Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Trois bâtiments bloqués jeudi matin sur le campus
L'actu 

Trois bâtiments bloqués jeudi matin sur le campus

par Thibault Vetter.
Publié le 12 décembre 2019.
Imprimé le 27 juin 2022 à 01:10
4 788 visites. 1 commentaire.

Des étudiants ont bloqué plusieurs bâtiments sur le campus universitaire ce jeudi 12 décembre. Ils sont mobilisés contre la réforme des retraites et la précarité étudiante.

« Il n’y a pas eu de banalisation des cours aujourd’hui alors que c’est une journée de mobilisation contre la réforme des retraites qui pourrait avoir de gros impacts sur nos vies. On veut permettre aux étudiants de se mobiliser, » explique un militant.

Il fait partie de la cinquantaine d’étudiants qui se sont retrouvés vers 6h30 ce jeudi 12 décembre sur le campus. Une dizaine de Gilets jaunes les ont aidé. Sur le campus de l’Esplanade, ils ont bloqué le Patio, le Platane et le Portique.

Peu avant 9h cependant, le Platane était débloqué par la société de sécurité de l’Université. C’était ensuite au tour du Portique d’être rouvert de la même manière, vers 9h30. Une assemblée générale étudiante se tient depuis 9h30 environ devant le Patio, bâtiment voisin.

Bloquer pour pouvoir se mobiliser

Cet étudiant donne les raisons de cette action, au lendemain des annonces du Premier Ministre sur la réforme des retraites :

« L’objectif est aussi de permettre aux étudiants de s’informer sur l’actualité politique du moment. Nous sommes engagés contre la réforme des retraites, qui aura des impacts sur nombre d’étudiants car ceux-ci connaîtront certainement des périodes de précarité à la sortie de leurs études. Celles-ci seront prises en compte dans le calcul de leur retraite, contrairement à la situation actuelle où ce sont uniquement les 25 meilleures années de la carrière en général, et les 6 derniers mois pour les fonctionnaires. Cela aboutira à une dévaluation des retraites. On se bat aussi contre la précarité étudiante, contre la réforme de l’assurance chômage et pour une augmentation généralisée des salaires comme en 1968. » (les salaires ont augmenté de 12% dans l’année qui a suivi 1968.)

Vers 8h, les étudiants bloqueurs étaient une centaine, rejoints par des soutiens arrivés au compte-goutte. Les réactions des autres étudiants sont variées, certains sont agacés, d’autres semblent s’en réjouir.

Blocage ponctuel

« Le blocage ne devrait pas se reconduire demain. L’action a eu lieu seulement dans le cadre de la journée de mobilisation », explique un des organisateurs.

L’assemblée générale est suivie d’un barbecue à midi. Des étudiants devraient ensuite rejoindre le rassemblement local prévu par l’intersyndicale à 14h, place du Maréchal de Lattre de Tassigny.

L’organisation étudiante « de droite et anti-blocages » UNI Strasbourg a vite réagi contre l’action : « Le blocage des bâtiments a été décidé hier soir par une quarantaine de personnes et n’est donc pas légitime ». L’association qui compte un représentant au conseil d’administration demande au président de l’Unistra de faire appel « immédiatement » aux forces de l’ordre.

Les salariés aussi concernés

Par ailleurs, une assemblée générale interprofessionnelle ouverte à tous les corps de métiers est prévue de 16h à 19h dans l’amphithéâtre Athéna, à la faculté de droit.

Une prochaine journée de grève nationale est prévue mardi 17 décembre. Cette fois-ci un front syndical uni défilera, puisque la CFDT a décidé de rejoindre le mouvement suite aux annonces redoutées sur « l’âge-pivot » fixé à 64 ans. Pour les départs avant cet âge là, les retraites seront amputées.

Article actualisé le 12/12/2019 à 16h47 : Pour indiquer le déblocage d'un deuxième bâtiment et la réaction de l'UNI.
L'AUTEUR
Thibault Vetter
Thibault Vetter
enquête sur l'hébergement d'urgence, la grande précarité, les pollutions et l'industrie.

En BREF

Après avoir saisi le parquet financier, le directeur général de l’IHU de Strasbourg démis de ses fonctions

par Pierre France. 4 003 visites. 2 commentaires.

Par « sollicitude », le Pape ordonne une enquête au sein du diocèse de Strasbourg

par Nicolas Dumont. 2 038 visites. 2 commentaires.

Le tribunal administratif confirme la suspension des projets de géothermie à Eckbolsheim et Hurtigheim

par Guillaume Krempp. 781 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×