Strasbourg

Prévisions 25 octobre 2014
jour
Surtout nuageux
Surtout nuageux
14°C
 
  • 16:44
  • 29 mars 2012
  • par Pierre France

Le cinéma Star doit trouver 121 000 euros

2092 visites | 18 commentaires
Cinema Star

Le cinéma Star, rue du Jeu-des-Enfants à Strasbourg, a vu son loyer quadrupler en quatre ans. (Photo Flickr / Hesdes)

La Cour d’appel de Colmar a rendu ce matin son arrêt dans le conflit qui oppose le gérant du cinéma Star à la propriétaire des murs. Le Star voit son loyer multiplié par deux et doit trouver l’argent nécessaire pour payer 68 mois d’arriérés, soit environ 191 000€. Deux subventions accordées par la Ville et la Région réduisent la facture de 70 000€ mais pour le reste, le Star compte sur la générosité de ses spectateurs.

En conflit avec la propriétaire des murs depuis 2006, Stéphane Libs, gérant du cinéma Star à Strasbourg, va devoir déployer des trésors d’ingéniosité pour maintenir son activité. Il était le 8 février devant la Cour d’appel de Colmar avec son avocat Me Emmanuel Jung pour expliquer qu’un loyer de cinéma est calculé sur la base d’une fraction de 6% de son chiffre d’affaires. Pour la partie adverse, le loyer devait être calculé sur une fraction supérieure et un loyer supplémentaire devait être ajouté pour l’appartement du dernier étage.

Montant mensuel du loyer du Star : 5 742,80€

Dans son arrêt rendu aujourd’hui, la Cour d’appel a finalement décidé que le loyer total serait d’un ratio de 6% du chiffre d’affaires mais en incluant la subvention Art & Essai de 86 400€, ce qui place le montant mensuel du loyer du Star à 5 742,80€. Le jugement de première instance avait déjà fixé le loyer mensuel à 5 183,47€ et avant 2006, le loyer mensuel du Star était de 2 930,64€. Selon les calculs de Stéphane Libs, l’arrêt de la Cour condamne le Star à payer à la SCI Renaissance 191 226,88€ en comptant les 68 mois d’arriérés. Le gérant du Star ne comprend pas que la subvention ait été incluse dans le calcul :

« Cette aide du Centre National du Cinéma (CNC) est une subvention de résultats et non de fonctionnement. C’est un peu une note de fin d’année attribuée sur des critères très précis qui ont demandé beaucoup d’efforts toute l’année… C’est un peu comme si on nous pénalisait sur notre spécificité, sur tout notre travail invisible et sur ce que nous sommes. Par ailleurs, cette subvention a été intégralement dépensée en actions de programmations, invitations, communication… Et je doute qu’il soit normal qu’une subvention publique puisse aller aussi directement dans une dépense de fonctionnement. »

Pour Me Stéphane Meyer, conseil de la SCI Renaissance, cet arrêt tranche sur deux points importants :

« D’une part, le principe que deux loyers doivent s’additionner, celui de l’appartement et celui du cinéma, a été retenu. D’autre part, nous faisions valoir que la programmation Art & Essai était un choix du locataire et que si ce choix devait entraîner une fréquentation plus faible, il n’y avait pas lieu que le propriétaire en soit pénalisé. L’application des 6% à l’ensemble du chiffre d’affaires nous parait donc légitime. »

Bientôt la mise en ligne d’un appel aux dons directs

Mais Stéphane Libs, qui gère aussi le cinéma Star Saint-Exupéry, a beau ne pas comprendre, cette décision s’impose puisqu’elle a déjà fait l’objet d’un appel et qu’un recours devant la Cour de cassation apparaît hasardeux. L’équipe est donc en train de mettre en place une campagne de sollicitations tous azimuts pour répondre à ces impayés. Deux subventions de 35 000€ chacune ont déjà été votées par la Ville et la Région dans le cadre de la loi Sueur, qui permet l’aide directe à des cinémas de centre-ville. La facture auprès de SCI Renaissance est réduite d’autant mais il reste quand même 121 000€ à trouver.

Selon Stéphane Libs, l’exploitation des salles ne permet pas de dégager une telle somme. Les cinémas Star vont donc mettre en ligne un appel aux dons directs, dans la droite ligne de la pétition de soutien qui a circulé l’an dernier et qui a recueilli 14000 signatures. Stéphane Libs va également approcher à nouveau la Région Alsace et la Ville, ainsi que le CNC pour voir s’il n’y a pas une possibilité d’obtenir une subvention exceptionnelle.

Le Star pourrait devenir inexploitable…

Par ailleurs, Stéphane Libs attend une réponse sur un prêt d’investissement de 360 000€ pour équiper les six salles en projection numérique. Là encore, la Région et la Ville participent déjà au financement global total de cet équipement de 480 000€. Ce que craint Stéphane Libs, c’est que le Star devienne tout simplement inexploitable :

« J’ai fait un petit calcul. Un fauteuil au Vox se loue 8,18€ par mois. Au Star Saint-Exupéry, le fauteuil coûte 4,90€ par mois. Au Star après cet arrêt, nous en sommes à 11,84€ par fauteuil et par mois… »

Stéphane Libs refuse de répercuter ces coûts sur le prix des places (5,20€ en moyenne) car il juge la grille tarifaire équilibrée et surtout le temps presse. Le recouvrement des sommes par la SCI Renaissance pourrait être demandé très rapidement.

Pour aller plus loin

Les cinémas Star, dans le cadre de leur opération « Tout ce que vous avez toujours voulu savoir… », invite à une rencontre-débat avec l’équipe avant la projection en avant-première de « L’enfant d’en haut » de Ursula Mayer, jeudi 12 avril à 20h au cinéma Star, rue du Jeu-des-Enfants à Strasbourg.

Le site pour faire un don au Star : http://soutenirlestar.com

Soutenez Rue89 Strasbourg Vous avez apprécié cet article ?
Abonnez-vous pour que Rue89 puisse
en produire d'autres et plus.

Publicité

À vous !

Laisser un commentaire

18 Commentaires postés

  1. Bonjour,

    Quelques lignes pour répondre aux différentes interrogations.
    Rappel: Le Star est en remboursement de prêt de son rachat de juillet 2006, le montant est de 9600€mois qui va aux banques. Nous ne possèdons pas de trésorerie, ce qui ne nous empêche pas néanmoins de faire des entrées et des bilans de fin d’année exemplaires. Le nouveau loyer est élevé mais c’est un moindre mal par rapport à la somme actuelle à réunir. En juillet 2014, le prêt tombe à échéance, le loyer est donc absorbable dans deux ans. Durant les deux années qui restent d’ici là, on y arrivera.

    En 2006, il était impossible de provisionner de l’argent. Provisionner sur quelle somme? sur quelle rétroactvité? Mais surtout – je le répète – nous n’avons aucune marge de main d’oeuvre pour provisionner.

    Le partenariat avec Pathé se résume à un contrat que le firme met en place avec des cinémas indépendants sur la Carte de cinéma à volonté Le pass. Cet accord est possible depuis que le Conseil d’Etat a donner la possibilité aux plus petits d’accèder à cette manière de consommer du cinéma. On fait des entrées, il nous reverse les recettes correspondantes. Je ne connais pas de ciné indé de centre ville qui n’accepte pas les cartes Pathé et/ou Ugc, Kinépollis…Je ne me vois pas taper chez Pathé pour de la trésorerie, là nous perdrions notre indépendance.

    Le texte de l’appel à dons n’a rien à voir avec notre défense. C’est de la com pour dresser les grandes lignes du problème. C’est volontairement synthétique et compréhensible. Le dossier de défense est lui complexe, technique et entièrement basé sur le calcul de loyers. Des expertises ont été faites pour celà…

    La somme demandée n’est pas aberrantes au vu du % appliqué, mais au vu du non entretien du batiment par la propriétaire (aucun travaux en 29 ans). Par contre l’application des 6% sur la subvnetion Art et Essai est un scandale (cf texte dans l’appel à dons), une première en France d’après ce que je sais.

    L’appartement appartient à l’ancien propriétaire du Star. Il y habite depuis de nombreuses années et la société le Cinématographe lui sous loue l’espace. Dans les 121000€ de condamnation, 44000€ reviennent à cet appartement. Pourquoi alors ne pas l’avoir signalé dans le texte d’appel à dons? Tout simplement parce que le moment venu, ce sera au Cinématographe de payer les 121000€, et à nous de récupérer la somme de l’appartement. Pour l’instant je n’ai pas de signe de vie du locataire…Une chose est pourtant sûre dans cette histoire, c’est que à aucun moment l’argent des dons ou des pouvoirs publics ne servira à payer l’appartement.
    Si nous perdons tout, que devient l’argent des donateurs? Je voudrais tout simplement redonner cet argent aux généreux en espérant que c’est possible.
    Bien à vous.

  2. Bon, si j’ai bien compris, et à la relecture du premier article de R89S sur le sujet (http://www.rue89strasbourg.com/index.php/2012/02/08/culture/lavenir-du-cinema-star-suspendu-a-larret-de-la-cour-dappel/), la SCI a bel et bien perdu en appel sur sa demande de déroger à la règle imposant un encadrement du loyer du cinéma à un tarif compris entre 5 et 7% du CA du cinéma. Elle a gagné sur un autre point, mais qui semble quand même mineur par rapport à sa demande, qui est d’ajouter la subvention au CA pour dans le calcul. Le loyer mensuel passe donc de 5200e à 5750e/mois, soit 5184e/an d’augmentation (15552e d’arriérés).
    La débat ne peut donc pas se réduire au fait d’intégrer ou non la subvention au calcul.
    J’ai deux questions sur ce dossier:
    - En dehors des arriérés, le Star peut-il continuer à tourner, avec son nouveau loyer de 5700e, et sous quelles conditions?
    - Pourquoi le loyer précédent était de 2500e et comprenait un appartement au dernier étage?

    • Bonjour,

      La question du fonctionnement « normal » du Star à ce niveau de loyer est clairement posée. Lors d’une entrevue précédente, Stéphane Libs avait indiqué que son modèle économique tenait avec un loyer à 6% du CA mais il ne comptait sans doute pas dans ce CA la subvention du CNC.
      Sur cette question d’appartement, c’est très très très compliqué. C’est un appartement qui a « bougé », du 1er au dernier étage, mais sans que les baux aient suivi ce mouvement.

      • Bonjour, et merci pour votre réponse,

        En fait, ce qui me gène dans cette histoire, c’est que je me demande si il n’aurait pas été possible de provisionner le risque avant d’être mis le dos au mur…
        Bon, ceci dit, et même dans le cas où il y aurait eu des imprudences de gestion (je pose la question, hein, je ne connais pas le dossier à fond), c’est qu’il est certain qu’il faut sauver ce cinéma indépendant (*). Je m’en vais de ce pas faire un don ;)

        (*) D’ailleurs, quelle est la nature du partenariat avec Pathé? N’est-il pas possible de trouver une solution de ce côté là (ce qui épargnerait les fonds publics déjà très sollicités pour le cinéma dans la région)? La question me semble pertinente pour le groupe, puisque la disparition du Star affaiblirait sa stratégie en centre ville en ne laissant que le VOX comme dernière poche de résistante…

  3. NON! JE NE DONNERAI PAS 1 CENTIMES, MAIS JE VEUX BIEN VOUS AIDER, car je me sens pris en otage dans cette affaire.

    J’aime le Star pour sa démarche culturelle, ses choix de programmation. C’est un plus incontestable dans le paysage cinématographique de notre ville et je serai affecté s’il devait disparaitre. J’ai fait découvrir le cinéma à ma fille de 3 ans dans une de vos salles obscures; je ne voulais pas qu’il en soit autrement.

    Mais je suis déçu par le texte de l’appel à don sur le site. Car avant toute chose, il aurait été décent de nous exposer le délibéré complet de la Cour d’Appel, d’effectuer peut être une certaine remise en question de la gestion de cette crise (http://www.lalsace.fr/actualite/2011/08/19/le-cinema-art-et-essai-le-star-est-en-sursis), de nous fournir une véritable matière à réflexion et non ce faux prétexte de l’intégration justifié ou non de la subvention pour venir justifier une demande de don.

    Des erreurs ont été faites, c’est pour cela que je ne donnerai pas. Mais je veux bien prêter 100 euros à taux 0% remboursable sur 5 ou 10 ans.

    • Je suis d’accord avec toi, le texte de l’appel à don est décevant et ne pose à mon avis pas les vrais problèmes, ou du moins ne propose qu’une vision partielle du litige. J’espere que ce n’était pas la défense de Stéhane Libs à Colmar…

      Néanmoins, un cinéma art et essai en plein centre ville, il en existe pas des masses en france. Ca doit même être le seul de cette proportion qui propose une programmation vraiment riche sans être trop élitiste. Ils meritent d’être soutenus, peut-être avec une petite remise en question sur leur politique tarifaire…

  4. Même si j’affectionne cet endroit et plus particulièrement les gens qui s’occupent de la gestion du Star (y’a pas photo par rapport à l’Odyssée… mais c’est un autre débat !!), la motivation de la décision de justice ne me semble toutefois pas aberrante quant à l’intégration de la subvention dans le CA… et donc dans le pourcentage du loyer, si la bail a été signé dans ce sens.

    Ce cinéma faisant partie intégrante de la vie de la ville, il est indispensable de trouver des solutions pour le soutenir et préserve son rayonnement culturel !!
    Le don en est une. Reste qu’il serait intéressant de savoir pourquoi, à la vue du risque juridique connu depuis 2006, la direction du cinéma n’a pas provisionné une partie de la somme dans son budget ?
    C’est avec grand plaisir que je participerait au don, mais quizz de l’argent des donateurs si jamais la somme réunie est insuffisante et que l’on s’oriente vers un dépôt ?
    Enfin, est-ce que l’on pourrait envisager, pour le principe et de façon symbolique, une cession des parts aux donateurs ?

  5. L’an passé une subvention supplémentaire de 50.000€ a été votée à l’Odyssée pour proposer des séances de cinéma à destination de soldats du contingent allemand basé dans la région.
    Je ne sais pas si des masses de militaires allemands se sont précipités à l’Odyssée, mais 50.000€ pour une action aussi simple dans un cinéma déjà subventionné, c’est complètement fou.
    Cela montre bien que sans taper dans des lignes budgétaires qui permettent un soutien au Racing (par exemple) on peut choisir dépenser de l’argent à des choses utiles et pour un prix juste, plutôt que de le jeter par les fenêtres.
    Quant à subventionner un cinéma privé cela peut paraître hors propos, mais le fait est que les cinémas Star sont ceux défendent le cinéma à Strasbourg: tous les festivals cinéma un peu importants y sont présentés et soutenus, les labels art et essai y sont au plus haut (donc punition, merci le tribunal), les films alsaciens, leur réalisateurs et producteurs y sont accueillis chaleureusement, les associations et ciné-clubs y sont au moins écoutés avec intérêt, on y voit même des cycles patrimoniaux excitants pendant l’été !

  6. Le déficit, oui. Mais il restera les loyers à venir…
    En tout cas, combattons avec le Star.

  7. si tout les signataire de la pétition versent à peine 10 euros (soit l’équivalent d’une place de ciné plein tarif), le déficit est épongé. J’ose espérer que les gens qui signent des pétitions sont aussi ceux qui s’engagent!

  8. Le Star lancera-t-il un programme de mécénat, avec possibilité de niche fiscale pour les donateurs pour démultiplier ?

    Ou bien offrira-t-il d’inscrire (discrètement quand même) le nom des plus généreux sur les marches ou les sièges du Star ?

  9. Et le Star est plus utile que l’Odyssée… Surtout que l’entretien y est encore mieux fait (puisque parait que c’est devenu le critère de choix, maintenant, cf l’article quasi-fondateur de Rue89 au sujet de l’Odyssée).
    S’il y a un cinéma de trop a subventionner, que la ville choisisse le bon. On veut pas les indigestes Ferrero de l’ambassadeur, mais les vrais Rochers cinématographiques sous les Etoiles !

  10. Après la SCI Benamran, voilà la SCI Renaissance…

    A-t-on vraiment besoin de si viles sociétés immobilières :( ??

  11. Je suis dégoutée par cette décision et en particulier par le non-soutien des collectivités autour de ces cinémas qui vivent et font vivre culturellement le centre ville ! Car oui, à mes yeux une subvention de 35.000€ quand il en faut près de 200.000 c’est un non-soutien ! Surtout quand on voit combien ils sont capable de débourser pour le racing…

    Tous mes encouragements à Stéphane Libs et son équipe pour surmonter ces difficultés !!!!

    • Le racing est aussi important que le Star. On peut être fan de football et être un cinéphile averti…. On peut être « dégouté » par cette décision sans forcement être obligé de dénigré les amateurs de sport…..

      • Je ne dénigre pas les amateurs de sport, en revanche je me sens dénigrée, moi cinéphile que le foot indiffère, par la mairie qui soutiens les uns plutôt que les autres dans des proportions dont les différences sont si flagrantes. Car apparemment non le racing n’est pas AUSSI important, il l’est PLUS…