Mariée, deux enfants
Ce blog a pour vocation de partager avec vous questionnements, coups de gueule et bons plans de parents qui travaillent et élèvent leurs enfants à Strasbourg. J'officie aussi sur le site de La PorteBBthèque (www.laportebbtheque.fr).
blogs  Mariée, deux enfants 

On a testé l’expo Plantastic ! au Vaisseau

actualisé le 03/12/2012 à 10h45

L'expo Plantastic ! est conseillée à partir de 3 ans (Photo MM)

Une fois n’est pas coutume, mes enfants et moi avons répondu présents à une invitation presse au Vaisseau, à l’occasion de l’ouverture de l’exposition Plantastic ! visible à Strasbourg jusqu’au 1er septembre 2013. Appliqués, nous avons démarré la visite par l’expo temporaire… et préféré les installations permanentes.

BlogMercredi, 10h30. C’est la première fois que mes petits, mon aînée de 4 ans et mon petit de 2 ans et demi, découvrent le Vaisseau. A l’entrée, ils tombent en extase devant la voiture de fête foraine dans laquelle il faut mettre une pièce pour faire un peu de rodéo. Ça commence bien.

Après le laïus de rigueur des responsables du Vaisseau, plutôt à destination des parents journalistes que des enfants présents, nous pénétrons dans l’espace de 400 mètres carrés dédiés à l’expo Plantastic ! en place depuis quelques semaines déjà. Elle sera visible pendant un an, avant d’être louée à d’autres musées. Coup de bol, dès l’entrée, mon fils – qui est un peu en-dessous de l’âge requis – avise un tunnel dans lequel il s’engouffre. Un coup d’œil rapide à la salle : beaucoup de couleurs, des plantes en carton-pâte disproportionnées mais plutôt jolies, de la moquette au sol, très pratique avec les petits qui se mettent à genoux pour un oui ou pour un non (les miens en tout cas).

« Maman, y a des vers de teeeeeerre ! »

Au bout de quelques minutes, mon fils parvient à me convaincre de me glisser avec lui dans le tunnel proche de l’entrée, afin d’identifier ce qui se cache à l’intérieur. Après vérification, on peut y voir derrière des vitres rondes un lapin empaillé (ou un faux lapin aux poils plus que ressemblants…) et des vers de terre dans la pénombre. A l’extérieur du tunnel, un petit film scotche littéralement mes deux petits. On y voit des pommes qui pourrissent, de l’humus qui se forme, des petits vers qui grouillent et des champignons qui poussent là-dessus. Fascinant.

Avec l’aînée, nous démarrons ensuite la visite plus traditionnellement, attirées par les formes géantes et les gadgets à actionner. Ici un soufflet pour faire décoller le pollen des fleurs et simuler le vent, là un tourniquet qui permet de faire tourner un soleil en bois (ou en papier mâché ?) autour d’un champ de tournesols dont les têtes suivent obstinément la course de l’astre lumineux…

Et un dos cassé, un

Au bout de 10 minutes et après deux ou trois coups d’œil au reste de ce qui nous entoure, je me rends à l’évidence : il faut lire les consignes et essayer de réaliser les tâches demandées. Avec les deux coquins, nous glissons des morceaux de cartons sur lesquels sont dessinés différents types de plantes dans une fente en hauteur – je me casse le dos à les porter l’un après l’autre à bout de bras pour qu’ils atteignent la dite fente – puis tournons des mécanismes pour les faire tomber dans le trou correspondant au milieu dans lequel elles poussent.

Chaînes alimentaires, panier de courses, jeux de questions-réponses sur écran tactile… Ma fille et moi réalisons les exercices demandés. Elle apprécie, sans plus. Les deux se précipitent sur une fleur géante à reconstruire, mais les morceaux (pétales, pistil, etc.) trop lourds, ne s’imbriquent pas bien dans les formes en caoutchouc et tombent à terre, manquant leurs pieds de justesse. Bon.

Chantier de construction et jeux d’eau, le top

Pas bégueules, nous décidons de partir à l’assaut des installations permanentes, qui se découpent en plusieurs univers, parmi lesquels l’eau ou la terre. Les enfants sont fascinés par la fourmilière sous verre, sont aux anges quand je leur enfile casques et gilets de chantier pour jouer avec la grue, les wagonnets ou les brouettes plus grandes qu’eux. L’espace de jeux d’eau remporte lui aussi un très vif succès, si bien que le petit repart à vélo le t-shirt trempé sous sa doudoune (et un rhume of course).

Conclusion : mon fils de 2 ans et demi a adoré le Vaisseau mais est clairement trop petit pour Plantastic ! Ok, c’était couru d’avance. Je n’ai pas forcément la patience de tout lire, or ma fille de 4 ans ne lit que son prénom, celui de son frère, « maman » ou « Barbapapa ». Donc, il vaut mieux que ce soit son père qui l’emmène la prochaine fois. Peut-être aussi que ce type d’expo est plus intéressante si l’enfant peut se laisser guider seul par sa curiosité et ses envies et découvrir les consignes de façon autonome. Six ou sept ans donc ?

Y aller

Exposition Plantastic ! au Vaisseau, 1 bis rue Philippe-Dollinger à Starsbourg. Jusqu’au 1er septembre 2013. Tarif inclus dans celui du billet d’entrée au Vaisseau : 8€/adulte, 7€/enfant à partir de 3 ans. Contact : 03 88 44 65 65 ou levaisseau@cg67.fr

Voir tous les articles de ce blog
L'AUTEUR
Marie Marty
Marie Marty
Journaliste indépendante, co-fondatrice de Rue89 Strasbourg. Membre de l'association des Journalistes - écrivains pour la nature et l'écologie.
En BREF

Des bancs publics, refuges pour insectes en ville, ont besoin de clics pour se financer

par Louis Pillot. 707 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Strasbourg cherche à mieux connaître ses associations

par Louis Pillot. 458 visites. 1 commentaire.

Les orthophonistes se mobilisent samedi à Strasbourg

par Louis Pillot. 941 visites. Aucun commentaire pour l'instant.