Marché de Noël : un policier braque son arme sur un automobiliste lors d’un contrôle
L'actu 

Marché de Noël : un policier braque son arme sur un automobiliste lors d’un contrôle

Des contrôles sont effectués par les policiers aux points de passage vers la grande île (doc remis)

Des contrôles sont effectués par les policiers aux points de passage vers la grande île (doc remis)

Samedi 28 novembre, Renaud Bettcher, avocat strasbourgeois, rentre chez lui en fin d’après-midi au volant de sa voiture. Au moment de pénétrer dans l’enceinte de la Grande Île, un policier l’arrête au niveau d’un point de contrôle sur le pont de Saverne et lui demande ses papiers, comme le prévoient les mesures de sécurité du Marché de Noël dans le cadre de l’état d’urgence.

Sauf que le ton monte. La suite, c’est Renaud Bettcher qui la raconte :

« Le policier me demande mon autorisation. Je lui réponds que je n’ai pas besoin d’autorisation, puisque j’ai un garage en ville. Il me demande alors les papiers pour en justifier “et plus vite que ça”. Là, je lui réponds que j’ai bien compris que je devais me plier à un contrôle mais qu’il devait utiliser un autre ton pour me parler. Alors que je lui tends mes justificatifs, il me répond qu’il me parle sur le ton qu’il veut et continue à vociférer. Je lui retire alors mes papiers des mains. Et c’est là qu’il fait un pas en arrière, dégaine son arme et me mets en joue. »

Nécessité de légitime défense, même en état d’urgence

Braquer quelqu’un avec une arme constitue une violence et les policiers ne peuvent le faire qu’en état de légitime défense ou pour protéger quelqu’un. Voyant cela, un autre policier intervient et calme son collègue, selon Renaud Bettcher. Ce second policier écarte le premier et reprend le contrôle, vérifie les papiers et le contenu du coffre comme si tout était normal, avant d’autoriser Renaud Bettcher à circuler.

Rétrospectivement, Renaud Bettcher avoue qu’il a eu chaud :

« Sur le moment, j’ai ricané nerveusement. Mais ce sont des armes automatiques, dont les coups peuvent partir vite. Vu la position du policier et la distance qui nous séparait, je prenais une balle en pleine tête… On en est là, dans cet état d’urgence permanent ! J’aurais pu débuter une procédure pour violence avec arme, mais quand je vois que le Parquet réclame un non-lieu dans l’affaire d’Hocine Bouras (tué par un gendarme pendant son convoi, ndlr), j’ai préféré ne rien faire. »

Contactée, la police nationale de Strasbourg n’a pas souhaité faire de commentaire sur cet incident.

L'AUTEUR
Pierre France
Pierre France
Fondateur et directeur de la publication de Rue89 Strasbourg.

En BREF

Enseignants et parents du collège Twinger déçus par la réponse de l’académie

par Pierre France. 1 831 visites. 3 commentaires.

Menacé d’une expulsion, le squat Bugatti mobilise ses soutiens mardi

par Pierre France. 1 132 visites. 6 commentaires.

La place des Halles évacuée pendant cinq heures mercredi

par Rue89 Strasbourg. 10 808 visites. 7 commentaires.