À Strasbourg, l’Église se redécouvre terre d’asile pour les jeunes migrants

L’hébergement public est parfois refusé aux réfugiés mineurs par l’aide sociale à l’enfance, car l’institution ne croit pas à leur minorité. N’ayant nulle part où aller, une quinzaine d’entre eux a trouvé refuge à l’aumônerie universitaire catholique, où seule l’action d’associations et de particuliers leur permet de survivre.