Brèves 

OPnGO, une deuxième application pour payer le stationnement à Strasbourg

actualisé le 18/01/2018 à 12h22

Après Woosh, une deuxième application similaire, OPnGO, permet de régler son stationnement à Strasbourg. OPnGO propose aussi de payer dans les parkings Indigo, détenus par le même fonds d’investissement.

Depuis le 1er janvier 2018, l’application OPnGO permet de régler son stationnement dans la rue à Strasbourg, comme dans d’autres villes en France. Une fois la plaque d’immatriculation associée à son compte, il suffit de géolocaliser sa position et de créditer le temps de stationnement souhaité. Il est possible de rajouter du temps (c’est-à-dire de l’argent) à distance de son véhicule.

Si malgré cela, l’utilisateur n’alimente pas assez son compte et se prend une amende (appelée désormais Forfait Post Stationnement – FPS), l’application redirige vers le site de la Ville de Strasbourg pour payer rapidement. Pratique car désormais, passé 72h, la prune passe à 35 euros.

OPnGO est une start up développée par Infra Park, une société gérée par fonds d’investissement partagé entre le Crédit agricole et Ardian (49,2% chacun), et détient de la même manière Indigo, la société qui gère depuis le 1er janvier le stationnement en voirie à Strasbourg (et ses nouveaux tarifs).

6 parkings en ouvrage dans l’appli

En outre, OPnGO permet aussi de payer son dû dans 5 parkings publics gérés par Indigo : celui place Kléber, des Tanneurs, de l’hôpital d’Hautepierre, Wodli et celui de courte durée sous la place de la gare, en plus du parking privé de l’hotel Ibis de la Meinau. Cette offre peut éventuellement s’étendre à l’avenir.

Dans ces parkings, plus besoin d’aller à la machine récupérer un ticket si on est utilisateur de l’application. En lisant la plaque d’immatriculation ou par bluetooth, la barrière se lève à distance et laisse le véhicule repartir, tout en facturant l’utilisateur après coup.

La vidéo de présentation promet qu’en réservant en avance, il est possible d’avoir des prix minorés.

OPnGO comment ça marche ?

Tout comme Woosh, déjà en fonctionnement

Ce service est donc similaire à Woosh, une application de paiement du stationnement lancée à Strasbourg fin 2016 avec le soutien de municipalité. Mais Whoosh ne concerne que le stationnement en voirie et ne peut pas gérer les parkings privés ou en ouvrage. Autre différence de taille : en tant qu’intermédiaire, Whoosh se rémunère avec une commission de 7 centimes sur chaque transation, là où l’argent récolté par OPnGO reste dans le giron d’Infra Park. Woosh est une technologie du groupe international Yellowbrick International BV, basé aux Pays-Bas, exploité par la société française Parkeon.

Le marché strasbourgeois des solutions de paiement en voirie est ouvert à la concurrence pour favoriser « des offres plus globales et alternatives », explique Paul Meyer (La Coopérative) adjoint au maire en charge du numérique.

Ce dernier veut à l’avenir développer « le AirBnB du parking » privé à Strasbourg. D’autres applications peuvent donc proposer leurs services à Strasbourg à l’avenir. Mais tout le monde ne bénéficiera pas de la force de frappe d’Indigo qui détient aussi des parkings privés. Il s’agit des anciens ouvrages de la société Vinci Park, devenue Indigo puis revendue en grande majorité par le groupe Vinci à Infra Park.

L'AUTEUR
Jean-François Gérard
Jean-François Gérard
A rejoint la rédaction de Rue89 Strasbourg à l'été 2014. En charge notamment de la politique locale.
En BREF

L’Université ferme ses portes à une conférence sur le Levothyrox

par Guillaume Krempp. 2 144 visites. 3 commentaires.

Le Pass Culture sera testé dans le Bas-Rhin mi-mars

par Guillaume Krempp. 1 191 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

L’usine Blue Paper en lice pour doubler ses capacités

par Pierre France. 454 visites. Aucun commentaire pour l'instant.