Vigies 

Radioscopie de Stocamine, le centre de stockage de déchets toxiques qui s’effondre

À lire sur Reporterre.net

Reporterre, le site de l’écologie, s’intéresse en détail au site de Stocamine, à Wittelsheim dans le Haut-Rhin. En 1999, cette ancienne mine de sel est transformée en centre de stockage où l’on enterre les déchets industriels « ultimes », c’est-à-dire les plus toxiques et non-recyclables, 500 mètres sous terre.

L’autorisation initiale portait sur une durée maximale d’enterrement de 30 ans. L’exploitation du site a, elle, duré un peu plus de trois ans, jusqu’à 2003. Désormais, alors que les galeries souterraines s’effondrent sur les 42 000 tonnes d’arsenic, d’amiante, de cyanure ou de mercure, le ministère de l’Environnement compte extraire 93% du mercure, mais enfouir le reste définitivement, soit 88% de l’ensemble des déchets.

Reporterre retrace l’historique de ce site controversé et détaille les enjeux à venir.

Avis du préfet imminent sur l’enfouissement définitif

La situation inquiète vivement les riverains et les élus locaux, qui craignent une contamination à terme de la nappe phréatique, la plus grande d’Europe. Lors d’une enquête publique fin 2016, trois personnes se sont exprimées pour l’enfouissement et 294 de manière défavorable. Une situation qui n’a pas empêché les enquêteurs de délivrer un avis positif à l’enfouissement définitif, avec des réserves obligatoires.

La décision du préfet est attendue pour mars.

Lire l’enquête complète sur Reporterre
L'AUTEUR
Reporterre
Reporterre.net est un site gratuit et indépendant qui traire de l'écologie
En BREF

La gare de Strasbourg se réveille sous les eaux

par Louise Gerber et Quentin Tenaud. 3 204 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Contre un coup de main, la brasserie La Mercière offre un dernier coup à boire avant déménagement samedi

par Jean-François Gérard. 2 244 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Le gouvernement n’exclut pas un retour de l’écotaxe en Alsace

par Jean-François Gérard. 2 790 visites. Aucun commentaire pour l'instant.