Tensions croissantes au squat Bugatti : un blessé par balle dans la soirée du 24 septembre
L'actu 

Tensions croissantes au squat Bugatti : un blessé par balle dans la soirée du 24 septembre

Un homme d’origine nigériane a été blessé par balle dans la soirée du jeudi 24 septembre. Certains habitants invoquent des tensions confessionnelles, quand le gérant du lieu dénonce la promiscuité dans ce grand squat.

« Il y a beaucoup de bagarres ici », souffle Abdou (le prénom a été changé). Comme son voisin Camara Ahmed Titiane, il a entendu un coup de feu résonner au squat Bugatti dans la soirée du jeudi 24 septembre. Un homme d’une vingtaine d’années, d’origine nigérianne, a pris une balle dans la jambe. Selon les Dernières Nouvelles d’Alsace, l’habitant de ce bâtiment de bureaux abandonné d’Eckbolsheim a pu sortir de l’hôpital.

Au début du mois d’août déjà, le squat Bugatti avait été la scène d’une bagarre impliquant une vingtaine de personnes. Certains d’entre eux étaient armés de couteaux ou de tessons de bouteille.

Tensions confessionnelles ou abandon des pouvoirs publics ?

L’origine de cette agression reste mystérieuse. Certains résidents évoquent des tensions entre Nigérians chrétiens et Tchétchènes musulmans. Deux témoins accusent Lahcen Oualhaci, le gérant du squat Bugatti, de favoriser la population musulmane du bâtiment.

Lahcen Oualhaci, référent du squat Bugatti, dans son bureau au rez-de-chaussée. (Photos Guillaume Krempp / Rue89 Strasbourg / cc)

Ce dernier nie tout favoritisme. Il préfère lier les difficultés à l’alcool et à la promiscuité subie par « plus de 200 habitants ». Selon l’ancien sans-abri, le tir dans la jambe s’expliquerait par la jalousie des agresseurs. La victime occupe une caravane aux abords du squat. Le véhicule serait bien plus confortable que le rez-de-chaussée de la propriété de Lidl. « Les gens n’ont que des bâches en plastique pour séparer leurs chambres », rappelle le chef du lieu.

Une problématique de sécurité

Lahcen Oualhaci regrette aussi le manque de soutien des pouvoirs publics pour assurer la sécurité du lieu :

« Il y a des résidents qui ont un contrat bénévole de sécurité… Mais tout est allé très vite avec ce tir. Moi je serais d’accord si la mairie mettait en place une sécurité professionnelle comme à l’Hôtel de la rue. Mais ça fait un an qu’on a aucune nouvelle de la mairie d’Eckbolsheim. »

Des traces de sang sur le sol témoignent de la violence des coups lors de la bagarre du 4 août au squat Bugatti (doc remis)

Un agent de sécurité aurait-il pu éviter cette blessure ? Habitant du squat Bugatti, Camara Ahmed Titiane estime que oui :

« Jeudi, je suis rentré vers 17 heures et j’ai trouvé deux personnes avec ciseaux et couteaux qui agressait un Nigérian. Je les ai séparés mais ils sont revenus plus tard, l’un d’eux avec un pistolet et ils ont tiré ensuite… »

L’homme affirme s’être rendu à l’Hôtel de la rue, dans le quartier de Koenisghoffen, pour y observer la façon dont la sécurité est assurée : « Je ne peux même plus compter le nombre de bagarres qu’il y a eues au squat Bugatti, il y en a trop… »

Le lieu accueille environ 200 personnes. (photo GK / Rue89 Strasbourg)

Un commandement de quitter les lieux

Par communiqué de presse, l’association D’ailleurs nous sommes d’ici a rappelé la « responsabilité de l’Eurométropole et de la préfecture » avant de dénoncer des violences issues « de la précarité, de la misère totale, malgré l’alerte donnée par différentes associations humanitaires. »

Ces anciens locaux de formation ont été acquis par le distributeur Lidl, qui a initié peu après leur occupation une procédure d’expulsion. Un jugement autorisant une éviction a été prononcé le 10 juillet par le tribunal judiciaire de Strasbourg, donnant aux squatteurs un délai de trois mois pour évacuer les lieux. Le 16 juillet, un huissier a apporté au squat un « commandement de quitter les lieux » avant le 16 octobre. 

L'AUTEUR
Guillaume Krempp
Guillaume Krempp
Journaliste, en recherche d'enquêtes et d'impacts

En BREF

À Niederhausbergen, Jean-Luc Herzog porte les élections jusqu’au Conseil d’État

par Pierre France. 1 274 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Des peines de prison confirmées en appel pour des militants anti-GCO

par Félix Paulet. 1 629 visites. 1 commentaire.

Harcèlement de rue : une marche « Ensemble en jupe » samedi 24 octobre

par Félix Paulet. 1 960 visites. 2 commentaires.