Et si Strasbourg ne voulait plus d’un tram vers Koenigshoffen ?
Tribune 

Et si Strasbourg ne voulait plus d’un tram vers Koenigshoffen ?

Les associations du Collectif pour le tram à Koenigshoffen craignent que la Ville et l’Eurométropole de Strasbourg ne les désignent comme responsables d’un éventuel abandon de l’extension ouest du tramway. En outre, elles lancent un financement participatif pour expertiser un tracé alternatif.

D’un côté, il y a les annonces de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg (EMS) quant à l’urgence de l’arrivée d’un tram vers Koenighsoffen. D’un autre côté, la Ville et l’EMS ne s’y prendraient pas autrement si elles voulaient que ce projet soit sabordé à cause de leurs atermoiements et leurs revirements.

En effet la Ville et l’EMS semblent organiser des conditions défavorables autour de ce projet :

  • antérieurement à 2011, le tram à Koenigshoffen était conditionné à la réalisation du tram-train « Strasbourg / Bruche – Piémont », finalement abandonné faute de financement.
  • Juillet 2011 : l’EMS réceptionne les études commandées à TTK, relatives au tram sur fer de la gare centrale (via les boulevards) jusqu’à Wolfisheim. L’étape suivante était l’organisation d’une enquête publique puis le lancement des travaux, avec une mise en service annoncée au plus tard en 2016.
  • Novembre 2011 : l’EMS change de stratégie : l’option du tram sur pneus apparaît avec la mise à zéro de toutes les études antérieures.
  • Juillet 2013 : le tram sur fer est acté par l’EMS sur la base d’un avant-projet approuvé pour 87 millions d’euros (M€) entre la gare centrale et Wolfisheim (4,5 km). Le démarrage des travaux est fixé pour l’année 2014 avec une mise en service en 2017… sauf que rien n’a bougé depuis.
  • Décembre 2015 : l’EMS décide unilatéralement de réduire le projet à 1,7 km (jusqu’à l’allée des Comtes) et de modifier le point de jonction au reste du réseau, à savoir le tram F depuis le Faubourg National. Le projet, chiffré à 29 M€, est considéré comme le meilleur projet au « coût optimal ». S’ensuit une énième concertation. La proposition alternative de nos associations est balayée car « trop chère. »
  • Novembre 2016: l’EMS annonce que le coût des travaux dérape à 35 M€ (et 42M€ avec études + 45%). L’EMS a ainsi présenté les alternatives du tracé à la concertation préalable en sous-estimant le coût de son option favorite.

Le tram sous la pluie (Photo Margot Gabel / FlickR / cc)

Un tram cher avec un service au rabais

Désormais, le projet de tram vers Koenigshoffen se place parmi les projets les plus onéreux, malgré un service très en deçà des besoins du quartier et de l’ouest de l’agglomération !

Pour Koenigshoffen, les trams F circuleront toutes les 10 minutes en journée et toutes les 30 minutes en soirée au lieu de, respectivement, 6 et 15 minutes sur toutes les autres lignes. Pour l’Elsau, la Montagne-Verte, le secteur sud de la Gare, c’est moins 40% de desserte en tram, suite au détournement du tram F au profit de Koenigshoffen. Ainsi, le rapport entre le coût (42M€ d’investissement) et le service rendu aux usagers conclut à un projet très médiocre !

Dans ces conditions, il est évident que les quartiers lésés (Gare, Montagne-Verte, Elsau) ont toutes légitimité à contester un projet qui ne leur apporte que des inconvénients. La solution du tram sur pneus aurait été pire : même Clermont-Ferrand songe à remplacer son système au profit du tram sur fer, Nancy et Caen ont déjà acté le changement de mode.

Nous proposons une alternative, en plusieurs phases

Le projet du Collectif pour le tram propose une alternative, réalisable en plusieurs phases, qui crée les conditions favorables à l’arrivée du tram à Koenigshoffen, similaire au projet validé par l’EMS en 2013.

Une première phase correspond au simple prolongement de la ligne C, depuis la place de la gare vers Koenigshoffen. La seconde phase correspond à la création du maillon long de 400 mètres entre la Porte Blanche et la Laiterie, en lien avec l’extension du BHNS de la ligne G jusqu’à la place de l’Étoile.

La connexion à la gare centrale nous apparaît essentielle pour un développement de l’agglomération et pour faciliter les déplacements doux. Ainsi, les habitants de l’ouest strasbourgeois pourront eux-aussi bénéficier des avantages du nouvel abonnement unique (train-tram-bus), avec une rupture de charge limitée et acceptable en gare centrale.

Or, la Ville et l’EMS restent sourdes à toute alternative. Les collectivités vont parvenir à faire échouer l’extension vers l’ouest avec leurs propositions aussi inefficaces qu’incohérentes. Nul doute que les élus reporteront alors la responsabilité des retards, voire du non aboutissement du projet, sur les associations et les habitants.

Un financement participatif pour expertiser les tracés

Mais il est encore temps de réagir !

Soumettons à l’enquête publique (programmée début 2017), le dossier validé par l’EMS dans sa version 2013 ; c’est-à-dire le prolongement de la ligne C vers Koenigshoffen. Nous prévoyons de commander une expertise comparative de cette proposition avec l’actuelle variante soutenue par l’EMS. Cette expertise professionnelle sera rendue possible grâce à un financement participatif et citoyen auquel toutes et tous peuvent participer.

Cette option éviterait le surcoût du déplacement du marché de la gare, du réaménagement du Faubourg National, de la place Sainte Aurélie (rénovés en 2004 !) et de la Petite Rue de la Course… Autant de frais dont les montants pourront être investis dans la consolidation de la dalle de la place de la Gare, estimée à 3,2 M€ et assurer ainsi le passage du tram. Une option rapide, simple, efficace, qui satisfait toutes les parties et finalement moins chère !

L'AUTEUR
Porte-paroles des association du Collectif pour le tram
Le Collectif Pour Le Tram est constitué des associations AHQG (Gare), AREL (Elsau), Koenigshoffen Demain, ADENA et ARP (Poteries)

En BREF

Stade de la Meinau : 100 millions et 4 000 places de plus pour le grand public

par Jean-François Gérard. 1 493 visites. 7 commentaires.

Dimanche, rassemblement « pour une autre politique migratoire » pendant les portes ouvertes du Parlement européen

par Cassandre Leray. 390 visites. 1 commentaire.

Un numérique éco-responsable est-il possible ?

par Pierre France. Aucun commentaire pour l'instant.