Le municipal-o-drome de la rentrée : départs en fanfare !
Politique 

Le municipal-o-drome de la rentrée : départs en fanfare !

Qui sera le nouveau maire de Strasbourg en mars 2020 ? Avec le municipal-o-drome, Rue89 Strasbourg vous propose de retrouver chaque mois le positionnement de chacune des listes et ses candidats potentiels. L’été et la rentrée ont occasionné quatre top-départs !

 

Le municipal-o-drome est un outil imaginé par Rue89 Strasbourg qui vise à sortir de l’instantanéité des déclarations des prétendants. L’autre objectif est d’avoir l’ensemble du panorama électoral en un coup d’œil pour remettre chaque mouvement dans ce contexte plus global. Passer la ligne d’arrivée revient à être le candidat investi par sa formation.

Depuis janvier 2019, le positionnement de chaque candidat est décidé par les journalistes de la rédaction selon leur appréciation de la situation. Il dépend aussi de critères objectifs comme une déclaration publique ou non de candidature qui permet d’apparaître sur la pelouse, la concurrence au sein de son « écurie » ou la capacité des différentes équipes à mener une liste. S’être déclaré en premier confère aussi un avantage (provisoire) au sein de sa famille politique. L’ordre de placement de haut en bas ne répond pas à une logique particulière, si ce n’est que les abandons, un seul à ce jour, sont en bas.

L’été, la saison pour avancer

Le mois de juin a été celui des abandons (Robert Herrmann, Frédéric Bierry), l’été et la rentrée ont au contraire occasionné quelques départs en trombe ! La candidature de Jeanne Barseghian pour mener la liste des écologistes et autres soutiens (notamment en provenance du Labo citoyen) était attendue. Au 9 septembre, on ne lui connait pas de challenger. Mais les candidatures sont ouvertes jusqu’au 21 septembre. Avec un vote ouvert à tous les signataires d’une charte le 5 octobre, cette écurie pourrait être la première à voir sa tête de liste investie.

Tout aussi spectaculaire en terme d’avancée, le bond de Mathieu Cahn (PS), qui a monté une équipe en vue d’une éventuelle candidature sans faire de grande déclaration. L’aventure de Philippe Bies, parti en premier, n’est pas sûre de franchir la ligne d’arrivée en tête. Le parti à la rose cherche désormais un moyen de départager les deux anciens amis, sans passer par la case primaire. Enfin, Paul Meyer (La Coopérative / Generation.s) a aussi annoncé un début de liste sous le nom de « Strasbourg notre capitale ».

L’équation se complique aussi au centre. La désignation de Sylvain Waserman comme chef de file pour mener les négociations du Modem dans le Bas-Rhin intrigue, dans le cadre de l’habituel accord Modem/LREM voire au-delà (avec Agir, comme aux européennes). Le premier adjoint Alain Fontanel reste en tête, par son implantation locale et ses réseaux. Plus à gauche et à droite, peu de grands changements.

Pour zoomer, il suffit de continuer à faire défiler son écran vers le bas.

Des pistes d’améliorations ? N’hésitez pas à nous en faire part en commentaires. Nous tenterons d’en tenir compte pour les prochaines éditions.

Jean-François Gérard, Geoffrey Brossard et Nina Courtois
Un outil créé à trois, dans l’ordre : un journaliste, un développeur web et une graphiste

Aller plus loin