À quoi sert le journalisme local aujourd’hui ? Et nous alors ?
Back Office
Le blog de la rédaction de Rue89 Strasbourg. Annonces, nouveautés, envies, galères et autres joyeusetés.
Back Office  blogs 

À quoi sert le journalisme local aujourd’hui ? Et nous alors ?

actualisé le 24/09/2019 à 17h53

Rue89 Strasbourg vous invite à questionner l’utilité du journalisme local lors d’une soirée d’échanges, jeudi 26 septembre à Hautepierre.

Rue89 Strasbourg a sept ans. Ce média local est né au moment d’un vaste mouvement de réappropriation de l’agenda médiatique, à une époque où la maturité des technologies d’Internet rendaient plus simple la création d’un média numérique.

Indépendant et local

Rue89 Strasbourg est un média entièrement indépendant, dont le siège social est à Strasbourg.

Ce qui nous permet d’imaginer ensemble quel média veut-on pour notre ville et quels moyens se donnent-on pour cela ?

Aujourd’hui, l’environnement médiatique a changé. Rue89.com à Paris n’existe plus en tant que média indépendant, l’information s’est ultra-fragmentée, des machines à produire des contenus sont à l’oeuvre, fake news et informations d’origine malveillante côtoient les informations issues des rédactions, les réseaux sociaux et les algorithmes décident de la manière dont s’informent les citoyens… À l’échelle locale, de nombreux médias créés à cette époque ont cessé leur activité, faute de rentabilité économique.

Rue89 Strasbourg a survécu, grâce aux soutiens de ses clients et de ses premiers abonnés. Mais alors que nous sollicitons de plus en plus la contribution directe de nos lecteurs, il nous apparaît comme fondamental de reparler de notre rôle, de notre vocation, de notre utilité première. En d’autres termes, à quoi servent nos articles ? A quoi servons-nous ?

La nécessité d’une capacité d’investigation locale

Alors qu’il existe une douzaine de médias locaux à Strasbourg, nous pensons que notre singularité réside dans deux formes de journalisme qui nous tiennent à cœur : l’investigation et l’engagement.

L’investigation d’abord parce qu’il nous apparaît fondamental qu’il existe dans une métropole comme Strasbourg au moins une rédaction capable d’enquêter, en profondeur et sur la durée, sur des sujets complexes mêlant intérêts publics et privés, en toute indépendance. Ainsi par exemple, nous sommes là pour suivre une affaire comme celle qui a coûté la vie à Naomi Musenga par exemple, parce qu’au-delà du tragique fait-divers, elle informe sur l’état de notre sécurité publique.

L’autre pilier de notre rédaction, c’est le journalisme d’engagement. Cette pratique du métier, qui rapproche les journalistes et les citoyens, est la nôtre depuis nos origines sans que nous l’appelions ainsi. Beaucoup plus développé dans les pays anglo-saxons, le journalisme d’engagement est aussi une réponse des rédactions locales aux déserts médiatiques qui se sont créés après la vague de licenciements et de fermetures d’éditions dans les années 2008-2012. Devant le constat qu’ils n’étaient pas lus, les journalistes sont descendus de leur piédestal pour demander aux gens auxquels ils s’adressent : comment pouvons-nous vous aider, de quelles informations avez-vous besoin ?

Qu’est-ce que le journalisme d’engagement ?

Les opérations que nous menons comme « Quartiers connectés » ou « Les apéros des possibles » nous ont convaincus qu’il fallait poursuivre dans cette voie, apporter du sens à l’information, permettre l’échange et être en mesure d’écouter les besoins des communautés.

Le journalisme d’engagement ne consiste pas à se faire l’avocat ou le relais d’une communauté, mais à être en mesure de récolter un questionnement légitime en provenance d’une communauté parfois éloignée des médias comme peuvent l’être des habitants des quartiers populaires par exemple.

Les Apéros des possibles, une opération de journalisme d’engagement à destination de ceux qui veulent s’impliquer dans les transitions écologiques et sociales (Photo Marc Meinau)

C’est un travail titanesque, lent, patient, qui demande beaucoup de ressources et dont les résultats ne sont pas toujours visibles. C’est pourquoi le modèle économique qui est le nôtre, la publicité, ne peut plus suffire. Pour conforter notre indépendance, nous devons mobiliser les contributions d’une large communauté de lecteurs-soutiens, qui comprennent et adhèrent à l’ensemble de notre démarche.

C’est pourquoi nous vous invitons jeudi soir à Hautepierre pour une grande soirée sur le sens du journalisme local. Venez nous parler de vos besoins, de ce que vous attendez d’un média local et découvrir aussi comme un média local de Caroline du Nord, The News and Observer de Raleigh, a sollicité ses lecteurs sur la question du sentiment de sécurité.

Voir tous les articles de ce blog
L'AUTEUR
Pierre France
Pierre France
Fondateur et directeur de la publication de Rue89 Strasbourg.

En BREF

Enseignants et parents du collège Twinger déçus par la réponse de l’académie

par Pierre France. 1 894 visites. 3 commentaires.

Menacé d’une expulsion, le squat Bugatti mobilise ses soutiens mardi

par Pierre France. 1 225 visites. 6 commentaires.

La place des Halles évacuée pendant cinq heures mercredi

par Rue89 Strasbourg. 10 871 visites. 7 commentaires.