Fin d’une époque, le Mudd Club ferme ses portes en novembre
Culture 

Fin d’une époque, le Mudd Club ferme ses portes en novembre

C’est fini ! Le Mudd Club va fermer ses portes en novembre, la faute à une fréquentation insuffisante et à un certain ras-le-bol de ses fondateurs, Wess et Phil en tête. Le caveau le plus célèbre de la rue de l’Arc-en-Ciel a permis à nombre de groupes et DJs strasbourgeois aujourd’hui au sommet de l’affiche de se faire les dents, comme les Fat Badgers, Dirty Deep ou Thomas Schoeffler Jr.

Qui n’a pas laissé quelques gouttes de sueur dans le caveau du Mudd Club ? Ouvert en janvier 2011 par Sébastien Wessler (Wess), Philippe Pollaert (Phil / Mister Pilou) et Matthieu Buisson, ce club planqué dans un recoin de la vieille ville, rue de l’Arc-en-Ciel derrière la Cathédrale, a dès son lancement affiché l’une des programmations les plus ambitieuses de Strasbourg. Concerts de rock, hip hop et DJs s’y sont succédés et des groupes aussi installés aujourd’hui comme les Fat Badgers, Dirty Deep, Thomas Schoeffler Jr ou Funkindustry y ont fait leurs débuts.

Les platines du Mudd (doc remis)

Les platines du Mudd (doc remis)

Les flyers du Mudd à 30 dates par mois semblaient éternels et pourtant, le trio de fondateurs s’apprête à fermer le club. Pour se protéger et assurer une cession d’activité, l’entreprise est en redressement judiciaire depuis septembre. L’audience devant la chambre commerciale du tribunal est prévue lundi 5 novembre et doit décider de la suite, liquidation ou reprise, ainsi que de la date de fermeture effective.

Deux repreneurs ont déjà indiqué aux trois associés leur intérêt pour racheter le Mudd Club. Mais dans les deux cas, ce sera pour y installer quelque chose d’autre, un établissement nocturne qui n’aura rien à voir avec les principes fondateurs du Mudd Club.

Un club-maison pour les musiciens

Car le Mudd, c’était avant tout une aventure tournée vers la musique en public, comme l’explique Wess :

« On a créé le Mudd pour y héberger des concerts, c’était notre envie et on s’est tout de suite mis d’accord pour payer correctement les groupes et leur assurer un accueil de qualité. C’est pour ça que beaucoup de groupes en ont fait leur “maison,” des DJs aussi, et tous maintenant qu’ils tournent partout sur la planète, ont gardé un souvenir ému de leurs premières soirées au fond du caveau et devant le pilier du Mudd ! On est super fiers de ça. Rien que pour toute cette génération de musiciens, porter à bouts de bras ce club aura été une super histoire. »

Mais si le bilan culturel est assurément important, le bilan économique a été plus compliqué à tenir. C’est Wess qui résume l’aventure :

« Le Mudd est parti très fort car à l’époque de notre lancement, il n’y avait pas beaucoup de lieux comme le nôtre. Mais en 2016, les licences IV nocturnes (autorisations administratives de vendre de l’alcool et d’ouverture tardive, ndlr) ont été multipliées, et encore en 2017. Si bien que l’offre est devenue très importante à Strasbourg alors que le public n’est pas extensible… Et puis les gens sont toujours à la recherche de la nouveauté, il ne faut pas se leurrer… L’équilibre économique de nos concerts, devant des petites jauges, a toujours été délicat à maintenir. Si bien qu’on pouvait tout juste tous se payer quand ça marchait bien, la situation est devenue intenable quand les jauges ont commencé à baisser… »

Thank you Jazzin’ Translation / Wolves Music / ITJ / SoulParlor en janvier 2018 (vidéo Mudd Club / Facebook)

Sébastien Wessler, aka Wess (doc remis)

Sébastien Wessler, aka Wess (doc remis)

Embarqués dans des prêts bancaires, les trois associés n’ont pas pu réaliser les travaux nécessaires à la modernisation du Mudd. Les toilettes ont bénéficié d’une rénovation minimale mais de nouvelles contraintes de sécurité et de normes d’électricité menaçaient de rendre l’équilibre économique plus précaire encore. Pour Wess, tous ces signaux additionnés envoient le même message, il est temps d’arrêter :

« Ça devenait trop difficile, on a jonglé avec les normes, les jauges, les commissions de sécurité autant qu’on a pu et tout ça, à la limite, on pouvait gérer. Mais ce qui m’inquiétait le plus, c’était qu’on n’avait plus assez d’argent pour accueillir les groupes dignement. Donc on programmait moins de concerts, et on prenait de moins en moins de risques pour faire venir des DJs… Et ça, c’était à l’opposé des raisons pour lesquelles nous avions lancé ce club. Donc il valait mieux arrêter maintenant, avec une prog’ dont on aura pu être fiers jusqu’au bout. »

Le cap de la quarantaine

Et puis entre 2011 et aujourd’hui, Wes et Phil sont devenus papas. Les deux quarantenaires avouent que le rythme qui les fait se coucher aux premières lueurs est de plus en plus difficile à tenir. Phil détaille :

« Les journées de travail au Mudd sont vraiment compliquées à tenir… Par la force des choses, j’étais moins impliqué dans la gestion quotidienne du Mudd depuis plusieurs mois, j’étais fatigué avec les enfants et le reste de mes activités. On est devenus des vieux, quoi ! Et puis encore, on fermait à 4h du matin mais ce n’était pas assez tard -ou tôt- pour une partie de notre clientèle, qui s’oriente maintenant plus sûrement vers des lieux qui ferment à 7h du matin et qui sont devenus plus nombreux. Bon, j’avais pas envie de me lancer là-dedans… »

Philippe Pollaert, aka Phil, aka Mister Pilou (doc remis)

Philippe Pollaert, aka Phil, aka Mister Pilou (doc remis)

Les deux porteurs du Mudd ne sont pas amers. S’ils se désolent de constater que les jeunes ne sont plus enclins à dépenser 3€ pour écouter un groupe qu’ils ne connaissent pas, ils en prennent acte et préfèrent passer à autre chose. Phil continue d’organiser des concerts et assurer des prestations événementielles et de booking pour des groupes tandis que Wess, qui a développé un savoir-faire dans la gestion d’entreprise va s’orienter dans cette branche.

Alors qu’il évoquait la fin du Mudd avec une amie, Phil s’est entendu dire que DJ Amir, une pointure de l’électro à New York, lui a indiqué qu’il connaissait Strasbourg parce que c’était la ville où il y avait le Mudd Club… À partir du 5 novembre, ça ne sera plus le cas.

Aller plus loin

Sur Issuu : retrouver tous les anciens flyers du Mudd Club

Sur Facebook : la page du Mudd Club

L'AUTEUR
Pierre France
Pierre France
Fondateur et directeur de la publication de Rue89 Strasbourg.

En BREF

David, artiste de rue, témoin de l’attaque

par Pierre Pauma. 2 728 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Après l’attaque de mardi, le Marché de Noël reste fermé un jour de plus

par Pierre France et Jean-François. 10 080 visites. 24 commentaires.

Coups de feu dans le centre-ville de Strasbourg, trois morts et treize blessés

par Guillaume Krempp, Pierre Pauma, Jean-François Gérard et Pierre France. 9 236 visites. 6 commentaires.