Strasbourg

Prévisions 23 novembre 2014
jour
Parfois ensoleillé
Parfois ensoleillé
14°C
 
  • 7:00
  • 4 janvier 2013
  • par Pierre France

La chasse aux « esprits » aux origines de la tradition des pétards en Alsace

2773 visites | 47 commentaires

Des pétards en Chine à l'occasion du Nouvel An chinois (Photo Jim Nix / Nomadic Pursuits / FlickR / CC)

Déjà deux morts et un troisième jeune alsacien grièvement blessé après avoir manipulé des pétards durant la nuit du Réveillon. Du coup, les voix prônant l’interdiction des explosifs prennent de l’ampleur tandis qu’à l’opposé, on en appelle au respect de la tradition. Mais de quelle tradition alsacienne s’agit-il ?

En Alsace, c’est une tradition entendue, au soir du Réveillon, il faut que ça pète. Des coffres entiers sont remplis de pétards allemands, et ramenés en Alsace en évitant soigneusement les douaniers, lorsque les explosifs ne sont pas tout simplement commandés directement sur Internet. Malheureusement cette année, cette tradition a fait deux morts de 20 et 24 ans, et un troisième jeune alsacien est dans un état grave à l’hôpital de Colmar. Plus de vingt autres personnes ont été blessées. Du coup, l’adjoint au maire PS de Strasbourg en charge de la sécurité Olivier Bitz et le député UMP du Haut-Rhin Jean-Louis Christ demandent l’interdiction des pétards, purement et simplement.

Halte là s’écrient d’autres dont l’élu UMP de Hoenheim Stéphane Bourhis, « ce ne sont pas les pétards qu’il faut interdire mais les comportements qu’il faut réprimer ». L’élu s’opposant ainsi à ce qu’on mette fin à une « tradition » alsacienne. Le mot est repris par Le Figaro qui titre une « tradition bien ancrée » et par Olivier Bitz, qui parle d’une « tradition stupide« .

Mais peut-on vraiment parler d’une tradition pour les pétards du Nouvel An ? Pour Jeanne Loesch, strasbourgeoise spécialiste des traditions alsaciennes, il ne saurait en être question :

« En Alsace, depuis au moins le XVe siècle, on fait du bruit devant les habitations pour chasser les mauvais esprits de l’année qui vient de s’écouler. Mais il n’a jamais été question de pétards ! Pour s’imaginer, il faut se replacer dans le contexte de ces époques, éteindre toutes les lumières électriques et écouter le vent qui souffle dans les buissons… On faisait du bruit comme on pouvait et c’était surtout pour se rassurer. »

Des coups de fusils au XIXe siècle

Pour Gérard Leser en revanche, autre spécialiste des traditions alsaciennes, les pétards sont l’héritage de virils coups de fusils, comme il l’écrit dans son livre Noël – Wihnachte en Alsace, rites, coutumes et croyances (Ed. du Rhin) :

« A Ammerschwihr, les garçons se rendaient à minuit pile devant la fenêtre de leur fiancée, et tiraient plusieurs coups de feu. Les jeunes filles leur remettaient de longs gâteaux de Nouvel An (Neujahrswecken). La coutume de tirer des coups de feu a bien souvent été interdite par les règlements municipaux mais rien n’y faisait, le bruit était roi au cours de cette nuit importante. Aujourd’hui, ce sont des milliers de pétards qui explosent sur les places alsaciennes. »

Peut-on alors justifier d’une exception alsacienne et en faire une nouvelle disposition du droit local ? Inutile, car pour Elisabeth Shimells, conservatrice du Musée alsacien à Strasbourg, cette tradition n’a rien d’exceptionnel :

« Les traditions d’Alsace sont héritées de celles en vigueur dans l’aire du Rhin supérieur. Mais les Chinois célèbrent aussi le Nouvel An en faisant exploser des pétards, et avec le même objectif de faire fuir les mauvais esprits avec le bruit. C’est le vieux rite du passage d’un monde ancien à un monde nouveau, qui existe dans d’innombrables cultures. On retrouve ça dans les mariages princiers par exemple, lorsque des coups de feu sont tirés par des soldats formant une haie d’honneur. »

D’autres textes font état de « nuits bruyantes » en Alsace, plutôt autour du solstice d’hiver, où l’on venait frapper aux vitres des fenêtres avec la même intention. Notons qu’il n’y a pas d’écrits citant des morts accidentelles survenues lors des célébrations du Nouvel An alors que les Alsaciens d’alors tiraient des coups de fusils.

Soutenez Rue89 Strasbourg Vous avez apprécié cet article ?
Abonnez-vous pour que Rue89 puisse
en produire d'autres et plus.

Publicité

À vous !

Laisser un commentaire

47 Commentaires postés

  1. Je ne critique ni la forme, ni le fond de votre article, mais le fait que je n’aie pas vu apparaître le texte que j’ai posté ici-même le 5 janvier et dont je n’ai pas gardé copie, ayant eu la candeur de penser qu’il resterait publié…Mais peut-être ai-je effectué une mauvaise manipulation ? Je ne suis pas un virtuose de l’informatique ! Si c’est l’explication, je bats ma coulpe, comme au temps de mon infantilisme religieux.
    Votre réponse me déçoit cependant : comment pouvez-vous dissocier du bruit une « tradition » (fort récente, au demeurant) aussi bruyante que celle des pétards et autres explosifs ?
    Je ne puis désormais que vous renvoyer à ce que j’écris sur mon blog et à vous inviter (vous-même et vos lecteurs) à questionner la notion de fête, quand elle empêche de manière violente la convivialité, le dialogue joyeux ou les effusions…
    Mon article se trouve ici : http://daniel.ehret.over-blog.com/
    Bien cordialement.

    • Savez-vous que dans les années 60-70 il y avait dans certains juke-box un disque qui vous donnait à la place d’une chanson de Johnny, 3mn de silence ?
      Maintenant concernant ce que vous écrivez sur votre blog, cela me semble assez confus.

      1/ Tout d’abord la mort malheureuse des deux jeunes n’est pas due au bruit mais à l’usage contre toute raison de pétards certes achetés en France mais d’un calibre interdit. Il ne s’agit donc pas de permissivité mais de transgression de la loi ! Les parents et la justice vont donc se retourner contre les vendeurs. En vous signalant en passant d’ailleurs que tous les corps d’artifice ne se caractérisent pas forcément par le seul bruit : ainsi des fusées qui produisent des effets lumineux, le son parfois très modéré étant un effet collatéral.

      2/ En règle générale la confection de corps explosifs par des adolescents relève plus d’une extension malheureuse d’une curiosité « scientifique » né en cours de chimie que du simple but de faire du bruit. Ainsi faisait-on aussi du brouillard artificiel, et d’autres petites choses de ce type :-)
      A rappeler qu’après la guerre certaines personnes y compris en Alsace pêchaient à la grenade, et là non plus ce n’était pas juste pour faire du bruit.Et peut-être votre ami voulait-il faire une fusée ? Il y a même des clubs pour cela…
      A signaler en passant que les deux morts de la nouvel an n’étaient plus des adolescents…

      3/ Mais votre principale confusion est d’associer inconditionnellement bruit et pétards. Car si tout pétard fait plus ou moins du bruit, tout bruit ne provient pas des pétards. S’autoriser de la mort par explosifs de deux jeunes hommes, pour alimenter une campagne anti-bruit me paraît même un peu choquant, voire indécent…

      4/ Ainsi y a-t-il du bruit festif qui n’est forcément dangereux en tant qu’il est laissé à des professionnels. Et puisque vous citez Tolstoï voici deux petites vidéos du nouvel an à Moscou :
      http://www.youtube.com/watch?v=7gFqRD5VeKE
      http://www.youtube.com/watch?v=3HW8HjHzFgw
      Les pétards sont interdits sur les grandes places ne serait-ce que par la densité de la foule, mais surtout par crainte d’attentats : un pétard rempli de semtex ferait beaucoup plus que deux morts…
      Bien entendu dans les faubourgs ce n’est pas aussi strict et même les fusées peuvent causer des ennuis :
      http://www.youtube.com/watch?v=QtAnEEa-lx4

      5/ Du coup, vous allez sans doute vous plaindre du bruit des feux d’artifices, et tant qu’à faire des concerts organisés.
      Et vous devez diablement souffrir des klaxons lors des mariages, des sons et lumières (en été à la Cathédrale de Strasbourg par ex.) , des fanfares de villages (parce que là pour du bruit s’est souvent un bruit insupportable à l’oreille d’un mélomane) et je ne parle pas de la fête de la musique ! Et les coqs trop matinaux ? Et les cloches des églises ? J’ai un copain qui habitait un temps en face d’une église et qui me disait rêver la nuit de stinger et de rpg7.
      Et puisque vous êtes du Haut-Rhin, vous devez aussi éviter la Suisse (les cors des Alpes à Vals ou la Street parade à Zurich – remarquez là on vous comprend. Je déteste autant le cor des Alpes que la musique techno).

      6/ Mais il me semble que c’est là votre plus grande confusion !

      Une chose est de lutter contre les bruits constants ou répétitifs et nuisibles parce que durables (autoroute, aéroport, boite de nuit pas aux normes, etc…) autre chose est de se plaindre de bruits occasionnels et de vouloir en interdire les pratiques.
      Moi non plus je n’aime pas les pétards (quand j’étais petit à nouvel an on tirait au fusil avec mon père) mais je ne songerai pas à vouloir adhérer à votre association et les interdire tout juste parce cela m’occasionne des désagréments une fois l’an.

      Tout au plus peut-on revendiquer un seuil de 100db ce qui est le cas des K1 (pas tous) le seuil douloureux étant de 120 db. Les K2 pouvant aller jusqu’à 140dB.

      Le bruit moyen d’un pistolet d’alarme est de 130db (normal il doit faire fuir un agresseur) tandis que le bruit moyen d’une AK47 (cal 7.62) est de 160dB et celui d’une AK74 (cal5.56 Otan) de 150db, le Famas va jusqu’à 170dB (et pourtant c’est aussi du 5.56 (cf http://www.surdifuse.com/DocsAjouter/ArticleRevueMedecineArmeesSept2009.pdf Vous y trouverez d’intéressantes statistiques en votre faveur)

      Et puis comment peut-on écrire des choses pareilles :
      « En quoi des explosifs soi-disant festifs, qui provoquent des lésions auditives souvent irréversibles ou des amputations invalidantes, peuvent-ils être distingués des grenades, mortiers ou autres engins guerriers ? » et traiter les autres de « tapée d’excités » ? Un pétard K1 c’est quelques grammes de poudre allégée ! Une grenade MKII par exemple c’est 57g de TNT ! et 543g de métal qui part dans tous les sens. Et si vous voulez à tout prix faire la distinction mettez un pétard K1 allumé à 5m de vous et faites la même chose avec une grenade dégoupillée ! Vous pouvez même essayer avec une grenade d’entrainement au plâtre. Vous m’en direz des nouvelles. Si vous avez de la chance :-)

      7/ Maintenant pour ce qui est du festif, il faut d’abord se rappeler que le nouvel an est, comme l’indique l’article, une fête spécifique qui a son histoire et trouve son origine dans des pratiques païennes qui existent partout dans le monde sous une forme ou une autre et on du coup quelque chose d’universel. Alors plutôt que de parler comme vous de « violence primitive » (on n’est pas chez Hobbes là), je parlerais d’un inconscient collectif lié au contraire à ce qui fait le propre de l’Humanité : le sens du rite, la compréhension des cycles de la nature, la croyance en une réalité transcendante qui est celle des esprit et des dieux…

      En ce sens votre remarque me déçoit : « comment pouvez-vous dissocier du bruit une « tradition » (fort récente, au demeurant) aussi bruyante que celle des pétards et autres explosifs ? »

      Il me semble que vous n’avez pas bien lu. Pierre France revenait sur les traditions liées au nouvel an en Alsace et constatait justement, preuve à l’appui, que depuis au moins le XVème siècle on faisait du bruit à nouvel an pour chasser les esprits : avec des casseroles, des instruments de musiques, etc… Les Alsaciens n’ayant pas inventés la poudre, il est logique que la tradition du pétard ne se soit pas imposée tout de suite. L’occident reprenant la poudre à titre militaire alors que chez les chinois elle est née de recherches d’un élixir d’immortalité et avait justement la fonction de faire peur aux esprits et aux ennemis par le bruit qu’elle produisait. Pierre France ne dissocie donc pas le bruit et la tradition de nouvel an d’en faire, mais montre que les moyens de le faire n’ont pas toujours été les pétards. Justement.

      Et si c’est le bruit qui vous incommode si fort vous auriez sans doute cherché au XIXème à interdire les fusils de chasse et au XVème siècle les casseroles.

      • Vous vous êtes levé tôt, Vorivzakonie, pour fabriquer un texte qui s’apparente à un tir de barrage contre l’ennemi public n°1 du bruit que vous voyez manifestement en ma personne ! Votre très long commentaire (l’équivalent en volume d’environ une fois et demi l’article de mon blog), tantôt sarcastique, tantôt ironique, presque toujours assez méprisant, a été posté à 4 h 43, en ce matin du 9 janvier 2013.
        Ou alors vous en avez terminé la rédaction avant de vous coucher et après une nuit de construction rhétorique ? Toujours est-il que, surtout venant de quelqu’un qui prétend ne pas aimer non plus les pétards, je trouve votre plaidoirie particulièrement développée. Elle s’égare un peu trop (à mon goût) dans l’étalage technique, mais elle pourrait incliner un tribunal vers une sentence modérée. Autrement dit : vous feriez un assez bon avocat au service d’une cause à peu près inédite, celle du bruit en tant que moyen d’expression légitime.
        Je vais accomplir l’effort de répondre point par point à votre détonant plaidoyer. Après quoi, je me retirerai du débat, sur la pointe des pieds, sans faire de bruit, ayant non pas d’autres chats à fouetter (les animaux de compagnie posant souvent des problèmes de nuisances sonores, je me garde bien d’en entretenir chez moi !), mais tout simplement parce qu’il faut savoir mettre un terme à une polémique, surtout si l’adversaire n’accomplit pas le moindre pas dans votre direction.

        1 Où lisez-vous que j’impute au bruit la mort des deux victimes de la Saint-Sylvestre alsacienne ?
        Même s’il arrive que le bruit tue par excès insoutenable de décibels, c’est une chose rarissime. Beaucoup, beaucoup plus fréquentes sont en revanche les lésions irréversibles que peuvent provoquer les bruits excessifs des explosifs. Le jour où, pour y avoir été exposé, vous souffrirez d’acouphènes, vous serez peut-être enclin à nuancer vos propos. S’ils ne sont donc pas « morts de bruit », il n’en demeure pas moins que nos deux jeunes gens « voulaient juste faire du bruit, pour rivaliser avec les autres bruiteurs » et que ce faisant, lit-on encore sur mon blog « ils cédaient (ainsi) au mimétisme général, au grégarisme, à l’imitation débile qui engraisse d’abord les industriels de la connerie humaine, puis, à un moindre degré, les médiocres revendeurs de ces imbécillités assourdissantes et crétinisantes ».
        Quand je parle de « permissivité », je fais surtout allusion au fait que la loi « bruit » de 1992 est chaque année mise entre parenthèses durant la nuit du 31 décembre au premier janvier. Aucune sanction n’est prise contre les innombrables qui sont autorisés à la transgresser. Théoriquement ce régime dérogatoire est censé durer 4 h seulement (entre 22 h et 2 h), mais on déroge largement à la dérogation !

        2 « …la confection de corps explosifs par des adolescents relève plus d’une extension malheureuse d’une curiosité « scientifique » né (sic) en cours de chimie que du simple but de faire du bruit », écrivez-vous. Je n’affirme pas autre chose quand je dis que mon ami « Michel H. était mort trop jeune d’un élan de curiosité corrélé à un excès d’imprudence ou d’inconscience ».
        Vous me taxez de confusion et me reprochez « d’associer inconditionnellement bruit et pétards ».
        Qu’elle serait douce, la nuit de nouvel an, si n’explosaient que des pétards… silencieux !
        « S’autoriser de la mort par explosifs de deux jeunes hommes, pour alimenter une campagne anti-bruit me paraît même un peu choquant, voire indécent ». Où voyez-vous une « campagne anti-bruit » ? Je m’exprime sur mon blog personnel et à titre personnel ! Beaucoup de gens le font aussi, manifestement, et vous en êtes. Je pourrais aussi vous accuser d’instrumentaliser deux morts d’hommes pour multiplier vos interventions à la tribune que vous offre Rue 89 et vous rendre intéressant par votre « science ».
        En revanche, c’est bien le président du Centre Antibruit du Bas-Rhin qui, à la suite d’une manipulation foireuse, n’a pas pu publier son point de vue associatif sur ce site.

        3 Merci pour les vidéos et pour le « bruit festif ». J’observe qu’à Moscou les gens peuvent se rencontrer sur la place du Kremlin sans craindre de rentrer chez eux assourdis ou d’être hospitalisés pour cause de mains arrachées ou de brûlures graves.

        4 Vous rigolez de mes supposées plaintes à propos des feux d’artifices, des concerts de klaxons, des concerts tout courts, des sons et lumières, des fanfares de villages, des fêtes de la musique, des coqs, des cloches, des cors des Alpes, etc : j’appelle ça une stratégie de l’amalgame, c’est facile et ça ne répond en rien à la complexité du problème qui nous occupe.

        5 Relisez-moi. Je n’ai écrit nulle part que j’étais favorable à une quelconque prohibition généralisée. Je mesure comme vous l’inanité d’une pareille mesure et la porte que cela ouvrirait vers toutes sortes de transgressions, pires encore que la tolérance actuelle. L’association que je préside et à laquelle je ne vous supplie pas d’adhérer, car ce serait d’un masochisme à peu près idiot, sait parfaitement faire la différence entre des bruits de circonstances ou occasionnels, des nuisances sonores qui s’inscrivent dans la durée ou la répétition et des fracas insupportables par leur intensité. Le seuil de 100dB que vous considérez comme une limite acceptable ne l’est plus quand le bruit dure plus d’une minute. Au-delà de 55 dB (étude OMS), les effets d’un bruit persistant (plusieurs heures par jour) peuvent être délétères (atteintes cardio-vasculaires, neurologiques, psychiatriques…)

        6 Un pétard K1 (« quelques grammes de poudre allégée ») peut vous rendre sourd pour le restant de vos jours ou peut vous priver de quelques phalanges. Posez donc la question aux chirurgiens qui opèrent le 31 décembre et le 1er janvier.
        Le nouvel an avec pétards et autres explosifs par milliers renvoie peut-être à des coutumes ancestrales, mais l’idée de rompre avec certaines d’entre elles pour les remplacer par des moments festifs ne faisant plus courir aucun risque particulier aux foules qui y participeraient, voilà une proposition simple et humaniste que vous n’avez pas cru devoir honorer de votre attention. Je le regrette.

        7 Votre ton « donneur de leçons » et vos approximations sémantiques, vos amalgames et vos procès d’intentions, votre manière de triturer mes propos pour les jeter en pâture à des approbateurs qui ne supportent plus jusqu’à l’idée même du silence, sans lequel pourtant le débat démocratique est vicié, tout cela me semble révélateur, précisément, d’une bien regrettable tendance actuelle : celle de ne plus pouvoir écouter l’autre, à cause du brouhaha ambiant des anathèmes et des mépris, à cause, tout simplement, du bruit physique entretenu sans plus aucune rémission par nos sociétés dites développées. De grâce, ne comparez ni les casseroles du Moyen Age, ni les fusils de chasse du XIXème siècle avec les monstruosités sonores du 3ème millénaire !

        « Le silence doit être pour les oreilles ce que la nuit est pour les yeux » (Pascal Quignard)
        « Le silence se meurt, le bruit prend partout le pouvoir ; c’est la seule calamité écologique dont personne ne parle » (Alain Finkielkraut)
        « Bientôt on parlera du silence comme d’une légende (Jean-Hans Arp)

        A bon entendeur, salut et fraternité !

    • Le long message qui suit ou précède est bien entendu destiné à EHRET Daniel :-)

      • @Daniel Ehret 3
        6 « Un pétard K1 (« quelques grammes de poudre allégée ») peut vous rendre sourd pour le restant de vos jours ou peut vous priver de quelques phalanges. Posez donc la question aux chirurgiens qui opèrent le 31 décembre et le 1er janvier. » Vous n’êtes pas obligé de vous le mettre dans l’oreille…
        J’ai un ami chirurgien des yeux à Paris qui pourrait vous dire des choses analogues sur les bouchons de champagne, parce qu’il est presque toujours de service à Noël et Nouvel An…

        « …coutumes ancestrales, mais l’idée de rompre avec certaines d’entre elles… »
        J’honore de mon attention et je constate quelque chose d’effrayant qui à mon sens frise un certain totalitarisme mou actuel lié à la juridisation de la vie sociale par le biais d’associations de toutes sortes. Le principe de précaution généralisé jusqu’à l’extrême ! Et comme le disait Hegel : une génération qui a peur de la mort est déjà morte ! Or c’est bien le fond inconscient de votre crainte. Vous le dites vous-même : « bruit » ultime, celui de l’indicible fracas de l’âme au moment suprême du saut dans l’inconnaissable ? Vous associez le bruit à votre propre mort. Ou plutôt c’est par peur de la mort que vous combattez le bruit. A savoir pourquoi, cela ne me regarde pas. Pour moi la mort s’apparenterait plutôt à un sentiment de chute, un peu comme cette chute de la conscience comme lorsqu’on s’assoupit brutalement ou qu’on tombe dans les pommes. Et mon impression me semble plus réaliste que névrotique. Mais je ne vais pas lancer campagne contre les échelles où les gratte-ciel :-) A signaler juste que c’est le bruit qui fait la vie : ce fameux cri primal du nourrisson que tout le monde attend avec angoisse. Et c’est le silence qui inquiète…

        7 « Votre ton « donneur de leçons » et vos approximations sémantiques, vos amalgames et vos procès d’intentions, votre manière de triturer mes propos pour les jeter en pâture »

        Là c’est l’instit qui revient. Et vous qui prétendez avoir le sens de l’humour. Ce n’est pas parce que ma dialectique est supérieure à la vôtre et que vous le sentez que j’ai un ton donneur de leçon :-) Et le reste vos adjectifs me fait bien rire car ces vagues accusations formelles ne font que souligner votre impuissance (à signaler que la plupart de vos points sont essentiellement défensifs) à trouver des arguments valables.
        De plus cher Monsieur, mon intention est plutôt maïeutique, à savoir de faire accoucher un esprit de ses contradictions comme celle-ci par exemple :  » une tapée d’excités qui, en méprisant au passage la langue française et ses règles, rêvent d’imposer un ordre nouveau, basé sur la permissivité totale, donc sur le rejet des lois et règlements, et ce jusqu’à ne plus permettre l’expression démocratique. »
        Alors qu’on lit dans votre blog ceci :  » conduire en souplesse, sans jamais dominer, une disponibilité totale, un sens aigu de la répartie respectueuse, de l’estime pour son auditoire, quels que soient le niveau d’attention et/ou la capacité d’écoute de celui-ci. » Sans parler du sens de l’humour que vous prétendez avoir.

        Et pour terminer ceci :

        « Le silence se meurt, le bruit prend partout le pouvoir ; c’est la seule calamité écologique dont personne ne parle » (Alain Finkielkraut) Vous avez oublié 1949. Je doute qu’il ait écrit cette phrase l’année de sa naissance. De fait la citation est tirée d’un article de Libé du 15 janvier 2000
        http://www.liberation.fr/tribune/0101323741-aux-amoureux-du-troisieme-millenaire où :
        1/ Finkielkraut (qui était un moins aigri qu’aujourd’hui) ne parle pas que du bruit en tant que simple nuisance sonore, mais en philosophe qu’il est, de ce Hannah Arendt appelait la solitude moderne qui n’est pas la solitude de l’homme des bois mais celle de l’homme urbain, de l’homme de la foule. De même qu’il fait allusion à la notion d’inauthenticité dont parlé Heidegger : dans toutes ces occupations triviales que m’offrent la société moderne, je me perds. Mais le paradoxe est bien là : pour me trouver et arriver à l’être authentique il faut bien que je prenne conscience de l’inanité de toutes ces activités (à la mode) sans importance et m’en arrache. En arrière plan aussi la possibilité d’une réflexion sur le fameux divertissement pascalien. Et puis moi j’aime bien le passage sur la distraction : celle que procure les émissions de télé réalité et celle de Thalès. A la servante Thrace qui riait de lui en le voyant tomber dans ce puits, il aurait pu répondre : Mais ma chère, c’est que nous n’avons pas les mêmes valeurs !
        Et puis pour les baladeurs savez-vous pourquoi il a eut tant de succès au Japon où il a été inventé : parce que le bruit est tel dans les villes que c’était pour les habitants le seul moyen d’avoir un d’intimité. Le Japon pourtant un pays où le silence fait parti des traditions. Peut-être le pays du silence par excellence…

        Vous voyez là encore j’apporte de l’eau à votre moulin, mais il semble bien que vous ayez quelque problèmes d’audition.

        S NOVIM GODOM

      • a D ERHET 2/2 de 1

        En réponse à votre second point

        2 « …la confection de corps explosifs par des adolescents relève plus d’une extension malheureuse d’une curiosité « scientifique » né (sic) en cours de chimie que du simple but de faire du bruit », écrivez-vous. Je n’affirme pas autre chose quand je dis que mon ami « Michel H. était mort trop jeune d’un élan de curiosité corrélé à un excès d’imprudence ou d’inconscience ».
        « Vous me taxez de confusion et me reprochez « d’associer inconditionnellement bruit et pétards ». » Là cela serait plutôt du hors sujet en plus d’une confusion : puisque vous semblez vouloir à tout prix attribuer les accidents de la Saint Sylvestre au désir, je vous cite « crétin et mimétique » de faire du bruit et produisez justement un exemple d’un jeune qui décède (à quelle période de l’année était-ce ?) d’une curiosité scientifique qui a mal tournée. Vous produisez donc vous même votre propre contre-exemple, puisque vous venez de rappeler que l’objectif de votre ami n’était pas de simplement faire du bruit. A signaler que le premier alchimiste chinois Sung Simiao qui cherchait un élixir de longue vie voire d’immortalité et qui découvrit (au 7ème siècle !)les premiers éléments de ce qui deviendra la poudre noire prévient des dangers du mélange Pas mal de chinois qui tentèrent néanmoins l’expérience eurent leur barbes noircies voire leurs maisons brulés…
        « Qu’elle serait douce, la nuit de nouvel an, si n’explosaient que des pétards… silencieux ! » Moi aussi j’aime le silence. Je préfère même le terme de Stille comme dans Stille Nacht. Mais cela c’est Noël. Pour le Réveillon achetez des boules quies…
        « « S’autoriser de la mort par explosifs de deux jeunes hommes, pour alimenter une campagne anti-bruit me paraît même un peu choquant, voire indécent ». Où voyez-vous une « campagne anti-bruit » ?  »
        Votre mauvaise foi est sidérante !
        Quand on écrit :  » Je note que mon avis personnel sur la question des « pétards » (ou des bombes), qui est aussi celui du président du Centre Antibruit du Bas-Rhin que j’incarne,  » il est évident que l’on ne se prévaut pas que de sa seule personne, mais qu’on s’autorise également d’une représentation d’une association dont on ne fait pas seulement partie, mais que l’on prétend même incarner (sic) et dont on est le président! Si donc vous incarnez, ce que vous dites n’est pas que votre avis personnel mais bien représentatif de la position générale de votre association dont vous fournissez le lien. Se réfugier dans le relativisme du personnel que pourtant l’on affirme comme vérité indubitable et se noyer dans la trivialité de la doxa, c’est une piètre excuse.

        « Je m’exprime sur mon blog personnel et à titre personnel ! Beaucoup de gens le font aussi, manifestement, et vous en êtes.  » Ben quand on se ballade un peu on tombe vite sur des bannières politiques, des appels à des causses à défendre, des sites qui semblent plus que des liens mais réellement incorporés dans votre incarnation :-) Pour ma part je n’ai pas de blog et ceci est un forum de discussion.

        « Je pourrais aussi vous accuser d’instrumentaliser deux morts d’hommes pour multiplier vos interventions à la tribune que vous offre Rue 89 et vous rendre intéressant par votre « science ». »

        Argument ad hominem et carrément lamentable ! C’est la menace du faible. Vous qui prônez la tolérance, là vous faites petit. Surtout pour quelqu’un qui se targue de posséder  » une aptitude à conduire en souplesse, sans jamais dominer, une disponibilité totale, un sens aigu de la répartie respectueuse, de l’estime pour son auditoire, quels que soient le niveau d’attention et/ou la capacité d’écoute de celui-ci. Vous ne sentez pas une contradiction là ?

        « En revanche, c’est bien le président du Centre Antibruit du Bas-Rhin qui, à la suite d’une manipulation foireuse, n’a pas pu publier son point de vue associatif sur ce site. »

        Hey ! Faudrait savoir ! C’était perso ou officiel ?
        Bon disons que c’est le gentil citoyen perso qui avait écrit le texte et le un peu parano président du CABR qui ne l’a pas vu passer pensant qu’il avait été censuré.

      • 2 « …la confection de corps explosifs par des adolescents relève plus d’une extension malheureuse d’une curiosité « scientifique » né (sic) en cours de chimie que du simple but de faire du bruit », écrivez-vous. Je n’affirme pas autre chose quand je dis que mon ami « Michel H. était mort trop jeune d’un élan de curiosité corrélé à un excès d’imprudence ou d’inconscience ».
        « Vous me taxez de confusion et me reprochez « d’associer inconditionnellement bruit et pétards ». » Là cela serait plutôt du hors sujet en plus d’une confusion : puisque vous semblez vouloir à tout prix attribuer les accidents de la Saint Sylvestre au désir, je vous cite « crétin et mimétique » de faire du bruit et produisez justement un exemple d’un jeune qui décède (à quelle période de l’année était-ce ?) d’une curiosité scientifique qui a mal tournée. Vous produisez donc vous même votre propre contre-exemple, puisque vous venez de rappeler que l’objectif de votre ami n’était pas de simplement faire du bruit. A signaler que le premier alchimiste chinois Sung Simiao qui cherchait un élixir de longue vie voire d’immortalité et qui découvrit (au 7ème siècle !)les premiers éléments de ce qui deviendra la poudre noire prévient des dangers du mélange Pas mal de chinois qui tentèrent néanmoins l’expérience eurent leur barbes noircies voire leurs maisons brulés…
        « Qu’elle serait douce, la nuit de nouvel an, si n’explosaient que des pétards… silencieux ! » Moi aussi j’aime le silence. Je préfère même le terme de Stille comme dans Stille Nacht. Mais cela c’est Noël. Pour le Réveillon achetez des boules quies…
        « « S’autoriser de la mort par explosifs de deux jeunes hommes, pour alimenter une campagne anti-bruit me paraît même un peu choquant, voire indécent ». Où voyez-vous une « campagne anti-bruit » ?  »
        Votre mauvaise foi est sidérante !
        Quand on écrit :  » Je note que mon avis personnel sur la question des « pétards » (ou des bombes), qui est aussi celui du président du Centre Antibruit du Bas-Rhin que j’incarne,  » il est évident que l’on ne se prévaut pas que de sa seule personne, mais qu’on s’autorise également d’une représentation d’une association dont on ne fait pas seulement partie, mais que l’on prétend même incarner (sic) et dont on est le président! Si donc vous incarnez, ce que vous dites n’est pas que votre avis personnel mais bien représentatif de la position générale de votre association dont vous fournissez le lien. Se réfugier dans le relativisme du personnel que pourtant l’on affirme comme vérité indubitable et se noyer dans la trivialité de la doxa, c’est une piètre excuse.

        « Je m’exprime sur mon blog personnel et à titre personnel ! Beaucoup de gens le font aussi, manifestement, et vous en êtes.  » Ben quand on se ballade un peu on tombe vite sur des bannières politiques, des appels à des causses à défendre, des sites qui semblent plus que des liens mais réellement incorporés dans votre incarnation :-) Pour ma part je n’ai pas de blog et ceci est un forum de discussion.

        « Je pourrais aussi vous accuser d’instrumentaliser deux morts d’hommes pour multiplier vos interventions à la tribune que vous offre Rue 89 et vous rendre intéressant par votre « science ». »

        Argument ad hominem et carrément lamentable ! C’est la menace du faible. Vous qui prônez la tolérance, là vous faites petit. Surtout pour quelqu’un qui se targue de posséder  » une aptitude à conduire en souplesse, sans jamais dominer, une disponibilité totale, un sens aigu de la répartie respectueuse, de l’estime pour son auditoire, quels que soient le niveau d’attention et/ou la capacité d’écoute de celui-ci. Vous ne sentez pas une contradiction là ?

        « En revanche, c’est bien le président du Centre Antibruit du Bas-Rhin qui, à la suite d’une manipulation foireuse, n’a pas pu publier son point de vue associatif sur ce site. »

        Hey ! Faudrait savoir ! C’était perso ou officiel ?
        Bon disons que c’est le gentil citoyen perso qui avait écrit le texte et le un peu parano président du CABR qui ne l’a pas vu passer pensant qu’il avait été censuré.

      • J’ai du découper puisque la machine semble détester la longueur à moins qu’une censure effectivement s’exerce ici, ce qui ferait bien rire les anciens des DN qui ont quitté au moment du changement de « proprio »…J’ai modifié les terme en conséquence d’ailleurs.
        Tout d’abord, M. Ehret il ne faudrait pas préjuger de l’heure que vous lisez sur un site de l’heure d’écriture. On n’est pas forcément dans le même fuseau horaire et tous les ordis ne tiennent pas compte de l’heure internet. D’autre part je fais toujours assez long. Vous n’êtes donc pas pour moi ni un extrawurst, ni l’ennemi public n°1. Et enfin vous confondez ironie et mépris. Mais il est vrai qu’avec l’avocat vous n’êtes pas trop loin en tant que j’ai eu à défendre des causes, et pas seulement par la parole… Comme je ne suis sans doute pas très loin de l’instit, vu votre besoin d’une analyse préalable et formelle du texte. Approximative au demeurant, et encore une fois globalisante puisque je ne fais pas du bruit en général un moyen d’expression légitime, mais du bruit en certaines circonstances. Mais sans doute est-ce là une déformation de certains défenseurs de causes : les anti-bruits entendent du bruit partout comme les anti-tabac sentent de la fumée partout. Comme on y retrouve souvent les éléments de la parano (vous prenez une erreur informatique pour une censure) et de la mauvaise foi (si vous aviez pris la peine de lire le rapport de la médecine militaire ) mais vous préférez défendre les victimes de miaulements de chat que les oreilles des jeunes soldats.)

        1 « Où lisez-vous que j’impute au bruit la mort des deux victimes de la Saint-Sylvestre alsacienne ? »
        Ici : « S’ils ne sont donc pas « morts de bruit », il n’en demeure pas moins que nos deux jeunes gens « voulaient juste faire du bruit » Vous imputez à la volonté de faire du bruit la responsabilité de ce qui a suivi. Alors question dialectique vous repasserez, j’ai été formé dans les meilleures écoles…
        De plus, je n’ai pas dit cela. Je tenais juste à souligner que vous voulez interdire les pétards non pas pour le danger que représente une mauvaise manipulation d’explosifs, mais avant tout pour le bruit que font les pétards. Et que de profiter ainsi de la mort de deux personnes pour relancer une campagne anti-bruits me paraissait quelque peu indécent.
        « Le jour où, pour y avoir été exposé, vous souffrirez d’acouphènes, vous serez peut-être enclin à nuancer vos propos. »
        D’une part, je me suis pris enfant un pétard qui avait été lancé dans une boite aux lettres. . Quand je passe nouvel an à Strasbourg soit chez moi soit invité on garde les fenêtres fermées et le problème est réglé. De plus habitant au centre ville j’ai des vitres anti-bruits. Y a pas de quoi faire miauler un chat.
        « S’ils ne sont donc pas « morts de bruit », il n’en demeure pas moins que nos deux jeunes gens « voulaient juste faire du bruit », pour rivaliser avec les autres bruiteurs » et que ce faisant, lit-on encore sur mon blog « ils cédaient (ainsi) au mimétisme général, au grégarisme, à l’imitation débile qui engraisse d’abord les industriels de la connerie humaine, puis, à un moindre degré, les médiocres revendeurs de ces imbécillités assourdissantes et crétinisantes ».
        Là vous vous rendez compte que vous traitez plus de1.5 milliards de Chinois de crétins et que vous appelez « mimétisme débile » une tradition plus que millénaire ? Sans compter les 1.2 Milliards d’Indiens qui fêtent Diwali (la fête des lumières) par des feux d’artifice en mars ou avril selon les années pendant 5 jours. Ni les tribus d’Afrique et d’Océanie qui associent les tambours à leurs fêtes. Et je ne vous parle pas des peuples du Moyen Orient et du Caucase qui fêtent les mariages par des coups de ak et de pistolets. Et on se demande où est le mépris ?
        «  »Quand je parle de « permissivité », je fais surtout allusion au fait que la loi « bruit » de 1992 est chaque année mise entre parenthèses durant la nuit du 31 décembre au premier janvier »
        Si vous relisez la loi de 92, vous constatez qu’en 2000 nombre d’articles (surtout les premiers ) ont été abrogés. Et que celle-ci n’a cessé d’être modifiée jusqu’en 2006 par arrêtés et décrets. Du fait de la décentralisation le dernier mot revient désormais aux Préfets et Maires. Ainsi dès 1999, le Préfet de Maine et Loire décrétait : Les fêtes suivantes font l’objet d’une dérogation permanente au présent article : * La fête nationale, * La fête du nouvel an, * La fête de la musique* et la fête annuelle de la commune.

    • A Monsieur Ehret,

      Veuillez m’excuser, mais j’ai fait un tour sur votre site, ou plutôt celui de votre association et j’y ai trouvé l’image de ce formidable tableau de Munsch : « Le cri » (enfin la version la plus connue, l’une ayant été malheureusement vendue à un acquéreur privé il n’y a pas longtemps).

      Mais je ne vois pas très bien le rapport avec le bruit. Du moins celui que vous combattez.

      Pour avoir étudié un peu l’art et cette oeuvre plus particulièrement, je pense pas que son thème est le bruit, surtout social, mais l’angoisse du cycle duquel elle fait d’ailleurs partie.
      Munch avait écrit à son propos : « J’étais en train de marcher le long de la route avec deux amis – le soleil se couchait – soudain le ciel devint rouge sang – j’ai fait une pause, me sentant épuisé, et me suis appuyé contre la grille – il y avait du sang et des langues de feu au-dessus du fjord bleu-noir et de la ville – mes amis ont continué à marcher, et je suis resté là tremblant d’anxiété – et j’ai entendu un cri infini déchirer la Nature ».
      Quel est ce « cri » ? Certes pas un bruit audible par tout le monde puisque ses amis continuent de marcher. Mais bien un bruit intérieur, un bruit silencieux donc, qui est celui de l’angoisse. Et si le personnage qui semble bien être Edvard Munch se bouche les oreilles ce n’est pas pour se garder d’un bruit mais pour contenir le cri infini qui dans sa tête lui semble traverser toute la nature et son propre corps du même coup.Il y va aussi de l’angoisse de mort et de la peur de la maladie (Munch est à cette époque gravement malade. Toute se vie, il a perdu das êtres chers) En ce qui me concerne c’est un tableau existentiel, mais aussi un tableau expressionniste 25 ans avant le début du mouvement.
      Mais s’il développe la thématique de la mort et de l’angoisse, de la rumeur que celle-ci développe incessamment en une âme perturbée, il ne s’agit pas le moins du monde ici d’un bruit social. D’ailleurs ce « cri infini » dont parle Munch pourrait très bien se rapprocher du « Silence » que met en scène Bergman. Il me semble donc, veuillez mon excuser Monsieur, inadéquat ici Pour illustrer le bruit et dans le registre expressionniste Certaines des lithographies de Käthe Kollwitz sur la guerre ( où le bruit des hommes peut-il être le plus infernal ?) me sembleraient plus adéquates. Et ce d’autant plus que la version lithographique du Cri en noir et blanc que j’aime beaucoup exprime sur le plan existentiel ce que Käthe Kollwitz exprimera dans les siennes sur le plan social et politique à propos de la première guerre mondiale.
      En vous souhaitant une bonne journée.

  2. Je note que mon avis personnel sur la question des « pétards » (ou des bombes), qui est aussi celui du président du Centre Antibruit du Bas-Rhin que j’incarne, n’a pas été jugé digne d’être porté à la connaissance de vos lecteurs. J’en tire la navrante conclusion que vous préférez donner largement la parole à une tapée d’excités qui, en méprisant au passage la langue française et ses règles, rêvent d’imposer un ordre nouveau, basé sur la permissivité totale, donc sur le rejet des lois et règlements, et ce jusqu’à ne plus permettre l’expression démocratique.
    Désolé, mais je ne vous suis plus, là.

    • Mmmh, je ne vous suis pas non plus. L’article portait sur les traditions, pas sur le bruit.

    • Si je puis me permettre… Les textes ici ne sont pas censurés pour des raisons politiques ou idéologiques. Donner à penser cela, c’est de la parano simple. A moins de propos réprimées par la loi un journaliste digne de ce nom ne vous censurera pas. Ensuite, il y a certes la question de la longueur de la bande passante et autres, y compris la subjectivité d’un lecteur qui n’est pas forcément un journaliste mais juste un informaticien ( et là je rigole aussi) qui ne pense qu’à la bande passante ( et là je doute) .
      Je ne sais si votre message était long ou cours , mais en tant que je suis pas un troll ( ;-) ) je vous conseille de régulièrement sauvegarder votre contribution en Bloc note ou Word. D’ailleurs si vous craignez les fôôôtes d’orthographe ou de grammaire je vous conseille de plutôt écrire votre texte sur word ou autre logiciel libre plutôt que directement sur le site. Cela vous évitera aussi un processus style rafraîchissement d’écran qui risque de tout faire disparaître. Et comme cela vous n’aurez pas la parano que j’ai eu avec certains ordis d’une censure qui n’existe pas Et en plus vous aurez une correction plus nette. Là moi je ne le fais pas en l’occurrence mais je fais régulièrement CtrlA + CtrlC pour avoir un CtrlV si besoin?. En vieux mackiens je dis pommeA + pomme C pour pommeV…
      Alors j’ai quelque doute sur le texte que vous avez d’abord écrit , M Ehret !

      Ce que je remarque en tous les cas, c’est qu’alors que vous nous demandez de lire votre blog et que j’ai amplement répondu aux différents moments de votre argumentation, il n’y a pas la moindre réponse pour l’instant (c’est bien entendu de la provo) à ce qui n’est pas du trollisme mais de la dialectique !

      Si vous avez lu mon message vous aurez trouvé un lien de la médecine militaire sur les dégâts du bruit….qui vus servira pour votre site que je n’est pas encore examiné comme il se devrait, mais je vous ai donné des éléments pour me contredire et vous n’en avez pas fait grand chose. Ceci dit mon but n’était pas la polémique, mais au contraire un dialogue constructif (hors de la tapée d’excités) qui serait en mesure de faire avancer les choses.

      Mais là je mets la juke box des années 60 : au moins 3mn de silence pour moi et plein de silence pour vous qui vous vous contentez d’une vague gueulante martyrienne et n’avez plus rien à dire après….

      S NOVIM GODOM !

      • J’oubliais : allez dans les DN !
        Je me suis trouvé censuré à trois reprises parce que je défendais la bête (loup) des Vosges contre les pauvre brebis….

        Vous pourrez vous y exprimez tout à loisir auprès des journalistes qui restent….

    • @Vorivzakonie

      Une intelligente distinction.
      Etant très sensible au bruit ce sont plus ceux de la vie quotidienne qui m’incommodent de part leur permanence même s’ils ne semblent pas excessifs au point de causer une douleur ou des acouphènes que les bruits occasionnels liés à des évènements ponctuels.
      Ainsi je n’entre pas dans certains cafés ou même restaurants (car ils s’y mettent aussi) lorsque la musique de fond est trop forte De plus les sonneries de portables et même les conversations qui vous font entrer dans l’intimité des personnes sont parfois insupportables.
      Pour les fêtes et autres occasions ponctuelles, je me dis que c’est tout simplement une question de tolérance.
      Je n’aime ni les bruits des pétards, ni les klaxons et hurlements d’après match, surtout lorsqu’il s’agit d’une coupe quelconque et que les cafetiers installent des écrans sur les terrasses. Mais l’on dois tolérer il me semble que des gens s’expriment à des moments précis. Cela fait partie de la vie en société.
      Ainsi donc votre monsieur président de la ligue anti-bruit me semble commettre deux erreurs dans son appréciation et vous avez raison de les souligner et d’y insister. Pour la Saint-Sylvestre ce qui est malheureux ce sont les accidents surtout mortels dus aux mortiers. A côté de cela le bruit et rien. Et les bruits qu’il faut combattre sont ces bruits permanents qui empoisonnent le quotidien, plutôt que les rares moments où das la vie sociale la joie s’accompagne aussi d’une expression sonore finalement supportable en tant que l’on peut tout à fait s’en protéger et s’y soustraire.
      Pour avoir une connaissance dont la mère est sourde de naissance et avoir souvent discuté avec elle de l’handicap de sa mère, je peux assurer à Monsieur Ehret qu’il y a des personnes qui aimeraient bien et même plus que tout avoir la joie de pouvoir entendre un jour le bruit d’une fête de village ou même celui des pétards de la Saint Sylvestre.

  3. En Allemagne ils tirent aussi pétards et fusées, pourquoi on ne regarderai pas les chiffres de personnes blessés ? Peut-être qu’il y en a beaucoup moins voir aucun.

    • @yxxè
      J’ai fait deux ou trois vérifications.
      Il n’y a pas de chiffres globaux.
      Par contre il faudrait voir Länder par Länder.
      D’après un ami gendarme cela doit pouvoir se faire en théorie, mais il faudrait avoir plus accès aux rapports de police qu’aux « résumés » journalistiques…
      Si vous voulez vous y coller ?

  4. Soyons aussi dur avec les petards qu’avec les petards ,ainsi plus de blessés , plus de bruit, plus de dealers, plus de drogues….

  5. Dans ce débat ce qui est intéresant c’est de voir la position anti prohobition de beaucoup (que j’approuve), mais ces tenants de l’anti prohobition sont ils pret a aller au bout de ce principe et donc de réclamer la légalisation des drogues ?

    • Joke inside? fake?
      Parce que je vois pas le rapport.

      • Il y a un rapport.

        Concernant les feux d’artifices ( K2 – K3) déja interdit on peut voir l’ineficacité de l’interdiction.
        Si demain vous interdisez tous les pétards l’interdiction ne sera pas plus respecter je pense que c’est une évidence pour tous (sauf quelques rêveur totalement hors du monde réel);
        on ira se fournir en allemagne, sur le marche noir, sur internet …. tant pis pour les « risques ».
        La prohibition est impossible tant qu’il y aura des consomateurs.

        Ce principe s’applique pour tous les produits,
        Interdissez demain l’alcool ou le tabac, drogues légales (ça tue plus que les pétards du nouvel an) vous êtes d’accord avec moi pour dire que c’est illusoire de croire une seconde que les gens vont arrêtez de boire et de fumer, parce que c’est interdit par la loi.

        Pour les drogues illégales (canabis, cocaîne, ectasy …) la prohibition existe bel et bien, et le bilan n’est pas vraiment bon :
        la consomation existe (et pour le canabis elle est m^me généralisé), et ce malgrès une des légilastion les plus dure d’europe.
        Echec total de la prohibition, et si nos politiques avait du courage (ça se serait) il y a lontemps qu’on aurait tirez les conclutions qui s’imposent, mais on mèle de la morale à tout ça et il difficile d’avouer l’echec d’une politique.

        Les seuls gagnant dans ces histoires de prohibition c’est les reseaux criminels.

    • @fred2
      1/ « Dans ce débat ce qui est intéressant c’est de voir la position anti prohobition de beaucoup (que j’approuve) »

      Attention de soyez pas radical. On ( en tous les cas moi) n’est pas forcément d’un PRINCIPE anti-prohibition en tant que je conçois qu’il faut du discernement.

      Il faut de toute manière interdire les corps dangereux. J’ai parlé tout à l’heure avec un armurier pas français certes mais qui est un spécialiste des législations sur les armes et les corps « explosifs » Ce sur quoi il insistait lui c’est surtout sur l’éducation des usagers et la difficulté de faire passer les règles à des jeunes gens qui ne lisent pas les manuels.

      Ce qui le faisait beaucoup rire c’est la loi américaine qui demandait un contrôle sur l’achat des armes chez un armurier, mais qui permet à ce particulier de vendre son arme à quiconque. C’était le cas pour le massacre de Columbine.

      Pour ma part la question n’est pas de prohibition mais de réglementation.
      La prohibition radicale produit la mafia !
      Aux Us dans les année trente, comme en Russie sous Gorbatchev et sous Medvedev ensuite (Eltsine n’aurait jamais eu cette idée ;-) et pour cause) il n’y a jamais eu autant de mort par alcool frelaté. Certaines mafias se sont montés rien que pour cela (voyez la série Brokeback Empire)
      A le redire encore une fois il y a une législation qu’il faut sans doute accommoder, mais surtout pas dans le sens d’une prohibition.

      2/ « mais ces tenants de l’anti prohobition sont ils prêt a aller au bout de ce principe et donc de réclamer la légalisation des drogues ? »

      Là encore vous êtes sans discernement !
      Toutes les drogues ne se valent pas ! Quand des gens disent que le shit c’est la même chose que l’héro, c’est du pur délire. Par contre lors d’un accident que l’on cherche à la fois des « stupéfiants » comme le vin et le shit je trouve cela normal : la question étant la méthode scientifique de la détermination de l’effet….

      Donc ne mettez pas tout dans le même panier !

      « réclamer la légalisation des drogues ?ne veut rien dire » OK ?

      Parce que les drogues sont multiples à commencer par le tabac et l’alcool ! J’ai fumé ces derniers jours des cigares Havane ( sue l’on peut trouver aussi en France), et je vous garantie que cela vous met aussi dans un état second où vous êtes tellement bien que vous vous dites que vous allez dégommer un ragondin avec votre Makarov. Comme vous êtes un êtes civilisé vous ne le faites pas et vous cassez la branche au-dessus. Mais dans la période du nouvel an vous aurez affaire à des ours et des loups…Pour ma part je déteste tuer des êtres non-humains… On m’a dit que je ne serais pas avec ma famille les seuls français…
      une chose est sûre si celui à qui je pense (désolé on a chacun au moins deux bouteilles de vodka là !) il tire tellement mal qu’il est capable de blesser une bête. Et le pire pour un chasseur c’est de blesser une bête qui va s’enfuir. Et je ne vous parle pas des dégâts que peut faire un ours blessé ! Sur des innocents surtout si on le conduit dan la mauvaise direction !

      J’avais initié il y a quelques années un programme analogue à celui de l’Alaska, pour sauver les ours. On les déplace …

      Parfois cela ne marche pas et il reste un ours qui toujours revient, un vieux gros nounours ! Moi je les appelle les « sovietski »
      De lui donner le coup de grâce c’est un honneur et un crève-coeur !

      Mais ce n’est pas de cela que nous parlions, à répondre à ce Monsieur anti-bruit si soudain !!!!! de luis dire que nous ne sommes pas des anarchistes permissifs mais des personnes qui ont réfléchi comme vous les journalistes à la réalité objective de la question.

      Que ce Monsieur anti bruit ne réponde pas à mon message est en ce sens caractéristique. Quand on lutte indûment contre le bruit, on ne peut que faire silence ! Mais cela Camarade France, c’est de la pure provo…

  6. hey camarade ! Comme vous êtes un rare journaliste de lieu, vous aurez à dire bien des choses et d’abord ce qui fait le propre de vous Vous êtes le pierre Haski Strasbourgeois….
    Désolé je suis le 17/18 en Russie…
    Mais vous êtes un elsaesser, le lieu d’un nouvel espace
    A faire comprendre par exemple q’u'il y a des « espaces d’un nouveau monde !
    Meer seen und bliewee Elssaesser l
    Avec tout ceux qui nos accomopagnés : serbe zuguine russ und zu wietter; cela sera une veritable histoire de ce qui est arrivé là au auhaut rhin
    La question du Elaesser escht e a bessele schwwerrer §§§§

  7. Merci Pierre France pour cette intéressante mise au point et surtout les références historiques.
    J’avais déjà,dans un post précédent, mentionné l’origine païenne de la chose et j’ai signalé qu’à Moscou et dans beaucoup de grandes villes russes on organise des feux d’artifices et des concerts sur les places centrales, ce qui empêche implicitement les pétards vu la densité des personnes et relègue les tirs dans les banlieues ou plus tard dans la nuit.

    La tradition des tirs festifs s’est maintenue dans les pays de l’Est et du Moyen-Orient.

    Par contre on peut se demander si quitte à maintenir les tirs festifs, il ne conviendrait pas mieux de passer aux tirs par pistolets et revolvers d’alarme qui font aussi lance fusée. Je me souviens avoir été invité, il y a une petite vingtaine d’années à un nouvel an où nous avons joué à la roulette russe : revolver à blanc bien entendu et pointé vers le ciel (pas vers la tête).
    L’avantage est que les cartouches à blanc (9mm PAK) contiennent juste assez de poudre pour donner une jolie déflagration et une éjection de la douille par les gaz. Bien entendu il ne faut pas choisir les cartouches au poivre ou à longue flamme (spéciales cinéma) et à moins d’un mètre elles peuvent gravement brûler mais jamais tuer. De plus, les cartouches à blancs encrassent salement les armes beaucoup plus que les cartouches normales ( de toute manière inutilisables dans des armes d’alarmes) et les enrayent. Cela aurait l’avantage de demander au propriétaire un entretien donc une connaissance de l’objet. Mais de plus leur port est strictement interdit, ce qui implique qu’à nouvel an le mec qui veut faire du bruit doit le faire de son jardin ou sur son balcon. Il y a donc très peu de risques de blesser un passant. Juste de faire peur à votre chat.

    Même la famille de Carla en vend :
    http://www.youtube.com/watch?feature=endscreen&NR=1&v=He0P6dq-R6E
    Dans la démo, ne prenez pas le kimar « nickelé » Il s’effrite si vous tirez plus de deux chargeurs à la suite et que cela chauffe trop.
    Et comme vous le voyez on peut faire aussi des feux d’artifices…
    Bien entendu, c’est plus cher : entre 100 et 200 euros pour l’arme et entre 14 et 20 euros pour 50 cartouches à blanc Umarex (marque dominante sur le marché et fiable),mais pour ma part je trouve que cela fait plus plaisir que d’allumer une mèche et de partir en courant ou plus con encore d’attendre au-dessus qu’elle vous pète à la gueule.
    La seule objection à mon sens : l’idée qu’il est facile de braquer son buraliste avec une arme à blanc qu’avec un pétard chinois….
    Mais pour le reste, la tradition du bruit serait sauvegardée…;-)

  8. On a bien eu la preuve cette année que la répression aux frontières franco-allemande étaient totalement inutile, avant on avait jamais eu de mort, et là l’année où la répression n’a jamais été aussi forte : 2 morts ! On cible les mauvaises personnes, les mauvais produits, les mauvais endroits.
    Ce qui cause les dégâts, ce sont ces fameuses bombes de mortier de catégorie K3 déjà interdit en Alsace… Qu’il suffit de commander par Internet en 3 clicks. Rien à voir avec les petits pétards qu’il y avait il y a quelques décennies. Le danger vient des K3 et des irresponsables, des inconscients, faut être débile pour tenter de rallumer une bombe quand celle ci n’a pas explosé assez vite à son goût. Comme il y a les débiles qui font du hors-piste en montagne, mais on va pas interdire les skis non plus ?

    Intéressant article sur l’historique de la tradition de « faire du bruit » chaque soir de nouvel an.

    • très intéressante remarque qui démontre bien que l’on mélange toujours tout car le ski est une chose, le hors piste une autre ! il faut partir sur les bonnes bases et dire quand c’est interdit on y va pas. Dans le cas contraire on paye. Le viol est interdit non ! même un petit viol !!

    • @Cisla

      Tout à fait d’accord avec vous.
      Juste une remarque pour l’un des cas il s’agissait d’un K2 : de plus j’ai trouvé des photos de ces engins sur internet et il y est clairement marqué de pas mettre la tête au-dessus.Mais cela me fait penser à cette blague douteuse dans certaines armée de raccourcir la « mèche » des grenades et cela ne m’étonnerait pas que les ouvriers qui fabriquent cela en des ateliers où ils sont comme des esclaves le feraient pour certains sciemment. Comme le valet crache dans la soupe de son maître…. Ceci dit les seuls rythmes de travail suffisent ….

      Mais pour le reste d’accord

      Et puis c’est comme dans toute prohibition sans discernement.
      Alcool :
      En 29 cela à d’abord donné de la mauvaise gniole. Ensuite les gangster à la Capone on vu l’intérêt de fournir des produits « valables »
      Mais quand Gorbatchev d’abord et Medvedev après ont voulu moraliser la Russie en réglementant l’alcool cela a été plus terrible encore.
      A l’époque de Gorbatchev sa lutte contre l’alcool a juste fait revivre dans les mafias la branche du commerce de l’alcool. N’importe qui faisait de la fausse vodka dans des bouteilles aux étiquettes de l’Etat et il y a eu plus de morts que jamais.Quand Medvedev a tenté une mesure analogue c’était différent : les mafias officielles, les « Voleurs dans la loi » avaient déjà pris le contrôle du commerce en investissant dans les usines officielles, mais en jouant sur les chiffres de production.
      Putes :
      Quand le très vertueux Sarkozy veut faire disparaître les prostituées des trottoirs surtout dans les quartiers bourgeois, il ne fait pas disparaître la prostitution mais la rend plus clandestine et plus dangereuse surtout pour les filles serbes ou bulgares ou bosniaques… On ne les voit plus certes ou alors ailleurs que dans les quartiers bourgeois (demandez aux chauffeurs de taxis…) ou dans ce que les allemands appellent des « poufs »
      Il y a des rabatteurs, des filles enfermées et beaucoup plus de violence. Allez voir l’assoc qui s’en occupe.

      Vous avez utilisé l’argument du ski, j’avais pris celui des voitures.
      Mais dans le fond c’est ce principe qu’il faut défendre : l’exception ne justifie pas la règle… ;-)

    • debile de faire du hors pistes ? vous y connaisez queque chose à la montagne ?
      dans le cas présent c’est le ski SUR piste qui est débile ….

      • @Fred2
        vous avez raison, laissons faire le hors piste à ceux qui préfèrent au risque de se tuer et de tuer les autres, laissons les gens rouler bourrés/drogués au risque de se tuer ou de tuer une famille qui ne demande rien, laissons les armes à ceux qui veulent en avoir, laissons les chiens dangereux sans muselière, les gens fumer dans les restos et partout ou ils ont envie de toutes façons, je ne connais rien à rien et je suis un gros débile…et merci pour vos propositions constructives;-)

  9. Ah ! Le particularisme Alsacien ! Ou plutôt Bas-Rhinois !
    Mais une question me tarabiscote l’esprit :
    Dans toutes les communes de France, même d’Alsace et de Navarre,est écrit sur le perron des mairies la devise  » LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE
    Égalité ? Quand on voit les différences de loi, on peut parfois ne pas comprendre !
    Et si on supprimait tous les régimes particuliers, du droit local De l’Alsace et de la Moselle, aux avantages du Pays de Saugues, aux droits des Lillois ou de ceux de Navarres ???????
    Sans oublier bien sur tous les cadeaux qu’on fait aux plus fortunés par le biais de réduction d’impôts sur les œuvres d’art et autres exceptions fiscales
    comme les avantages offerts aux Journalistes, VRP et autres corporations
    Enfin ….. Cela ne sera toujours qu’un rêve !
    Comme le disait Coluche:
    « Nous sommes tous égaux devant la loi, mais certains sont plus égaux que d’autres »

    • @ à Mechl

      Si je puis me permettre vous faites deux erreurs
      1/ Egalité ne signifie pas égalitarisme.
      2/ L »‘histoire des pétards n’a rien à voir avec le Concordat ou autre, mais est lié aux pouvoirs qu’ont les maires et les préfets ce qui est plutôt une bonne chose en opposition au centralisme démocratique qui serait un égalitarisme sans nuance ( et là c’est un euphémisme)

      Alors je comprend votre position libertaire mais elle est – ce qui n’est pas forcément pour me déplaire – en son fond stalinienne.
      Le fait est, camarade, désolé c’est mon côté provo, que l’égalité admet la nuance, pas l’égalitarisme…

  10. Ok, la tradition des pétards a sans doute une origine payenne et les gens du XVe siècle étaient des froussards. Est-ce pour cela qu’il faut l’éradiquer ? L’équivalence sous-entendue entre paganisme et archaïsme me fait toujours doucement rigoler.
    Je ne vois pas trop comment on peut l’interdire totalement, cette tradition, ni interdire aux couillons divers et variés de commander des mortiers surpuissants sur internet.

    En revanche, j’ai remarqué deux choses :
    1°) la « prévention pétards » doit fonctionner puisque mon quartier était drôlement plus calme que les années passées et que les rues du centre-ville et d’ailleurs n’étaient pas jonchées de papier rouge comme d’habitude.
    2°) les deux jeunes victimes sont des garçons, entre 20 et 24 ans, qui ont pris un risque inconsidéré, typique de cet âge où on pense vivre éternellement (prenez les chiffres de la sécurité routière pour les 18-24 ans, par exemple, ils vous diront la même chose).

    Bref, l’interdiction de cette « tradition stupide », comme dit Olivier Bitz, ce rite de passage, m’attristerait grandement, puis que c’est le seul moment de l’année où le grain de folie qui sommeille au fond de chaque Alsacien se manifeste au grand jour…

    • Entièrement d’accord avec vous, sauf que vous ne trouvez pas triste l’idée que « ’c’est le seul moment de l’année où le grain de folie qui sommeille au fond de chaque Alsacien se manifeste au grand jour… » ?
      La Nef des Fous dans la trivialité de la poudre chinoise…

  11. l’idée d’interdire quelque chose déjà d’interdit est bien une idée provenant du cerveau d’un politicien….
    il me semble que les seuls pétards autorisés avec lesquels on jouait quand on avait 10ans ne peuvent pas faire beaucoup plus de dégât qu’une petite brulure…on est loin malheureusement des dommages irréversibles de ces pétards ( déjà interdits).

    Ce qui est dommage dans cet article c’est que le journaliste ne s’étonne pas de ce idée « originale » et il n’est proposé aucune piste alternative ( vu que visiblement l’interdiction seule ne suffit pas)

    • j’ai le souvenir d’un enfant de 3 ans qui a eu l’oreille brulée, le tympan percé et de belles brulures au visage avec un pétard autorisé il y a 35 ans…entre tout résoudre et se résoudre à ne rien faire, je pense qu’il y a des choses à faire ! Le jour ou cela arrive à vos proches, votre discours change…

      •  » Le jour ou cela arrive à vos proches, votre discours change… »
        C’est que vous êtes affecté de pathos !
        Et d’abord qu’est-ce qu’un gamin de trois ans foutait là ?

  12. C’est toujours le même problème, pourquoi ne pas interdire les escaliers aussi, beaucoup de gens se font mal en tombant, ou alors fermer les frontières pendant les fêtes!

    Comme le dit LADYSTRASS certains pétards sont déjà interdits, si on essaye de résoudre tous les problèmes causés par la bêtise humain et l’irresponsabilité on en a pas fini.

  13. Titre bien accrocheur; « DÉJÀ » deux morts ce qui, quatre jours après la nuit de terreur, donne à penser que forcément un troisième décès est programmé.

    sans doute celui du « gravement » blessé, qui , en français correct, est en fait « griévement  » blessé .

    me suis arrêté au titre parce que j’ai du boulot aujourd’hui et puis faudrait que j’arrête de jeter la (le) pierre sinon ça vire au lecteur qui cherche qu’à embêter ceux qui bossent

    • Faut lire le reste, vraiment ce monsieur est un vrai journaliste !

    • Non juste cela n’a pas le moindre intérêt…Et surtout pas de supposer un mort de plus A vous dire que les parents ne sont pas dans ça !
      Et comme vous dites vous ne savez pratiquement rien de la question !

    • « Titre bien accrocheur; « DÉJÀ » deux morts ce qui, quatre jours après la nuit de terreur, donne à penser que forcément un troisième décès est programmé. »

      Cela n’a aucun rapport mathématique et d’un 1; Et de cela ne dit rien sur la loi deux ou trois morts ? Que ces enfants y ont laissé leur vie, cela n’a rien à vois avec la loi qu’ils n’on pas respectés. Tout au plus les parents pourront se prendre à la question du non respect des lois. Je connais des avocats qui vont s’y lancer mais d’autres aussi que je peux casser…pour le bien d’une réelle justice….Et si les pzaents sont honnêtes….

    • Pardon ce n’est pas à vous que je pensais quand j »‘écrivais vrai journaliste
      En plus j’ai gagné 4 X 25 ooo roubles dans le pari que Geveny Depardiou deviendrait russe;Ce qu’il ne sait pas c’est que cela va lui coûter un max…

      Autre chose q’i'l ne soit pas à la noël orthodoxe pas grave : enfin al première année….Là je ne parle que des russes….Le nouvel an 17/18 janvier j’ai demandé qu’il tire à la nouvelle Nikonov…S’il ne fait pas le groupe Alpha le descend Ben non je rigole les alpha ne savent pas encore les AK 105/106 et/ou les Nikonov. Je veux bien emmener Guenady à Izmash !

      Mais désolé je suis encore à côté ! Les enfants qui sont morts il faut les pleurer parce qu’il faut pleurer tous les enfants, mais ceux qu’il ne faut pas pleurer ce sont les producteurs (il est dit « pas mettre la tête au-dessus’ et les distributeurs…d’après les premières infos que j’ai ce ne sont pas des objets défectueux.) Simplement mal utilisés….

      Hey ! de gross papa hets gmacht ! Après la guerre les grand pères chassaient à la grenade….

      Donc pas une troisième mort prévisible mais des maladresses….

  14. Encore une fois, qui paye notre immobilisme face à ces comportements ? Nos jeunes ! Osons demander une interdiction comme pour les armes tout simplement: celles et ceux qui veulent jouer iront jouer dans des cercles fermés.
    De nos jour, la seule question qui prime est « avantages » vs » désavantages » ? et je pense que la liste penche de façon sensible d’un côté: disons « à droite » !
    Bonne année à toutes et tous avec et surtout sans pétard (ceux qui font du bruit;-)

    • Bonjour,

      Vous dites « Osons demander une interdiction comme pour les armes ». Je veux bien, mais comment fait on pour interdire quelque chose qui est déjà interdit ? Je vous rappelle que les mortiers mis en cause dans ces deux malheureux décès sont des engins de type K3 déjà interdit dans notre région ! Alors comment fait on ???

      • on pond un texte comme l’a fait le prefet mais on ajoute: les commercants qui vendent des pétards seront fermés immédiatement pour une période de 6 mois; les personnes en possession de pétards seront condamnés à verser une amende forfaitaire de 3 000€ par pétard et 350 heures de travail d’intérêt général …vous allez voir si les petits malins vont continuer longtemps à jouer avec des pétards !
        Comment on fait avec les trafiquants de drogue ?

      • Une très pertinente remarque !
        Je ne sais plus à qui vous parlez
        Mais vous avez raison !