Politique 

Une étude conforte le tram sur fer vers Koenigshoffen

actualisé le 17/08/2013 à 17h11

L'étude a proposé quatre trajets différents pour desservir Koenigshoffen.

L’étude a proposé quatre trajets différents pour desservir Koenigshoffen.

L’étude tant réclamée par les opposants au tramway sur pneus pour la nouvelle ligne devant relier Koenigshoffen et Schiltigheim-ouest au centre-ville a fini par sortir. Elle confirme la faisabilité d’un tramway sur fer à Koenigshoffen mais ne prend pas en compte la moitié nord de la ligne, et repose sur l’hypothèse d’un tunnel loin d’être construit.

Le conseiller d’opposition Jean-Emmanuel Robert a réussi un joli coup. Samedi 11 février, il a proposé sur son blog à qui le désirait de lui envoyer une étude du cabinet TTK sur la faisabilité du tramway à Koenigshoffen. Cette étude de TTK était devenue une arlésienne du dossier de la nouvelle ligne de tram devant relier l’ouest (Koenigshoffen, Wolfisheim) et le nord de l’agglomération (Schiltigheim-ouest) au centre-ville depuis qu’il est question de préférer le tramway sur pneus pour cette ligne.

Des associations de riverains, comme « Pour le tram-fer à Koenigshoffen« , aux élus d’opposition, en passant par des groupes militants, tout un petit monde d’opposants avait fait de cette étude la clé de voûte de leur combat, car, pensent-ils, cette étude valide la possibilité d’un tram sur fer à Koenigshoffen. Et surtout, l’exécutif strasbourgeois gardait cette étude confidentielle, ce qui évidemment ne pouvait qu’alimenter les rumeurs sur son contenu et sur la gêne qu’elle pourrait occasionner pour l’équipe municipal.

Alors cette étude, la voici (merci Jean-Emmanuel Robert):

Pour Pierre Ozenne, du collectif « Pour un tram fer à Koenigshoffen », l’étude conforte toutes leurs demandes:

« L’étude TTK montre clairement que le tramway sur fer à Koenigshoffen est possible. Et qu’il est même bien dimensionné, compte-tenu de la population desservie et de son augmentation prévisible puisque l’étude mentionne 200 passagers par voiture en heures de pointe (une rame du tramway sur fer peut embarquer 300 personnes).

Cette étude confirme notre « expertise d’usage »: nous sommes convaincus que si la Ville s’obstine dans le choix du tramway sur pneus (TSP), nous arriverons à une situation de saturation. »

Jean-Emmanuel Robert en rajoute une couche sur son blog:

« L’étude TTK prend en considération la contrainte du tunnel en étudiant précisément plusieurs scénarii dont un qui verrait la ligne C être prolongée via les boulevards de Metz et Nancy avant de rejoindre la route de Romains par la rue de Koenigshoffen. »

Du côté de la Ville, le cabinet du maire se retranche derrière une position de principe:

« Cette étude avait été commandée dans le cadre de l’extension de la ligne F en tram-train, avec l’idée de creuser un tunnel passant sous la gare pour relier les réseaux urbains et Sncf. Dans la mesure où le creusement de ce tunnel a été reporté, on parle de 2018, cette étude est devenue obsolète, c’est pourquoi nous ne l’avons pas diffusée et nous ne la commentons pas. Nous avons choisi de ne pas restés bloqués devant la gare et de relier l’ouest et le nord de l’agglomération avant le percement de ce tunnel, l’étude de TTK est donc maintenant derrière nous. »

En réalité, que dit cette étude ?

D’abord, l’étude de TTK prend bien comme hypothèse principale que le tunnel sous la gare sera percé et que la ligne de tram l’utilisera. L’étude mentionne certes deux autres hypothèses: un passage par la rue des Remparts (bonne chance!) et un autre par les boulevards de Metz et Nancy (p.35). Mais dans les quatre variantes de trajets proposées au final, le passage par les boulevards n’est mentionné qu’à titre informatif.

Le point le plus délicat de toutes façons sera la collaboration du tramway avec un autre mode de déplacement prévu lui aussi en 2014, le bus express devant relier Strasbourg à Wasselonne, dont le petit nom est TSPO (Transport en site propre pour l’ouest) et qui entend bien, lui, passer par les boulevards… L’étude TTK propose plusieurs solutions pour partager la voirie entre le tram et ce bus d’un nouveau genre, dont des stations qui permettraient au bus de doubler le tram. Mais là encore, ces aménagements sont possibles route des Romains, pas sur les boulevards du quartier gare.

Bien évidemment, l’étude ne s’intéresse qu’au développement vers l’ouest du réseau de tram. Elle n’intègre pas dans ses paramètres les contraintes liées à la partie nord de la nouvelle voulue par la CUS, et notamment pas le petit tour de manège prévu autour des Halles.

Au final, cette étude ne change guère l’équation du débat. Certes, un tram sur fer est possible à Koenigshoffen mais sûrement pas sur toute une ligne qui devrait relier le nord et l’ouest. Quant au ressenti des opposants au tram sur pneu, qui ont l’impression de se voir dotés d’un “sous-tram”, l’étude ne dit rien sur ce sujet.

Pour aller plus loin

Sur Rue89 Strasbourg : Roland Ries, pèlerin du tram sur pneus

L'AUTEUR
Pierre France
Pierre France
Fondateur et directeur de la publication de Rue89 Strasbourg.
En BREF

Gare au hand spinner, ce jouet à risques

par Morgane Carlier. 2 158 visites. 2 commentaires.

L’Université de Strasbourg parvient à éviter les tirages au sort

par Rue89 Strasbourg. 1 164 visites. 1 commentaire.

Le 14 Juillet à Strasbourg : où, quand, comment ?

par Louise Gerber. 6 206 visites. Aucun commentaire pour l'instant.