Tribune 

« Pour l’Odyssée, nous renonçons à feindre le silence »

Indignés par la prochaine reconduction des Rencontres cinématographiques d’Alsace (RCA) aux commandes du cinéma public de Strasbourg, l’Odyssée, les membres du collectif qui avait déposé une candidature concurrente listent dans une tribune les raisons de leur engagement, et dénoncent un « simulacre de démocratie ». Ils appellent le maire et les élus à reconsidérer leur choix.

Depuis maintenant 25 ans, le cinéma municipal l’Odyssée est dirigé par les Rencontres Cinématographiques d’Alsace et son directeur-programmateur Faruk Günaltay. Lundi 12 décembre, au terme de la procédure de renouvellement de la délégation de service public pour l’exploitation du cinéma strasbourgeois, le maire va proposer au conseil municipal de reconduire pour 5 nouvelles années l’unique exploitant du cinéma depuis un quart de siècle.

Nous, citoyens engagés dans la fabrication de la culture de notre ville et son rayonnement, en tant qu’artiste contemporain, professeure d’université, administrateur de compagnie de théâtre, programmateur de cinémas art et essai, auteur, bistrotier, directeur de festival d’illustration, directrice d’exploitation de cinémas et traducteur, sommes indignés par ce choix. Il témoigne d’un manque coupable de discernement et de courage dans la détermination de la politique culturelle de notre ville et de son cinéma.

Porteurs de renouvellement… en 2011

Il y a 5 ans déjà, notre collectif s’était lancé dans l’aventure de concourir à la reprise de l’Odyssée, sous la forme de l’association Le Troisième Souffle. Forts de nos amitiés naissantes, de nos compétences reconnues et de nos expertises complémentaires, nous avions construit ensemble le projet ambitieux de réinventer le cinéma de notre ville et de le restituer à ses citoyens. Au final, nous avions échoué de très peu, la faute à nos propositions en matière d’entretien et de maintenance du site jugées insuffisantes.

En juillet 2011, une note à l’attention du maire confiait pourtant que notre offre « reflét[ait] une proposition de grande qualité, autant du point de vue de son projet culturel que de celui de sa politique de programmation, l’un et l’autre dynamiques et porteurs de renouvellement. »

Les Rencontres Cinématographiques d’Alsace (RCA) étaient quant à elles sanctionnées d’un « s’inscrit dans la continuité de l’activité développée depuis 19 ans, RCA ne s’engage pas explicitement quant aux moyens de corriger l’érosion constatée de la fréquentation et demeure réservée sur le développement de liens nouveaux avec le réseau culturel local. »

Un échec flagrant de politique publique… qui se répète !

Mais le maire avait fini par expliquer fin 2011 que son choix s’était porté sur « une équipe qui a géré, les autres n’avaient que des promesses. » Quand on constate aujourd’hui, comme il y a 5 ans d’ailleurs, l’état général de déliquescence dans lequel l’Odyssée se trouve, on est en droit de s’interroger sur les réelles conditions de ce choix et de s’insurger comme nous entendons le faire contre un échec flagrant de politique publique.

Aujourd’hui encore, l’histoire se répète. Car fous que nous sommes, et sans amertume, nous avons décidé début 2016 de repartir dans la bataille, sous la bannière des cinémas Star cette fois. Notre projet, héritier de celui du Troisième Souffle, repensé, actualisé, consolidé, a curieusement échoué à nouveau au terme d’un face-à-face avec les RCA, témoignant à l’occasion du peu d’intérêt que peut avoir ou que l’on a bien voulu susciter autour de ce cinéma, pourtant remarquable par son histoire et son architecture. Vertigineuse impression de déjà-vu.

L'Odyssée dispose d'un emplacement de choix, rue des Francs-Bourgeois (Photo Claude Truong-Ngoc / Wikimedia Commons / cc)

L’Odyssée dispose d’un emplacement de choix, rue des Francs-Bourgeois (Photo Claude Truong-Ngoc / Wikimedia Commons / cc)

Lente annihilation d’une salle de cinéma d’art et essai

Lundi une énième page de l’histoire de l’Odyssée se tourne donc. L’épilogue paraît toujours aussi rassurant : on ne change rien, tout va pour le mieux. En bonne intelligence, on décide de reconduire une méthode qui a su faire ses preuves depuis une quinzaine d’années : la lente mais certaine annihilation d’une salle municipale de cinéma d’art et essai. On nous reprochera sans doute, en mauvais perdants que nous sommes, un jugement sans partage sur la qualité du bilan et du projet des RCA. Ce n’est pas juste, bien au contraire.

L’Odyssée a encore des spectateurs. La preuve en est, sa fréquentation continue de chuter, près de 48 000 entrées payantes déclarées au CNC en 2015, contre plus de 82 000 en 2002, soit une baisse de 34 000 entrées en un peu plus de 10 ans, eu égard à l’objectif des 70 000 spectateurs fixé en 2012 par la collectivité et jamais atteint.

L’Odyssée est bien un cinéma d’art et essai comme l’exige le cahier des charges de la Ville, sauf lorsque la labellisation n’est pas obtenue en 2015. Intuitivement, nous pensons à une faute professionnelle grave, puisqu’elle contrevient aux engagements pris contractuellement par le délégataire avec la Ville. Celui-ci s’expose d’ailleurs à des sanctions en cas d’un tel manquement. Aucune suite n’est donnée, impunité totale.

Succession stérile et sans fin de filmographies nationales

L’Odyssée propose une programmation de cinématographie européenne, pour preuve la succession stérile et sans fin de cycles de filmographies nationales reflétant l’image cruellement désespérante d’une culture européenne morcelée. Ce n’est pas l’idée que nous nous faisons de l’Europe. Nous défendons le projet d’une culture européenne transnationale, faite de ponts et d’échanges, où les films européens dialoguent et résonnent entre eux, au-delà des frontières et de tout carcan national.

L’Odyssée développe des partenariats avec les acteurs locaux : l’accueil est cinglant, une grille précisant les tarifs des locations de salle comme signe de bienvenue. Sans compter que la salle est avant tout devenue l’apanage des ambassades et consulats.

Nous n’oublions pas non plus, entre autres, un centre de documentation en perdition totale, quand nous projetons d’en faire un lieu vivant, de rencontres et d’échanges, atelier de formation et d’activités ludiques à destination des enfants et des adultes autour du cinéma, de son histoire, de ses techniques et de sa pratique.

Notre projet, une réappropriation de ce cinéma public par les citoyens

Notre projet, inscrit dans une réflexion libre et citoyenne, collective et ouverte, ne se limite pas à des constats ou à des solutions aux problèmes en présence. Il se veut aussi une grande source de propositions nouvelles et innovantes pour l’Odyssée :

  • un tarif unique à 5€ pour recréer un plaisir spontané de cinéma ;
  • une séance à toute heure du fait d’horaires en décalé entre la grande et la petite salle pour offrir une véritable lisibilité de la programmation ;
  • la rénovation et le réaménagement des espaces d’accueil et leur extension au salon se situant à l’étage pour créer un véritable lieu de vie, convivial et animé par un bar réintégré à l’exploitation générale du cinéma ;
  • la construction d’une offre dynamique et complémentaire de cinéma art et essai au centre-ville de Strasbourg avec les cinémas Star ; le retour à l’Odyssée des temps forts du cinéma et de la culture à Strasbourg à l’instar du Festival Européen du Film Fantastique ;
  • des nouveaux partenariats au niveau national avec la Cinémathèque Française pour redonner à l’Odyssée le prestige qui lui est dû ;
  • une coopérative à intérêt collectif pour gérer le cinéma, en toute transparence et indépendance, incarnant notre envie de réappropriation du cinéma, par les citoyens, les spectateurs, les salariés, les professionnels de la culture et tous les forces vives publiques et privées.

Nous étions déterminés et confiants dans la force de notre projet capable de donner un souffle nouveau à l’Odyssée. Nous avions aussi décidé d’accorder toute notre confiance à une procédure pourtant déjà malmenée il y a 5 ans. Nous avons nourri l’espoir d’un sursaut de la Ville, d’une prise de conscience collective, d’un respect rigoureux et impartial de la procédure de renouvellement.

De nombreuses irrégularités dans la procédure

Malgré tout, la réalité a peu à peu repris le dessus. Nos interlocuteurs de la Ville nous signifiaient ouvertement le caractère « très sensible » du dossier. Des documents ne nous sont pas transmis malgré le règlement de la procédure de DSP, aucun bilan financier, aucun organigramme fonctionnel, aucun tableau du personnel à jour, aucune enquête de satisfaction des usagers…

Progressivement, nos doutes se sont affirmés en soupçons, qui se sont confirmés en certitudes. Lorsque nous apprenons que l’attribution de la délégation de l’Odyssée ne sera pas proposée au conseil municipal de novembre comme annoncé deux mois plus tôt, mais au conseil municipal du 12 décembre, soit moins de 20 jours avant le début de la nouvelle délégation, nos illusions ne résistent plus longtemps.

Deux semaines plus tard, et avec près de 3 mois de retard dans la procédure, l’élue en charge du dossier, Christel Kohler, nous annonce poliment que notre projet ne sera pas retenu par le maire « malgré sa grande qualité ». Elle se risque même à nous expliquer en réponse à notre contestation devant le bilan désastreux du délégataire sortant que le choix s’est avant tout fait sur les projets. Révolution complète dans la méthode d’analyse des offres par la Ville, désespérément toujours en la défaveur d’une quelconque alternative à la tête du cinéma municipal.

Le choix audacieux de l’alternance paye donc encore le prix d’une procédure galvaudée, de la relativité du jugement de nos élus et de l’immobilisme ou de l’absence d’une véritable politique culturelle pour le devenir du cinéma de notre ville et ses concitoyens.

C’est pourquoi nous nous sommes décidés à sortir de notre réserve, car nous renonçons à feindre le silence, et dénonçons par cette tribune ce simulacre de démocratie. Nous lançons un appel sincère et déterminé à notre maire à reconsidérer son choix, à nos élus à incarner une politique culturelle ambitieuse pour notre ville, aux citoyens strasbourgeois à se mobiliser pour que leur soit rendu leur cinéma.

Mathieu Boisadan, Valérie Carré, Étienne Hunsinger, Stéphane Libs, Romain Sublon, Fabrice Tabu, Fabien Texier, Flore Tournois, Till Zimmermann, collectif portant la candidature des cinémas Star

 
L'AUTEUR
Mathieu Boisadan, Valérie Carré, Étienne Hunsinger, Stéphane Libs, Romain Sublon, Fabrice Tabu, Fabien Texier, Flore Tournois, Till Zimmermann
Collectif portant la candidature des cinémas Star
En BREF

Ça chauffe entre Peillonistes et soutiens bas-rhinois de Montebourg et Hamon

par Jean-François Gérard. 1 297 visites. 1 commentaire.

Manif samedi, en communion avec celles qui marchent à Washington

par Pierre France. 813 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Une vidéo montre la police municipale réveiller les SDF en voiture

par Pierre France. 41 845 visites. 18 commentaires.