Groupe culte, rock et psyché à la Laiterie mardi soir : The Brian Jonestown Massacre
Culture 

Groupe culte, rock et psyché à la Laiterie mardi soir : The Brian Jonestown Massacre

Dans la série du retour des plus grands groupes rock des années 1990 à la Laiterie, place au Brian Jonestown Massacre. Après la sortie de Something Else en mai et avant la sortie du prochain album cet automne, la bande d’Anton Newcombe fait un arrêt à Strasbourg. Retrouvailles avec les rois du rock psyché.

Faut-il encore présenter The Brian Jonestown Massacre ? Ce groupe de San Francisco formé au début des années 1990 est devenu au fil des albums une figure emblématiques du rock psychédélique. Tous les ingrédients étaient réunis. Des influences mythiques (le Velvet Underground, les Jesus And Mary Chain…). Des albums à la pelle (18 sans compter les EP, albums live et compil’). Et un leader charismatique à problèmes (Anton Newcombe), dont les frasques violentes sous influence ont marqué la première décennie du groupe, suivies par des phrases chocs plus récemment.

Anemone – The Brian Jonestown Massacre

L’odyssée d’Anton Newcombe

Mais c’est surtout depuis 2004 et DiG!, film documentaire qui suivait les destins croisés des Dandy Warhols et du Brian Jonestown Massacre, que le groupe a acquis une exposition bien méritée. Défendant coûte que coûte son indépendance, choisissant ses labels et créant le sien, puis s’exilant à Berlin pour enregistrer ses albums dans ses propres studios, Anton Newcombe, seul représentant rescapé du BJM des débuts, continue de tracer sa route, sous l’œil vigilant de son public. Virage pop, expérimentations baroques, il ne se refuse rien mais maintient la ligne directrice forte et psychédélique du groupe.

Il lorgne également de plus en plus vers la France, en multipliant les collaborations. Sur Musique de film imaginé, sorti en 2015, il fait reprendre du William Sheller à la française Soko. L’an passé, il pose sa voix sur « Istanbul Is Sleepy » de The Liminanas, avant de reprendre avec eux cette année « Two Sisters » des Kinks. Le concert du BJM à la Route du Rock cet été a d’ailleurs été l’occasion de voir Anton Newcombe accompagner les Liminanas le même jour pour un duo, avant de voir la formation complète en action, où ils n’ont pas hésité à chanter « Anemone » en français.

Concert de The Brian Jonestown Massacre à la Route du Rock 2018 (Réal : ARTE Concerts)

Un classique de plus sur la scène de La Laiterie

Et malgré des derniers albums qui n’ont pas toujours emporté l’adhésion totale (Something Else, dernier en date de cette année, n’a rien inventé), aller voir The Brian Jonestown Massacre sur scène en 2018, c’est surtout aller écouter de la très bonne musique, complètement intemporelle, et qui, quoiqu’on en dise, ne se démodera jamais. Et même si le leader reste coutumier des sorties médiatiques délicates (la dernière en date étant une blague de très mauvais goût sur le viol), on espère que le concert à la Laiterie de mardi sera l’occasion d’apprécier les talentueux musiciens dans ce qu’ils font de mieux : un rock psyché planant, élégant et totalement hypnotisant.

En première partie de ce groupe mythique (que La Laiterie semble enchaîner ces derniers temps), on retrouvera Dead Horse One. Ce groupe de Valence s’inscrit dans une veine similaire à leurs aînés, moins dans la finesse psyché peut-être mais définitivement biberonné au shoegaze des 90s, tant américain que britannique. Attention, début des festivités dès 19h30.

Aller plus loin

The Brian Jonestown Massacre : Site officiel. Page Facebook. Page de l’évènement.

L'AUTEUR
Morgane Milesi
Morgane Milesi
Pigiste concerts ici. Rédactrice musique ailleurs. Gig trotter & music addict.

En BREF

Une marche dimanche contre le centre de primatologie

par Rue89 Strasbourg. 730 visites. 1 commentaire.

Ce week-end, le Selbst Gemacht à la Semencerie sera bien le dernier

par Pauline Ruhlmann. 1 309 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Mercredi, image rare d’une Justice accessible

par Pierre France. 1 115 visites. 3 commentaires.