Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Grève des animateurs périscolaires : « C’est quand on ne travaille pas que les parents se rendent compte qu’on est utiles »
L'actu 

Grève des animateurs périscolaires : « C’est quand on ne travaille pas que les parents se rendent compte qu’on est utiles »

par Jean-François Gérard.
Publié le 20 novembre 2021.
Imprimé le 05 décembre 2021 à 10:20
2 039 visites. 6 commentaires.

Les animateurs périscolaires étaient en grève vendredi 19 novembre. Une mobilisation nationale pour une revalorisation de ce métier où les temps partiels et les journées hachées sont la norme.

Plusieurs cantines et accueils périscolaires étaient fermés ce vendredi 19 novembre à Strasbourg et ailleurs en Alsace. La conséquence d’une journée de mobilisation nationale des animateurs en milieu scolaire. Parmi les revendications, une meilleure rémunération, une meilleure reconnaissance, une professionnalisation et une augmentation des effectifs pour être davantage à encadrer les enfants.

« Un jour comme celui-ci, les parents se rendent compte qu’on est utiles. Quand on ne travaille pas, d’autres personnes ne peuvent pas travailler », explique Loreta, venue avec un groupe de collègues. À proximité du centre administratif à Strasbourg, dix personnes de la communautés de communes d’Erstein discute à l’issue d’un rassemblement.

Des contrats de 20 à 25 heures

Pour Angel, la situation précaire des animateurs vient de leur rythme de travail :

« La plupart des contrats sont de 20 ou 25 heures par semaine. Comme c’est un peu le matin, un peu le midi, un peu le soir, il est difficile d’avoir une autre activité à côté. »

Même si les heures ne correspondent pas à un temps plein, « c’est tellement prenant avec les enfants que je ne me vois pas avoir une autre activité », ajoute une de ses collègue. Une autre explique qu’elle accepte des petits boulots « pendant les vacances scolaires » pour gagner un peu plus.

Un groupe de manifestants d’animateurs périscolaires, en manifestation à Strasbourg le 19 novembre 2021. (photo JFG / Rue89 Strasbourg)

Des difficultés à recruter

Comme beaucoup de secteurs, la profession se heurte aux difficultés de recrutements. « La seule réponse du gouvernement a été d’engager une concertation, ainsi que d’abaisser l’âge d’obtention du Bafa à 16 ans et de l’assortir d’une aide de 200 euros pour passer le diplôme« , explique un encadrant, venu en soutien.

À écouter les professionnels, les difficultés actuelles viennent aussi des faibles taux d’encadrement. En temps normal, les animateurs se retrouvent à un adulte pour 18 enfants. Mais certains font face à des situations où « deux animateurs s’occupent de 50 écoliers ». « Parfois, nous avons aussi des enfants en situation de handicap qui ne sont pas suivis par des accompagnants (AESH), alors qu’ils nécessitent plus de temps pour s’en occuper », ajoute Déborah. Malgré ce sous-effectif, la jeune femme rappelle qu’avec cette mobilisation, les professionnels veulent affirmer « qu’on aime notre métier, sinon on arrêterait ».

Pendant que les manifestants d’Erstein finissaient leur rassemblement, une délégation des personnels de Strasbourg était de son côté reçue par le service des ressources humaines de l’Eurométropole pour évoquer la situation.

L'AUTEUR
Jean-François Gérard
Jean-François Gérard
A rejoint la rédaction de Rue89 Strasbourg à l'été 2014. En charge notamment de la politique locale.

En BREF

Mouvement de grève à la CTS : des perturbations à prévoir dès samedi

par Maël Baudé. 1 620 visites. 1 commentaire.

En images. Le secteur médico-social a manifesté pour une revalorisation salariale

par Maël Baudé. 2 665 visites. 3 commentaires.

Un collectif de profs s’organise pour sortir leurs élèves et leurs familles de la rue

par Camille Balzinger. 3 525 visites. 15 commentaires.
×