Culture 

Le cinéma Star doit trouver 121 000 euros

actualisé le 18/06/2012 à 09h57

Cinema Star

Le cinéma Star, rue du Jeu-des-Enfants à Strasbourg, a vu son loyer quadrupler en quatre ans. (Photo Flickr / Hesdes)

La Cour d’appel de Colmar a rendu ce matin son arrêt dans le conflit qui oppose le gérant du cinéma Star à la propriétaire des murs. Le Star voit son loyer multiplié par deux et doit trouver l’argent nécessaire pour payer 68 mois d’arriérés, soit environ 191 000€. Deux subventions accordées par la Ville et la Région réduisent la facture de 70 000€ mais pour le reste, le Star compte sur la générosité de ses spectateurs.

En conflit avec la propriétaire des murs depuis 2006, Stéphane Libs, gérant du cinéma Star à Strasbourg, va devoir déployer des trésors d’ingéniosité pour maintenir son activité. Il était le 8 février devant la Cour d’appel de Colmar avec son avocat Me Emmanuel Jung pour expliquer qu’un loyer de cinéma est calculé sur la base d’une fraction de 6% de son chiffre d’affaires. Pour la partie adverse, le loyer devait être calculé sur une fraction supérieure et un loyer supplémentaire devait être ajouté pour l’appartement du dernier étage.

Montant mensuel du loyer du Star : 5 742,80€

Dans son arrêt rendu aujourd’hui, la Cour d’appel a finalement décidé que le loyer total serait d’un ratio de 6% du chiffre d’affaires mais en incluant la subvention Art & Essai de 86 400€, ce qui place le montant mensuel du loyer du Star à 5 742,80€. Le jugement de première instance avait déjà fixé le loyer mensuel à 5 183,47€ et avant 2006, le loyer mensuel du Star était de 2 930,64€. Selon les calculs de Stéphane Libs, l’arrêt de la Cour condamne le Star à payer à la SCI Renaissance 191 226,88€ en comptant les 68 mois d’arriérés. Le gérant du Star ne comprend pas que la subvention ait été incluse dans le calcul :

« Cette aide du Centre National du Cinéma (CNC) est une subvention de résultats et non de fonctionnement. C’est un peu une note de fin d’année attribuée sur des critères très précis qui ont demandé beaucoup d’efforts toute l’année… C’est un peu comme si on nous pénalisait sur notre spécificité, sur tout notre travail invisible et sur ce que nous sommes. Par ailleurs, cette subvention a été intégralement dépensée en actions de programmations, invitations, communication… Et je doute qu’il soit normal qu’une subvention publique puisse aller aussi directement dans une dépense de fonctionnement. »

Pour Me Stéphane Meyer, conseil de la SCI Renaissance, cet arrêt tranche sur deux points importants :

« D’une part, le principe que deux loyers doivent s’additionner, celui de l’appartement et celui du cinéma, a été retenu. D’autre part, nous faisions valoir que la programmation Art & Essai était un choix du locataire et que si ce choix devait entraîner une fréquentation plus faible, il n’y avait pas lieu que le propriétaire en soit pénalisé. L’application des 6% à l’ensemble du chiffre d’affaires nous parait donc légitime. »

Bientôt la mise en ligne d’un appel aux dons directs

Mais Stéphane Libs, qui gère aussi le cinéma Star Saint-Exupéry, a beau ne pas comprendre, cette décision s’impose puisqu’elle a déjà fait l’objet d’un appel et qu’un recours devant la Cour de cassation apparaît hasardeux. L’équipe est donc en train de mettre en place une campagne de sollicitations tous azimuts pour répondre à ces impayés. Deux subventions de 35 000€ chacune ont déjà été votées par la Ville et la Région dans le cadre de la loi Sueur, qui permet l’aide directe à des cinémas de centre-ville. La facture auprès de SCI Renaissance est réduite d’autant mais il reste quand même 121 000€ à trouver.

Selon Stéphane Libs, l’exploitation des salles ne permet pas de dégager une telle somme. Les cinémas Star vont donc mettre en ligne un appel aux dons directs, dans la droite ligne de la pétition de soutien qui a circulé l’an dernier et qui a recueilli 14000 signatures. Stéphane Libs va également approcher à nouveau la Région Alsace et la Ville, ainsi que le CNC pour voir s’il n’y a pas une possibilité d’obtenir une subvention exceptionnelle.

Le Star pourrait devenir inexploitable…

Par ailleurs, Stéphane Libs attend une réponse sur un prêt d’investissement de 360 000€ pour équiper les six salles en projection numérique. Là encore, la Région et la Ville participent déjà au financement global total de cet équipement de 480 000€. Ce que craint Stéphane Libs, c’est que le Star devienne tout simplement inexploitable :

« J’ai fait un petit calcul. Un fauteuil au Vox se loue 8,18€ par mois. Au Star Saint-Exupéry, le fauteuil coûte 4,90€ par mois. Au Star après cet arrêt, nous en sommes à 11,84€ par fauteuil et par mois… »

Stéphane Libs refuse de répercuter ces coûts sur le prix des places (5,20€ en moyenne) car il juge la grille tarifaire équilibrée et surtout le temps presse. Le recouvrement des sommes par la SCI Renaissance pourrait être demandé très rapidement.

Pour aller plus loin

Les cinémas Star, dans le cadre de leur opération « Tout ce que vous avez toujours voulu savoir… », invite à une rencontre-débat avec l’équipe avant la projection en avant-première de « L’enfant d’en haut » de Ursula Mayer, jeudi 12 avril à 20h au cinéma Star, rue du Jeu-des-Enfants à Strasbourg.

Le site pour faire un don au Star : http://soutenirlestar.com

 
L'AUTEUR
Pierre France
Pierre France
Fondateur et directeur de la publication de Rue89 Strasbourg.