Strasbourg

Prévisions 23 octobre 2014
jour
Surtout nuageux
Surtout nuageux
13°C
 
  • 7:00
  • 22 mai 2012
  • par Noémie Rousseau

Coop Alsace : 1,2 million d’euros détournés

17225 visites | 62 commentaires

Extraits du procès verbal d’un CCE du groupe Coop, en arrière plan, l’enseigne du supermarché Leclerc de Geispolsheim.

La Coop Alsace va mal, très mal. L’enseigne disparaît petit à petit du paysage. On réorganise, restructure, licencie. Les comptes sont dans le rouge, les caisses vides. Sauf qu’un ex-dirigeant, Yves Zehr, est soupçonné d’avoir contribué à les vider. Il aurait échangé des bons d’achats contre de l’argent liquide. Le 19 mars, 800 bons de 100 euros ont été émis à son nom, échappant à tout contrôle. Les représentants du personnel ont découvert le pot-aux-roses, les bons ont été récupérés. Mais selon un document interne, l’ex-PDG pourrait avoir détourné ainsi 1,2 million d’euros depuis 2007.

L’affaire a fait surface le 4 avril, lors de deux réunions extraordinaires : celle du comité d’entreprise  (CE) de la Coop Strasbourg et celle du comité central d’entreprise (CCE) du groupe. Rue89 Strasbourg s’est procuré les procès-verbaux de ces deux sessions. Les représentants du personnel entendaient demander des comptes à leur actuel PDG, Christian Duvillet, sur « l’émission et la destination des bons d’achat Coop, leur suivi et leur contrôle sur les cinq dernières années ». Ils s’interrogent notamment sur la provenance de 800 bons de 100 euros qu’un ancien PDG de la Coop, Yves Zehr, a eu en sa possession.

En réponse, l’actuel PDG, Christian Duvillet, a pointé « la procédure », qui nécessiterait selon lui d’être « remise à plat ». Aussi a-t-il établi une circulaire pour renforcer les contrôles et permettre une meilleure traçabilité des bons d’achat. De l’émission à la comptabilité, tout sera centralisé et « les bons seront remboursables, uniquement en marchandises », précise le document, sous-entendant qu’auparavant ils pouvaient l’être en liquide.

« Il a fallu bénéficier de complicités »

Enfin, le PDG signale qu’il a « demandé à ce que M. Yves Zehr n’assume plus de mandat dans le groupe » mais refuse de « lier les deux faits », son éviction et le détournement des 800 bons d’achat. La CGT interroge : « La personne, c’est M. Zehr, mais dans la société, il ne devait pas être le seul au courant ». Trois membres du CA auraient également quitté leurs fonctions suite au départ de Yves Zehr. « Normalement, les bons sont déduits du ticket de caisse. Mais pour sortir 80 000€ et les substituer par 800 bons d’achat, il a fallu bénéficier de complicités », explique Laurent Hobel, délégué FO.

Extrait n°1 du procès verbal du CE de Strasbourg du 4 avril (cliquez sur l’image pour l’agrandir)

 

Extrait n°2 : procès verbal du Comité central d’entreprise du 4 avril (cliquez sur l’image pour l’agrandir)

Un audit interne plutôt qu’une enquête policière

Un audit sur le « circuit des bons » a en effet été commandé à un cabinet d’expertise comptable externe, par le comité de direction et le conseil d’administration, pour un coût approchant les 20 000€. « On attendait que notre PDG dépose plainte, mais il s’y est opposé, préférant un audit », déplore une représentante des salariés.

Il « faut à peu près 15 jours » pour avoir les résultats, explique Christian Duvillet qui propose sur-le-champ à l’intersyndicale de se « revoir avant le 20 avril 2012 ». Rendez-vous est pris. Sauf que lors du CCE extraordinaire du 20 avril, le rapport n’est pas là, et pour cause : la lettre de mission a été adressée seulement deux jours auparavant au cabinet d’expertise. Malgré la protestation des syndicats, le rapport ne sera rendu que fin juin et la direction se refuse à toute communication officielle sur l’affaire avant. De cette manière, l’épineux dossier ne devrait pas venir perturber l’accord avec Casino.

Extrait n°3 : procès verbal du CCE du 20 avril (cliquez sur l’image pour l’agrandir)

L’hypermarché de Geispolsheim, « plaque-tournante des détournements »

Pourtant, d’après les documents que Rue89 Strasbourg a pu consulter, la direction en sait plus qu’elle ne veut le faire croire sur les émissions suspectes de bons d’achat. Et selon une source proche du dossier, « l’hypermarché Leclerc de Geispolsheim serait la plaque-tournante des détournements ». C’est là-bas que les bons d’achats étaient échangés contre du liquide pour le compte de Yves Zehr. Une déléguée du personnel explique :

« On a appris qu’il existait un petit carnet dans le coffre de la caisse centrale de Geispolsheim, dans lequel tous les échanges contre liquide ont été consignés par la caissière. Benoît Rebhun, le directeur financier, a été missionné pour aller enquêter là-bas. Le carnet a dû disparaître. »

1,2 million d’euros sur la ligne budgétaire réservée aux « prélèvements » d’Yves Zehr

Rue89 Strasbourg a eu accès à un « récapitulatif des retraits en espèce », un document interne à la Coop issu de l’hypermarché de Geispolsheim. Il s’agit de l’historique de la ligne budgétaire du magasin sur laquelle « n’étaient affectés que les prélèvements de M. Zehr », peut-on lire. Au total, ce sont 1 220 900€ qui ont ainsi été retirés en liquide du coffre de l’hypermarché de Geispolsheim pour être remplacés par des bons d’achat.

Les bons d’achat de la Coop

Les bons d’achat de la Coop ont servi pendant des années à sponsoriser les fêtes de village et les petites associations alsaciennes. Des lots à gagner à la foire de la Saint-Jean, les knacks pour une buvette, etc. Ces bons d’achat étaient normalement convertis en produits des supermarchés Coop. Apparemment, ces bons ont été détournés au fil du temps pour sponsoriser directement certaines associations, en numéraire cette fois, en bénéficiant d’un maquillage comptable.

La chronologie débute à l’automne 2007, date de mise en service du système informatique. Les « données antérieures » ne sont pas accessibles mais « les faits sont plus anciens », précise le document.

Yves Zehr, lui, a toujours fait partie de la Coop. Il est membre du comité de direction depuis 1989. Yves Zehr est aussi membre du directoire du club de basket la SIG, il siège à Paris au Conseil économique social et environnemental (CESE) et assure la présidence du CIARUS à Strasbourg. Et bien qu’à la retraite depuis janvier 2009, il a continué à occuper de hautes fonctions au sein de la Coop, jusqu’en avril 2012. PDG, s’il passe la main en octobre 2010 à Denis Fischer, c’est pour mieux la reprendre à peine un mois plus tard. Une représentante du personnel se souvient :

« Le CCE était sur le point d’user de son droit d’alerte pour avoir une expertise comptable de la situation. Le retour de Yves Zehr, virulent, visait à tout faire capoter, il y est parvenu. »

« Une petite élite s’est servie »

En juin 2011, Bruno Vincent-Genod prend les rênes de l’entreprise avec l’aval du PDG historique. Il entreprend une vaste opération de restructuration du groupe et décide, par ailleurs, de remplacer le directeur de l’hypermarché de Geispolsheim. Peu après quoi, il démissionne brutalement et quitte le groupe. Christian Duvillet, l’actuel PDG, prend la suite en novembre 2011. Yves Zehr est alors président du conseil d’administration. Une source proche de la direction déplore :

« Cela pose la question du fonctionnement du conseil d’administration, constitué de membres honoraires qui ont en moyenne 75-80 ans et de quelques administrateurs qui n’ont pas le niveau. Ils sont dépassés et se font endormir. Car le rôle du comité de direction tout entier est troublant. Une petite élite s’est servie et son inconséquence a conduit l’entreprise dans le mur alors que les valeurs coopératives sont plus que jamais d’actualité. »

Fausses factures, emplois fictifs, bien immobiliers bradés

« Depuis l’affaire des 80 000€ et le retrait de ses mandats à Yves Zehr, les langues se délient », témoigne une représentante du personnel. Outre les détournements de fonds, il est question de sociétés écran, d’emplois fictifs, d’abus de biens sociaux », poursuit-elle. Et un autre délégué du personnel d’ajouter : « On a aussi découvert des factures pour des opérations réalisées dans les magasins par des sociétés extérieures dont le montant est supérieur à la prestation ».

Dans ce contexte, à la Coop, on s’interroge même sur le choix du partenariat avec Leclerc en juin 2008 :

« Tout était organisé avec Système U et la veille de la signature : revirement ! C’est Leclerc qui est choisi… Pourquoi ? Est-ce qu’il n’y a pas eu des petits arrangements pour ouvrir les portes à Leclerc ? »

Puis, ils aimeraient bien savoir pourquoi les « biens immobiliers de la Coop ont été bradés » ? Une déléguée du personnel explique :

« Pour 15 millions d’euros, on a cédé à Leclerc neuf supermarchés et l’hypermarché de Soufflenheim, alors que ce dernier, à lui seul, vaut plus de 30 millions d’euros ! »

Concernant l’accord avec Casino pour la reprise des magasins de proximité, la méfiance est de mise. Les salariés s’inquiètent d’autant plus qu’ils ont du mal à en saisir la pertinence. Dans l’état actuel des choses, Casino exige que la Coop se réorganise avant de racheter. Casino rachèterait en fait une nouvelle société dans laquelle seraient transférés les salariés. Ceux qui accepteront le transfert deviendront des gérants non-salariés. Et ceux qui refuseront devront être licenciés et leurs indemnités seront payées par… la Coop.

Le parquet et les élus appelés à la rescousse

« Toutes ces affaires montrent la gestion pour le moins hasardeuse du groupe et l’incompétence du conseil d’administration dont nous avions déjà réclamé la démission », commente Philippe Spitz, président de l’association régionale de soutien aux Coop d’Alsace (ARSCA) qui se réjouit de voir « le dossier devenir enfin politique. Les grands élus, qui prenaient faits et causes pour Christian Duvillet, commencent à demander des comptes ».

Avec leurs fiches de paie d’avril, les 3 200 salariés Coop ont reçu une lettre de leur PDG assurant qu’il avait le soutien de la Région, des deux conseils généraux et de la CUS. Mais le ton semble se durcir, Guy-Dominique Kennel, président du conseil général du Bas-Rhin (UMP) ayant demandé à rencontrer le PDG Christian Duvillet hier. Néanmoins, le député PS Armand Jung, vice-président d’honneur de l’ARSCA interpelle :

« Tout le monde est honteusement silencieux dans cette affaire. Quelles sont les amitiés derrière tout ça ? Yves Zehr a réussi à se lier avec tout le monde. Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond, c’est évident.»

D’abord divisés quant à la marche à suivre, les sept syndicats présents au sein de la Coop sont tombés d’accord. Ils saisiront la justice, en écrivant au procureur de la République pour déposer plainte. Les salariés souhaitent que le Parquet ouvre une enquête. Une déléguée du personnel insiste :

« La Coop n’est pas morte, elle peut encore être sauvée mais il faut faire le ménage, faire la lumière sur cette liquidation orchestrée depuis longtemps. »

 

Contacté et confronté aux accusations portées contre lui, Yves Zehr nous a indiqué « ne pas avoir à répondre ». Quant à nos sources, représentants du personnel ou proches de la direction, toutes ont accepté de parler à condition que leur anonymat soit garanti. 

Pour aller plus loin

Sur Rue89 Strasbourg : tous nos articles sur la Coop

Soutenez Rue89 Strasbourg Vous avez apprécié cet article ?
Abonnez-vous pour que Rue89 puisse
en produire d'autres et plus.

Publicité

À vous !

Laisser un commentaire

62 Commentaires postés

  1. Dire qu’on est dans « l’économie sociale et solidaire » : Coop est une coopérative de consommateurs, structure en principe démocratique dont le but n’est pas le profit, mais le bien commun. A l’arrivée, des agissements dignes des pires « patrons-voyous ».
    Bonne nouvelle : on a un ministre délégué à l’économie sociale et solidaire (Benoît Hamon) ; a-t-il un avis sur la question ?

  2. Le comité central d’entreprise de Coop Alsace a déposé aujourd’hui à Strasbourg une plainte contre X. Il soupçonne d’anciens dirigeants du groupe de pratiques frauduleuses.

    Et si c’était trop tard???

    • Merci tres content que la justice soit saisie laissons la faire leur travail et trouver une issue qui serait quand meme assez long et que les soupcons deviennent peut etre du reel

    • ENFIN une plainte a était déposé,des dirigeants et ex dirigeants commencent a paniquer,et il faut aller jusqu’au bout et que l’intersyndicale ne lache rien et que Mr le Directeur prenne ces responsabilités en prononcant des mises a pied( voir licencié) des personnes impliqués dans cette triste affaire,pour moi il y a que la partie visible de l’iceberg pour le moment,laissons faire la justice et on découvrira la partie immergé et tous les maillons de la chaine qui ont trempé dans ce trafic financier.

    • trop tard? vous pensez que le Groupe risque la faillite?
      C’est vraiment une sale histoire

  3. Il faut que toute la lumiere soit faite sur cette affaire et voire les annees anterieur qui doivrnt certainement eu aussi des ptrlevements de caisses et que la nouvelle direction prenne toute sa responsabilite pour depots de plainte si les fais sont avere

    • Comment interprêter le fait que Mr DUVILLIER a refusé de porter plainte?? Pour attendre que l’audit soit terminée??? Fin juin pour que toutes les traces compromettantes soient effacées???
      On peut entrevoir une sacrée cabale dont les employés en feront les frais et que certains ont largement profité en s’enrichissant…

      • Il faut que m hobel prend les choses rn mains pour deposer plainte et que m y z soit interroger par les policiers pour que tous soit fais pour en connaitre la verite je vous signal qu il a eu des pertrs d emplois dans cette affaire

  4. Il fallait que les syndicats du port du rhin se penchent plus sur les chiffres au lieu de se contenter des dires de la direction j zi travaille durznt six ans comme cadre a la bvp au siege au pott du rhon

  5. Pour les jeunes qui partaient faire leurs études à Paris et qui cherchaient un logement, il leur suffisait de dire « je suis alsacien » et ils décrochaient beaucoup plus facilement le bail convoité (l’Alsacien est sérieux, honnête).

    Quel conseil leur donner à présent ?

    « Je suis d’origine suédoise ? » Les Alsaciens ont en effet parfois du sang suédois dans leur veines…

    • Il y a des brebis galeuses dans chaque troupeau…Le discrédit est vite jeté sur les autres, en effet…Il faut donc que la justice soit efficace et que rapidement elle se charge de l’affaire…Trop de rumeurs courent depuis trop longtemps sur la situation opaque et douteuse des COOP pour que la vérité n’éclate pas au grand jour…Il y des milliers de sociétaires qui méritent un autre respect que celui qui leur a été adressé, ces derniers temps…
      Jet’s langst !!!!

  6. Comme c’est étonnant au royaume des aveugles les borgnes sont roi!!! Et en attendant les employés sont dans l’angoisse et tout le monde de la solidarité aussi !!

    Années néos-libérales = des années de voleurs

  7. Toutes ces affaires montrent la gestion pour le moins hasardeuse du groupe et l’incompétence du conseil d’administration dont nous avions déjà réclamé la démission », commente Philippe Spitz, président de l’association régionale de soutien aux Coop d’Alsace (ARSCA) qui se REJOUIT de voir « le dossier devenir enfin politique. Les grands élus, qui prenaient faits et causes pour Christian Duvillet.
    Demandons à Mr SPITZ des précisions, il a surement toutes les explications possibles.

    • Bonjour
      Oui, pourquoi Mr SPITZ se réjouit t’il?
      Son association n’ a pas fonctionné?
      La meilleure façon de faire parler de lui;-)
      mais espérons que ces dires ne sont pas fantaisistes, et restons prudents.

  8. J’ai pas bien compris pourquoi Mr DUVILLET refuse de porter plainte…J’ai encore moins compris pourquoi c’est Mr REHBUN directeur financier et en parenté avec Mr ZEHR, qui a « mené » l’audit interne à l’hyper de Geispolsheim ( plaque tournante de ce trafic…)
    Par contre, je commence à comprendre pourquoi les COOP sont dans une telle situation…
    Faut espérer que la justice fasse son travail et qu’une solution puisse être trouvé pour éviter un des plus grand désastre économique et social de la région.

    • Vous êtes bien sur de vous? Avez vous des preuves concernant vos accusations de plaques tournantes?
      Bien évidemment, 800 bons de 100E auraient coulé le Groupe.
      c’ est évident.Attendez donc la plainte et que l accusé se défende avant de le conduire directement à la guillotine.

      • B 747

        Je ne suis sûr de rien et je n’accuse personne…En qualité de sociétaire des COOP, je m’informe et souhaite comprendre…Sauf qu’il n’y a jamais de fumée sans feu…Par ailleurs, je vous trouve trop fervent défenseur des accusés , la combine aurait t’elle profité à d’autres??
        Enfin, il est évident que les seuls 80 000 euros n’ont pas suffit de couler les COOP, mais c’est peut être l’arbre qui cache la forêt…ou la partie immergée de l’iceberg…Les langues vont se délier et l’on saura rapidement plus…
        Je profite pour souligner , au passage, la pertinence et le courage de la journaliste Noemie ROUSSEAU…

      • bien sur qu’il y a d’autres dirigeant et ex cadres sup qui ont trempé dans cette mascarade financiere bientot les tetes vont tombées

      • Je ne travaillais ni pour YZ ni pour la Coop. Je suis simplement attaché à cette vieille enseigne.
        Mais ce jour, Il est vrai que des éléments se précisent!
        j’espère que la nouvelle direction sortira Coop de cette terrible tourmente et que les emplois seront maintenus.

      • Vous pensez que la coop va faire faillite?Et tous les salariés au chômage?
        Cela serait terrible
        la nouvelle direction va peut être sauver le groupe?non?

      • Je n ais jamais dis que la coop allait faire faillite et honnetement je le souhaite pas je ne connais le nouveau p d g et je lui souhaite tous mes voeux de reussite pour remonter car il a encore enormement de salarie qu on signe un c d i avec la coop que veux dire le i de c d i c indetermine et pas faillir au ecxes de la folie des grandeur de l ancien dirigeant y z avec.le renfloument d argent de leclerc et casino la.coop.aurz certainement lesains liees mais peut etre comme ca la reussite sera peut etre au rendez vous et du fond.de moj je l espere

      • Oui, vous avez raison, j’espère tout comme vous que tout ira bien pour la nouvelle direction et que le Groupe se sortira de cette horrible affaire!
        Suis aussi d accord avec le renflouement Leclerc!
        vous avez raison
        espérons que tout se passe bien

  9. ne pas traiter les gens d escrocs sans preuves! aimeriez vous que l on fasse cela avec vous?
    Sans plainte, juste un soupçon, et voila une vie brisée.
    la coop n est pas seule a traverser la crise
    Carrefour, etc….
    pas de précipitations
    qui a donc intérêt à enfoncer le groupe coop déjà affaibli?

    • M. Ross, cet article a été écrit après deux semaines d’enquête, l’interview d’une vingtaine de personnes impliquées, ainsi que la collecte de documents qui listent ces détournements…
      Nous ne sommes pas la justice, nous n’enquêtons pas lorsque nous sommes « saisis » comme le Parquet ou lorsqu’il y a un délit ou un soupçon, nous enquêtons lorsqu’il y a une information d’intérêt public qui mérite d’être publiée, ce qui nous semble être le cas ici.

  10. Journalisme d investigation?
    Je trouve la méthode odieuse

  11. Quelle honte d accuser sans même l ouverture d un procès?
    RUE 89 fait la part belle à M.SPITZ
    Il faut attendre et ne pas commettre d erreur en calomnies.

  12. Juste pour vous encourager à continuer.. ça fait plaisir d’avoir du journalisme d’investigation à échelle régionale.. Merci pour les Strasbourgeois

  13. Exactement, attendons que la Justice fasse son travail.

  14. Lorsque l on connait personnellement l ancien P-DG. M ZEHR, cette histoire n est pas pensable
    Cet homme à toujours été un très humain, à l écoute des employés.
    La Coop est une vielle dame, et au lieu de l aider, certain pense qu il est préférable de l euthanasier!!!!
    Cet article n « est basé que sur des SOUPÇONS….!!!!!!!
    Laissez M. ZEHR s expliquer.
    VOUS ACCUSEREZ PLUS TARD.
    Pourquoi un tel acharnement soudain?
    Une vie peut être détruite suite à des calomnies.
    PENSEZ Y TOUS….!!!!

    ,

    • Il n’y a pas d’acharnement. Cet article est basé sur des écritures qui pointent vers M. Zehr. Et nous aurions aimé entendre sa version, mais il n’a pas souhaité nous la communiquer.

    • Que quelqu’un puisse être suffisamment malin pour bien se faire voir par son entourage, la meilleure des tactiques pour ne pas éveiller les soupçons, et ensuite se servir tranquillement dans la caisse ne vous a pas effleuré l’esprit.

    • Pour moi il n’y a pas de fumer sans feu,mais attendons la suite et que la justice fasse son travail

    • Et que pensez vous de la vie des 3500 collaborateurs des COOP et de leurs proches qui risquent d’être sur le carreau suite à l’incompétence et des abus de biens sociaux de leurs dirigeants??

    • Madoff aussi était très humain et on lui confiait des dollars par millions-milliards.

    • Je ne suis pas d accord avec vous sur les louanges que vous portez a m zehr car j ai travaille comme cadre et avec moi il etait tout autre pour moi c est une pe rsonne a deux facettes donc dangereux

    • Je ne suis pas d accord avec vous monsieur b747 sur les louanges que vous portez a m zehr car j ai travaille comme cadre et avec moi il etait tout autre pour moi c est une pe rsonne a deux facettes donc dangereux

      • Vous deviez mieux le connaitre que moi alors.(je ne travaillais pas à la Coop ni pour YZ.
        Pour moi, YZ est une connaissance qui me paraissait très sincère.
        C est incroyable que ce manège pouvait exister dans une société mal en point!

    • Espérons que la nouvelle direction sache rapidement remettre COOP Alsace sur une bonne piste afin de préserver tous les emplois.

    • Espérons que le Groupe Coop s’ en sorte avec la nouvelle direction.
      Il y va de l’ emploi de milliers de personnes

  15. Tsssssssss … pas beau tout ça …
    Et si on disait « le changement c’est maintenant » et qu’on virait tous les pourris ?

  16. Et dire qu’on fait trimer les salariés pour soi disant remonter la Coop, on bosse, on bosse et nos dirigeants creusent le trou et nous envoi au chômage.

    • ÊTES VOUS SUR?

      • vous ne devez pas travailler a la coop le personel est de plus en plus réduit dans les magazin les charges de travail agrandi et si sa marche pas c’est toujour le gérant ou l’emploié le fautif pas les dirigent qui roules en gros cube se font augmenter les salaires alors qu’ils gèle celui des ouvriés et ne font surement pas leurs courses dans un point coop car il ne savent pas ou les trouver histoire véridique de monsieur zehr PDG qui n’as pas trouvé la coop de gamsheim a l’époque ou elle tournais encore HAHA

  17. La devise de la Coopé serait-elle la même que celle de l’Alsace : « Le changement, c’est pas maintenant. » ?

    Les concurrents rénovent en effet leurs magasins tous les 5 ans, la Coopé c’est tous les 50 ans.

    • Oui, c est vrai, la rénovation des magasins n a pas été faite à temps, mais est on sur de toutes ces accusations?

      • Je n’ai fait aucun commentaire en effet sur les accusations. Je profite de cet article pour pointer du doigt qu’en l’absence d’innovation, de remise en question sérieuse, une entreprise ou une collectivité est toujours vouée à une mort, – même si ses dirigeants sont honnêtes -.

        Certains élus alsaciens se battent aujourd’hui pour que la Coopé s’en sorte ? Espérons qu’ils ne pensent pas la Coopé doit être un modèle pour l’Alsace… Ou alors il faudra s’interroger sur les liens entre les élus et la Coopé. Peut-être que M. Copé (au nom prédestiné) pourrait nous éclairer ? :-)

      • J’ espère que le groupe Coop ne va pas sombrer à cause de ces méthodes!

  18. En meme temps quand les magasins ont des heures d’ouvertures semblables aux Banques (fermer en 12:00 et 14:00, ferme à 18:00…)

    faut pas s’étonner que ça marche pas

  19. Madame Rousseau,
    Vous faites vraiment du très bon travail. Ca fait plaisir, de lire de l’excellent journalisme d’investigation, dans le fond comme dans la forme. Continuez, bien sûr. Quelque chose me dit (c’est un euphémisme…) que vous êtes en train de tirer sur un brin de laine et qu’il y a bientôt tout le pull qui va se détricoter. J’ai juste un peu plus mal pour les gens de ma Coop d’à côté, ce sont des gens bien, et quand on voit l’état lamentable de leur magasin, depuis des années… On va bientôt comprendre pourquoi. Cordiales salutations !

  20. Bravo pour vos articles pour dénoncer ces escrocs, à quand des gens « normaux » dans la gestion de ces entreprises qui brassent des millions d’euros? De l’autre côté, les petites mains travaillent pour ramasser les miettes, on appelle cela une démocratie…Il est pourtant facile de mettre en place des garde-fous et de faire signer à toutes les personnes qui « travaillent » dans ces groupes une charte d’éthique pour assurer qu’en cas de détournement et/ou d’enrichissement personnel, c’est la prison et le remboursement x2 ! Nous payons bien le double de ce que nous empruntons légalement pour obtenir un prêt immobilier !