A vos marques ! Vacciné ? Préparé ? Parti !
Le Blog Trotteur
Ils sont Strasbourgeois, ils sont partis aux antipodes et ils partagent dans ce blog leurs cartes postales et leurs rencontres.
blogs  Le Blog Trotteur 

A vos marques ! Vacciné ? Préparé ? Parti !

actualisé le 11/10/2017 à 12h43

Beaucoup de questions avant le grand départ (Photo: Cleona11's Blog)

Beaucoup de questions avant le grand départ (Photo: Cleona11’s Blog)

Des piqûres à 100 euros dans l’omoplate, des discutions funèbres avec ma banquière… Les préparatifs d’un tour du monde ne sont pas toujours roses. Parfois tragiques, parfois drôles, parfois épiques, on n’imagine pas à quels problèmes on va devoir se confronter. Voici un aperçu des quelques mois passés avant le départ.

Les premiers pas

Les premières questions se bousculent. Pour me déplacer, si je fais tout en stop, je dois impérativement voyager d’est en ouest. Il y a beaucoup plus de bateaux, parait-il, qui traversent les océans dans ce sens, la faute aux alizés.

Sinon, je peux aussi utiliser des billets « tour du monde » des compagnies aériennes. Après une recherche nocturne sur Internet, je me rends compte qu’il existe 3 possibilités :

  1. Acheter des billets au fur et à mesure auprès d’une alliance de compagnies aériennes,
  2. Acheter un « billet tour du monde » auprès d’une alliance de compagnie aérienne (Star Alliance, One World ou SkyTeam),
  3. Acheter un « billet tour du monde » auprès d’une agence de voyage spécialisée (Zip World ou Travel Nation).

Les deux dernières solutions sont économiquement plus intéressantes. Les agences offrent cependant plus de flexibilités sur le trajet car elles combinent les vols entre différentes alliances. Je fais donc faire un devis auprès des deux agences et je vais me coucher, la nuit porte conseil.

La lendemain, dans ma boîte mail, j’ai déjà ma première réponse :

Route : Paris – Ulan Bator // Moscou – Delhi // Kuala Lumpur – Bali – Perth – Sydney – Christchurch // Auckland – Noumea – Patagonie // Lima – La Havane – Paris

Prix: 4 613€ par personne, TTC.

C’est plus cher que ce que j’imaginais. Puis après d’autres emails échangés, je me rends compte que ces offres imposent beaucoup de contraintes : il faut toujours garder le même sens de déplacement sinon le prix augmente beaucoup, les pénalités pour les changements de dates sont onéreuses, la validité du billet ne dépasse pas 1 an…

Bref, je ne vais pas m’embêter avec ça, je prendrais mes billets au fur et à mesure du voyage. La liberté se paye et je commence à m’en rendre compte.

HC

Entrée vers le Centre de Vaccination International de Strasbourg

Mieux qu’Armstrong avant le tour de France

Quand je vois le nombre de piqûres auxquelles a eu droit Armstrong avant ses tours de France, je me dis que pour un tour du monde, je vais être servi. Mais pas le temps de tergiverser, je dois faire mes vaccins rapidement si je ne veux pas partir après 2020, il y a quand même des rappels à six mois pour l’hépatite A.

Le rendez vous est pris pour le mardi 5 février 2013, 10h du matin au centre de vaccination international de l’Hôpital civil. Odeur de formol, pièce aseptisée, je suis en tête à tête avec un médecin à l’allure dramatique et peu loquace. Il m’explique que certains vaccins ne sont pas obligatoires mais fortement conseillés et qu’ils modifient largement le coût total de l’opération. Par exemple, l’encéphalite japonaise coûte 100€ les 3 injections. De plus, les effets secondaires sont variables selon les personnes mais en règle générale, c’est au maximum une bonne fièvre. Je décide de ne rien laisser au hasard et de les faire tous. Pour me rassurer premièrement et puis pour rassurer un peu mes parents aussi.

Prise de notes, deux piqûres, une dans chaque bras, puis il se retourne, la seringue pleine dans sa main : « Je la plante où celle là ? ». Mon rire, son rire, mon regard inquiet, son rire. S’ensuivirent des négociations interminables et inégales, puis il décide arbitrairement de me piquer dans l’omoplate. Un régal. Au bout du troisième rendez-vous, la note est salée : 420€ pour un échantillon des plus belles maladies dans mon sang. Mais pas de fièvre, ouf.

petit conseil, toujours avoir des dollars sur soi pendant le voyage (photo internet)

Petit conseil, toujours avoir des dollars sur soi pendant le voyage (-)

Se préparer au pire

Je prends ensuite rendez-vous à Pôle Emploi pour vérifier quel sera mon statut à mon retour. Bonne nouvelle, on peut effectivement récupérer ses droits d’indemnisation à son retour (jusqu’à trois ans après) mais il faut s’inscrire avant de partir et prévenir de son départ.

Puis je me retrouve dans le bureau de ma conseillère bancaire pour une discussion surréaliste. Pour commencer, je négocie avec elle des tarifs avantageux pour ne pas être assassiné par les commissions prélevées pour des paiements hors Union européenne, je lui commande aussi deux cartes de paiement. Une Visa Premier et une Mastercard Gold, elles disposent d’un plafond de retrait hebdomadaire plus élevé, ce qui s’avérera utile quand je serai éloigné des centres urbains pendant plusieurs semaines, et il faut les deux, car des monopoles existent dans certains pays.

Puis nous parlons « Assurance Voyage ». A ce moment, ma banque se transforme en agence de pompes funèbres :

« Notre offre couvre les remboursement maladie, l’assurance décès, le rapatriement du corps… »

Je blêmis. A un moment donné, j’ai presque pensé que pour 10 euros de plus, je pouvais choisir la température intérieure du cercueil pendant le voyage retour. Elle décide alors de me rassurer et de me donner le prix total pour une année : 750 euros. C’est presque 100 euros de moins que des assureurs spécialisés (AVI Marco Polo ou April Magellan par exemple) et pour une couverture équivalente. C’est une bonne surprise.

Je viens d’apprendre que tout se négocie, même le prix de sa propre mort.

S'y prendre à l'avance, c'est être plus serein les mois précédents le grand départ

S’y prendre à l’avance, c’est être plus serein les mois précédents le grand départ

Des monceaux de formulaires

La date du départ se rapproche, le 23 septembre, et il me faut régler les dernières formalités. Remplir ma fiche d’impôt pour l’année prochaine, demander le permis international (A la préfecture et c’est gratuit), résilier mon bail et tous les abonnements (assurances, téléphone, gaz…). Ce n’est pas la partie la plus reluisante mais néanmoins, de nos jours, par internet on peut régler pas mal de paperasse assez rapidement, par exemple en utilisant le site du service public (Aller plus loin)

Je l’ai utiliser pour renvoyer tous les documents me concernant vers l’adresse de mes parents. C’est très pratique et rapide en plus (5 jours ouvrés). Concernant la mutuelle et le portable, je dois fournir la photocopie du billet d’avion avec une lettre explicative pour résilier mon contrat car j’étais encore sous engagement.

Et voilà, prêt juste à temps pour que l’euphorie des préparatifs laisse place à la tristesse des premiers adieux.

Voir tous les articles de ce blog
L'AUTEUR
Pierre Augé
Pierre Augé
Qui suis-je ? Je m’appelle Pierre Augé et j’ai 27 ans. Originaire d’Alsace et plus particulièrement de Strasbourg, j’ai fait mes études d’ingénieur à l’INSA de Strasbourg. J’ai toujours été attiré par les voyages : Mayotte, Malte, Irlande, Canaries, Norvège, Etats-Unis... Inutile de dire que le virus du voyageur m’a déjà largement infesté. Aujourd’hui, et afin d’assouvir cette soif de rencontres, de grands espaces et de nouveautés, je prépare un tour du monde que vous pourrez suivre sur ce blog.

En BREF

Lidl a oublié de payer plus de la moitié de la prime Covid de ses salariés étudiants

par Guillaume Krempp. 4 339 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Samedi et dimanche, le pic d’ozone entraîne une baisse du prix des transports en commun et de la vitesse sur les routes

par Manuel Avenel. 1 521 visites. 1 commentaire.

Académie de Strasbourg : privés de diplôme, des étudiants de BTS dénoncent une injustice

par Alice Ferber. 4 034 visites. 1 commentaire.