Politique 

Robert Herrmann sur la géothermie : « un mauvais démarrage et des annonces brutales »

Robert Herrmann, présidente de l'Eurométrople. (Photo EJ / Rue89 Strasbourg)

Robert Herrmann, président de l’Eurométrople. (Photo EJ / Rue89 Strasbourg)

Président de l’Eurométropole, Robert Herrmann revient sur le feuilleton de la géothermie dans l’agglomération. Énergie nouvelle, le moins que l’on puisse dire est que ça démarre mal, après trois avis d’enquêtes publiques négatifs.

PartenaireLa géothermie consiste à pomper la chaleur des sources d’eau profondes. Mais en surface, elle échauffe déjà les esprits. Cinq projets concernent le territoire de l’Eurométropole, mais pour trois d’entre eux, le dossier est déjà bien mal engagé puisque trois avis concluant les enquêtes publiques sont négatifs (voir nos articles précédents). Un seul avis est positif, pour un projet de géothermie à Illkirch-Graffenstaden et opéré par Électricité de Strasbourg.

L’Eurométropole compte bien sur cette future source d’énergie pour améliorer et compléter son « mix énergétique ». Robert Herrmann, président (PS) de l’Eurométropole, entend renouer le dialogue sur ce dossier qui provoque d’intenses réactions, jusque dans l’exécutif de l’agglomération.

Mauvais démarrage et annonces brutales

Pour Robert Herrmann, il y a eu une précipitation quelque part. Dans un entretien accordé au Blog de la Robertsau (voir les vidéos ci-dessous), il évoque « un calendrier contraint par l’état », et regrette « une absence de dialogue et de pédagogie avec les populations ». Le coupable ? C’est la société Fonroche et ses « méthodes brutales ». Ça a le mérité d’être clair :

« Je crois que le démarrage du dossier a été mauvais, le fait est que les annonces ont été faites de manière brutale par Fonroche sans qu’il n’y ait pu avoir de débat avec la population, d’explication, de pédagogie sur cette affaire. Ce qui a immédiatement renvoyé aux images les plus terribles que la géothermie a produit dans la région. De plus, le débat a été abordé de la pire des manières en période électorale. »

Une énergie d’avenir, mais…

Néanmoins, la géothermie reste une énergie d’avenir pour l’Eurométropole, mais sous conditions pour Robert Herrmann :

« Nous sommes favorables sur le principe à la géothermie, qui représente un intérêt pour l’Alsace et pour la région de Strasbourg en particulier (…). Ce ne sera possible qu’à la condition que nous puissions apporter les garanties à la population que les méthodes utilisées ne produisent pas d’effets négatifs. On ne sortira pas de cette ligne. »

Renouer le dialogue

Les commissaires enquêteurs dans leurs rapports pointent l’absence de réelle concertation autour de la géothermie par les collectivités. Un point qui étonne Robert Herrmann, rappelant que c’est à l’État d’organiser le débat. Mais il fait aussi son mea culpa :

« Je concède que l’on a sous-estimé l’émotion que ces projets pouvaient engendrer (…) et que cette énergie nécessite que l’on prenne le temps du dialogue. Même sur Illkirch-Graffenstaden, il faudra organiser des débats, faire valoir les points de vue, et ne pas se contenter de l’avis positif. »

Les Allemands en force

Dans l’enquête sur le projet de Fonroche au port aux pétroles, la participation des citoyens allemands a été particulièrement impressionnante puisque ils ont signé les deux tiers des contributions. Pour Robert Herrmann, il faut y voir le progrès du dialogue transfrontalier :

« Je me réjouis que nos amis allemands s’intéressent à Strasbourg, et je souhaite que les Strasbourgeois s’intéressent autant que les Allemands à ce qu’il se passe à Kehl. On est encore loin d’une pratique d’un territoire partagé débattu en commun. Lorsque l’ancien maire de Kehl décide la construction d’un très grand centre commercial, on le découvre lorsqu’il est déjà bien engagé. »

L’impressionnante mobilisation allemande a peut-être beaucoup joué dans l’annonce du retrait de Fonroche de son projet au Port aux pétroles. Pour Robert Herrmann, cette mobilisation provient de leur sensibilité particulière sur l’environnement et d’une « habitude de débattre ». Le président de l’agglomération espère que les Allemands présents au conseil de développement importeront cette culture.

Alain Jund (EELV) « n’a pas à démissionner »

Vice-président de l’Eurométropole en charge de la transition énergétique, Alain Jund (EELV) a été un promoteur de la géothermie. Pour Robert Herrmann, l’élu écologiste est « dans la ligne de la majorité des maires » et il n’a pas à prendre comme un désaveu les résultats des enquêtes publiques, bien au contraire :

« Soyons attentifs à ce que dit la population et surtout les techniciens mais parfois, il faut savoir forcer les choses pour aller vers l’innovation ».

Le 11 septembre, une nouvelle enquête publique débute sur le projet géothermie profonde de la société Fonroche à Vendenheim. Cette fois, le site est situé à coté de l’ancienne raffinerie de Reichtett, à proximité des cuves de Rubis Stockage et de l’usine Butagaz, donc dans un périmètre soumis à un plan de prévention des risques technologiques (PPRT), comme au Port aux pétroles.

L’État et l’Eurométropole ont un mois pour éviter de lire dans les conclusions du rapport que « la concertation n’a pas été au niveau des enjeux ».

Édité par Pierre France

Aller plus loin

Sur Rue89 Strasbourg : tous nos articles sur la géothermie

L'AUTEUR
Emmanuel Jacob
Emmanuel Jacob
Animateur du Blog de la Robertsau depuis avril 2006. Observateur libre de la vie de son quartier.
En BREF

La gare de Strasbourg se réveille sous les eaux

par Louise Gerber et Quentin Tenaud. 3 254 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Contre un coup de main, la brasserie La Mercière offre un dernier coup à boire avant déménagement samedi

par Jean-François Gérard. 2 282 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Le gouvernement n’exclut pas un retour de l’écotaxe en Alsace

par Jean-François Gérard. 2 820 visites. Aucun commentaire pour l'instant.