Société 

Maire de Niederhausbergen, Jean-Luc Herzog demande 5 000€ à la brasserie Mercière

Le couple qui tient la brasserie artisanale La Mercière était mercredi matin devant le tribunal correctionnel de Strasbourg. Le maire de Niederhausbergen, Jean-Luc Herzog, les poursuit pour des propos publiés par des internautes sur la page Facebook de la brasserie, et leur demande 5 000€ de dommages et intérêts.

Le président du tribunal correctionnel de Strasbourg, Jean-Baptiste Poli, s’est gardé cette affaire comme un dessert. Une histoire de diffamation contre un élu par des artisans brasseurs, ça le change des petits trafiquants qui n’ont pas été assez malins pour éviter un contrôle, des bagarres avec comme prévenus ceux qui n’ont pas couru assez vite, des affaires banales, récurrentes, et qui ont constitué une fois encore le gros morceau de son audience de mercredi.

Alors pas question de se précipiter, ce sera la dernière affaire entendue et peu importe les agendas des parties. Après une salve de délibérés plutôt cléments, quelques jours amendes par ci, quelques mois de prisons avec sursis par là, Jean-Baptiste Poli a profité que la salle d’audience se soit vidée pour écouter ce qui pouvait bien amener Franck Julich, brasseur à Niederhausbergen, devant lui.

« Racontez moi toute l’histoire »

« Vous êtes prévenus d’avoir publié des injures et des propos diffamatoires sur votre page Facebook à l’encontre de Jean-Luc Herzog, maire de Niederhausbergen, personne dépositaire de l’autorité publique. Racontez-moi toute l’histoire » demande Jean-Baptiste Poli à Franck Julich. Surpris et intimidé, celui qui a créé sa brasserie artisanale en 2012 bredouille, puis relate l’enchaînement des événements qui l’ont conduit à se retrouver en conflit ouvert avec Jean-Luc Herzog. Les débuts homériques en 2012, l’extension dans la cour de la maison familiale, le succès de son entreprise, son projet de création d’un tiers-lieu sur un terrain familial au centre de Niederhausbergen, le blocage du maire et l’impossibilité d’en discuter…

Et le relais des articles de Rue89 Strasbourg sur la page Facebook de la Mercière, en juillet 2016. Ceux-ci provoquent plusieurs centaines de commentaires, dont certains s’adressent au maire de Niederhausbergen. Jean-Luc Herzog missionne un huissier pour relever ceux qu’il estime injurieux ou diffamatoires. Résultat : en décembre, Franck et sa femme, Imène, se retrouvent devant les gendarmes de Mundolsheim à viser des ramettes entières de commentaires imprimés…

Imène (au centre) et Franck Julich (à droite) doivent répondre de commentaires injurieux publiés sur leur page Facebook (Photo PF / Rue89 Strasbourg / cc)

Imène (au centre) et Franck Julich (à droite) doivent répondre de commentaires injurieux publiés sur leur page Facebook (Photo PF / Rue89 Strasbourg / cc)

Quatre phrases sur Facebook occupent le tribunal

Au final, seules quatre phrases seront jugées par le Parquet suffisamment sérieuses pour être retenues contre Franck Julich dans le cadre d’une procédure pénale. Attention, c’est du lourd, éloignez les enfants, les voici : « ce maire est vraiment débile », « ce maire est une honte », « ils sont de plus en plus cons nos maires » et « ça sent la corruption ce truc. »

Vice-procureur de la République, Françoise Toillon, avoue qu’une affaire comme celle-ci aurait dû être classée sans suite, mais que des poursuites sont engagées en raison de « l’ampleur ». L’avocat de la défense précisera que Jean-Luc Herzog a insisté auprès du Parquet pour qu’elle aille jusqu’au procès. François Toillon ne s’étend donc pas sur l’historique du dossier et après un réquisitoire de 30 secondes, elle demande au tribunal que Franck Julich soit condamné à une amende de 800€, intégralement assortie du sursis.

Avocat représentant Jean-Luc Herzog, Me Franck Rugraff du cabinet Soler-Couteaux, lui, n’entend pas expédier cette affaire. Il réclame au tribunal de condamner Franck Julich à payer à Jean-Luc Herzog 5 000€ au titre des dommages et intérêts et à rembourser la mairie de Niederhausbergen, qui a pris en charge ses frais de justice, à hauteur de 1 500€ :

« Outre le site de la brasserie, la page Facebook et les articles de presse, il y a eu aussi une pétition en ligne et la volonté d’organiser une manifestation ! Jean-Luc Herzog a été victime d’une véritable campagne de déstabilisation. Face aux pressions, il a été contraint d’agir et ce n’est qu’après que nous ayons envoyé les courriers de mise en demeure que les commentaires ont été supprimés et la manifestation annulée. Les insultes sont restées en ligne pendant six semaines. »

« Il n’y a que les petits hommes qui redoutent les petits écrits »

De son côté, Me Arnaud Dupuy, intervenant pour la défense de Franck Julich, a plaidé la nullité d’une procédure qu’il juge confuse et bâclée. Sur le fond, il a sévèrement critiqué l’attitude de Jean-Luc Herzog :

« Demander 5 000€ à un couple d’artisans de sa commune, alors qu’on est vice-président de l’Eurométropole en charge de l’artisanat, le plus mal réélu soit dit en passant, a quelque chose d’indigne. Si c’est de son honneur qu’il était question, M. Herzog pouvait demander l’euro symbolique. Là, il veut les tuer financièrement, les écraser tandis que lui ne prend aucun risque, après avoir fait voter à huis clos la protection fonctionnelle de sa commune, ce qui est illégal. Et pour quoi ? Pour quatre malheureuses phrases que M. Julich n’a ni écrites, ni validées ? Comme le dit Beaumarchais dans le Mariage de Figaro, “il n’y a que les petits hommes qui redoutent les petits écrits”. »

Le tribunal a mis son jugement en délibéré au 10 mai. En attendant, Franck et Imène Julich, contraints de quitter Niederhausbergen, vendent leur maison et font appel à la générosité de leurs soutiens pour construire une brasserie artisanale, un commerce et un gîte autour de la bière et des savoirs-faire anciens, ailleurs dans le Bas-Rhin.

L'AUTEUR
Pierre France
Pierre France
Fondateur et directeur de la publication de Rue89 Strasbourg.
En BREF

Gare au hand spinner, ce jouet à risques

par Morgane Carlier. 2 179 visites. 2 commentaires.

L’Université de Strasbourg parvient à éviter les tirages au sort

par Rue89 Strasbourg. 1 181 visites. 1 commentaire.

Le 14 Juillet à Strasbourg : où, quand, comment ?

par Louise Gerber. 6 207 visites. Aucun commentaire pour l'instant.