Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Des caméras-piétons pour les policiers municipaux de Strasbourg
L'actu 

Des caméras-piétons pour les policiers municipaux de Strasbourg

par Audrey Margerie.
Publié le 27 avril 2021.
Imprimé le 14 mai 2021 à 12:06
970 visites. 4 commentaires.

La Ville de Strasbourg a décidé de doter dès le 26 avril une partie de ses policiers municipaux de caméras-piétons. Une manière de « sécuriser et pacifier » les relations avec les habitants, espère la municipalité. La phase de test avec la société Axon se terminera au moins de juin.

Un nouvel engin fait son apparition en salle d’armes. À partir du 26 avril, la police municipale de Strasbourg s’est armée de caméras-piétons. L’objectif de ce dispositif expérimental est « d’apaiser les relations entre policiers et habitants » dans tous types d’intervention : dans l’espace public comme privé. Joseph Muller, chef de service de la police municipale, espère à terme munir « chaque agent » d’une caméra comme le permet la réglementation. Pour le moment, 26 agents formés, sur un effectif total de 130 à 140 policiers disposent chacun d’une caméra, avec un angle de vue large à 120 degrés.

Fixées à l’avant de l’uniforme, ces caméras doivent être visibles. L’appareil sera allumé, mais ce sont les policiers qui doivent déclencher l’enregistrement sonore et visuel en appuyant sur un bouton. Lors des interventions, le contrevenant doit être prévenu que la scène est filmée. D’une autonomie de 12 heures, le dispositif émet un bip et sa lumière rouge s’intensifie. La minute précédant la pression est aussi enregistrée, afin de mieux comprendre les raisons de la mise en marche.

Les images sont ensuite conservées pendant 6 mois sur un serveur externe situé en Irlande, avant d’être automatiquement effacées. Seuls le chef de service, son adjoint ou leurs équivalents hiérarchiques peuvent y avoir accès si des procédures judiciaires, administratives ou disciplinaires le requièrent. Sur ces fichiers, l’agent porteur de la caméra est lui aussi identifiable.

Caméra-piéton Police municipale Strasbourg
Christian Millot, responsable du poste de commandement et référent technique matériel à la police municipale de Strasbourg, faisant la démonstration d’une caméra-piéton allumée mais non déclenchée (photo AM / Rue89 Strasbourg).

Entre 2016 et 2018, 242 villes françaises ont expérimenté les caméras-piétons. Joseph Muller et Nadia Zourgui, adjointe à la maire en charge de la sécurité, estiment que le rapport ministériel suite à ces essais est « positif ». Sous le mandat précédent, des discussions entre la mairie de Strasbourg et sa police avaient été entamées. Nadia Zourgui évoque une demande « unanime » de la part des policiers au moment de la publication du décret de 2019 qui autorise l’autorisation des caméras-piétonnes pour la police municipale.

« Sécuriser » et « pacifier les relations »

Face à la « montée de la violence » dont parle Joseph Muller (outrages, rebellions, injures) d’une part, et de nombreux courriers reçus par la mairie faisant état de « maltraitances » lors d’interventions d’autre part, Nadia Zourgui voit dans l’usage de ces caméras un système « gagnant-gagnant ». Pour les agents et pour les habitants. Elle liste plusieurs objectifs : « prévenir des incidents », « obtenir des preuves », « renouer le dialogue », « apaiser et sécuriser les relations ».

L’élue strasbourgeoise écologiste déplore des enquêtes n’ayant pas abouti, faute de preuves. Ces caméras permettront, selon elle, de « mieux traiter les affaires » et d’éviter le « parole contre parole » qu’instaurent des « morceaux de séquences diffusés sur le net ». Comment réagiront les policiers face à des citoyens qui filment leur travail, notamment s’ils ne déclenchent pas leur appareil ? Nadia Zourgui répond, évasive : cela « n’aurait aucun intérêt ». Et s’ils oublient de le porter ? « Non. Il y a un protocole et les policiers sont très disciplinés ».

Salle d’armes au service de la police municipale strasbourgeoise. (photo AM/ Rue89 Strasbourg)

Les premières séquences filmées seront aussi visionnées pour « former les nouveaux policiers », après la phase de test jusqu’au 21 juin. La municipalité étant quasi-assurée de généraliser le dispositif, le mois de mai sera surtout l’occasion de s’assurer du bon déroulement technique des opérations. L’achat total du matériel pour un équipement de tous les agents se chiffre à plus de 100 000 euros à destination de la société américaine Axon, spécialisée dans l’équipement vidéo des forces de l’ordre.

Concernant la police nationale, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a exprimé en 2020 vouloir « généraliser » la pratique en juillet 2021 dans un plan plus vaste de rééquipement des services de police.

L'AUTEUR
Audrey Margerie

En BREF

Fin de l’Hôtel de la rue en septembre, ses occupants bientôt relogés

par Violette Vauloup. 1 350 visites. 4 commentaires.

À Bischheim, les lycéens se mobilisent ce mardi contre le maintien des épreuves écrites du baccalauréat

par Manuel Magrez. 1 479 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Deux syndicats de Horizon Amitié appellent à la grève pour « un changement immédiat de direction »

par Thibault Vetter. 1 759 visites. 2 commentaires.
×