Strasbourg

Prévisions 19 avril 2014
jour
Partiellement ensoleillé avec des averses
Partiellement ensoleillé avec des averses
13°C
 
  • 6:30
  • 4 novembre 2012
  • par Pierre France

Soirée-débat autour du documentaire « Des abeilles et des hommes » lundi 12 novembre

1285 visites | 2 commentaires

Des abeilles et des hommes, un film de Markus Imhoof (doc remis)

Que se passe-t-il avec nos abeilles ? Pourquoi de 50 à 90% des colonies ont disparu selon les régions du globe ?  Les scientifiques peinent à établir les causes avec certitude : les pesticides, un nouveau virus, un parasite… Un ensemble de tout cela ? Un documentaire, « Des abeilles et des hommes » fait le point. Venez le voir en avant-première et en discuter avec nos invités, lundi 12 novembre au Star Saint-Exupéry. 40 invitations pour deux à gagner.

Bande-annonce « Des abeilles et des hommes »

« Syndrome d’effondrement »

Depuis une quinzaine d’années, de nombreuses colonies d’abeilles sont décimées partout dans le monde. Les causes de cette hécatombe ne sont pas encore établies. Selon les régions du monde, ce sont entre 50 et 90% des abeilles qui ont disparu.

Cette épidémie, d’une violence et d’une ampleur faramineuse, est en train de se propager de ruche en ruche sur toute la planète. Partout, le même scénario se répète : par milliards, les abeilles quittent leurs ruches pour ne plus y revenir. Aucun cadavre à proximité. Aucun prédateur visible. En quelques mois, les abeilles se sont ainsi volatilisées aux Etats-Unis où les dernières estimations chiffrent à 1,5 million (sur 2,4 million de ruches au total) le nombre de colonies qui ont disparu dans 27 états. En Allemagne, selon l’association nationale des apiculteurs, le quart des colonies a été décimé avec des pertes allant jusqu’à 80% dans certains élevages. Même phénomène en Suisse, en France, en Italie, au Portugal, en Grèce, en Autriche, en Pologne, en Angleterre où le syndrome a été baptisé « phénomène Marie-Céleste », du nom du navire dont l’équipage s’était volatilisé en 1872.

Les scientifiques ont trouvé un nom à la mesure du phénomène : le « syndrome d’effondrement » ou « colony collapse disorder ». Ils ont de quoi être préoccupés : 80% des espèces végétales ont besoin des abeilles pour être fécondées. Sans elles, ni pollinisation donc pratiquement ni fruits, ni légumes. Les trois quart des cultures qui nourrissent l’humanité en dépendent. Arrivée sur Terre 60 millions d’années avant l’homme, Apis mellifera (l’abeille à miel) est aussi indispensable à son économie qu’à sa survie.

Faut-il incriminer les pesticides et les médicaments employés pour les combattre ? Les parasites tels que le varroa ? De nouveaux virus ? Le stress des voyages ? La multiplication des émissions électromagnétiques perturbant les nanoparticules de magnétite présentes dans l’abdomen des abeilles ? Il semble plutôt qu’une combinaison de tous ces agents détruise les défenses immunitaires des abeilles.

Projection et débat lundi 12 novembre

Les cinémas Star et la société des lecteurs de Rue89 Strasbourg vous proposent de voir ce documentaire en avant-première, lundi 12 novembre à 20h au cinéma Star Saint-Exupéry. La projection sera suivie d’un débat avec trois spécialistes des abeilles:

  • Jean-Claude Moes, apiculteur professionnel au Neuhof,
  • Nadine Soccio, apicultrice amateur,
  • Michel Kernéis, président de la société d’apiculture de Strasbourg.

Gagnez votre place

Rue89 Strasbourg et les cinémas Star vous offrent 40 invitations pour deux, tirées au sort jeudi 8 novembre à 18h parmi les participants ayant rempli le formulaire ci-dessous.

Y aller

Projection et débat « Des abeilles et des hommes », un film de Markus Imhoof, lundi 12 novembre à 20h, au cinéma Star Saint-Exupéry, 18, rue du 22-Novembre à Strasbourg. Sortie en salles le 6 février 2013.

Soutenez Rue89 Strasbourg Vous avez apprécié cet article ?
Abonnez-vous pour que Rue89 puisse
en produire d'autres et plus.

Publicité

À vous !

Laisser un commentaire

2 Commentaires postés

  1. Bonjour.
    Petite erreur de redac’, c’est Jean Claude, et non Jean Paul Moes.
    Cordialement

    Yoann