La préfecture craint des « individus radicaux en nombre important » et des « actions violentes » ce samedi
L'actu 

La préfecture craint des « individus radicaux en nombre important » et des « actions violentes » ce samedi

L’acte 24 se jouera à Strasbourg. Samedi 27 avril, des Gilets jaunes de toute la France et de plusieurs pays frontaliers manifesteront dans les rues strasbourgeoises. Craignant des « actions violentes » par des « individus radicaux en nombre important », la préfecture du Bas-Rhin a interdit la manifestation dans plusieurs zones de la ville.

Plusieurs milliers de manifestants sont attendus dans les rues strasbourgeoises, samedi 27 avril. Des Gilets jaunes de toute la France joueront l’acte 24 à Strasbourg. L’objectif est double. Le mouvement veut d’abord répondre aux annonces présidentielles, censées clore le « Grand débat ». Certains Gilets jaunes espèrent aussi peser dans la campagne des élections européennes. D’où l’invitation de soutiens internationaux : « Nous souhaitons que les Gilets jaunes italiens, allemands et belges s’expriment à 13h place de la République, avant le début de la manifestation », affirme Isabelle, coordinatrice du groupe Strasbourg République.

Environ 2 000 manifestants avaient défilé à Strasbourg pour l’acte 9 des Gilets jaunes. (Photo GK / Rue89 Strasbourg / cc)

Un important dispositif policier

Aucune manifestation n’a été déclarée auprès de la préfecture du Bas-Rhin pour ce samedi 27 avril. La coordination bas-rhinoise des Gilets jaunes préfère garder secret le chemin emprunté par le cortège : « Nous avons prévu un trajet collectivement, on a prévu de tenir ce trajet mais après… c’est une manifestation de Gilets jaunes, c’est libre. » Une difficulté supplémentaire pour la préfecture, qui se prépare aussi à une manifestation d’ampleur. Le dispositif sécuritaire devait être dévoilé mercredi après-midi, il n’a été communiqué qu’en fin de soirée jeudi…

Les chiffres des manifestations à Strasbourg

  • 132 personnes ont été interpellées par les forces de l’ordre à l’occasion des manifestations de Gilets jaunes à Strasbourg.
  • 27 blessés sont à déplorer du côté des forces de l’ordre.

La préfecture n’a donné aucun chiffre pour les blessés du côté des manifestants. Pour l’acte 9 seulement, nous avions recueilli les témoignages de six personnes soignées avec des points de suture, un nez déplacé, une mâchoire cassée ou des hématomes…

La préfecture ne cache pas ses inquiétudes. D’après ses renseignement, des « individus radicaux sont susceptibles d’être présents en nombre important ». Le dispositif limite donc le périmètre autorisé aux manifestants : « Toute manifestation est interdite le samedi 27 avril sur une partie de l’ellipse insulaire, le parvis de la gare, ainsi qu’aux abords des institutions européennes. » Les forces de l’ordre s’attendent à un départ du cortège vers 13h place de l’Étoile pour gagner les institutions européennes en déambulant d’abord dans le centre-ville.

 

Zones interdites de manifestation pour ce samedi 27 avril à Strasbourg (document remis)

Une participation incertaine

Difficile d’estimer la taille du cortège à venir à Strasbourg. Sur l’événement Facebook de l’acte 24, près de 4 000 personnes se disent « intéressées » ou annoncent leur participation à la manifestation. D’après l’arrêté préfectoral ci-dessus, « l’ampleur de cette manifestation devrait être largement supérieure à celle des dernières semaines. »

Les avertissements du préfet Marx

Par communiqué, le préfet du Bas-Rhin Jean-Luc Marx rappelle aux manifestants les nombreuses peines encourues en cas de participation ce samedi :

  • Les organisateurs d’une manifestation interdite sont passibles de six mois d’emprisonnement et de 7 500 euros d’amende, les participants étant quant à eux passibles d’une contravention de quatrième classe (amende de 135 euros),
  • le refus de se disperser après sommation des forces de l’ordre est également passible d’une peine d’un an d’emprisonnement et 15 000 euros d’amende,
  • le délit de dissimulation volontaire du visage dans une manifestation, puni d’1 an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende, permet désormais le placement en garde à vue des personnes concernées.

La coordination bas-rhinoise des Gilets jaunes attend du soutien du Sud-Ouest de la France, en particulier Toulouse et Bordeaux. Ces deux villes sont connues pour leurs manifestations régulièrement émaillées de violences policières et de dégradations de mobilier urbain. Les manifestants de Paris et Rennes seront plus rares, puisque des rendez-vous sont maintenus dans la capitale et en Bretagne.

Y aller

Acte 24 des Gilets jaunes à Strasbourg, rassemblement probablement à 13h place de l’Étoile. Détails dans l’événement Facebook.

L'AUTEUR
Guillaume Krempp
Guillaume Krempp
Journaliste en alternance depuis la rentrée 2017.

En BREF

Venu de l’Ouest, Actu.fr se lance à Strasbourg

par Jean-François Gérard. 1 177 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Trois syndicalistes de France Bleu assignés en justice par leur direction

par Pierre France. 3 378 visites. 5 commentaires.

À Kolbsheim, 10 jours pour envisager l’après-GCO

par Rue89 Strasbourg. 1 306 visites. Aucun commentaire pour l'instant.