Strasbourg

Prévisions 23 septembre 2014
jour
Nuages par intermittence
Nuages par intermittence
17°C
 

Amalia Sartori, députée européenne : « Strasbourg, c’est comme aller en prison »

22592 visites | 108 commentaires
Amalia Sartori (Photo groupe PPE / FlickR / CC)

Amalia Sartori (Photo groupe PPE / FlickR / CC)

Amalia Sartori est députée européenne depuis 1999 (Parti Populaire Européen, centre droit). Tous les mois, elle se rend au Parlement européen de Strasbourg à l’occasion de la session plénière. Dans son témoignage, cette ancienne conseillère régionale du Veneto explique en partie les raisons du vote anti-Strasbourg des eurodéputés.

Blog

Amalia Sartori est une élue du parti Il Popolo de la libertà (Le peuple de la liberté, centre-droit), le parti de Silvio Berlusconi. Après trois mandats locaux de 1985 à 1999 dans la région du Veneto en Italie, elle se présente aux élections européennes et devient députée pour la première fois en 1999. Elle a été réélue deux fois et depuis près de quinze ans, les allers-retours à Strasbourg l’insupportent.

Quand êtes-vous venue pour la première fois à Strasbourg ? Quelles avaient été vos impressions ?

En juillet 1999. On ne peut pas rester indifférent à la ville. On a vraiment l’impression d’arriver en Europe, là où il est normal de parler, travailler et vivre chaque jour avec des collègues venant de 27 pays (ndlr : aujourd’hui, en 1999 il y avait 15 Etats membres de l’Union Européenne). Je dois admettre que cela a été une expérience exaltante, puisque j’ai pu me faire une idée de ce que sera notre futur.

Avez-vous eu l’occasion de prolonger votre séjour dans la ville en dehors des sessions ?

Non. C’est déjà difficile de rester à Strasbourg pendant quatre jours tous les mois. Je suis toujours présente aux sessions plénières à Strasbourg et la présence ici est usante. A Bruxelles, on est organisés, on y habite, on a nos habitudes, tandis que venir ici c’est toujours un déplacement, 12 fois par an. J’arrive le lundi et je pars le jeudi. Ça suffit pour moi.

En quoi avoir une session parlementaire par mois à Strasbourg complique ou facilite votre travail ?

Ça le complique, sans aucun doute, car Strasbourg est mal desservie : on ne peut jamais faire l’aller-retour dans la journée. Quand on vient ici, on dit toujours que c’est comme aller en prison : quand on va au Parlement, il est difficile d’en sortir avant le soir. On peut tenir le même discours pour la ville en général.

Les eurodéputés ont-ils l’occasion de rencontrer un peu les Strasbourgeois ? Comment ont été vos échanges ?

Ces occasions sont vraiment rares. On rencontre les Strasbourgeois dans les hôtels, dans les restaurants, etc.

L’impression qui se dégage est que les eurodéputés sont considérés comme des « vaches à laits » pour le personnel des magasins ou des hôtels, qui donne l’impression de n’être guère habitué à traiter les touristes. La relation avec les citoyens strasbourgeois n’est pas très bonne. C’est comme s’ils se disaient qu’on se doit d’être à Strasbourg pour notre travail, par nécessité et pas par intérêt pour la ville. Mes collègues du Conseil de l’Europe, qui travaillent toute l’année à Strasbourg, le constatent aussi.

La ville est très jolie et intéressante, mais les personnes qui y travaillent ne donnent pas l’envie d’y revenir.

Il y a-t-il des endroits particuliers où vous aimez séjourner, dîner ou prendre un verre ?

Strasbourg est bien organisée et intéressante, malheureusement, je suis presque toujours au Parlement et je ne peux pas aller au centre-ville ou visiter la ville, sauf exceptionnellement. Il y a quelques semaines quand je suis allée à Colmar, j’ai fait la route des vins, etc. A Colmar aussi je n’ai pas aimé l’approche des vendeurs ou du personnel hôtelier.

Pour dîner le soir, on se retrouve souvent avec les collègues de la délégation italienne qui préfèrent manger dans des restaurants italiens, comme « La Casella », « Trattoria da Giovanni », « La Trattoria », « Il Girasole » etc. Personnellement, j’aime beaucoup la « Cloche à Fromages », c’est un endroit spécial, parfois je vais aussi au « Crocodile », même si à mon avis il est surcoté.

Pour mes achats, je vais presque toujours dans des magasins qu’on peut qualifier « d’internationaux », notamment quand j’ai eu besoin d’acheter des cadeaux.

Votre travail à Strasbourg est-il différent par rapport à Bruxelles ?

A Strasbourg on a une surcharge de travail, car beaucoup d’évènements sont organisés pendant les sessions plénières. C’est très intense. On est sûr que presque tous les eurodéputés sont présents pendant les sessions plénières, tandis qu’à Bruxelles, pendant les travaux des commissions, la présence des députés est plus étalée dans la semaine.

Le siège du Parlement européen à Strasbourg est aujourd’hui contesté, quelle est votre position dans ce débat ?

Je comprends parfaitement pourquoi, dans les traités, on a décidé d’avoir différents sièges pour les institutions européennes. Pourtant je crois qu’il faut bien se rendre compte de la situation : oui, peut-être l’Histoire a donné à la Belgique un privilège que d’autres États pouvaient également mériter, mais je ne parle pas de ce qui est juste ou pas. Je veux dire que la réalité, c’est que le lieu principal et central de notre travail est à Bruxelles et il est de plus en plus nécessaire de collaborer avec le Conseil de l’Union Européenne et la Commission, qui sont aussi à Bruxelles.

C’est compréhensible que Strasbourg, l’Alsace et la France en général veuillent garder un rôle important, c’est pourquoi je propose de créer à Strasbourg un centre d’excellence. Il y a quelques années, au début de cette législature, j’ai envoyé une lettre à Nicolas Sarkozy en lui disant qu’avec la crise économique, il est difficile de justifier les dépenses des déplacements. Certes, il y en a qui défendent idéologiquement Strasbourg, en soutenant que le siège unique doit être là, mais ça ne résout pas les problèmes de communication avec les autres institutions à Bruxelles.

C’est pourquoi je pense que ce serait bien que la France, qui est connue dans le monde entier pour avoir la plus importante Ecole Nationale d’Administration (ENA), instituait une Ecole d’Administration européenne. On en a de plus en plus besoin, à tous les niveaux de « gouvernance », d’un personnel qui soit préparé et qui connaisse les enjeux européens. Strasbourg serait la ville idéale pour le faire, à mon avis, et on pourrait enfin exploiter la ville 365 jours par an.

D’autres propositions ont été faites : faire de Strasbourg la citadelle de la sécurité, celle de la justice etc. Pour la France et pour toute l’Europe, il faut en parler et trouver une solution faisable et surtout utile.

Comment pensez-vous que les citoyens strasbourgeois, mais aussi français et européens puissent mieux comprendre les enjeux qui sont débattus au Parlement européen ?

Les organes d’information ont un rôle fondamental à jouer. On est en train de travailler sur cela, mais ce serait une erreur de développer des moyens purement « européens » pour le faire. Je crois que c’est aux média nationaux de donner plus d’importance à l’Europe. On a besoin de journalistes compétents et préparés sur les thématiques européennes et aujourd’hui il n’y en a pas beaucoup.

Je parle aussi des journalistes qui travaillent au niveau national : souvent les nouvelles venant du correspondant de Bruxelles sont, à tort, considérées comme moins importantes que d’autres nouvelles nationales.

Remerciements à Andrea Chiarello pour la réalisation et la traduction de cet entretien.

Soutenez Rue89 Strasbourg Vous avez apprécié cet article ?
Abonnez-vous pour que Rue89 puisse
en produire d'autres et plus.

Publicité

À vous !

Laisser un commentaire

108 Commentaires postés

  1. Comment ça marche, une Demande de Crédit ?

    L’argent est toujours un tabou en France , Belgique, Madagascar, Suisse, Tunisie, Italie, etc ….. il est difficile de parler d’argent, de crédits, d’épargne avec ses collègues, ses amis (es), sa famille. En grande partie parce qu’on a peur d’attirer la jalousie, ou la pitié, ou autre chose. Bref, c’est tabou. Alors j’ai trouvé Mme Paulette MAES qui vient de m’aider pour mon prêt des 12.000 €, elle vous parlera d’argent sans détours, qui tente de répondre aux questions de bon nombre de personnes… même si parfois les réponses ne sont pas forcément les plus agréables à entendre.

    Si vous avez besoin d’une aide financière, adressez-vous à un bon particulier. Mme Paulette MAES e-mail: paulettecredit568@yahoo.fr

  2. C’est drôle, les contributeurs qui écrivent des pavés, alors que ça ne sert à rien et que tout le monde s »en fout……

  3. Pour être expatriée en alsace depuis quelques années, je confirme : les gens ici sont désagréables.
    Et pas que dans les 4 étoiles…

    Quant au côté « prison », très franchement, il faut n’y avoir jamais mis les pieds pour avoir la mauvaise foi de le nier.
    Mais enfin, il faudrait savoir si la majorité des parlementaires vivent les choses ainsi. On sait bien que toucher aux petites habitudes, c’est parfois bien compliqué…

  4. Témoignage pris au pif qui n’a rien de représentatif.
    Déjà, aucun député n’est censé faire « l’aller et retour dans la journée », puisque la session dure 4 jours… Mais il est vrai que certains (notamment parisiens) le font… Sans parler de ceux qui ne viennent que très peu.
    Comparer le fait de devoir rester une journée entière au boulot (au parlement !) à la prison, ça veut tout dire sur cette dame et son éloignement de la réalité quotidienne des européens… Cette seule déclaration donne le ton et impose de prendre des pincettes avant de généraliser son propos.
    Et puis sur ce qu’elle dit du personnel… là aussi, tout dépend de la manière dont elle se comporte. Pour avoir côtoyé par mal de députés européens, je peux vous dire qu’il y en a de très sympa qui donnent envie au « petit personnel » que j’ai été d’être très sympa, et d’autres qui, au bout de 10 sessions où ils vous traitent comme moins que rien, ne mérite que le minimum de politesse…

  5. Pauvre euro-députée, surpayée qui se plaind…

    J’en connait beaucoup, moi le premier, qui aimeraient faire ce job, ça me dérangerait pas de prendre le TGV 2 fois par mois et dormir dans des 4 5 étoiles.

    • Comme vous exagérez. A la lecture de cet article on apprend qu’être eurodéputé c’est le bagne et que leur condition de vie spartiate n’est pas à envier (blague)!

  6. je souhaite signaler à cette député que Bruxelles ne devrait même pas être capitale européenne ni Luxembourg plus car dans les traités est stipulé qu’une capitale d’état ne peut être capitale européenne.
    Le parlement a couté une fortune et les députés ( pour leur confort personnel ) ne veulent plus y sièger, belle exemple encore du gaspillage de l’argent public : ça donne vraiment envi de voter aux élections européennes.
    Je ne parle même pas des soucis politiques qui règnent en belgique !!!!

    • Je ne vois pas en quoi les soucis politiques de la Belgique empêchent Bruxelles de recevoir les institutions européennes.

      Quant au voeu des euroéputés, considérer que c’est pour leur confort personnel est un peu rapide. Personnellement, c’est quand j’ai vu les nouveaux bâtiments s’élever à Strasbourg que j’ai eu le sentiment d’un gaspillage et de compliquer la vie démocratique de l’UE !

  7. Et puis, durant que j’y pense, quitte à avancer l’argument de la crise et des économies, pourquoi maintenir des institutions européennes dans un pays qui ne parvient pas à former son propre gouvernement et qui a de fortes chances de scissionner dans les années avenir.
    Mais il est vrai comme le remarquait Gilles Deleuze, qu’ « ils veulent l’Europe des régions maintenant et non plus l’Europe des Nations ».

    • Petite rectification : « On laisse les Droits de l’Homme à Strasbourg ». Vous ne seriez pas en train de mélanger le « Conseil de l’Europe » (Droits de l’Homme, effectivement, 47 pays dont la Russie…) et le « Conseil Européen »? Parce que l’un n’a rien à avoir avec l’autre :)

      • @Strasbourgeois

        Non, justement. Le conseil de l’Europe est une organisation internationale dont le siège est justement à Strasbourg. Le Conseil européen ce sont les 4 sommets annuels qui ont lieu comme par hasard à Bruxelles. Ce que je voulais dire c’est que dans l’optique d’un recentrage sur Bruxelles resterait à Strasbourg tout ce qui concerne les affaires disons de convention (Convention des droits de l’Homme, Charte urbaine, etc…) et qui n’ont donc pas de caractère obligatoire. Alors que tout ce qui revêt un caractère obligatoire (budget, directives) revient à Bruxelles. Ce qui est d’ailleurs déjà fortement le cas. Mais en l’absence du Parlement siégeant ne resterait que les éléments bureaucratiques.
        Cela accentuerait encore la distinction entre intérêts publics et intérêts privés, le lobbying s’opérant déjà à Bruxelles, puisque comme vous le savez sans doute les membres de la commission ont le droit d’occuper des postes dans le privé (Sièges aux CA etc…) et se trouvent ainsi forcément à la botte des intérêts du privé.
        Autrement dit, et sans même trop de cynisme, les diktats qui commandent l’économie européenne ont pour origine moins d’une trentaine de mecs à la botte de l’idéologie néolibérale !

  8. C’est du foutage de gueule tout ça : interview pleine de contradictions de la part d’une « vache à lait » (elle s’est bien choisi le surnom, d’ailleurs) avec une mauvaise foi inégalée. « On ne peut pas sortir avant le soir » – hé oui, vous ne vous imaginiez pas venir au Parlement pour faire du tourisme j’espère, vu les salaires que vous avez! Bienvenue dans le monde du travail, ma chère, où les gens bossent.

    • Ben dis donc, vous n’êtes pas tendre ! Elle constate objectivement qu’elle n’a pas le temps de sortir car les sessions sont denses. C’est tout ! Ne lui faites pas dire autre chose !

      Au vu des différents commentaires, j’ai l’impression que beaucoup de strasbourgeois ont peu de sympathie pour leurs députés européens !

      Je me demande s’ils apprécient d’accueillir cette institution autrement que pour le prestige donné à la ville et l’activité commerciale induite. Et le méritent-ils ?

      Ma question reste entière : qu’est-ce que ça apporte concrètement à la démocratie d’avoir un parlement qui siège si loin de l’exécutif ? Jusqu’à présente je n’ai rien lu de sérieux là-dessus !

      D’ailleurs existe-t-il des pays où un parlement efficace siège aussi loin du gouvernement ? Ce n’est pas une question de concentration des pouvoirs, mais de simple efficacité !

      • Je réponds point par point :

        1. Personne n’a le temps quand on bosse, à moins de faire valoir les RTT, les congés et les autres joyeusetés, auquel cas il les mérite. En la lisant dire qu’elle « n’a pas le temps de sortir à Strasbourg » et « qu’il est plus facile à Bruxelles » on se demande ce qu’ils foutent tous en dehors des sessions parlementaires.

        2. « peu de sympathie pour les députés » – faux, personnellement j’ai plein d’amis euro-parlementaires et je suis ravi de les compter parmi mon cercle de gens les plus proches, du moins certains.

        3. Le siège du Parlement, historiquement, EST à Strasbourg – personne n’a la faute si Bruxelles a réussi à se faire lourdement payer par l’UE pour construire tant de nouveaux édifices parce que, en 50 ans, je n’ai entendu que « nous sommes en crise ». Bah alors, cette crise, elle est où?

        4. Qu’est-ce que ça apporte d’avoir un parlement qui siège si loin de l’exécutif? A ma connaissance la commission européenne n’est pas un gouvernement qui doit mettre en oeuvre les votes du Parlement, mais elle a plutôt un pouvoir décisif et consultatif. Ce n’est pas comme la relation entre un parlement et un gouvernement au sens propre du terme.

        5. Pays? Vous dites pays? Heu… Et la Grande Bretagne et la majorité de la Scandinavie avec les « accords bénéfiques » – qu’est-ce qu’on en fait? Ce seraient des « Catalognes » de l’Union Européenne?

        Réflechissez…

      • @Strasbourgeois
        Tout à fait d’accord avec vous sur les points 1,2,3 et 5

        Quant au point 4, il se trouve que l’on n’est pas en effet dans un rapport Parlement / Gouvernement mais dans une situation où la commission décide (surtout pour tout ce qui concerne la libéralisation de l’économie conformément à l’idéologie dominante) et impose alors que le Parlement a pouvoir négligeable On laisse les Droits de l’Homme à Strasbourg alors que c’est à Bruxelles que l’on discute de l’Agriculture par exemple.

        Pour ma part je trouve significatif de vouloir réduire Strasbourg au profit de Bruxelles : la démocratie compte moins que l’idéologie néolibérale.

      • Je suis d’accord avec Paul, pourquoi maintenir l’exécutif a
        à Bruxelles alors que les traités interdisent sa présence dans une autre capitale ? En regroupant tout à Strasbourg, le problème ne se pose plus.

      •  » En regroupant tout à Strasbourg, le problème ne se pose plus. »

        Personnellement, ça me ferait mal au coeur que l’on reconstruise des bâtiments à Strasbourg alors qu’ils existent déjà à Bruxelles.

        Et puis si les fonctionnaires européens viennent en grand nombre à Strasbourg, le coût de la vie va fortement augmenter.

    • 1. « En la lisant dire qu’elle « n’a pas le temps de sortir à Strasbourg » et « qu’il est plus facile à Bruxelles » on se demande ce qu’ils foutent tous en dehors des sessions parlementaires. »

      C’est pourtant simple : ils habitent à Bruxelles où se fait l’essentiel de leur travail. C’est là que le week end ou le soir ils ont plus le temps de sortir.

      3. « Le siège du Parlement, historiquement, EST à Strasbourg – personne n’a la faute si Bruxelles a réussi à se faire lourdement payer par l’UE pour construire tant de nouveaux édifices  »

      Normal, le parlement a été créé à Strasbourg pour donner quelque chose à la France. A l’époque il était assez décoratif et honorifique. Aujourd’hui, le parlement veut s’affirmer comme contre pouvoir en étant de plus en plus actif. C’est la revendication des parlementaires et de nombreux citoyens européens qui veulent davantage de démocratie.

      C’est pour ça qu’il a besoin d’avoir les moyens d’être plus efficace.

      Un parlementaire qui veut travailler réellement doit pouvoir étudier ses dossiers en étant à Bruxelles là où sont les autres institutions, les fonctionnaires. Si on l’envoie à Strasbourg, il ne pourra pas que difficilement. C’est l’envoyer sur une île où il aura davantage de mal à travailler. C’est peut-être aussi une stratégie pour donner plus de liberté à la commission.

      Moi, en tant qu’européen, ce qui m’intéresse c’est précisément d’avoir un parlement efficace. Qu’est-ce que ça leur apporte aux européens que ce soit à strasbourg ou à Bruxelles ?!

      « 4. A ma connaissance la commission européenne n’est pas un gouvernement qui doit mettre en oeuvre les votes du Parlement, mais elle a plutôt un pouvoir décisif et consultatif.

      «  »5. Pays? Vous dites pays? Heu… Et la Grande Bretagne et la majorité de la Scandinavie avec les « accords bénéfiques » – qu’est-ce qu’on en fait? Ce seraient des « Catalognes » de l’Union Européenne? »

      L’UE n »est bien sûr pas un pays. Mais elle a des institutions qui ressemblent à celles d’un pays. Et pour que ça fonctionne bien, il faut qu’elles soient proches pays ou pas.

      Veut-on maintenir un avantage effectif pour Strasbourg ou donner à l’UE des institutions plus démocratiques ?

      • @Paul
        « C’est peut-être aussi une stratégie pour donner plus de liberté à la commission. »
        Plus de liberté encore ?
        Elle fait déjà tout ce qu’elle veut.

        De toute façon quand la Belgique scissionnera on annexera la partie francophone et Bruxelles deviendra française, et si les flamands gueulent parce qu’ils ont leur parlement à Bruxelles on les déménagera à Strasbourg :-)))))))))))))))

      • A vous écouter, on regroupe toutes les institutions à Bruxelles sans se soucier des rôles donnés dans les traités et on obtient une hyper centralisation autour d’une ville avec une activité politique quasi-morte ailleurs.

        De plus, en quoi Bruxelles est-elle plus légitime qu’une autre?

      • @Spirit

        « A vous écouter, on regroupe toutes les institutions à Bruxelles sans se soucier des rôles donnés dans les traités et on obtient une hyper centralisation autour d’une ville avec une activité politique quasi-morte ailleurs. »

        1/ Est-ce que vous connaissez la signification d’un smiley ?

        2/ Et si vous aviez lu mes autres interventions vous sauriez que je suis tout à fait pour le maintien de la situation actuelle, voire pour le renforcement de la situation de Strasbourg.

        Un peu d’esprit, mon cher Spirit :-)

      • « A vous écouter, on regroupe toutes les institutions à Bruxelles sans se soucier des rôles donnés dans les traités »

        Ce qu’un Traité a fait un autre Traité peut le défaire !

        Il faut comprendre que quand le parlement européen a été créé, son rôle était décoratif, le rôle de l’UE était marginal, il n’y avait pas autant de pays.

        Aujourd’hui, c’est devenu un état dans les états et son fonctionnement est devenu beaucoup plus lourd. Siéger sur deux villes aussi éloignées ajoute à cette lourdeur sans rien apporter, sinon des dépenses qui seraient plus utiles ailleurs.

        « De plus, en quoi Bruxelles est-elle plus légitime qu’une autre? »

        Pas plus, simplement c’est là que se sont développées les institutions européennes, sans doute parce que la position de la Belgique était centrale et que c’était un pays soi-disant neutre.

  9. Le témoignage que vous citez devrait être complété par d’autres chiffres : combien d’heures sont perdues dans les déplacements vers Strasbourg ? Combien de tonnes de documents sont déplacées à chaque session ? Combien de milliers d’euros sont dépensés en déplacements, repas et nuitées d’hôtels. Quel est le bilan carbone de tout cela ? C’est peut-être parce que je ne suis pas originaire de Strasbourg (que j’adore !) que j’ai un autre regard.

    En ce moment, l’heure est aux économies dans les services publics. Ce serait bien de faire aussi des économies dans le fonctionnement des collectivités locales comme des institutions européennes.

    • Et pourquoi au détriment de Strasbourg ? Si on en est la, c’est justement a cause des lobbystes pro-Bruxelles qui sont allés jusqu’à construire un deuxième parlement au frais des bruxellois et qui ensuite ont obtenu le remboursent de l’Europe grace a des des parlementaires complaisants : d’ailleurs ils ont dans leur carton un projet de quartier européen qui se coutera a plus de 400 millions d’euros : alors les économies, ils s’en contre fichent pas mal a Bruxelles !!!! D’autant plus que leur parc immobilier professionnel est vide a 25% minimum… Bruxelles capitale ‘dynamique’…. Quelle blague !

      • Exact, pourquoi ne pas choisir Strasbourg et ainsi développer l’offre. A mon avis tout y est bien moins cher qu’à Bruxelles.
        De plus, pourquoi mépriser les traités et tenter de centraliser les institutions dans une seule ville. Une fois que se sera le Parlement, on passera à d’autres institutions en arguant le côté « pratique » de la décision.
        Résultat : les institutions s’éloignent toujours des citoyens

    • Ce que je ne comprends pas c’est en quoi faire siéger le parlement à Strasbourg augmente la proximité avec les citoyens ?!

      La députée le dit bien : elle n’a pas le temps de rencontrer les strasbourgeois. Qu’ils soient à Bruxelles ou à Strasbourg, ça change quoi ? L’essentiel serait plutôt qu’ils aient le temps de rencontrer les citoyens de leur circonscription pour mieux les comprendre et les représenter. Et se déplacer à Strasbourg quand ils doivent habiter à Bruxelles ne les y aide pas.

      D’autre part, augmenter la démocratie dans l’UE ce serait de donner davantage de pouvoir au parlementaires. Or, la commission et l’essentiel des institutions sont à Bruxelles. C’est donc là que les parlementaires doivent travailler. Si on les en éloigne, c’est le pouvoir de la commission qu’on maintient.

      Et puis, faire travailler les parlementaires sur deux sites représente un surcoût.

      Ce surcoût, de combien est-il ? Ce serait bien que Rue89 nous en dise davantage à ce sujet. Mais surtout, qui le paie ? Les Strasbourgeois ? Ou l’ensemble des contribuables européens ? Ce sont surtout les strasbourgeois qui estiment que ce surcoût est vraiment justifié. Les autres, c’est moins sûr !

      • Je pense qu’il s’agit surtout ici d’une profonde aversion pour le modèle français ultrajacobin : en France, en-dehors de Paris, rien n’existe, et le peu qu’il y a le doit à Paris (Louvre Lens, Pompidou Metz…). Cette aversion est certainement plus marquée en Alsace du fait de son histoire. Le fait d’avoir une Europe dont les institutions sont réparties sur plusieurs villes / pays laisse espérer une meilleure considération de la valeur des différents territoires. Tout concentrer sur Bruxelles donne l’impression de retomber dans ce regrettable travers français…

    • Sur le principe je suis plutot d’accord avec vous, sauf qu ‘il y a un traité qui a décidé que le parlement serait à strasbourg, pas à bruxelles.
      Si l’europe veut montrer l’exemple, qu’elle respecte ses traités, ferme, vende le parlement de bruxelles. et on n’aura plus de problème de transport etc…
      Ou alors grosses indemenités pour la ville et pas de siège de l’otan (rien à voir avec l’europe je me demande qu’elle est le rapport d’ailleurs), d’université (on a deja ce qui nous faut, et que ferait on d’un hemicycle dans une université)
      mais si l’europe ne respecte pas ses propres traités ou va t’on ? je vous le demande.

  10. L’indécence des nantis continue… De plus en plus vomitif.

  11. C’est justement ce genre de témoignage qui donnent des crises d’europhobie aux gens!
    Ils demandent un confort qui n’est en aucun cas indispensable à leur fonction!
    Si Bruxelles concentre tous les pouvoirs du Parlement et que l’on refile à Strasbourg le « lot de consolation », je ne donne pas cher de l’avis des français vis à vis de cette Europe que les (nous) débecte de plus en plus!

  12. Elle oublie qu’elle est élue du peuple et habiter a bruxelles n’est pas vraiment ce qu’on lui demande. Elle a visiblement pris de bonnes habitudes avec les émoluments indécents qu’on lui donne. Madame se prend pour une reine , alors que c’est une bouffone . Je suis bien content qu’elle ne reste pas trop a strasbourg et ne tombe pas sur elle, elle pourrait faire peur a mes enfants !

  13. Juste dire que la proposition de faire de Strasbourg une sorte d’ENA européenne est proprement abjecte !
    Il s’agirait d’y former les bureaucrates du totalitarisme libéral.
    Un bunker de l’OCDE et des multinationales à l’Orangerie.
    Goethe se retourne dans sa tombe !

    • Vous inquiétez pas, au mieux Strasbourg deviendra capitale militaire, sécuritaire Européenne avec leur projet de transférer le siège de l’Otan ici, ou bien de donner plus de pouvoir à l’Eurocorps.
      Magnifique n’est ce pas ?

      • Cisla, bonjour, j’ai deja entendu cette possibilité de transfert du siège de l’OTAN en échange du parlement, avez-vous des élément nouveaux ?

      • Bonsoir, non pas de nouveau, ça a été proposé comme compensation au cas où, mais avec les évènements récent, Le siège du PE de Strasbourg peut respirer un peu.

  14. Pour ce qui est de Strasbourg le problème est double : diplomatique (en fait de prestige) et politique.

    Pour l’aspect diplomatique, il s’agit tout simplement de résultats de négociations entre membres fondateurs. Il était inconcevable que la France, pays de Robert Schumann n’y trouve pas son compte.

    Pour l’aspect politique, il y a la théorie et la pratique.

    – En principe, le Parlement est le lieu de l’expression démocratique et de la volonté d’une réelle représentation démocratique au niveau européen et d’une Union par le biais des députés élus d’une réelle Europe des peuples ! Donc aussi bien théorique le lieu de la véritable construction législative.
    Strasbourg est donc du point théorique et symbolique le lieu d’une Europe véritable telle qu’on peut la souhaiter pour le bien de tous.

    Bruxelles est en le disant un peu brutalement le lieu de l’exécutif et de la bureaucratie, ce qui pose à nouveau deux problèmes :

    1/ d’un point de vue strictement pratique, l’éloignement géographique pose ne serait-ce que le problème de la rapidité de mise en place des textes votés.
    Mais enfin si vous regardez ce qui se passe depuis maintenant de nombreuses années en France la distance géographique n’est rien comparée à la distance idéologique ou plus radicalement de déni de démocratie. En de lointaines années où j’étudiais entre autres le droit constitutionnel, on m’avait appris que suite à la promulgation d’une loi il devait y avoir des décrêts d’application et ce de plus dans des délais fixés. Or, il se trouve que les gouvernements (surtout de droite) se fichent de plus en plus des applications et que des lois promulguées par les représentants du peuple restent lettre morte pour des raisons diverses (inflation législative mais aussi manoeuvres politiciennes) L’exemple le plus flagrant étant sans doute le CPE qui existe toujours comme loi (on peut donc sortir des décrêts à n’importe quel moment) mais que Chirac avait laissé en plan vu l’opposition de la rue. Personne n’a songé utile d’abroger la loi. Et je ne parle pas des nombreuses mutations que le petit Nicolas a fait subir à des lois déjà de droites, par des décrêts choisis qui les orientent plus à droite encore….

    2/ Plus grave est la réelle scission idéologique !
    De fait les députés élus n’ont pratiquement aucun pouvoir !
    Les décisions sont prises par la Commission et ses bureaucrates à la botte du totalitarisme néo-libéral !

    Ces gens-là, laquais de l’OCDE, n’ont aucun souci de la construction d’une Europe politique des peuples, mais y installent l’idéologie néo-libérale : autrement dit la destruction systématique des services publics au profit des multi-nationales qui ne cessent de s’inféoder les Etats et leur imposent leurs conditions (Mitall est un gentil à côté d’autres…) : des privatisations non-retours, des charges accrues pour les citoyens (baisses des salaires, hausse des prix, licenciements,etc) Voyez la Grèce ( bloozée par Goldman Sachs) ou l’Espagne et le Portugal, etc…

    En France cela donne un choix ridicule entre un populisme à la Sarkozy qui mélange discours démagogique et sécuritaire sur fond de soumission au capital financier (Il a fait quoi contre les banques ?) et une social-démocratie molle (qui est en fait un social libéralisme ou le mot social n’a plus guère de sens) à la Hollande qui une fois arrivé au pouvoir ne fait pratiquement rien d’abord parce qu’il n’en a pas les couilles, ensuite parce que le système ( y compris à travers les circulaires européennes) est ainsi fait que l’on ne puisse plus revenir en arrière sauf à être prêt à un autoritarisme que je qualifierais de Bolchevik (dont Mélenchon se rapproche un peu bien que trop pacifiste) et à affronter l’ennemi avec la détermination d’un Jesse James ou d’un Lénine (aujourd’hui Chavez)

    Je suis à Moscou ce nouvel an et la Noël orthodoxe et serai à St Petersbourg pour le nouvel an russe. (La question des pétards s’y pose d’ailleurs tout différemment qu’en Alsace et à nouvel an nous avons fait beaucoup de bruit mais avec aucun des K interdits en France. La majorité des russes n’a d’ailleurs pas les moyens de se payer des pétards et d’ailleurs s’en servent aussi mal que les français : http://www.youtube.com/watch?v=xzhw6iNc5XE
    La plupart des russes assistent aux concerts/bal organisés depuis la Place Rouge jusqu’aux plus petites villes de province.
    Les gens qui ont les moyens se payent des feux d’artifice que des pros mettent en oeuvre, ou ont leurs propres pro ;-)
    Ceci dit cela n’exclue pas les accidents. Pour une ville comme Moscou par exemple (12M d’hab) il y a des dizaines de morts, mais plutôt par accidents ( voitures, noyades, et aussi mauvais usage des « pétards ») et règlements de comptes ( la nouvel an est toujours l’occasion de mettre les comptes à l’heure) Mais le gros viendra le 17 janvier….

    Malgré cela, et pour revenir à notre sujet, la position de Poutine (pas encore assez tchékiste selon certains) est elle bien plus approuvée que l’on ne pense (lisez le livre de Carrere sur Limonov) Pour certains de mes amis russes ce serait sans doute le Hollande dont la France aurait besoin : un mec qui a le courage de mettre les banquiers criminels (Khodorovski) en prison ou de poursuivre par l’intermédiaire d’oligarques alliés des félons comme Berezovsky …. L’intégration précipitée de certains pays de l’Est à l’U.E. prouve la volonté de tout soumettre à la finance.

    Donc de fait Strasbourg est effectivement devenu un non lieu puisque les décisions qui nous gouvernement viennent d’une bureaucratie à la botte.

    Que les députés « élus » demandent à aller à Bruxelles ( un lieu qui symbolise non pas l’union mais la scission ) ne signifie qu’une seule chose : qu’ils ont pris partis (certains sans même le savoir) pour l’Europe des Régions et des scissions contrôlée par la finance contre l’Europe des Nations à construire par les peuples….

    D’une certaine manière ont pourraient dire de ces élus que ce sont des sociaux-traitres !

    • Au secours vous mélangez tout ! Après les fêtes c’est un peu violent, ça m’en a relancé l’indigestion.

      • @Luc

        Jugement quelque peu péremptoire.
        Il y a certes quelques digressions liées à l’actualité récente, (2 paragraphes) mais il n’en reste pas moins que la question des lieux n’est pas simplement une question pratique de déplacement des personnes, mais porte en elle-même toute la dimension symbolique du rôle même des institutions et de leur devenir.
        Négliger la complexité d’un problème c’est s’enlever la possibilité de le comprendre…
        Pour votre indigestion, je vous conseille des petits coups de vodka glacé entrecoupés de petits morceaux de hareng mariné. cela marche aussi pour la gueule de bois.

  15. Etant réceptionniste d’un hôtel 3 étoiles du centre ville accueillant des parlementaires voici quelques précisions :
    – nos habitués parlementaire (parfois depuis plus de 10 ans) ont un tarif préférentiel à l’année, ils payent donc moins que le prix maximal de la chambre.
    – Jusqu’à Septembre 2012 nous avons même gelé l’augmentation des prix (pendant 3 ans) pour les interprètes pour qu’elles puissent continuer à séjourner chez nous sans ajouter d’argent de leurs poches. Ceci n’a plus était possible étant donné l’augmentation des charges.
    – durant les sessions, nous vendons moitié moins de petits déjeuners et encore moins de dîners qu’un hôtel complet de touristes ou homme d’affaire car effectivement la plupart partent tôt et rentre tard.

    Bref, la tendance serait plus à privilégié les touriste, hommes d’affaires et habitués qui peinent à trouver des chambres durant les sessions.

    Personnellement, je me fais une joie tout les mois de revoir les députés et interprètes et assistants qui viennent chez nous, car depuis le temps qu’ils viennent tout les mois, j’aime a penser que nous avons certains liens. On s’appelle par nos noms et on se respecte. On connait nos habitudes et on aime prendre le temps d’échanger quelques mots… Les grossesses, les mariages, les maladies et les départs en retraite… Les débats du jour et les dernières nouvelles du parlement.

    C’est insultant et révoltant de voir une élue, représentante du peuple, généraliser ainsi une profession de manière aussi honteuse. Parce que derrière « l’hôtelier » ce sont des réceptionnistes, femmes de chambre, veilleurs de nuits, serveurs et cuisiniers qui ne pourraient même pas rêver de passer une nuit au même tarif dans un hôtel et qui font tout pour faire leurs travail de manière correct, c’est à dire satisfaire les clients, tout les clients quelqu’ils soient.

    Excusez mon orthographe et ma grammaire.

    • @réceptionniste

      Entièrement d’accord.
      D’autant plus que pour les interprètes et journalistes c’est même une sorte de fête.
      Mais je comprend cette dame d’un certain âge.
      C’est sa fatigue qui parle…

  16. C’est quand même effarant de voir la façon dont Strasbourg est régulièrement salie par les lobbystes pro-Bruxelles, ils n’ont honte de rien ces gens-la.

  17. Je crois qu’il y a un malentendu sur ce que désigne le mot « prison ».
    Elle parle du fait que lorsque les eurodéputés sont à Strasbourg, ils restent au Parlement ou entre eux, car il n’y a que très peu de temps pour autre chose que le travail parlementaire.

    Je n’ai pas l’impression qu’elle dénigre Strasbourg (je suis strasbourgeois, même si ça ne me légitime pas particulièrement pour en parler). Ses goûts culinaires ma foi… la Cloche à Fromage c’est génial, mais le Crocodile effectivement complètement hallucinant pour ses prix!!

    Elle critique le coût en temps, stress et en argent qu’occasionne le double siège.
    Elle critique aussi la faiblesse des infrastructures de transport de Strasbourg : c’est vrai mais cela évolue dans le bon sens, un peu tard certes mais il y a déjà le TGV pour Paris puis Bruxelles, le TGV vers Lyon et l’aéroport qui est entrain de se renforcer (premiers vols low cost).
    Le réseau de bus et de tram depuis la gare jusqu’aux Institutions fonctionne très bien (sauf le matin et sauf durant les séances parlementaires, où il faudrait un ou deux trams supplémentaires aux heures de pointe).

    Bon, sinon je pense qu’un Parlement de l’UE à Bruxelles et une autre institution à Strasbourg à la place, c’est une bonne idée : que ce soit un Parlement de l’Eurozone, des institutions juridiques, un pôle universitaire ou n’importe-quoi d’autre. J’ai l’impression que les français ont du mal à considérer la présence du PE autrement que comme un acquis à défendre : mais on a acquis quoi, au juste? de la visibilité? de l’influence? des thunes? de l’honneur? Bof.
    Il est clair que pour changer ça, il faut changer des Traités et que le gouvernement français s’y opposera. Il est aussi vrai que l’UE est censée être multi-centre et pas centralisée.

    • On peut apprécier votre modération dans ce concert de protestations et l’intrusion provoquante d’un anti-tout dont on devine l’appartenance à la jungle anti-européenne un peu primitive .
      Cependant même les Alsaciens et tous les Français qui ont compris qu’à très long terme, rien n’est jamais acquis, tous refuseront toujours de capituler en rase campagne devant des députés ( sur siège éjectable) qui n’ont pas à décider de leur lieu de travail.Ils ont mieux à faire, en principe du moins.
      Je note aussi que en-deçà de cette belle utopie(?) d’un EU-District( Angel), vous avez songé à un Parlement de l’Eurozone, comme Jacques Attali… Idée intéressante et moins utopique.
      Avec l’éventuel sortie du Royaume-Uni ou son désengagement ou dégagement, le PE en l’état, pourrait abriter peut-être une session spécifique des élus de la zone euro, un jour supplémentaire par session .. Warum nicht, without the Britains, rien n’est impossible.
      L’élue italienne ne brille pas par sa hauteur de vue mais le stagiaire n’a pas dû en solliciter davantage .Il ‘est bien débrouillé au demeurant pour taper fort .

      • Effectivement, c’est une idée de Jaques Attali qui m’a bien plu!
        Quoiqu’au final, il faudrait aussi un Gouvernement de l’Eurozone à Strasbourg, un Parlement bien distinct… enfin bref c’est le bordel!

        Sinon, on peut aller voir que Amalia Sartori abat plutôt pas mal de boulot :
        Profil : http://www.europarl.europa.eu/meps/fr/4423/AMALIA_SARTORI.html

      • Revoir les Traités pour donner plus de pouvoir aux élus du peuple oui !
        Cela pose la question de la souveraineté.
        Autant celle-ci est défendue en théorie par beaucoup de partis autant ces mêmes partis pour beaucoup acceptent les diktats de la Commission
        Rajouter un bidule eurozone c’est comme vouloir une médecine à deux vitesses. Ils ont intégré les nouveaux pays, qu’ils se démerdent….

  18. Demande voir à Amalia, si l’accueil, n’est pas le même dans le Veneto, d’où elle est élue.
    Les hoteliers de Vérone prennent tous les visiteurs pour des Americani et les commerçants de Venise vendent des masques et de la verrerie fabriqués en Asie.
    La différence entre le Vénéto et Strasbourgo, c’est que tu ne trouves pas de resto français en vénétie!

  19. « Peu habitués à recevoir des touristes » : affligeant. De même que la liste des restaurants que cette dame fréquente. On retrouve bien la petitesse d’esprit qui caractérise la droite Berlusconienne. Cette personne passe quatre jours par mois à Strasbourg depuis quinze ans et n’y rencontre que le personnel des hôtels, mange italien, fait ses achats dans des magasins internationaux et se plaint de l’accueil des touristes! Elle devrait sans doute s’inscrire dans des voyages organisés, plutôt que de briguer un mandat dans une institution internationale qui a pour objectif le rapprochement de peuples qui parlent 23 langues différentes, et qui se sont fait la guerre la plus horrible que l’humanité ai connue. Son discours laisse aussi à penser que cette personne regrette fortement le fait de ne pas pouvoir faire le parlement « buisonnié », désespérant!

  20. A Tigre,

    votre proposition est vraiment stupide. Plus rien pour cet UE (que je ne confond pas avec l’Europe le continent) et encore moins leur donner des noms debiles.
    Cette UE que lespeuples europeens vont detruire. Je sens ce reveil mais il faudrait qu’il s’accelere. Cet Europe du laquais americain Jean Monnet et du Vichyste Robert Schuman).

    • Vous avez raison, les peuples européens vont se rebiffer, retour aux Etats nations avec une coopération intergouvernementale qui a tant montré son efficacité. Et ça sera reparti comme en 40 (expression pouvant être prise littéralement avec des gens comme vous).

      Les noms débiles, c’était pour plaisanter, comme ça ne vous a pas échappé.

      A quoi correspond la dernière parenthèse ?

  21. Quand on lit ça, on a juste envie de dire « Vive l’Europe »! Une simple preuve du fossé entre les vrais gens (qui votent et qui financent le train de vie de ceux qui sont censés nous représenter) et ces députés qui font honte à leur fonction. Mais cela confirme aussi les dysfonctionnements administratifs et logistiques de cette grosse machine qu’est l’Union européenne.
    Quoi qu’il en soit, cette femme devrait prendre un peu de recul plutôt que de se permettre de plaindre de la sorte et de critiquer Strasbourg (oui je suis un peu chauvine sur ce coup) alors qu’elle vit dans une véritable bulle privilégiée.

    PS: Le choix de la député n’est peut-être pas non plus le plus judicieux, et il aurait été intéressant de confronter plusieurs points de vue.

  22. Bienvenu à Stressbourg (surnom donné par des assistant parlementaire).
    Je travail dans un hotel du centre de Strasbourg
    Pendant les sessions les prix flambent je comprends l’indignation des deputés et de leur equipe.
    Je pense que l offre de chambre devrait etre plus grande les prix serait tiré vers le bas .
    Le probleme c’est que en dehors des session il n’y aurait pas assez de client pour faire tourner correctement les hotels .
    Bref pourquoi ne pas splitter brussels et Strasbourg et laisser des personnes en permance à Brussels et Strasbourg?

  23. Moi je veux bien aller en prison à 12000 e par moi ( moyenne calculée à partir d’indice de traitement donnés par Le Monde)!
    Et pourquoi ?????

  24. Peut-être qu’un petit concert d’INHUMATE lui ferait du bien à cette rombiche ! Non, mais j’hallucine, c’est quoi ces gens qui crachent dans la soupe !

  25. Vivement que les Etats européens se mettent d’accord pour faire quelque chose digne d’une fédération :
    - on prend un territoire (taille d’un département français), si possible à cheval entre plusieurs pays (Allemagne, Lux, Fra par exemple).
    - Après référendum, on en fait un district fédéral directement géré par l’UE. Avec moins de passe droits pour les députés qu’ils n’en ont pour l’instant.
    - On trouve un nom marrant pour ce district : Euroland, Charlemagne D.C., EuroCapital, Atlantide,…

  26. Incroyable témoignage.
    Je défends souvent les politiques face aux critiques mais là les bras m’en tombent…
    Décalage énorme entre deux mondes : ces privilégiés qui vivent dans un véritable ghetto et les autres qui eux se lèvent tôt le matin et prennent le RER, métro…
    Ces députés ont choisi de figurer sur une liste…
    Nous devrions aller manifester devant son hôtel en tenue de bagnard.

    • Vous avez bien compris qu’il n’y a ni RER ni métro à Strasbourg ? Et qu’est-ce qui vous dit qu’elle ne le prend pas à Bruxelles le métro cette députée ? Je comprends pas trop en quoi le fait de prendre les transports en commun fait de vous un VRAI travailleur comme vous semblez l’insinuer. Il me semble que vous n’appréciez pas trop les privilégiés, par là vous voulez entendre les catégories aisées ? Pourtant, vous devez quand même savoir que même les couches aisées de la population prennent, quelle surprise, elles aussi, les transports en commun pour aller travailler, surtout à Paris où il est impossible de circuler en voiture. Les mecs en costumes qui vont à la défense par la une, ben ils se lèvent tôt aussi. Ou alors et j’en suis ravie, vous considérez que tous les gens qui travaillent sont des vrais travailleurs ! Parce que c’est quand même un peu bizarre de distinguer les catégories sociales par les transports en commun. Peut être parliez vous des politiques en général qui ne prennent pas assez les transports en commun ? Il me semble pourtant que des progrès ont été faits de ce côté là. Peut être pas en France, mais dans les pays scandinaves, beaucoup de ministres vont au travail en vélo, et d’autres en transports en commun. mais ça se finit souvent mal, il y en a toujours un qui finit par se faire tuer, ou poignarder.

  27. Oh les pauvres, ils ont une surcharge de travail… MAIS ON RÊVE !
    Ce sont ces mêmes gens qui ont réduit leur présence à Strasbourg de 5 jours entier il y a 20ans, à 3,5jours, tout ça pour passer moins de temps à Strasbourg, et ils osent se plaindre qu’il y a trop de travail ?
    Ces mêmes gens qui ont voulu supprimer 2 sessions au profit d’une seule, et ils osent se plaindre d’une surcharge de travail en 3,5 jours ?
    Aller à Strasbourg serait comme aller en prison ? Doit y en avoir plein de million d’Européen rêvant d’aller en prison… Surtout vu le salaire qu’ils reçoivent.
    Là on a vraiment la caricature de l’euro-député pourri-gâté qui pensent avant tout à leur propre confort, qu’au confort des 500 Millions d’Européens.
    Si à Strasbourg ils sont trop serrés : Et bien le Parlement Européen n’a qu’à lancer des constructions immobilières pour augmenter la taille des locaux comme elle le fait pratiquement tout le temps à Bruxelles…
    Si à Strasbourg le travail est trop intense : Et bien ils n’ont qu’à augmenter la durée des sessions plénières.
    Ce sont ces eurodéputés qui font tout pour rendre le travail à Strasbourg compliqué via leur vote (baisse du temps de présence à Strasbourg) et leur refus d’agrandir les locaux à Strasbourg, pour pouvoir ensuite mieux se plaindre « On est mal à Strasbourg », plus hypocrite tu meurs !

  28. Je suggère que vous donniez aussi la parole à une ou un eurodéputé favorable au parlement à Strasbourg (sans forcément s’axer sur son expertise touristique).

    • @ Joel

      Tout à fait d’accord.
      Le principal défaut de cet article est son aspect « impression vague » et « pathos d’une vieille dame fatiguée par les voyages »
      Ses arguments ne sont pas objectifs. Mais bien entendu elle ne peut dire en même temps que Strasbourg est trop chère pour le budget européen et se plaindre de la baisse de qualité du Crocodile…
      Et de faire suivre un article de ce type par un article de quelqu’un qui est pour Strasbourg (mais pas seulement parce qu’il aime les Winstubs…) ne serait que juste dans la déontologie journalistique.

      A peut-être refaire le coup de vos invitations « pâtes » avec à chaque fois dans le chapeau remodelé obligatoirement un ou deux députés européens. Mais cela serait sans doute trop peuple pour la dame ?

  29. Pour avoir déjà été à strasbourg, je peux dire que c’est une ville où les gens accueillent très bien. Enfin c’était dans un autre cadre qu’un mandat européen… Pourquoi demander à une technocrate eurodéputée son avis sur les gens ? Pourquoi ne pas demander l’avis des gens sur les eurodéputés plutôt ?

  30. Cet entretien est sans doute très directe et peu diplomatique, mais surtout en ce qui concerne le siège unique du PE elle a confirmé la position de beaucoup d’eurodéputés. Reste que l’opinion expimée est celle d’une personne qui vit à Strasbourg seulement pendant 4 jours par mois, donc ça n’est pas du tout une vision exhaustive.
    Je suis content de voire quelques commentaires intelligents et constructifs, mais meme les militants pro-strasbourg devraient rester polits !

    • @Andrea

      Chère Andréa
      Nous ne pouvons que vous remercier pour votre commentaire et surtout de considérer que même les personnes ( je doute que beaucoup de militants au sens propre de ce terme se soient exprimés) pro-Strasbourg peuvent être intelligents et polis :-)
      Même si je pense que votre intention allait dans un sens un peu différents :-)

  31. J’ai vecu quelques annees a Strasbourg, je n’ai pas trouve les gens moins sympathiques qu’a Paris, Vichy ou Lille. De toute facon nous n’avons que faire de ces parasites de l’UE.

  32. Le PPE de centre droit c’est une blague ?
    Berlusconi de centre droit ? Comique de répétition ?

    Ce témoignage est une honte !
    Elle se considère comme une touriste pour qui il faudrait un peu plus de considération ! Comme les neuneus du club med, les seuls strasbourgeois qu’elle rencontre sont les serveurs et maitres d’hotels.

    A 8000 euros par mois. Ça fait rêver.

    Ça ne va pas faire remonter l’estime que l’on peut avoir des partisans de Berlu ou des eurodéputés…
    En plus elle pourrait se coiffer quand même.

  33. En arrivant en Alsace il y a 6 ans, j’ai en effet trouvé la population relativement peu accueillante. On m’a expliqué que c’était ça, l’Alsace….mais il me semblait justement qu’à Strasbourg, au contraire, les gens étaient plus aimables, plus ouverts ! Strasbourg mal desservie ? je la trouve plus accessible que bien des capitales que j’ai visitées au contraire ! Et si cette dame va régulièrement à la « Cloche à Fromage » (mon resto préféré !), elle a dû au contraire constater qu’on y est accueilli très chaleureusement, c’est justement ce qui m’y fait revenir régulièrement !

    • Les Alsaciens pas accueillants LOL,
      marre de voir toujours les mêmes sottises. Ni plus ni moins accueillants que dans les autres régions.
      Marre d’entendre nos concitoyens râler sous prétexte que nous salauds d’alsaciens parlons notre langue et que c’est malpoli.

      • Voilà, vous avez mis le doigt sur LE problème (inexistant à Strasbourg, d’ailleurs, ville cosmopolite s’il en est) : dans les patelins, ça ne cause quasiment QUE l’alsacien, même et SURTOUT en présence d’allogènes. 6 ans après, et même si maintenant j’arrive à comprendre quelques phrases (et rien que pour vous faire râler, je vais dire que c’est parce que depuis, j’ai appris l’allemand, ça aide pour l’alsacien que vous le vouliez ou non !!!!), ça me frappe (pour ne pas dire m’énerve) toujours autant. Je le rpends maintenant avec philosophie, mais je me souviens que l’intégration a été trèèèèèès longue. Je suis originaire d’une région qui a aussi son patois local imbitable pour les non-autochtones, on la défend farouchement notre langue, mais il ne nous viendrait même pas à l’idée de la parler entre nous devant les horsains (indice !!!), à part peut-être pour les faire marrer un coup…
        Disons gentiment qu’en Alsace il y a une très forte identité culturelle. Mais encore une fois c’est totalement imperceptible à Strasbourg, et je ne vois pas de quoi se plaint cette dame.

      • @Boudicca

        Non, mais pour qui vous prenez-vous? « LE problème », c’est que les Alsaciens parlent surtout l’alsacien??? Non, mais j’hallucine !
        Décidément, ces colons français ne seront satisfaits que lorsque ils auront foulé du pied les derniers reliquats de notre culture.

        Et j’imagine que si vous étiez une américaine installée à Paris, LE problème serait que ces bouseux de Français continuent à parler leur langue maternelle ?

        Par ailleurs, dire que les Alsaciens parlent leur langue maternelle SURTOUT en présence des allogènes (pour reprendre votre joli mot, on dirait du FdeSouche…) c’est totalement FAUX : les germanophones (eh oui, on ne vous a pas attendue pour savoir que l’alsacien était une forme d’allemand), culpabilisés par les franchouillards, se sont toujours efforcés de ne pas parler alsacien si une personne présente était juste francophone.

        Votre mentalité de colon est écoeurante ; ce terme de « patois » en est bien significatif.

        Et apprenez que ce « patois » a donné ses premiers chefs-d’oeuvre à la littérature allemande.

    • C’est bizarre, si l’Alsace est si peu accueillante, pourquoi les francophones viennent ils s’y installer?

    • ça fait aussi 6 ans que j’habite à Strasbourg et c’est vrai que ce n’est pas la ville la plus ouverte et accueillante ou j’ai pu habité (c’est la 5ieme ville de france ou j’ai habité au moins 2 ans) mais quand on vient 4 jours par mois pour le travail, je vois pas en quoi pourquoi c’est important.

      • En même temps, la nana crache sur Strasbourg et sur tout ce qui bouge … elle attend quoi en retour, que les gens viennent à ses pieds pour s’excuser ?

        Il ne faut pas s’étonner d’un mauvais accueil, si on considère son prochain comme de la m*rde.

        La pauvre, elle n’a pas assez de restos pour manger de la Pizza à Strasbourg …
        La pauvre, elle doit travailler quand elle est à Strasbourg …
        La pauvre, elle doit se déplacer pour se rendre au Parlement …
        La pauvre, elle est payée des milliers d’euros par mois.

  34. « Strasbourg, c’est comme aller en prison »

    puis

    « Amalia Sartori est une élue du parti Il Popolo de la libertà (Le peuple de la liberté, centre-droit), le parti de Silvio Berlusconi »

    C’est sûr que le parlement de Strasbourg, c’est tout de suite plus chiant que les bunga bunga dans des palais… Dans ce contexte le terme « prison » convient parfaitement.

  35. Les habitants de l’UE ne sont guère enthousiastes avec le « machin », alors si même les eurodépités (façon Rachida Dati ou cette berlusconienne) en ont marre, faudrait vraiment penser à passer à autre chose. Et critiquer Strasbourg, c’est insultant pour une cette très belle ville. On ne se permet pas de la critiquer quand en même temps on reconnait ne pas la connaitre ni cotoyer ses habitants

  36. « quand on va au Parlement, il est difficile d’en sortir avant le soir. »
    Ben merd’alors ! les parlementaires européens sont obligés de bosser
    Jamais je ne voterais pour elle !

  37. Si cette députée prenait la peine de visiter correctement Strasbourg, elle nous citerait autre chose que les restaurants à touristes (le Crocodile, archétype de l’attrape-gogo). Elle préfère sans doute le personnel docile et exotique de Bruxelles, bon esclave noir d’antan, où il est devenu impossible de trouver quelque chose de belge, restaurants comme commerces.

    Elle peut aussi y habiter, à Strasbourg, ville très bien desservie par les transports (TGV de Londres à Stuttgart, aéroport international, tramway, navettes, taxis, bus, autoroutes…) et y vivre normalement.

    Maintenant, si elle s’attend à y être reçue comme la dernière merveille d’Europe, elle se met le doigt dans l’œil. L’accueil risque d’être froid ou intéressé. Car les Strasbourgeois ont conservé une vieille tradition d’indépendance, en dépit de l’apport français. La ville a été une république, a battu sa propre monnaie, fait partie de la décapole et se laisse donc peu impressionner par le statut européen.

    Un restaurant place Gutenberg ; zuem Stadtwappe.

    • Remarques intéressantes sur la ville. Concernant ce qui est d’y habiter, je ne crois pas que ce soit très intéressant d’avoir un logement pour seulement 4 jours de sessions par mois à Strasbourg. Ce sont les traités qui en ont décidés ainsi. Les deux autres semaines du mois sont à Bruxelles et la dernière est passée dans sa circonscription locale d’Italie où elle a été élue, pour garder un lien avec avec l’électeur et sa base.

      • Pourtant, il y a des appartements près du Parlement qui sont des formes d’Hôtels apparts, de plus dans le quartier des XV il y a depuis des années des habitants qui « offrent » parfois même à certains députés la chambre et le logis. Le tout est sans doute la disposition d’esprit…

    • Bonsoir !
      Petite correction si vous le permettez : Strasbourg, ville libre d’empire, n’a jamais fait partie de la Decapole ;)

    • Petit rectificatif : Strasbourg était une ville libre d’empire et à ce titre n’a jamais fait partie de la Décapole (Haguenau, Colmar, Wissembourg, Turckheim, Obernai, Kaysersberg, Rosheim, Munster, Sélestat, Mulhouse – remplacée par Landau à partir de 1515 – et Seltz pendant quelques dizaines d’années)

      • En effet, erreur de ma part. Merci à JCD et Euterpe pour la rectification.

        @Jean-François Gérard
        Vous avez raison, 4 jours de présence ne justifient pas l’achat. Mais il existe du locatif adapté à la vie des parlementaires européens soit aux abords de l’Orangerie, soit en centre-ville, dans un cadre autrement plus agréable qu’un simple hôtel.

  38. Mais qui est cette femme pour critiquer Strasbourg ? Je suis strasbourgeois… et entendre que ma villle est mal desservie me fait hurler de rire ! Le pire c’est que j’ai vécu à Bruxelles aussi pendant des années donc je peux me permettre de comparer et critiquer… Elle prefere donc les gros boulevards pollués qui longent ses batiments à Bxl au magnifique parc de l’Orangerie qui est juste face au parlement à Strasbourg ? Laissez moi rire !!!!!!!!!!

  39. Quelle arrogance !!! de la part de cette députée, les députés sont les élus et la représentation du peuple, enfin je croyais… même si elle pose un vrai problème, doit on vraiment garder le parlement européen qui n’est qu’une coquille vide à Strasbourg..

  40. « On y habite »… à Bruxelles, dit l »eurodéputé berlusconienne. A-t-elle acheté? pas trop cher? avec des avantages?
    Le quartier européen de Bruxelles est encore plus morose que ce qu’elle dit de Strasbourg. Et puis l  » eurodéputé » est-il couvert par un CDI ou plutôt déterminé à vie? De plus même si c’était le cas, quels sont les salariés, fussent-ils élus qui, ayant choisi leur entreprise, sont consultés pour leur lieu de travail ( 4 jours par mois)? Peut-être cette dame ne sera-t-elle même pas réélue…
    Pour ce qui concerne l’accueil à Strasbourg, cela laisse en effet à désirer sur de nombreux points.

  41. J’ai presque versé une larme en lisant ses malheurs, la pauvre.

    Je propose d’ouvrir une collecte pour lui acheter une maison juste à coté du PE, comme ça, elle n’aura plus à faire au méchants autochtones….

    Comment… c’est deja nous (ou les contribuables Italien, peu importe) qui lui payont son salaires avec nos impots…

    Et apres, on ce demande pourquoi personne ne vote pour les elections Européennes, enfin c’est la meme avec les deputés français.

    Pas voté à aucune election depuis 2002, et j’en suis fier.

  42. Une nouvelle preuve du fossé entre les politiques et ceux qui sont gouvernés.

  43. c’est une honte ses propos ! Je veux bien qu’on échange de boulot !!

  44. Pince-moi … Cette pauv’chérie estime qu’elle est en prison. Mais elle était bien volontaire, pour les élections ? Qu’elle démissionne donc, comme ça elle pourra sortir de prison. Et basta.
    Pfffffffff … qu’est-ce qu’il faut pas lire, franchement ….

  45. Ce temoignage est proprement scandaleux. Le seul souci de cette dame, cest que le personnel des hotels nest pas assez courtois ? Je rappelle quen tant qu’elue, ce sont les citoyens europeens qui payent pour ses allers retours et pour ses bons petits gueletons au 1741 !

  46. « Ces occasions sont vraiment rares. On rencontre les Strasbourgeois dans les hôtels, dans les restaurants, etc. »

    Rencontrer des Strasbourgeois dans les hôtels et les restaurants ? C’est une blague de mauvais gout j’espère ? D’où sort cette dame ? Elle parle d’Europe ? Je n’ai pas l’impression qu’elle soit bien consciente de ce qu’elle dit. Son arrogance est affligeante. Croit-elle qu’à Bruxelles, elle rencontrera également des Bruxellois dans des hôtels et des restaurants ? Ce n’est pas le lieu pour rencontrer les vrais habitants, et je sais de quoi je parle… Effectivement comme dit plus bas par un autre commentaire, cette femme ne sait pas ce qu’elle raconte à parler de « prison ». C’est odieux, tout simplement. Elle a du mépris pour une ville qu’elle ne connaît même pas. Elle reste dans son petit cercle très fermé, et même pas du PE mais carrément de ses amis italiens. Pour quelqu’un qui est censé prôner un message d’ouverture, elle a l’air de rester bien au chaud patriotiquement avec ses amis, à manger des pizz’, bien grasses.
    C’est bien triste, et ce n’est pas la première fois que j’entends ce genre de discours de gens qui ne savent jamais de quoi ils parlent.
    Il est évident qu’elle ne connait rien non plus de Bruxelles. A part les sacs de luxe, et les marques internationales.
    Quant à son message sur les sièges, elle répète comme un petit perroquet ce que les Britanniques veulent, mais n’auront pas. Pour son petit confort. Car elle n’aime pas Bruxelles, elle aime les transports qui vont vite. ça se résume comme ça. Le reste, hein!
    Cette dame qui parle d »excellence » et d’une université pour la ville, se rend-t-elle compte de l’absurdité de sa proposition, comme les autres d’ailleurs, son mépris et son ignorance font des miracles… Strasbourg possède une université composées de nombreux chercheurs, doctorants de talents, d’un prix nobel, et de bientôt 60 000 étudiants…. mais je doute qu’elle soit au courant, vu que pour elle « C’est déjà difficile de rester à Strasbourg pendant quatre jours tous les mois.  »
    Quelle souffrance,

    Bonne journée,

    blob

    • Elle pensait à un pôle d’excellence européen, qui formerait des fonctionnaires européens, à la manière de l’ENA pour les fonctionnaires française.C’est vrai que ça manque, étudiante, j’ai cherché désespérément un cursus de sciences politiques européennes . Il en existe un à Lille, mais c’est bête,qu’il n’y en ait pas à Strasbourg, qui met pourtant en avant son statut de capitale dès qu’elle le peut. Ensuite on aime ou on aime pas l’idée de la députée, mais elle ne remet à pas en cause l’existence d’une bonne université à Strasbourg. Il serait stupide de refuser cette idée parce qu’il y a « déjà une université composée de nombreux chercheurs, doctorants de talents ». On ne refuse pas HEC parce qu’il y a déjà polytechnique dans la ville.

  47. je propose à cette dame de changer de métier et d’aller travailler en fonderie :je me déplace 4 jours par semaine en hotel 2 étoiles ,et ne peux pas aller manger au crocodile.mon salaire est de 2000€ nets.
    Faire des aller-retours dans la journée entre l’Italie ,Strasbourg ou Bruxelles est une énorme perte de temps
    Elle est grassement payée et touche des frais en argent liquide et ne doit pas payer d’impôts .
    Elle n’est pas là pour faire du shopping mais pour travailler .
    Pauvre Europe quand on voit cela (Elle doit ëtre bonne copine avec Rachida)

    j’ai passé des excellentes vacances en Italie ,mais l’accueil est loin d’être meilleur qu’en France.

  48. Bonjour,
    Je ne vois pas beaucoup l’intérêt de cet article car il ne nous apprend pas grand chose. La question du siège des sessions parlementaires est statutaire. Il suffirait de demander un vote avec les chiffres exacts des coûts que cela engendre et/ la question serait vite réglée.
    Ce titre est une provocation gratuite car je doute que cette dame soit déjà aller en prison même pour une visite; et si ce n’est pas à prendre au 1er degré, merci quand même pour celles et ceux qui vivent à Strasbourg, c’est un bel exemple de non respect et montre la déconnexion de ces « eurodéputés » avec les citoyens !
    Pour terminer, n’oublions pas que la commission européenne à déclaré 2013 « Année européenne des citoyens » ! Il serait judicieux peut-être de proposer un sondage sur leur site à ce sujet afin d’avior l’avis des citoyens, je vais de suite le leur proposer !
    http://ec.europa.eu/citizenship/european-year-of-citizens-2013/index_fr.htm

    • Le mot « prison » alimente beaucoup de réactions. Il faut bien sûr comprendre que c’est une expression utilisée par des fonctionnaires européens par rapport à la manière dont le travail est organisé. Des amis en résidence étudiante me disaient que leur résidence c’était « l’inverse d’une prison », car il était difficile d’y rentrer, mais facile d’en sortir, pour autant ils ne comparaient pas les conditions de vie. Ici aussi c’est une analogie vis-à-vis des méthodes de travail lors des sessions parlementaires à Strasbourg. Une analogie surement maladroite, car trop normative, mais il faut bien comprendre dans quel contexte cette phrase est dite.

      • Peut être un problème d’opportunité de mettre cela en titre, non? je trouve cela un peu racoleur…

        Ceci dit et au delà des nombreuses réserves (que je partage en grande partie) sur la personnalité de l’interviewée, je trouve ce petit reportage interessant par ce qu il montre… deux mondes qui cohabitent contre leur gré dans un même espace, qui s’ignorent et se suspectent mutuellement… c’est pas très sain ni très réjouissant tout cela…

        Pour ce qui est de l’accueil…, c’est jamais agréable de s’entendre dire ses vérités, surtout d’une personne aussi peu sympatique, mais c’est clair qu’un énorme effort devrait être fait en Alsace comme dans le reste de la France, en terme de structure comme d’un point de vue humain, pour (re)devenir un endroit acceuillant… puisque c’est semble t’il une activité dans laquelle nous avons encore un avenir…

      • Tu semble étonné, citoyen, que le terme « prison » utilisé par cette élue pour parler de Strasbourg choque pas mal de commentateurs.
        Que des fonctionnaires Européens usent de ce terme n’excuse en rien cette élue.
        Tu parle de contexte mais j’ai du mal à en percevoir le sens; avoir obligation de rester 4 jours/mois dans une ville pour y travailler (prévu dans le contrat) tous frais payés n’est pas vraiment la même chose que de rester enfermé plusieurs mois (ou années) dans un espace restreint (une dizaine de m²) et clos.

      • Justement, pourquoi avoir choisi en titre un mot ambigu ? L’idée qui ressort de l’article : Strasbourg est une plaie comparée à Bruxelles qui soit disant concentrerait tous les avantages. Autrement dit, les sessions parlementaires à Strasbourg, c’est un mauvais moment à passer, comme la prison en somme.

      • @JF Gérard

        « Prison » ?
        C’est que les résidences étudiantes ont bien changé….Enfin bien entendu s’il s’agit de passer par le portier et l’entrée principale…
        Encore qu’un ami m’a raconté que les Situationnistes avaient pris d’assaut la résidence de filles Bld de La Victoire. Mais ce n’est pas la question !

        Avoir choisi de privilégier cette phrase dans tout ce qu’elle a dit, c’est avoir choisi de privilégier le pathos et dans son attitude et dans votre compte-rendu. Alors du point de vue d’un journalisme de « sensation » (dans tous les sens du terme) cela va sans doute, mais du point de vue d’un journalisme de réflexion….

        Alors il me semble qu’il ne serait pas inutile dans un article tel que celui-ci, de faire aussi votre part de travail et de rappeler très didactiquement aussi le rôle des diverses institutions, de la raison de leur distribution géographique, etc…
        C’est d’ailleurs ce à quoi vous incite la dame à la fin de son entretien, non :-) ?

      • Jean-François Gérard

        @Gregoire le mot employé n’est pas de moi, je n’ai pas à justifier s’il est adapté ou non. Mais il est clair que c’est du second degré. De la même manière quand quelqu’un dit « être désolé » est-ce qu’il faut le prendre au pied de la lettre (être dans un état de désolation) où y voir une formule ?
        @Elk car c’est une phrase plus forte que « j’aime bien la Cloche à Fromages » non ? Cela donne une meilleure idée de l’entretien et davantage envie de lire. Une fois encore le mot n’est pas de moi, c’est un entretien.
        @Vorivzakonie Tout à fait, merci du commentaire. Mais le blog est bien sur l’Europe à Strasbourg, pas un cours sur le droit constitutionnel européen. J’essayerai dès que possible d’expliquer le fonctionnement de l’Europe à travers des exemples concrets dans de futurs posts. Néanmoins expliquer le fonctionnement de toute la machine UE en guise de préambule serait un peu fastidieux et pas forcément ce que les strasbourgeois recherchent. Pour plus d’information sur l’UE en général, je vous conseille entres autres http://aucafedeleurope.wordpress.com/ la version « paneuropéenne » de ce blog strasbourgeois !