Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Tous les projets de géothermie profonde près de Strasbourg suspendus
L'actu 

Tous les projets de géothermie profonde près de Strasbourg suspendus

par Pierre France.
Publié le 9 décembre 2020.
Imprimé le 13 mai 2021 à 10:13
1 736 visites. 2 commentaires.

Par précaution, la préfecture du Bas-Rhin a suspendu la progression des trois projets de géothermie profonde qui existent autour de Strasbourg, en attendant les résultats d’un comité d’experts international.

La préfecture du Bas-Rhin a pris la décision de suspendre les trois projets de géothermie profonde qui sont en cours près de Strasbourg, à Illkirch-Graffenstaden, Hurtigheim et Eckbolsheim. Cette décision s’ajoute à l’arrêt définitif du puits de Fonroche à Vendenheim, actée lundi par la préfecture du Bas-Rhin suite au séisme de magnitude 3,5 ressenti vendredi dans toute l’agglomération.

Les installations de Fonroche, sur l’ancien site de la raffinerie de Reichstett, à Vendenheim (Photo Pascal Bastien / Divergence)

Lors d’une rencontre avec la presse ce mardi, la préfète du Bas-Rhin Josiane Chevalier a indiqué avoir pris cette décision le même jour en concertation avec les membres du « comité de site », une réunion où siègent les élus locaux, l’État, l’exploitant Fonroche et des experts es-qualité, notamment de l’École et observatoire des sciences de la terre (EOST).

Les projets d’Hurtigheim et d’Eckbolsheim sont également portés par Fonroche et étaient en phase d’études, les travaux n’avaient pas démarré. Des constructions étaient en cours à Illkirch-Graffenstaden en revanche, mais ils ont été stoppés à l’initiative de l’exploitant, Électricité de Strasbourg, suite au séisme de novembre 2019.

Création d’un comité d’experts international

Lors de cette même réunion, les participants ont acté la création d’un comité d’experts internationaux, devant s’intéresser à la question de la géothermie profonde autour de Strasbourg. Il s’agira d’éclairer les possibilités de cette technologie pour la transition énergétique de l’agglomération, en fonction des caractéristiques géologiques du sous-sol. La composition de ce comité sera communiquée ultérieurement.

Par ailleurs, la Direction régionale de l’environnement (Dreal) est chargée d’une enquête administrative, pour comprendre l’origine du séisme de vendredi. Ses résultats seront transmis au comité de suivi et de site à la fin du mois de décembre, a promis le directeur de la Dreal, Hervé Vanlaer :

« Les séismes d’octobre peuvent être corrélés avec un test d’interférence entre les réservoirs, mené à Vendenheim. C’est pourquoi la décision avait été prise de continuer. Mais il n’y a aucune explication au séisme de décembre… Et c’est pourquoi la décision de tout arrêter a été prise. »

Un arrêt complet et définitif précisé à Vendenheim

La préfète du Bas-Rhin a également précisé qu’elle avait demandé en garantie d’une reprise des tests qu’il n’y ait pas de nouvelle secousse, le site de Vendenheim étant situé dans une zone très urbanisée :

« Les habitants autour du puits de forage de Vendenheim ont fait état de leur angoisse permanente qu’une nouvelle secousse survienne, ce qui est très difficile à vivre. La décision de fermer ce site définitivement été prise dès vendredi. »

Le protocole d’arrêt complet prévoit la baisse graduelle du débit de 1,5 mètres-cube par heure (m3/h) chaque jour, en partant d’un débit initial de 40 m3/h. Cette baisse est continue jusqu’à 15 m3/h tant qu’il n’y a pas de secousse d’une magnitude supérieure à 1,8, ni plusieurs secousses rapprochées moins intenses. À partir de 15 m3/h, la baisse quotidienne du débit doit atteindre 3 m3/h. Si toutes ces conditions sont respectées, l’arrêt complet des installations doit intervenir entre fin décembre et la première semaine de janvier.

Un débat public, avec élus et experts vendredi

L’Eurométropole de Strasbourg organise vendredi 11 décembre à 19h un débat public, en visioconférence, sur la plate-forme de démocratie participative de la collectivité et sur Facebook.

Intervenants :

  • Pia Imbs, présidente de l’Eurométropole de Strasbourg,
  • Jeanne Barseghian, présidente déléguée et maire de Strasbourg,
  • Danielle Dambach, présidente déléguée en charge de la transition écologique et planification urbaine et nature,
  • Marc Hoffsess, conseiller eurométropolitain délégué aux énergies,
  • Jérôme Vergne, de l’École et Observatoire des Sciences de la Terre (EOST),
  • Jean Schmittbuhl, de l’École et Observatoire des Sciences de la Terre (EOST),
  • Pascale Weber, présidente de l’association Préserver Reichstett et environs.

Il est possible de poser des questions aux intervenants par mail (participer@strasbourg.eu) ou via la plate-forme participative (participer.strasbourg-eurometropole.eu/-/geothermie).

Deux autres exploitations de géothermie profonde sont en exploitation dans le Bas-Rhin, sans que ne soit ressenti d’activité sismique gênante, à Soultz et à Rittershoffen. Ces deux installations ne sont pas concernées par les mesures visant les projets strasbourgeois.

Y aller

Débat public sur la géothermie profonde, vendredi 11 décembre à 19h sur la page Facebook de strasbourg.eu et la participer.strasbourg-eurometropole.eu/-/geothermie.

Aller plus loin

L'AUTEUR
Pierre France
Pierre France
Fondateur et directeur de la publication de Rue89 Strasbourg.

En BREF

À Bischheim, les lycéens se mobilisent ce mardi contre le maintien des épreuves écrites du baccalauréat

par Manuel Magrez. 1 439 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Deux syndicats de Horizon Amitié appellent à la grève pour « un changement immédiat de direction »

par Thibault Vetter. 1 708 visites. 2 commentaires.

À Strasbourg, une marche fleurie pour célébrer la culture et les lieux de convivialité, dimanche

par Violette Vauloup. 1 690 visites. 2 commentaires.
×