Strasbourg

Prévisions 23 novembre 2014
jour
Nuages par intermittence
Nuages par intermittence
11°C
 

Où les Alsaciens se réfugient à Paris

4194 visites | 9 commentaires

La brasserie Lipp, phare de l'Alsace à Paris (Photo JS)

Il y a 250 000 Alsaciens exilés en Ile-de-France, nous ne les oublions pas. Heureusement pour eux, et pour moi, quelques lieux rappellent nos douces vallées. Voici un petit tour d’horizon des coins d’Alsace dans la capitale.

BlogDe la célèbre « Maison de l’Alsace » aux innombrables tavernes et brasseries typiques que compte la ville lumière, en passant par la méconnue « Petite Alsace » ou la plus célèbre « Ecole alsacienne », l’Alsace a marqué de son empreinte le paysage parisien, parfois si naturellement qu’on en oublierait presque de le remarquer. Pour flâner, déguster, vous cultiver ou tout simplement pour supporter la distance si elle vous pèse : suivez le guide !

La « Maison de l’Alsace »

Centre névralgique mais surtout fierté pour Alsaciens chauvins, la charmante demeure haussmannienne trône au 39, avenue des Champs-Elysées, sur la plus belle avenue du monde donc, à deux pas de l’Arc de Triomphe et voit ainsi passer devant elle des myriades de touristes. Propriété des conseils généraux du Bas et Haut-Rhin depuis 1968, elle a d’abord un rôle de promotion touristique mais offre aussi un pied-à-terre parisien aux nombreuses entreprises, associations et collectivités alsaciennes qui désirent recevoir dans la capitale. On trouve dans ses étages une trentaine de bureaux et des salles de réception disponibles à la location. Et puisqu’on ne travaille jamais mieux qu’avec le ventre plein, le restaurant L’Alsace situé au rez-de-chaussée ravira qui veut déguster une authentique choucroute ou autre met gastronomique à condition, il faut bien l’admettre, d’y mettre le prix. Actuellement, le bâtiment est en cours de rénovation. Une verrière panoramique sera installée au dernier étage, l’entrée sera réaménagée. Fin des travaux ? Courant 2013. Coût estimé ? Environ 15 millions d’euros. Une vitrine au soleil, ça se paie.
• Métro 1 et 9, Arrêt Franklin D. Roosevelt. Site officiel

La Maison de l'Alsace donnant sur Champs-Elysée et la Tour Eiffel à l'arrière plan.

La « Maison de l'Alsace » et la Tour Eiffel en arrière plan (Photo CG67)

Les brasseries traditionnelles (et autres lieux de gastronomie)

«Bofinger», «Chez Jenny», «Au Bretzel»… Des noms qui rappellent à coup sûr d’agréables souvenirs à des générations de parisiens. Verlaine et Apollinaire étaient déjà en leur temps des habitués de la mythique «Brasserie Lipp» (photo au début de l’article), élevée depuis au grade de monument historique mais toujours prisée de nombreux intellectuels. Les brasseries traditionnelles constituent LA première image d’Alsace que l’on remarque à Paris et touristes comme locaux y assouvissent leur appétit avec des produits du terroir accompagnés, forcément, de bons vins de chez nous.

Pour les plus petits budgets, l’alternative sympathique s’appelle (entre autres) «Flam’s». La franchise qui monte compte désormais cinq restaurants dans la capitale où on peut y trouver une variété de Flammekueches de qualité raisonnable. Au passage, si vous lisez ceci et que vous n’êtes pas alsacien, contentez vous de commander une « tarte flambée », on vous comprendra plus facilement, mais c’est gentil d’avoir essayé !
• Sélection de brasseries et restaurants alsaciens à Paris par J.L. Delpal : ici.

Bars, pubs et lieux de sorties

Autant le dire tout de suite, ces derniers ne courent pas les rues. Bien sûr, quand on sait qu’une bière sur cinq vendue en France est une Kronenbourg, il n’y a pas d’immenses difficultés à trouver de la bière alsacienne à Paris. Mais pour les plus exigeants d’entre nous, il existe tout de même des troquets où l’on trouvera (selon les arrivages) des cervoises plus rares. La Chope d’Alsace notamment, dans le 6ème, La Gueuze aussi, dans le 5ème qui a pour agréable particularité de proposer des réductions aux étudiants en happy hour.

Dans un autre registre, le O’Neil (dans le 6ème arrondissement également, quartier Saint-Germain), propose un joyeux mélange entre culture irlandaise et alsacienne. En plus, les propriétaires brassent eux mêmes leur bière (presque sous vos yeux !) et vous proposent de l’accompagner avec un choix d’une bonne vingtaine de flams’ différentes, sucrées ou salées. Des gens biens. Le quartier alsacien « historique » de Paris (autour de la Gare de l’Est), lui, ne présente plus guère d’intérêt et ce, à tous les niveaux d’ailleurs. Le nom des rues adjacentes rappelle éventuellement un temps où le lieu était encore le temple des expatriés venus d’Alsace. Seule La Strasbourgeoise, brasserie authentique et fine, subsiste mais à vue d’œil, il n’y a guère que l’enseigne en lettres gothiques qui sonne alsacien dans ce gris paysage.

La Gare de l'Est est la porte d'entrée historique des alsaciens à Paris (Photo SNCF)

« L’école Alsacienne »

Peu connue entre Vosges et Rhin, elle est pourtant synonyme d’excellence pour les franciliens. L’établissement privé (laïc et sous contrat) est installé en plein cœur du quartier latin. Il accueille les élèves du jardin d’enfant à la terminale, en tout cas ceux qui ont pu l’intégrer et dont les parents sont prêts à débourser 2490 € par an. Créée en 1870 par des intellectuels alsaciens, elle doit son existence à la vague d’ « émigration » vers Paris qui entoure la défaite de 1871 en conclusion du conflit franco-prussien. A cette époque, l’Alsace retombe dans le giron de l’Empire allemand et nombreux sont ceux qui fuient la région. Léonard Lipp, le fondateur de la brasserie du même nom (dont je parlais plus haut) compte parmi ces réfugiés. Je reviendrai d’ailleurs sur ce phénomène dans un post ultérieur.

Pour en revenir à l’école alsacienne, elle berce donc logiquement dans l’humanisme. Moderne, elle est réputée pour son attachement à l’épanouissement de l’enfant, ses méthodes pédagogiques avant-gardistes et, forcément, pour la renommée des personnalités qui l’ont fréquenté : Stéphane Hessel, Michel Rocard, Théodore Monod, … Carlos aussi.
• Site officiel

La « petite Alsace »

Dans la catégorie « insolite », ce mini-hameau hors du temps va à coup sûr vous surprendre.  Des pieds de vignes qui tortillent le long de belles maisons à colombages dans Paris intra muros ? Oui, c’est possible. Mais si cela ne vous dit pas grand chose, c’est parce que ce lieu unique est plus qu’isolé, perdu dans les dédales du quartier de la Butte-aux-Cailles, au 10 rue Daviel plus précisément. Quarante petites maisons individuelles s’y jouxtent autour d’une vaste cour doucement bucolique. Ce petit coin de paradis, ou d’Alsace – pléonasme – a été construit en 1912 par l’architecte Jean Walter pour y loger des familles ouvrières. Y vivent depuis environ 300 personnes. Un siècle plus tard, l’ensemble n’a pas bougé, tout juste a-t-il été rénové, ce qui tranche énormément avec la grisaille des immeubles en bétons qui se sont dressé autour. Un village d’irréductibles en quelque sorte, mais surtout, une superbe curiosité dans un 13ème arrondissement déjà caractérisé par son éclectisme.
• Y aller : Métro 6, Arrêt Corvisart. 

Inauguration de la petite Alsace, cour intérieure (Photo LPP)

Plus globalement, l’Alsace à Paris, c’est à la fois nombre et trop peu de choses. Chauvin – toujours – on se dira que le premier croquis et la structure de la tour Eiffel n’est pas l’œuvre de son illustre constructeur éponyme mais bien celle de Maurice Koechlin, un ingénieur buhlois malheureusement oublié par la postérité. Aussi, on aimera admirer la réplique de la « Statue de la Liberté » plantée sur la pointe de l’Ile aux Cygnes, à deux pas de l’atelier où elle fut conçue par le colmarien Bartholdi. Et ainsi de suite.

Des petits coins d’Alsace, il est donc possible d’en trouver un peu partout à Paris. Il suffit peut-être d’ouvrir les yeux ou plutôt de vouloir les dénicher. Je me ferai un plaisir de vous les faire découvrir dans mes contributions futures. D’ailleurs, si vous connaissez d’autres lieux sympathiques ou curiosités du même type, n’hésitez pas à les partager dans les commentaires. Paris est si grand pour un alsacien.

Soutenez Rue89 Strasbourg Vous avez apprécié cet article ?
Abonnez-vous pour que Rue89 puisse
en produire d'autres et plus.

Publicité

À vous !

Laisser un commentaire

9 Commentaires postés

  1. Merci pour l’article. Pour info, on essaye de créer un réseau d’alsaciens à Paris sur une page fb dont voici le lien http://www.facebook.com/StammtischAlsacienAParis. Cette page à pour objectif de créer un réseau d’alsaciens à Paris et d’organiser régulièrement des afterworks alsaciens au format Stammtisch.

  2. Oublier l’épicerie Chez Schmitt, ouverte depuis 1903, juste en face de la Gare de l’Est, quand même, c’est passer à cotė de l’essentiel.

    • Jérémy Schlosser

      Aie aie, effectivement ! Merci pour la suggestion, j’en glisserai un mot si le contexte le suggère dans mon prochain post :)

      Bien à vous.

  3. Décidément, l’année finit comme elle a commencé : dans le délire chauvin, la nécrose folklorisante, le grotesque pathétique des pseudo-régionalisants, des amis de Daudet, de Mistral, de Déroulède, qui déshonorent l’idée même de région (qu’il s’agisse de l’Alsace ou d’ailleurs). Les habitants de ce sinistre pays où l’on est vieux avant même d’être né…

    • Eh bien Vladimir, vous terminer bien tristement l’année 2012. J’espère pour vous que vous saurez regarder l’actualité sur Rue89 de façon plus positive en 2013.
      Parlez des Alsaciens habitants ailleurs ne me semble pas être du délire chauvin ou de la nécrose folklorisante, mais me parait d’un dynamisme et d’un optimisme réconfortant.
      Par ailleurs, pour une fois que nous avons un site qui parle de l’actualité locale et de façon différente de la presse traditionnelle, nous devrions tous applaudir des deux mains.
      Toutefois, si votre pessimisme devient si dramatique, abstenez-vous de lire ces articles, vous vous en porterez mieux.
      Je vous souhaite une excellente année

    • t’exagères pas un peu là….

    • je parlais à Wlad bien sûr

      • @Pizz’, non je n’exagère pas : j’aime l’Alsace et j’ai horreur des chauvins, des vieux croûtons, des nostalgiques moisis d’une époque qui n’a jamais existé, bref de tous ces crétins qui l’enlaidissent et la déshonorent.

        @PierreS : hi hi hi hi hi hi :-))))))))))))))))))))))))))))))))).

    • Monsieur Wladimir,

      N’oubliez pas que vous êtes ici chez nous. Partez d’Alsace si vous ne nous aimez pas, et repartez dans cette France de l’intérieur que vous semblez tant chérir : nous ne vous retiendrons pas.

      Signé : un vieil Alsacien.