Jacqueline Gourault exclut le statut particulier pour le futur département Alsace
Vigies 

Jacqueline Gourault exclut le statut particulier pour le futur département Alsace

actualisé le 24/10/2018 à 17h36 : Pour ajouter la réaction des présidents des départements et du conseil régional.

À écouter sur Europe 1

Ancienne secrétaire d’État, promue ministre de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales à la faveur du remaniement, Jacqueline Gourault était l’invité d’Europe 1 ce mercredi 24 octobre.

Revoir l’interview de Jacqueline Gourault

Jacqueline Gourault s’exprime sur l’Alsace à partir de 5 minutes et 51 secondes.

« Non, pas un statut spécial »

Comme elle le laissait entendre par le passé, la « madame Alsace » du gouvernement a cette fois-ci clairement exclu que la fusion du Haut-Rhin et de Bas-Rhin ne débouche sur un statut particulier (« non pas un statut spécial »).  Elle confirme que ce futur département aura cependant des « compétences particulières ». Elle cite « le transfrontalier » et « l’identité alsacienne rhénane ».

Elle ne précise pas si ces compétences sont « transférées » ou « déléguées » (signature d’une convention qui peut être retirée à tout moment, notamment par le conseil régional), ce qui constitue à ce jour un point de blocage dans les négociations. Le transfrontalier est bien une compétence de la Région Grand Est.

Quant à « l’identité », le terme est un peu flou et semble recouper plusieurs compétences de l’État, certaines folkloriques (les plaques d’immatriculations) ou plus stratégiques comme le bilinguisme, c’est-à-dire la gestion des profs d’Allemand. Ce point fait l’objet d’une rencontre avec le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer. Les questions du partage de l’Économie et du tourisme, autres points de blocage historiques, ne sont pas évoquées.

Et les perdants sont…

Cette organisation administrative s’éloigne donc de celle des deux présidents de départements, la haut-rhinoise Brigitte Klinkert (LR) et le haut-rhinois Frédéric Bierry (LR) qui plaidaient pour cette solution, afin de pérenniser les pouvoirs, ce qu’ils appellent « la capacité à agir ». Le député Patrick Hetzel et le sénateur André Reichardt plaidaient pour une sortie complète du Grand Est à terme.

Le gouvernement doit rendre ses décisions dans les semaines, voire les jours à venir. Frédéric Bierry avait affirmé fin 2017 que si les arbitrages étaient insatisfaisants, il n’excluait pas d’avoir recours à une consultation des habitants via un vote dans les deux départements.

Brigitte Klinkert et Frédéric Bierry tout de même satisfaits, Jean Rottner aussi

Malgré ce probable désaveu à venir, Frédéric Bierry et Brigitte Klinkert se disent tout de même satisfaits de la situation. Le tandem à la tête des deux départements alsaciens « se félicite » que la ministre « a[it] écarté sans aucune ambiguïté l’option d’une fusion simple des Départements ». Satisfaits peut-être, mais visiblement pas complètement rassurés. Il se disent « particulièrement attentifs » et « vigilants » à « la dernière ligne droite des discussions ». Ils espèrent que le futur département (qu’ils continuent d’appeler « Eurocollectivité ») ait des pouvoirs de coopération transfrontalière, bilinguisme et d’Emploi. Jacqueline Gourault est attendue en Alsace vendredi. Au moins, le ton n’est pas houleux.

Le président du conseil régional, Jean Rottner (LR) s’est aussi « réjouit ». Il estime que les « pistes avancées » et cette nouvelle organisation « répond aux attentes des élus et des citoyens qui regrettaient une perte de notoriété de l’Alsace au sein de la nouvelle entité territoriale. »

Pour le moment, l’heure est bien à la « cohésion des territoires » en Alsace, comme il y a rarement eu depuis le référendum perdu de 2013.

L'AUTEUR
Jean-François Gérard
Jean-François Gérard
A rejoint la rédaction de Rue89 Strasbourg à l'été 2014. En charge notamment de la politique locale.

En BREF

David, artiste de rue, témoin de l’attaque

par Pierre Pauma. 2 599 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Après l’attaque de mardi, le Marché de Noël reste fermé un jour de plus

par Pierre France et Jean-François. 10 014 visites. 24 commentaires.

Coups de feu dans le centre-ville de Strasbourg, trois morts et treize blessés

par Guillaume Krempp, Pierre Pauma, Jean-François Gérard et Pierre France. 9 171 visites. 6 commentaires.