Vigies 

Revoir le discours d’adieu à la vie politique de Philippe Richert

actualisé le 01/10/2017 à 11h04

À VOIR SUR FACEBOOK

Philippe Richert, président de la Région Grand Est, a démissionné de ses mandats et fonctions électives samedi, mettant un terme à 35 ans de vie politique. Retrouvez-ci-dessous son discours.

« Je me retire de toutes mes fonctions électives » (vidéo France 3 Alsace / Facebook)

Les réactions

Roland Ries, maire (PS) de Strasbourg :

« Philippe Richert m’avait confié sa lassitude il y a plusieurs mois devant les attaques récurrentes qu’il subissait du fait de ses prises de position de Président de la Région Grand Est, respectueuses des décisions prises dans le cadre de la réforme territoriale, même si ces décisions n’étaient pas conformes à ce qu’il avait souhaité. L’annonce de sa démission ne m’étonne donc pas, mais je la regrette.

Philippe Richert a toujours été un homme de dialogue, soucieux du bien public. Nous avons géré ensemble de nombreux dossiers qui concernaient Strasbourg, et j’ai toujours eu avec lui un interlocuteur attentif, qui savait largement dépasser les clivages politiques dès lors que l’intérêt collectif était en jeu. Depuis son élection à la tête de la région Grand Est, il s’est montré attentif à l’intérêt de l’ensemble de ce nouveau territoire, tout en respectant Strasbourg dans ses prérogatives de capitale régionale et européenne. Scrupuleux du respect de tous les territoires qui composent le Grand Est, il s’est déplacé partout dans sa nouvelle région, avec une énergie hors du commun.

Je lui suis sincèrement reconnaissant du travail accompli. Je souhaite que la succession de Philippe Richert à la présidence de la Région Grand Est se déroule sereinement, et serai naturellement vigilant au respect des intérêts de Strasbourg et de son eurométropole par le prochain exécutif du conseil régional. »

Frédéric Bierry et Brigitte Klinkert, présidents des Conseils départementaux du Bas-Rhin et du Haut-Rhin :

« Bien plus qu’une décision politique, nous considérons cette démission comme la décision d’un homme et la respectons comme telle. Les désaccords que nous avons sur la réforme territoriale n’altèrent en rien le respect que nous souhaitons lui exprimer pour son engagement depuis 1982 au service de nos territoires, de leur développement et de leurs habitants. Nous ne souhaitons donc pas faire de cette décision personnelle, un fait politique.

Notre mobilisation pour l’Alsace n’a jamais été tournée contre un homme, mais portée pour le développement et l’avenir d’un territoire : celui de l’Alsace, dans l’intérêt des générations futures. Pour redonner à notre région la maîtrise de son destin, et donc de son attractivité et de son rayonnement au service de la dynamique économique et touristique de la France, dont l’Alsace est un moteur.

Il est temps pour l’Alsace de s’inscrire pleinement dans une nouvelle dynamique de développement et de prospérité. Nous avons entendu l’appel de la société civile : chercheurs, juristes, sportifs, chefs d’entreprises, acteurs associatifs… C’est pourquoi, nous affirmons plus que jamais notre volonté de travailler ensemble pour l’avènement d’une nouvelle Assemblée Territoriale d’Alsace. Notre démarche sera conduite avec les parlementaires et respectera tous les territoires alsaciens dans leur diversité. Elle associera également toutes les forces vives locales : élus, représentants du monde économique ou associatif, habitants, ainsi que nos partenaires transfrontaliers.

Ce projet partagé permettra à l’Alsace d’être une collectivité territoriale française du XXIe siècle : une Alsace ouverte, audacieuse et créative ; une Alsace multiple, épanouie, entreprenante et solidaire ; une Alsace à la vocation rhénane et européenne renforcée ; une Alsace pleinement utile à la France. »

L'AUTEUR
Pierre France
Pierre France
Fondateur et directeur de la publication de Rue89 Strasbourg.
En BREF

La clinique privée Rhéna finalement inaugurée, les critiques oubliées

par Manon Weibel, Pierre France. 1 059 visites. 2 commentaires.

Vers la fin du diesel après 2021 pour les livraisons au centre-ville de Strasbourg

par Jean-François Gérard. 792 visites. 2 commentaires.

La brasserie Mercière condamnée pour injure contre le maire de Niederhausbergen, Jean-Luc Herzog

par Pierre France. 4 218 visites. 9 commentaires.