Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Kerfalla Sissoko relaxé dans l’affaire des violences et insultes racistes lors d’un match de foot à Mackenheim
Société 

Kerfalla Sissoko relaxé dans l’affaire des violences et insultes racistes lors d’un match de foot à Mackenheim

par Guillaume Krempp.
Publié le 1 décembre 2020.
Imprimé le 18 septembre 2021 à 01:09
1 099 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Suite aux violences et insultes racistes lors d’une rencontre de football amateur entre l’AS Benfeld et l’AS Mackenheim en 2018, Kerfalla Sissoko et son coéquipier Laouli Moudi ont été relaxés par le tribunal correctionnel de Colmar. Deux footballeurs de Mackenheim ont été condamnés à 1 000 euros d’amende avec sursis. Le caractère xénophobe de l’affaire n’a pas été retenu par le tribunal.

Pour Kerfalla Sissoko, la relaxe a le goût amer de la « justice bafouée », d’une « enquête bâclée ». Fin novembre, le tribunal correctionnel de Colmar a relaxé l’ancien joueur de foot de l’AS Benfeld, ainsi que son coéquipier Laouli Moudi. Les deux joueurs avaient été agressés lors d’une rencontre émaillée d’insultes racistes sur le terrain du AS Mackenheim. Pourtant, les deux footballeurs figuraient parmi les prévenus lors de l’audience du 17 novembre, tout comme deux joueurs de l’équipe adverse.

De gauche à droite : Moudi Aouali et Kerfalla Sissoko, à la sortie de l’audience en appel de la Ligue de Foot du Grand Est en août 2018. (Photo Guillaume Krempp / Rue89 Strasbourg / cc)

Côté Mackenheim, en effet, Madasi D. et Yusuf G. avaient eux aussi porté plainte pour violences suite à ce match du 6 mai 2018. Les deux joueurs ont été condamnés à une amende de 1 000 euros avec sursis pour violences n’ayant pas entraîné d’interruption temporaire du travail. Ils devront néanmoins dédommager Kerfalla Sissoko pour les préjudices physiques de son agression. Le Strasbourgeois doit encore rencontrer un expert médico-légal pour évaluer le montant de l’indemnité.

Une « parodie de justice »

Aujourd’hui encore, Kerfalla Sissoko souffre des conséquences de cette agression qui lui avait fait perdre connaissance et brisé la mâchoire. Le footballeur n’a jamais pu reprendre « le sport que j’aime tant ». Depuis ces violences en réunion à Mackenheim, il est pris de vertiges plus régulièrement. « Cette affaire a bouleversé toute ma vie », décrit Kerfalla Sissoko.

Pour Kerfalla, cette décision du tribunal démontre une volonté de « classer l’affaire, en faisant mine d’enquêter parce que Lilian Thuram s’est exprimé là-dessus. » Son avocate Maître Caroline Bolla parle aussi d’un « coup dur » :

« Heureusement que Kerfalla Sissoko a été relaxé. Mais ce dossier aurait mérité une instruction du volet raciste de l’agression (qui n’a pas eu lieu pour un retard dans la consignation des 1 000 euros nécessaires à l’ouverture d’une telle instruction, ndlr). L’enquête relève donc d’une parodie puisque très peu de témoins ont été entendus du côté de Benfeld (4 versus 24 côté Mackenheim). Des investigations élémentaires n’ont pas été faites notamment pour vérifier qu’aucune vidéo n’était encore disponible pour identifier les coauteurs des violences. Le supporter qui s’est présenté sur le stade avec un couteau n’a pas été poursuivi alors qu’il a été auditionné. Cela porte atteinte à tout ce que devrait être une bonne justice, pour tout le monde, du parquet aux avocats en passant par les magistrats du siège. »

Article actualisé le 02/12/2020 à 11h12
L'AUTEUR
Guillaume Krempp
Guillaume Krempp
Journaliste, en recherche d'enquêtes et d'impacts

En BREF

Après l’évacuation du camp de la Montagne Verte, des personnes logées et des tentes subtilisées aux associations

par Thibaut Vetter. 4 016 visites. 8 commentaires.

Cinq personnes logées après une tentative ratée d’ouverture de squat à la Meinau

par Martin Lelièvre. 7 947 visites. 4 commentaires.

Les riverains du camp de Montagne Verte choqués par l’abandon des réfugiés

par Thibault Vetter. 5 036 visites. 8 commentaires.
×