Environ 1 500 personnes pour la manif des gilets jaunes et rouges
Société 

Environ 1 500 personnes pour la manif des gilets jaunes et rouges

Reportage réalisé en direct avec les Gilets jaunes et rouges dans les rues de Strasbourg. (vidéo Rue89 Strasbourg)

La manifestation de mardi 5 février, à l’appel de la CGT et devant rassembler les gilets rouges du syndicat aux Gilets jaunes n’a mobilisé qu’environ 1 500 personnes.

C’est un demi-échec pour la CGT. Le syndicat avait appelé depuis plusieurs semaines à faire du mardi 5 février une journée d’action et de mobilisation en faveur des luttes sociales communes aux salariés du privé, du public et aux Gilets jaunes. Ces derniers, souvent étrangers aux luttes syndicales voire à la politique tout court, manifestent chaque samedi depuis mi-novembre, de plus en plus sur des thématiques de justice sociale. Le mouvement ne laisse pas indifférents les syndicats et en particulier la CGT.

(dessin Ariane Pinel)

Une mobilisation en deçà des capacités

Mais il n’y a pas eu de « convergence des luttes » mardi à Strasbourg. La CGT n’a réussi à mobiliser qu’un millier de manifestants tandis que les Gilets jaunes n’ont apporté qu’environ 500 personnes au cortège. Une centaine de lycéens et d’étudiants se sont également joints à la manifestation. L’essentiel des troupes syndicales et qui peuplent les ronds-points n’ont donc pas dépassé la méfiance réciproque qu’ils peuvent avoir les uns pour les autres. Dans les groupes Facebook des Gilets jaunes, les appels à manifester ont bien été relayés mais les commentaires sous ces publications étaient souvent critiques envers les syndicats, accusés d’être trop proches du gouvernement.

(dessin Ariane Pinel)

En temps normal, la CGT du Bas-Rhin est capable de produire une manifestation similaire sans apport extérieur et ses cortèges peuvent atteindre 3 à 4 000 personnes à Strasbourg. Quant aux Gilets jaunes, leur Acte IX à Strasbourg avait également mobilisé à lui tout seul environ 1 500 personnes.

Mais la CGT peut au moins se satisfaire d’avoir retrouvé le chemin des manifestations de rue. Les syndicats, sonnés par leurs échecs successifs sous le quinquennat de François Hollande (loi Travail) et écartés par le gouvernement d’Emmanuel Macron et Edouard Philippe, cherchent à rebondir et à reprendre une place dans le champ des négociations sociales en cours, actuellement tournées vers les revendications des Gilets jaunes.

(dessin Ariane Pinel)

Dans son discours inaugural mardi, Jacky Wagner, secrétaire général de la CGT pour le Bas-Rhin, a précisé :

« Entre gilets jaunes et rouges, on ne s’entend pas sur toutes les revendications. Ils estiment qu’il y a trop de fonctionnaires, nous on estime plutôt qu’il n’y en a pas assez. Des mobilisations communes sont possibles, mais seulement sur certaines revendications. »

Si les militants de la CGT et les Gilets jaunes ont bien défilé ensemble, ils sont néanmoins restés séparés tout au long de la manifestation. Quelques participants ont cependant indiqué être à la fois proches de la CGT et des Gilets jaunes. Peut-être que la CGT va devoir prendre quelques tours d’occupation d’un rond-point ?

(dessin Ariane Pinel)

L'AUTEUR
Pierre France
Pierre France
Fondateur et directeur de la publication de Rue89 Strasbourg.

En BREF

La Grenze ouvre enfin, victime de la difficulté d’installer des lieux éphémères en France

par Maxime Nauche. 1 433 visites. 8 commentaires.

François Bouchard quitte la direction générale de la CCI Grand Est

par Pierre France. 1 177 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

À Strasbourg, 31 emplois menacés par un plan de licenciement après un rachat

par Hélène Janovec. 3 483 visites. 5 commentaires.