec des locataires (pas isolés, semble-t-il : en postant cet article sur Facebook, de nombreux proches sont venus commenter en expliquant qu’ils avaient eux aussi loué des appartements dans ces immeubles, avec les mêmes griefs) ?

      Des propriétaires comme M. Benamran, il en existe partout, certes. Mais par cet exemple, il s’agit de rappeler qu’un propriétaire, quel qu’il soit, n’a pas tous les droits et, surtout, a des devoirs.

      Quant à votre commentaire : « libre aux locataires de changer pour des logements mieux appropriés », je pense que soit dans les commentaires ci-dessous, soit dans l’article lui-même, vous comprendrez aisément que tout le monde n’a pas la chance de pouvoir louer un 3 pièces à la Robertsau. Si le marché de l’immobilier est ce qu’il est, c’est bien pour une raison !

    • Mais sinon en votre faveur Thierry Roos, oui il faut toujours veiller au évidences effectivement.

      Un mouvement de groupe n’est pas facilement canalisable, donc veiller à ne pas tomber dans la diffamation, dans les accusations sans preuves, le lynchage, etc..

      Je crois que la pluspart des gens on compris et sont consciente de ces dérives potentielles

    • Vous semblez gêné Monsieur Roos qu’un journal local à vocation d’alerte puisse dénonce la situation de 30 à 50 taudis qui hébergent (évidemment) en priorité des personnes en situation précaire financièrement (étudiants et travailleurs). L’exploitation des plus fragiles vous indifère tout au plus ou vous semble normal.
      D’après vous, la société n’a pas à jouer tiers.
      La loi se crée à partir de ce type de situations répertoriées, étudiées, dénoncées. C’est ainsi que nos législateurs peuvent prendre les mesures de bon sens et d’humanité qui permettent d’avoir recours contre les personnes qui exploitent les situations de faiblesse.

      Une petit expérience vous serait profitable : Un séjour hivernal en appartement où il fait 2°, avec électricité défaillante, risque connu d’incendie, cafards et souris, j’en oublie certainement. A votre disposition 400 à 600€ par mois. Des cours à suivre et à travailler tard dans la nuit en vue d’exams, des mémoires à rendre…

      Seriez-vous propriétaire ?

      Je ne suis ni étudiante ni en situation de logement précaire. L’injustice, l’exploitation et la goujaterie m’insupportent.

    • Monsieur Roos Thierry, merci d’avoir perdu de votre temps à lire cet article. J’espère que vous avez trouvé mieux à faire maintenant. Mais j’espère aussi, et surtout, que vous n’êtes en aucun cas gérant d’une affaire privée.. ? j’en tremble, car si gérer ses affaires privées comme on l’entend constitue à laisser vivre ses locataires dans de telles conditions, espérons encore que « la justice tranchera » du bon côté.

      Pourriez-vous s’il vous plaît vivre quelques mois au sein d’une location Benamran ? Car il semblerait que vous ne connaissez par franchement les lieux. Très facile à trouver, l’état des lieux est à votre seule charge, et bien entendu vous retrouver votre caution une année plus tard après votre sortie.

      Laisser donc Rue 89 continuer son admirable travail.
      L’information, Monieur Roos, l’information !

      Bon, je crois que je ne vais pas continuer, bien beaucoup de monde vous ont répondu en retour à votre croustillant article.

      Et attention, gare aux déviances !

      • Attention, Mentine, vous vous laissez vous-même aller à confondre information avérée et propos anonymement déposé sur le net…quel que soit votre métier, je tremble aussi…

  20. M. Benamran gére ses affaires privée comme il l entend et la justice tranchera , mais est ce que rue89 a pour vocation de stigmatiser un particulier en conflit avec des locataires ( dont les propos n engagent qu eux et méritent d être vérifier avant de les publier ) en soulevant un débat peu intéressant et populiste .
    N y a t il pas mieux à débattre ?
    Libre aux
    Locataires de changer pour ses logements mieux appropriés .

    Gare aux déviances ….

    • Difficile d’intenter un procès à son propriétaire quand on est étudiant, dans la ville pour un temps seulement et en plein cursus universitaire. Si effectivement M. Benamran est un bailleur privé, l’affaire prend une tournure publique quand elle prend de telles proportions.
      Il y a eu plusieurs incendies dans les immeubles de M. Benamran, rien ne change, n’y a t-il pas une responsabilité publique ? Ne parle t-on pas des immeubles parisiens loués par des bailleurs crapuleux qui finissent par tomber en cendres ? Les marchands de sommeil ?
      Peut-être que ce débat ne vous intéresse pas, mais sachez qu’il intéresse des centaines de personnes à Strasbourg et ailleurs.

    • Bonjour Monsieur Roos,
      Une question : vous habitez où pour refuser qu’un journal local à vocation d’alerte dénonce la situation des locataires de 30 à 50 taudis, relevant pour certains de la précarité étant donné leurs faibles revenus (étudiants et jeunes travailleurs) ?
      La loi est faite pour protéger les citoyens des personnes prêtes à tout vendre en l’absence de toute éthique et qui s’abattent en priorité sur les plus fragiles.
      Cela semble vous déranger.
      Seriez-vous propriétaire ? Ou bien où est le problème ?
      Je précise que je ne suis pas dans une situation précaire mais que l’injustice, l’exploitation et la goujaterie s’insupportent.

    • Pour des immeubles de ce type là, des propriétaires vont régulièrement en prison à Paris suite à des incendies, ayant visité ces immeubles Benamran avec mon fils étudiant et ayant travaillé à la DASS parisienne, il est parfaitement légitime et indispensable qu’un organe de presse traite de ces sujets du dépassement caractérisé et dangereux du cadre de loi.

      Voudriez vous que l’on étouffe aussi les problèmes sanitaires dans les restaurants par exemples ?
      Les défauts de conception de voitures ?
      Les dentistes utilisant des alliages nocifs ?
      Ce sont des problèmes tout à fait privés à régler hors de l’arène publique, n’est ce pas Mr Ross ?

      Evidemment, vous pouvez toujours dire au consommateur qu’il peut changer de véhicule, de dentiste et de restaurant, que c’est son choix – et d’ailleurs dire au législateur de ravaler ses lois puisque c’est au consommateur de ne pas être idiot dans ses choix.

      Evitons à ces propriétaires le drame de 3 étudiants brûlés en dernier étage.
      J’ai vu ces installations électriques et les escaliers encombrés d’immondices, ces appartements sont des cercueils et leurs locataires en sursis.

    • Beaucoup de pseudonymes pour parler à voix bien haute, je trouve (du coup, moi aussi, j’en prends un)…

      Claire, Sibold, Ledroit, vous avez bien raison…s’il y a matière à dénoncer les choses, il faut le faire…mais ayez le courage de mettre votre propre nom quand vous confirmez des exactions d’ordre pénale à imputer à ce propriétaire…en effet, il n’y a qu’ainsi que vous pourriez être vous même poursuivis en diffamation s’il s’avérait que vous parlez fort, mais sans preuve…

      Ah, les joies d’internet…de toute façon, je sais qui vous êtes :
      - Claire, vous trompez votre mari;
      - Sibold, vous être un robot qui vient du futur pour le modifier;
      - Ledroit, vous frappez votre femme.

      J’aime le pouvoir insensé que me procure cet anonymat…qu’il est plaisant de dire n’importe quoi, sur n’importe qui et quoi qu’il puisse en coûter derrière…

      Respect à M Thierry Roos qui, semble-t-il, n’use pas d’un tel stratagème et mérite de ce fait ne serait-ce qu’un tout petit peu plus de respect que les autres trolls de cette page.

      • Bon gamin, ce n’est pas un jeu, il y a une masse de locataires en difficultés, merci de les respecter.

        Si tu t’ennuies et que tu cherches à t’occuper va plutôt ici : http://www.doraexploratrice.org/

        (Et accessoirement beaucoup de personnes sont engagés publiquement dans cette affaire)

  21. Bonjour,

    J’ai également été locataire de M. Benamran pendant un temps. Bien sûr, tout ce qui est avancé dans l’article représente le quotidien des locataires de ce monsieur.
    J’ai lu dans certains commentaires que des locataires n’avaient pu récupérer leurs cautions lors de leurs départs. Effectivement, c’est une pratique courante avec ce propriétaire, mais en aucun cas il faut ce laisser faire ! Pour ma part, j’ai du les harceler et les menacer pour récupérer ma caution (reçu 8 mois après mon départ quand même). Cela a été encore plus dur pour mon colocataire de l’époque : espagnol et reparti en Espagne après son année erasmus, il a fallut déployer beaucoup d’énergie pour qu’ils rendent l’argent. Bref, même après avoir quitté le logement depuis longtemps, il ne faut pas abandonner.

    En réponse à Imar Chemam, je comprends votre point de vu, mais est-il cependant acceptable de passer sur la conduite de M. Benamran ? Si celui-ci veut aider des personnes en difficulté, il peut bien entendu le faire tout en proposant des logements décents. Il en a les moyens ! Car pour notre part nous avions un appartement d’une grande superficie mais nous payions tout de même 1400 euros, ce qui est une somme. Comme quoi, oui, il laisse la possibilité à tout le monde de se loger mais il est bien content de trouver des gens qui accepte de loger dans ces taudis !
    D’autre part, quand on est un peu juste financièrement, il est insupportable de recevoir des rappels de charges de 800 euros, liés à l’augmentation des charges communes alors qu’un radiateur fonctionne plein pot dans la cour de l’immeuble (impossible à éteindre bien sûr).
    Bref, il n’a aucune excuse.

    • En complément, quand j’ai dit que j’avais dû le menacer, je signale que, bien évidemment, je suis au courant du fait qu’il est interdit par la loi de menacer des gens mais bon…moi, j’ai le droit…

  22. Les locataires se réveillent pour lutter contre les marchands de sommeil, bravo ! Ces locataires ne sont pas logés gratuitement !
    Démarrez le combat !

  23. Bonsoir,
    Moi je suis locataire depuis 8 ans chez Mr Benamran et effectivement il ne fait pas de travaux et on a du mal à avoir des ouvriers en cas de problème.
    Par contre lorsque je suis arrivé à Strasbourg en tant qu étudiant j ai fait donné 5 dossiers pour différentes locations d appartement et le seul retenu était celui de Mr Benamran.
    Moi je crache pas dessus parce que contrairement aux autres je laisse la possibilité à Tt le monde de se loger.
    Et peut être bien qu il a demandé à certains locataires de faire des petits travaux pour lui mais qu aurait fait une autre agence ou un autre loueur ?
    Une demande d expulsion.
    Moi j ai eu des Périodes de retard de loyers et pleins de choses dans le genre et on ne m à jamais menace on m à au contraire échelonner ma dette.

    • Bien le bonjour !

      J’ai vécu au 1, rue de la Broque, 2 années.
      Je suis époustouflée. Wahouu !
      Je savais. J’en savais des choses (le coup de la cuillère à insérer dans le chauffe-eau, les bouteilles d’eau qui se congèlent au 5ème, l’augmentation des charges en même temps que la diminution des services communs, l’entrée tout public dans la plupart des immeubles (utilisation du même code d’entrée depuis des années), boîtes aux lettres peu fiables, mises aux normes de base (élec, tuyauterie, ..) inexistantes…)… Mais je n’en savais pas autant.

      Est-il vraiment capable de laisser vivre des gens dans de telles conditions ? De proposer du travail au black aux étudiants et autres locataires qui ont des retards de paiements ?

      Si rien ne se passe, il continuera de profiter de la crédulité des jeunes et de ces ouvriers. J’ai lu ci-dessus que les ouvriers n’étaient pas qualifiés. C’est exact. Benamran prends « sous son aile » des personnes qui sont dans des situations compliquées.

      A la rue de la Broque, notre concierge est adorable, il essaiera, avec ces méthodes certes, de réparer aussi rapidement que possible une faille. Il travaille pour Benamran en permanence. Des fois, celui-ci l’appel en pleine soirée, pour aller poser du carrelage ou refaire une peinture dans un hall..

      Bref, c’est un pourri. Malgré ça, j’étais bien contente de vivre dans cet appart, aux hauts-plafonds, ces grands couloirs, plein de charme, des immeubles d’histoire ! Aujourd’hui insalubre à l’intérieur (moisissures, bestioles, isolation merdique, …), et nouveau depuis quelque mois.. il se met à peindre toutes les façades extérieures !!! ATTENTION, ça va augmenté !

      Boulevard de Lyon et tout axes principaux de la ville (deuxième couronne), sont en plein travaux d’embellissements..
      Dehors, c’est beau, dedans, c’est invivable.

      Merci à Rue 89 et les locataires intervenants pour la lutte contre ce genre d’absurde propriétaire, entre autre ici, notre cher Joseph Benamran.

      Et l’hiver n’est pas fini.
      Et dernière chose : nous avons aussi fait notre état des lieux seuls. Autant vous dire que nous ne nous sommes pas restés inattentifs. Justice bonjour ?

    • Excusez-moi, mauvaise manipulation sur mon clavier, cette « réponse » ne vous était pas adressée en particulier. C’était juste un témoignage.. désolée !

    • En effet, il y a un côté positif a Benamran, d’ailleurs il y a toujours un côté positif à n’importe quelle situation, on en est tous conscient, mais cela ne doit pas pour autant éclipser la masse énorme de problèmes. Le propriétaire a des responsabilités!

      Et franchement, si les propriétaires Benamran étaient altruiste, compréhensifs, etc… ça se saurait.

      Ce mouvement de locataires est légitime, il doit exister.. vraiment c’est un devoir. Et si il y a mouvement c’est pour changer l’état actuel..

      Donc, faut il avoir peur du changement? Peur de perdre les petits côtés positifs qu’un grand propriétaire laisse faire car ça l’arrange (non pas par altruisme hein)

  24. La Préfecture du Bas-Rhin a édité le « Guide des compétences du maire en matière de salubrité publique et de troubles du voisinage »

    Il y est précisé :
    Les dispositions de l’article L. 1421-4 du Code de la Santé Publique et des articles L. 2542-1 et suivants du Code Général des Collectivités Territoriales (CGCT) chargent le maire d’assurer
    le bon ordre, la sûreté et la salubrité publique au sein de sa commune et de contrôler le respect des règles générales d’hygiène pour les habitations, leurs abords et dépendances.
    À ce titre, il est notamment chargé de faire respecter les prescriptions du Règlement Sanitaire Départemental (RSD), dont relèvent fréquemment les plaintes des habitants de sa commune en matière d’hygiène et de salubrité.

    Il appartient donc au maire d’instruire les plaintes relevant des domaines cités plus haut, en intervenant directement auprès des
    personnes intéressées, après avoir constaté ou fait constater par un agent communal le bien fondé de la plainte. Afin de mener à bien les missions qui lui échoient, le maire peut toutefois, si nécessaire, demander l’assistance des services de l’État
    (DDASS,…) pour un appui technique et des conseils réglementaires.

    (…)

    LE DISPOSITIF DÉPARTEMENTAL D’ÉRADICATION DU LOGEMENT INDIGNE OU NON DÉCENT (DDELIND) EST UN OUTIL OPÉRATIONNEL DU PLAN DÉPARTEMENTAL
    D’ACTION POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES (PDALPD).

    (…)

    LES PARTENAIRES
    L’État- DDE (ANAH, service habitat et construction), DDASS (service santéenvironnement, service des politiques sociales) et préfecture (bureau de la cohésion sociale et du logement),
    le Conseil général du Bas-Rhin (service habitat et logement aidé, circonscriptions d’action sociale, FSL), la caisse d’allocations familiales du Bas-Rhin (CAF), la ville de Strasbourg (service communal d’hygiène et de santé, service social),
    l’association départementale d’information sur le logement (ADIL),
    la société anonyme de Crédit Immobilier (SACI)

    Ce sont quelques extraits du document édité par la préfecture.
    Voici ces coordonnées :
    http://www.ars.alsace.sante.fr/fileadmin/ALSACE/ars_alsace/Votre_sante/votre_environnement/rsd/421_guidemaire.pdf

    En actionnant plusieurs partenaires avec copie aux uns et aux autres de l’article de Rue 89, vous obtiendrez peut-être gain de cause pour une réelle réhabilitation des locaux.

    Je vous souhaite beaucoup de courage.

    M. Sibold

  25. il est étonnant que cet homme ne soit pas encore en prison, décidément la justice en France est en train de disparaitre.

  26. J’ai habitez au 14 avenue des vosges jusqu’au 13 mars 2010. Un incendie est arrivé ce soir là et à brûler une partie de notre appartement laissant la cuisine et la sdb en cendre. On s’est retrouvé à la rue du jour au lendemain avec mes colocs. Et le pire de tout ça c’est quand on a jamais récupéré nos cautions (soit disant que c’était une blague de vouloir la récupérer vu l’état des lieux): j’en ris jaune, encore…
    Qques mois avant beaucoup de problème également, pas d’eau chaude pendant 2 mois en été. Malgré les lettres signé par tous les locataires et envoyé au propriétaire il n’y a jamais eu de suite! Si il y en a une: des menaces pour qu’on arrête de le harceler.

    Bon courage à tous les locataires! En espérant que votre union fera votre force et sa perte!

  27. Bonsoir,

    je ne comprend vraiment pas si les autorités et contrôles sanitaires ne réagissent pas à cet article.. je pense qu’il est vraiment nécessaire que ce dossier soit traité de manière exemplaire et effraie tous les propriétaires opportunistes qui laissent vivre les jeunes dans des logements indécents.

    bon courage aux personnes qui ont eu le courage de rendre public le business de ce Joseph, et surtout soyez fort.

  28. J’aimerais vraiment savoir qui a déjà été intimidé, maltraité par des hommes de main du bougre ? Qui a déjà effectué du travail dissimulé contre loyers en retards ? Il serait temps de dépasser le stade de la légende urbaine et de dégoupiller la grenade populaire… Si nous pouvions nous souder pour qu’une première en la matière émerge ? Un propriétaire charlatan confondu et envoyé au trous par ses locataires ??????!!!!!!!!!!! Il mérite lui quand même… Non ?????????

  29. J’ai étais moi aussi, durant un an, locataire de M.Benamran.

    En seulement un an, en plus de l’insalubrité des locaux, nous avons eu une fuite d’eau récurrente dans la salle de bains et dans une des chambres de la rue jacques Kablé.
    Comme à son habitude le propriétaire n’y a fait que des travaux rapide et surement mal payé par son plombier qui doit officier dans tous ces immeubles. Résultat durant plus de 5 mois chaque fois que la voisine prenait une douche, notre plafond suintait. Jusqu’au jour ou il a lâché et ou un trou béant y est apparu…
    Les travaux ont consisté à la pose d’un nouveau placo au plafond.

    Durant l’hiver nous sommes restés sans chauffage ni eaux chaude pendant 1 mois.

    Aujourd’hui nous n’avons toujours pas récupérer notre caution.

    M. Benamran est un homme sans scrupules qui met en danger bon nombres des habitants de ses logements.
    Faut-il attendre un drame pour enfin faire quelque chose contre ces bandits?

    J’espère vivement que les initiatives qui ont étaient prises par de nombreux locataires arriveront à leur fin et que M. Benamran logera là où il se doit et où il pourra continuer ses petites affaires dans un 6m2, c’est à dire en prison.

  30. Sur les logements non déclarés ou non assurés, c’est une infraction pénale. Ajouté au fait que ces logements sont en mauvais état, c’est grave !
    Et le fait de laisser en mauvais état les logements, au delà du non respect des obligations du propriétaire, ça met en danger les locataires, et là encore c’est une infraction pénale.

    Les gens ne devraient pas se laisser faire. Elles ont droit à un dédommagement, et le propriétaire devrait être puni par la justice.

  31. Il est vraiment temps de se mobiliser. Si tous les locataires se bougeaient d’un seul corps et d’une seule voix, il serait sans doute possible d’obtenir réparation, tout inestimable puisse-t-elle pourtant être… Nous sommes nombreux à avoir subi la loi Ben Amran, trop nombreux à avoir perdu de l’argent contre des prestations catastrophiques… Il semblerait même que des pratiques intimidantes poussent certains locataires jusque dans des retranchements obscurs (travail dissimulé évoqué dans l’article ?)… Lorsque l’on pense que ce propriétaire s’arme au moindre événement de son avocat beaucoup trop zélé pour l’emporter un jour au paradis, il y a vraiment de quoi se demander de quel côté est la justice… Il faut arrêter cela, et rapidement.

  32. repaire, pas repère, Noémie.

    cordialement

  33. Pour info et pour lutter contre l’habitat indigne :
    Il appartient au maire d’instruire les plaintes relevant des domaines d’insalubrité de l’habitat en intervenant directement auprès des personnes intéressées, après avoir constaté ou fait constater par un agent communal le bien fondé de la plainte.
    Pour cela il suffit aux locataires concernés de contacter le « service département santé et environnemental » de la ville par écrit.
    Cela suffirait-il à amorcer des changements ?

  34. Enfin des journalistes qui font leur travail!! Qu’attendaient les DNA et autres journaux de la région pour parler d’un problème aussi grave?!

    Certes des immeubles ou peuvent s’exprimer l’énergie, la créativité, etc. sont toujours indispensables à une ville comme Strasbourg. Mais n’oublions pas que ces appartements ne sont pas des squats, les loyers ne sont pas moins chères qu’ailleurs… Et ce groupe de propriétaires ne cessent de s’enrichir et d’assoir leur positions dominante. Ne pas l’oublier!

    Nickel les réseaux sociaux pour que des personnes éparpillés sans informations puissent se regrouper aussi facilement.

    J’espère que la situation va améliorer pour les locataires, même si cela prendra du temps.

    Ça réconforte de voir des gens ne pas se laisser faire, qui agissent, même si cela peut paraitre dérisoire

    Merci Rue89 qui fait son boulot de proximité

  35. Avec un copain, on avait failli s’installer en coloc au 1 rue de la broque. Au moment de signer le bail, on s’est rendus compte que la chaudière ne marchait plus et qu’il fallait l’actionner soi même avec une cuillère.
    Quand on lui a dit qu’on aimerait que la chaudière soit réparée avant notre installation il nous a menacé physiquement avec plusieurs ouvriers et a jeté notre dossier à la poubelle.

    Un type charmant.

  36. Ah oui quand même… je connaissais les agissements de ce propriétaire, mais la quand même.. c’est impressionnant

  37. Je suis comme tout le monde sidérée par cette article, et même si j’étais au courant des agissements de ce propriétaire, je n’en imaginais pas l’intensité.
    Espérons que cette article va faire réagir !

  38. je suis réstée presque 7 ans au 7 rue du haut barr et j’ai déménagé car c’était un grand n’importe quoi!!!!!

  39. c’est scandaleux qu’avec des preuves et des manigances aussi flagrantes, rien ne soit fait!

    Je partage en espérant que personne dans mon entourage ne se fasse avoir par un tel escroc.

  40. Honte à ce propriétaire qui n’est pas le seul à agir ainsi à Strasbourg. Nombre d’immeubles sont vétustes et à la limite de l’insalubrité par manque d’investissement des propriétaires qui laissent gérer leurs biens par des agences immobilières véreuses.
    Entre les peintures aux plombs qui s’écaillent, les canalisations pourries, les communs non entretenus, les bilans énergétiques ou constats à l’exposition au plomb non faits! Qui faut-il contacter à Strasbourg pour pouvoir être aidé en tant que locataire et soutenu dans les démarches pour faire bouger ces truands? L’ADIL ne donne que des conseils, la préfecture n’est pas efficace ! Les propriétaires ne sont pas assez « surveillés » quand il s’agit de problème de santé publique au sein des immeubles qu’ils louent !

  41. Profitons-en pour nous rappeler au bon souvenir de la candidate aux legislatives 2012, Mme Axelle BENAMRAN !!

    http://www.ump67.eu/2011/11/courrier-daxelle-benamran-aux-militants-de-la-premiere-circonscription/

    • Bonjour Stéphane,
      Axelle Benamran est la nièce de Joseph Benamran. Et selon notre enquête, elle n’est pas impliquée dans les affaires de son oncle.

      • Bonjour,

        Je conçois qu’elle ne soit pas impliquée, mais en tant que candidate dans ce canton elle devrait prendre le problème à bras le corps ! Aurait-elle peur de la confrontation avec son oncle ?

      • je retire ce que j’ai dit; en effet, me cachant derrière l’anonymat le plus complet pour attaquer tout le monde et n’importe qui sur aucune base quelle qu’elle soit, je ne peux que constater que je suis un gros lourd qui a certainement mieux à faire de sa vie que de faire des amalgames…Je m’excuse…pour tout…(sic)

      • Un des locataires qui lançait une action en justice m’a dit qu’elle utilisait des photos des appartements de son oncle pour illustrer sa campagne contre les mal-logés…
        En tout cas, le cynisme et l’immoralité de ces propriétaires est sans fin, j’ai des amis qui vivent encore avec un trou béant de 1m2 ouvert on ne sait pourquoi au beau milieu de leur cuisine par des ouvriers qui possédaient leur clé, d’autres qui collectionnent les champignons qui poussent dans leurs sanitaires (av. des Vosges), d’autres qui ont mis 2 mois à faire faire réparer leur douche (rue de Labroque), sans parler de l’insalubrité hallucinante des communs.

        Tout en sachant qu’ils REFUSENT SYSTEMATIQUEMENT de faire un état des lieux !

      • et rendent la caution avec difficulté dans le meilleur des cas…