Strasbourg

Prévisions 31 octobre 2014
jour
Surtout nuageux
Surtout nuageux
17°C
 

Daniel Buren : jeu d’enfant, jeu savant

2027 visites | 4 commentaires
Photo-souvenir : Comme un jeu d'enfant, travaux in situ, MAMCS, juin 2014. Détail. (Photo © Daniel Buren, ADAGP 2014 / Musées de Strasbourg, Mathieu Bertola / dr)

Photo-souvenir : Comme un jeu d’enfant, travaux in situ, MAMCS, juin 2014. Détail. (Photo © Daniel Buren, ADAGP 2014 / Musées de Strasbourg, Mathieu Bertola / dr)

Daniel Buren est aujourd’hui l’un des artistes les plus célèbres tant sur la scène artistique nationale qu’internationale. Chacune de ses interventions in situ, partout dans le monde, éveille la curiosité et suscite l’événement ; le Musée d’Art moderne et contemporain de Strasbourg ne fait pas exception.

BlogEn visite en 2010, Daniel Buren a montré un intérêt pour la nef du MAMCS (Musée d’Art moderne et contemporain) et sa luminosité. Il aura donc fallu quatre ans pour qu’une proposition in situ voit le jour. Sa démarche ? Répondre à une invitation selon l’envie que suscite un lieu. A priori, le MAMCS lui aurait donc plu. Buren a ainsi investi la verrière en y insérant alternativement des rayures et des carreaux de couleurs, répétant un jeu qu’on lui connaît bien : celui du dedans et du dehors.

Une réduction à l’essentiel

Très tôt dans les années 60, au côté d’artistes tels qu’Olivier Mosset, Michel Parmentier et Niele Toroni, Buren questionne les limites de la peinture. Il développe un vocabulaire plastique réduit à l’essentiel et utilise des bandes verticales invariablement espacées de 8,7cm qu’il définit comme étant son « outil-visuel ». L’artiste intégrera alors sur l’ensemble de sa carrière la notion d’in situ. Depuis, ces deux éléments combinés sont devenus sa signature.

Au MAMCS, les carreaux de couleurs rappellent ses « cabanes éclatées«  mais également son passage en 2012 à Monumenta (Galeries Nationales du Grand Palais à Paris). L’artiste proposait aux visiteurs de déambuler sous une forêt de cercles translucides de couleur.

1500m2 de carreaux colorés

Photo-souvenir : Comme un jeu d'enfant, travaux in situ, MAMCS, juin 2014. Détail. © Daniel Buren, ADAGP 2014 / Musées de Strasbourg, Mathieu Bertola

Photo-souvenir : Comme un jeu d’enfant, travaux in situ, MAMCS, juin 2014. Détail. (Photo © Daniel Buren, ADAGP 2014 / Musées de Strasbourg, Mathieu Bertola / dr)

Sur les 1500 m2 de verrière du Musée d’Art moderne et contemporain de Strasbourg, la cadence des couleurs et des bandes apportent quelque chose de différent. Mais quoi ? Les points de vues sont démultipliés. En fonction de l’heure, la lumière ou la saison (en hiver l’effet sera considérablement différent) l’œuvre se métamorphose et bouleverse l’architecture même du musée.

Notons toutefois que le résultat – aussi intéressant qu’il soit – fonctionne davantage quand le soleil frappe les surfaces colorées alors projetées au sol : la couleur explose. Lorsque le temps est maussade l’effet est moins grandiose.

Si l’œuvre se découvre à l’intérieur du musée, Daniel Buren nous invite à la regarder depuis l’extérieur. Celle-ci coexiste avec la suite de Fibonacci de Mario Merz. Comme si Mario Merz laissait sa place à Buren le jour pour reprendre ses droits à la nuit tombée. Buren n’a précisément pas le monopole de la verrière.

Un jeu de construction grandeur nature

Photos-souvenirs : Daniel Buren Comme un jeu d’enfant, travaux in situ, MAMCS, Strasbourg, juin 2014.  Détails © Daniel Buren - ADAGP Paris. Photographies : Phoebé Meyer

Photos-souvenirs : Daniel Buren Comme un jeu d’enfant, travaux in situ, MAMCS, Strasbourg, juin 2014.
Détails. (Photo © Daniel Buren / ADAGP Paris, Phoebé Meyer / dr)

Dans la salle d’exposition temporaire, le visiteur croise une trentaine d’éléments de bois peints construits, assemblés les uns sur les autres. L’expérience est à la fois physique et psychique. Dans une symétrie quasi parfaite, cette composition alterne entre un blanc presque éblouissant et une palette de couleurs (rouge, bleu, rose, vert, jaune, orange et violet). Les bandes alternées de 8,7 cm, son « outil-visuel » emblématique, sont discrètes mais visibles sur l’intérieur des modules en forme d’arche.

Photos-souvenirs : Daniel Buren Comme un jeu d’enfant, travaux in situ, MAMCS, Strasbourg, juin 2014.  Détails © Daniel Buren - ADAGP Paris. Photographies : Phoebé Meyer

Photos-souvenirs : Daniel Buren Comme un jeu d’enfant, travaux in situ, MAMCS, Strasbourg, juin 2014.
Détails. (Photo © Daniel Buren / ADAGP Paris, Phoebé Meyer / dr)

Daniel Buren joue sur la profondeur et sur la bipartition. Les formes géométriques (parallélépipèdes, cylindres, cubes, pyramides etc. ) rappellent le jeu de construction pour enfants. Un jeu qui permet de construire des tours, des ponts, des maisons, des villes et des villages entiers. Les cubes s’encastrent, s’assemblent, donnent la possibilité de multiplier les créations. Cette proposition ressemble à un village, un peu labyrinthique. Buren construit une « cité  » dans laquelle nous sommes amenés à nous déplacer.

En plus d’une construction, l’artiste orchestre une chorégraphie pour ses visiteurs. Nous devenons, de façon éphémère, les danseurs de cette construction. Cette installation rappelle les heures, qu’enfants, nous avons pu passer à jouer au jeu de cubes. Reste une certaine frustration : les cubes nous servaient à construire, mais également à détruire – pour finalement mieux reconstruire – . Il est possible d’éprouver alors une insatisfaction face à l’œuvre de Daniel Buren. L’enfant se délecte de l’effondrement, de la destruction de sa construction et agit pour sa réparation.

Photos-souvenirs : Daniel Buren Comme un jeu d’enfant, travaux in situ, MAMCS, Strasbourg, juin 2014.  Détails © Daniel Buren - ADAGP Paris. Photographies : Phoebé Meyer

Photos-souvenirs : Daniel Buren Comme un jeu d’enfant, travaux in situ, MAMCS, Strasbourg, juin 2014.
Détails . (Photo © Daniel Buren  / ADAGP Paris, Phoebé Meyer / dr)

Si le titre « Comme un jeu d’enfant » donne l’eau à la bouche et évoque une certaine simplicité, une dimension ludique et du plaisir d’édifier, de créer, on regrette la dimension un peu trop décorative, un peu trop « jolie » de sa proposition. L’exposition apparaît comme une proposition charmante (un peu trop) face à un désir inassouvi mais pas inavouable de participer à la création d’une œuvre en situation.

Y aller

IMG_0488

Daniel Buren, Comme un jeu d'enfant

Du samedi 14 juin au dimanche 04 janvier à partir de 10h00, Musée d'art moderne et contemporain.

Voir l'évènement

Soutenez Rue89 Strasbourg Vous avez apprécié cet article ?
Abonnez-vous pour que Rue89 puisse
en produire d'autres et plus.

Publicité

À vous !

Laisser un commentaire

4 Commentaires postés

  1. La partie « blanche » du jeu de construction est envoutante.
    Quelques photos ici : https://www.flickr.com/photos/66852932@N03/sets/72157644892904928/

  2. Je cite l’article :
    - « on regrette la dimension [...] un peu trop « jolie » de sa proposition. » – « L’exposition apparaît comme une proposition charmante (un peu trop) ».

    Ce « on » est formidable. Qui est ce « on » ? Cet article est-il écrit à plusieurs mains ?
    Si oui, il s’agirait de préciser le nom de chacun des auteurs.
    Si non, à quoi sert ce « on » ? A mettre dans sa poche les lecteurs potentiels (c’est à dire imposer une interprétation sans trop le montrer); à se dédouaner d’une interprétation que l’auteur jugerait par avance criticable ?

    Ensuite j’aimerai qu’on m’explique à quel moment exactement une proposition peut-elle devenir « trop » jolie s’il vous plaît. Il semblerait effectivement que certains Français aient un problème avec ce qui est joli: film moche, musique moche, urbanisme moche, littérature moche. Le joli est has-been, c’est entendu. Mais qui exactement en a décidé ainsi ? Parce que moi, la mocheté ça me débecte et rien n’est jamais « trop joli » pour moi ! J’ai rien contre le fait qu’on fasse de la place à la mocheté, mais de là à faire du moche le canon de l’art, le critère à partir duquel on se permet de formuler des jugement et des pratiques, c’est un peu fort !
    Rien n’est assez moche pour vous ? De peur de me montrer un peu trop charmant pour vous: aller vous faire f…… (j’écris ça pour faire plaisir aux amateurs de mocheté, vous l’aurez compris).

    • Vous aurez certainement remarqué qu’aux yeux des instances de légitimation, le « beau » n’a aujourd’hui plus d’impact pour juger de la qualité d’une oeuvre. Du moins, une oeuvre ne peut se contenter d’être seulement belle pour que l’on puisse juger de sa qualité artistique (et cela ne remet pourtant pas en cause l’appréciation du beau). Le « trop jolie » évoque certainement ici un manque de contenance dans l’exposition au-delà de l’aspect esthétique justement : « on regrette la dimension un peu trop décorative ». Je ne pense pas que cela soit une apologie du « moche »… mais je ne suis pas l’auteur.

      • « certainement ». « une oeuvre ne peut se contenter d’être seulement belle ». Comme si l’oeuvre était un sujet; comme si les artistes français savaient faire du « seulement beau ».
        C’est bien le problème: cet article est creux et ne dit rien du tout. « On » ne dit rien, histoire de n’offusquer personne. Dans ces moments là je pense à l’électricité employé pour taper cet article.