Promenades urbaines
Une série de formules de promenades à pied, issues des méthodes du tourisme expérimental (http://www.latourex.org/) , pour découvrir ou redécouvrir Strasbourg et sa Communauté Urbaine.
blogs  Promenades urbaines 

Voyage au fil de la Vologne

actualisé le 15/08/2014 à 13h17

Le superbe pont des Fées enjambe la Vologne (Photo JH / Rue89 Strasbourg)

Le superbe pont des Fées enjambe la Vologne (Photo JH / Rue89 Strasbourg)

En passant par la Lorraine – 6. La Vologne prend sa source près du col de la Schlucht, à la frontière exactement entre l’Alsace et la Lorraine. En dévalant ensuite les Vosges jusqu’aux environs d’Épinal, elle forme l’une des plus belles vallées du massif et traverse au passage deux lacs, deux mers :  Retournemer et Longemer. Une splendide randonnée lorraine, côté montagne.

BlogLa Vologne jaillit dans un lieu magique au bord de la route des Crêtes, le jardin d’altitude du Haut-Chitelet. Un extraordinaire jardin botanique spécialisé dans les plantes de montagnes du monde entier, regroupées par massif ou par continent. Ainsi la Vologne commence sa course en arrosant des fleurs de l’Himalaya. Le site splendidement entretenu, propriété de l’Université de Nancy,  se visite tous les jours en été mais comme il abrite une collection de plantes à floraison courte et rapide, c’est entre le 15 juin et le 15 juillet qu’il est le plus coloré.

La source au  Jardin d'altitude du Haut-Chitelet

La source au Jardin d’altitude du Haut-Chitelet

Chez Dédé

Un coup chez Dédé jamais n'abolira le hasard

Un coup chez Dédé jamais n’abolira le hasard (Photo JH / Rue89 Strasbourg)

Depuis le Haut-Chitelet, les eaux cristallines de la Vologne dégringolent jusqu’au Saut des Cuves à la sortie de Xonrupt-Longemer, point de départ d’un très beau petit circuit à pied au bord de la rivière.  Très vite elle se sépare en plusieurs bras traversés par un vieux Pont des Fées en pierre et forme plusieurs îles qui offrent d’agréables coins à pique-niques d’ailleurs équipés de bancs,  tables et même d’un abri couvert.

Au retour de la balade on peut s’attabler « chez Dédé », un restaurant de montagne qui propose des spécialités locales : la truite sous toutes ses formes ou un roboratif « trio de fumé vosgien » (saucisses, lard et échine) accompagné de beignets de pommes de terre râpées, le cousin lorrain des Grumberkichle. Et si vous avez encore un peu de place pour un dessert, de la tarte aux myrtilles.

Retournemer et Longemer

un petit plongeon

Un petit plongeon ? (Photo JH / Rue89 Strasbourg)

Après la spectaculaire cascade Charlemagne que l’on peut approcher en dix minutes à pied par un sentier qui part en bordure de la départementale 67, la Vologne va rejoindre le lac sauvage de Retournemer où pour un peu on se croirait dans les Rocheuses ou au Canada .

Comme en Amérique

Paysage des Rocheuses ou du Canada ? Non non, c’est dans les Vosges lorraines (Photo JH / Rue89 Strasbourg)

Celui de Longemer nettement plus accessible et populaire. Royaume de la baignade, de la pêche et du pédalo, il attire des milliers de touristes venus de toute l’Europe. Il faut dire que c’est un lieu très sympa. Ici, pas de plage aménagée et surveillée (la mairie décline toute responsabilité), on peut poser sa rabane ou sa serviette et faire trempette on l’on veut tout autour du lac dont les bords en pente douce sont très agréables.

Les dents de Longemer

Les dents de Longemer

Aux deux extrémités cependant, quelques paillotes, guinguettes et marchands d’articles de plage donnent à l’ensemble une petite touche Saint Trop’. On peut même prendre l’apéro littéralement les pieds dans l’eau.

Apéro les pieds dans l'eau

Avec un pastis aux glaçons, on peut avoir la gorge et les pieds aux frais (Photo JH / Rue89 Strasbourg)

Shopping à Kichompré

La vallée de la Vologne a largement participé à l’aventure textile vosgienne. Quelques prestigieuses usines y fonctionnent encore. Notamment la maison Garnier-Thiebaut, fondée en 1833, spécialiste du linge de maison haut de gamme en coton damassé qui tient à Kichompré son magasin d’usine. Même à prix sacrifié et avec de menus défauts ça reste dispendieux mais en fouillant un peu on peut trouver pour quelques euros des torchons en pur lin « stone washed ». La Rolls du torchon !  Un chouette objet souvenir.

Bruyères choisit le général Bigeard

Rond-point du Général Bigeard

Rond-point du Général Bigeard (Photo JH / Rue89 Strasbourg)

Se  rendre à la source de la Vologne

Disons-le tout net, La Vologne ça se mérite. Et si l’on n’est pas en voiture, rejoindre sa source depuis Strasbourg est déjà toute une aventure. Il faut prendre un TER jusqu’à Colmar, un autre de Colmar à Munster puis un car jusqu’au col de la Schlucht et enfin la navette des Crêtes (qui ne fonctionne que les dimanches et jours fériés jusqu’au 24 août), descendre à l’arrêt « Trois Fours/Jardin d’Altitude ». Ce qui fait qu’en partant à 6h51 de la gare de Strasbourg on arrive au Haut-Chitelet à 9h52. Ensuite il faudra faire du stop.

À noter qu’on peut emporter gratuitement son vélo dans la limite des 8 places disponibles dans les racks des autocars (réservation obligatoire). Sachant qu’après il faudra effectuer quelques descentes bien raides sur de grosses routes très fréquentées.

Bon voyage !

Bruyères est la patrie des frères Lurçat. Jean, l’artiste à qui l’on doit, entre autres, La création du Monde,  la grande composition murale de la Maison de la Radio à Strasbourg et André, architecte. Militant communiste il a dessiné le plan de reconstruction révolutionnaire de Maubeuge après guerre, profitant de l’occasion pour aplanir la ville et abaisser la partie haute jadis réservée à la bourgeoisie. Mais nul n’est prophète en son pays et c’est un militaire controversé pour son rôle en Algérie qui a droit aux honneurs de Bruyères :  le fort en gueule Marcel Bigeard à qui est dédié le principal rond-point de la ville.

Docelles

Docelles est une ex-« cité papetière » dont les vitraux de l’église, curiosité unique en Europe parait-il, racontent l’aventure du papier depuis l’Antiquité jusqu’aux années 50. La papeterie de Docelles, créée vers 1500 grâce aux moulins sur la Vologne, était considérée comme la plus vieille usine de France. Elle vient de fermer et son propriétaire actuel, le groupe finlandais UPM, refuse toutes les offres de reprise malgré les interventions du ministre du développement productif. Mais les salariés licenciés se battent pour la faire redémarrer sous forme de Scop. On peut les soutenir sur leur page Facebook : sauver la papeterie de Docelles.

papeterie

La plus vieille usine de France va fermer, ses ouvriers se battent pour tenter de la conserver (Photo JH / Rue89 Strasbourg)

Les perles disparues de la Vologne

Ce n’est pas la première fois que la vallée de la Vologne voit disparaître une de ses ressources. Elle recelait jadis un trésor unique. Des quantités de moules perlières (margaritifera margaritifera) dont une sur mille environ contenait une splendide perle de nacre aux reflets roses. La rivière, propriété des Ducs de Lorraine, était gardée manu militari et la pêche des précieux mollusques soigneusement réglementée. Puis au XIXe siècle l’impératrice Eugénie tomba amoureuse des perles de la Vologne et en acheta beaucoup, bientôt imitée par toute la bonne société venue  prendre les eaux dans les stations thermales des Vosges. Pour satisfaire cette riche clientèle, on pilla la Vologne et dès le début du XXe siècle les moules perlières avaient disparu. On dit aussi qu’elles furent victime de la pollution industrielle. Car la délicate margaritifera ne prend ses aises que dans une eau de grande qualité. Reviendra t-elle un jour ?

La Baffe & Cie

Autre destination

Autre destination vosgienne

Arrivé à Jarménil au confluent de la Vologne et de la Moselle, la fin du voyage, l’indication « La Baffe » sur un panneau routier nous rappelle qu’en fusionnant avec la Lorraine on va gagner pas mal de communes et lieux-dits aux noms pittoresques (Bibiche, Klang, Le Syndicat…). Chic ! D’autres, homonymes de destinations recherchées ou lointaines, invitent au similitourisme.

Par exemple Montreux (Meurthe et Moselle) où il n’y a pas de festival de jazz mais tout de même un ruisseau pour fumer sur l’eau en fredonnant le fameux tube de Deep Purple. Rhodes, en Moselle, situé sur une presqu’île de l’Etang du Stock est un hotspot pour le bronzing, la planche à voile et le farniente en Lorraine. Et dans le département des Vosges (le huit-huit), sur le territoire communal de Gruey-lès-Surance, se trouvent Moscou et Jérusalem, deux lieux-dits que l’on peut facilement relier à pied au terme d’une marche de 500 mètres environ sur terrain plat. Mais c’est une autre histoire, un autre voyage.

Aller plus loin

Sur Rue89 Strasbourg : toute notre série d’articles « En passant par la Lorraine »

Sur Rue89 Strasbourg : le blog Promenades urbaines

 
Voir tous les articles de ce blog
L'AUTEUR
Joël Henry
Joël Henry
Touriste
En BREF

Contre le GCO, deux rendez-vous sur le tracé ce week-end

par Jean-François Gérard. 643 visites. 3 commentaires.

Droit local : 27 associations pour que la religion devienne une option à l’école

par Pierre France. 2 020 visites. 12 commentaires.

Le plan d’hébergement « grand froid » activé dans le Bas-Rhin

par Pierre France. 1 437 visites. 2 commentaires.