Brèves 

La Grand’Rue privée d’une partie de ses illuminations de Noël

actualisé le 22/11/2017 à 18h05

Les commerçants de la grande rue piétonne de Strasbourg et du quartier de la Petite-France n’ont pas tous versé leur écot pour financer les illuminations de Noël. En conséquence, les lumières vont manquer dans la Grand’Rue, une artère pourtant très commerçante.

Durant le Marché de Noël, la Grand’Rue de Strasbourg ne sera éclairée qu’a minima par rapport aux années précédentes. Le Village, l’association des commerçants de cette artère et du quartier de la Petite-France, n’a pas pu rassembler auprès des 120 commerçants du quartier les 28 000 euros dont elle avait besoin pour faire installer les luminaires prévus.

Elle a dû abandonner le rideau lumineux qui devait s’étendre sur toute la longueur de la rue piétonne et les rosaces. Le grand lustre central, créé il y a deux ans par Pierre Bardet, directeur des Vitrines de Strasbourg, va pouvoir être maintenu grâce au financement exclusif par le supermarché U Express. Les éclairages des deux entrées de rue doivent quant à eux être financés par la subvention municipale, redistribuée par les Vitrines de Strasbourg.

L’association le Village a fait savoir la semaine dernière que les 38 commerçants qui avaient accepté de verser leur participation à l’opération 2017 allaient être remboursés. Le marché de la Place des Meuniers sera quant à lui illuminé comme prévu grâce à la participation des exposants.

La Grand Rue n'aura pas le chemin de lumière cette année... (Photo Tomate Joyeuse / FlickR / cc)

La Grand Rue n’aura pas le chemin de lumière cette année… (Photo Tomate Joyeuse / FlickR / cc)

Une polémique « qui dépasse l’entendement »

En octobre, l’association Le Village avait prévenu les commerçants du quartier qu’elle ne ferait pas installer les illuminations si elle ne rassemblait pas la somme nécessaire au 31 octobre. Son courrier avait circulé sur les réseaux sociaux et donné lieu à une critique du système de financement des Illuminations de Noël à Strasbourg et de sa transparence, notamment de la part du profil « Marc Valentin » sur les réseaux sociaux.

Yaël Cao, présidente de l’association Le Village, regrette la polémique :

« Je ne répondrai plus aux journalistes jusqu’après Noël. Je veux que la rue soit tranquille avant Noël. Cette année, ça a pris une ampleur qui dépasse un peu l’entendement pour quelque chose de tout à fait simple. On parle de 250 euros hors taxes par commerçant. On a tous besoin de travailler, on avait tous besoin d’avoir une rue éclairée. C’est navrant dans un moment où il faut tous que l’on se serre les coudes. »

« Une décision des commerçants de la Grand’rue »

L’association Le Village doit tenir une assemblée générale extraordinaire en janvier pour décider de sa suite. Pierre Bardet, président des Vitrines de Strasbourg, reste optimiste :

« L’association Le Village a fait le maximum. Après tout, c’est une décision des commerçants de la Grand Rue. Des gens réagissent maintenant alors qu’ils n’ont jamais payé. Il y a deux ans, le grand lustre avait mobilisé beaucoup de financement, ce qui avait donné une marge à l’association pour tout faire l’année dernière. Et maintenant, tout le monde se réveille en catastrophe. Ça va réveiller le quartier pour partir sur un nouveau concept l’année prochaine. »

Pour Michel Pirot, président de l’association Défis, la déconvenue de la Grand’Rue est un « dégât collatéral du manque de transparence de l’opération des Illuminations et de son modèle économique, » qu’il dénonce :

« C’est un exemple de ce qui se passe à l’échelle de la ville. Dans tous les quartiers, il y a de moins en moins de commerçants qui paient. Dans mon association de quartier le Triangle Kléber, j’ai récupéré au forceps le dernier chèque pour l’année dernière il y a seulement quelques jours ! »

La subvention 2017 pas votée en novembre

Les Illuminations de Noël de Strasbourg sont gérées par l’association les Vitrines de Strasbourg, chargée de répartir les 300 000 euros de subvention municipale annuelle entre les associations de commerçants et de rassembler auprès de celles-ci leur part de contribution à l’opération. En 2015,  Rue89 Strasbourg avait révélé que le tiers de la subvention municipale servait en réalité à payer le fonctionnement de l’association des Vitrines et le salaire de son directeur.

Une commission de travail de la Ville a étudié la gestion de l’opération et maintenu sa confiance au Vitrines en novembre 2016 tout en rendant des préconisations. La subvention de la Ville est habituellement votée au conseil municipal de novembre pour l’opération du mois suivant, et versée en janvier. Mais cette année, son vote n’était pas à l’ordre du jour du conseil du 20 novembre. Pierre Bardet assure qu’elle fera l’objet d’un vote fin décembre.

L'AUTEUR
Claire Gandanger
Claire Gandanger

Journaliste indépendante
Intérêts : société, économie de la culture, vie pratique

En BREF

Manifestation contre l’esclavage en Libye devant le Parlement Européen mardi

par Cécile Mootz. 379 visites. 1 commentaire.

À la Semencerie, un marché de Noël artisanal, une kermesse et des concerts

par Cécile Mootz. 965 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Manifestation samedi contre l’ouverture du bar associatif du « bastion social » à Strasbourg

par Cécile Mootz. 3 351 visites. 4 commentaires.