Société 

À l’Elsau, imbroglio autour de la reprise d’un supermarché

Le Leclerc Express a fermé ses portes début avril. (Photo :  OG/Rue89Strasbourg)

Le Leclerc Express a fermé ses portes début avril. (Photo OG / Rue89Strasbourg)

Cela faisait plus d’un an que les rumeurs annonçaient sa fin : le Leclerc Express de l’Elsau a définitivement baissé le rideau le 2 avril. Éric Elkouby, l’adjoint au maire du quartier, affirme qu’un Carrefour City doit le remplacer au plus tard mi-mai. Mais pendant ce temps, il n’y a pas moyen de faire ses courses à l’Elsau. Dans un quartier déjà déserté par d’autres commerces, les habitants accusent le coup et se sentent laissés pour compte.

« C’est vraiment pas de chance pour nous ». Assise sur le coin d’une dalle en béton devant le Leclerc Express qui a fermé ses portes le 2 avril, une dame est désabusée. Sans permis, elle doit aller faire ses courses à cinq stations de tram, au Leclerc Express du Faubourg National ou au Simply d’Ostwald. Du supermarché de la rue Martin Schongauer, il ne reste que les traces bleues de l’enseigne décrochée au début du mois et une pancarte rouge portant la mention « Magasin fermé pour transformations ».

Un dossier ouvert depuis deux ans

Une fermeture qui passe mal dans un quartier déjà frappé par la disparition de plusieurs commerces : en 2011 la Caisse d’Épargne avait fermé ses portes, en 2013 c’était au tour du Crédit Mutuel. Les habitants avaient alors fait circuler une pétition qui avait recueilli près de 600 signatures afin de faire revenir des DAB (distributeur automatique de billets) dans le quartier. Désormais, pour retirer de l’argent, les Elsauviens doivent se rendre dans les quartiers voisins : à Koenigshoffen, Montagne Verte et même jusqu’à Lingolsheim, sans compter les disparitions progressives des boulangeries, boucheries, coiffeurs ou encore pressing. Restent un débit de tabac et deux épiceries dans la rue Watteau.

Depuis presque deux ans, les rumeurs autour de la fermeture du Leclerc Express vont bon train. En 2013 déjà, un responsable d’Hypercoop, dont E. Leclerc détient 100% du capital, avait rencontré Éric Elkouby, l’adjoint au maire en charge du quartier et prenait le prétexte de la sécurité pour fermer le commerce. En cause : des intrusions en scooters entre les rayons du magasin, des vols à répétition, voire même, des menaces contre les salariés.

Afin de prévenir un éventuel départ du dernier commerce de l’Elsau, la municipalité est intervenue à plusieurs reprises, ce qu’explique un salarié d’Hypercoop-Leclerc :

« Suite aux agressions et aux vols, le propriétaire voulait carrément fermer le magasin mais la Ville a tout fait pour qu’il reste. Du coup, une équipe de vigiles a été mise en place mais cela a coûté très cher. Or, c’était déjà un magasin déficitaire. Toute l’année dernière il y avait des pourparlers avec Carrefour qui ne voulait pas racheter les murs. Du coup, la municipalité est à nouveau intervenue ».

Plusieurs propositions de reprises pour le site

Pour éviter que le site ne devienne une friche, la Locusem (une société immobilière dont le capital est en majorité détenu par l’Eurométropole et la Ville) a été incluse dans les négociations avec Carrefour. Ces dernières auraient dû aboutir plus tôt, mais selon Éric Elkouby, un des gérants du futur Carrefour City se montrait « trop gourmand ». Selon une autre source, Carrefour estimait le loyer des 700 m² du supermarché trop élevé et le pouvoir d’achat du quartier, trop bas.

D’après le salarié d’Hypercoop-Leclerc, plusieurs propositions ont été faites quant à la reprise du site :

« Actuellement Carrefour est toujours sur le coup mais il y a aussi une autre société avec laquelle il y a des pourparlers, une société qui n’a rien à voir avec des denrées alimentaires. On est sûr de rien concernant le repreneur, mais on est au moins sûr que le magasin ferme et que pour le moment il n’y a rien. »

Contacté, Carrefour ne fait « pas de commentaires ». De son côté, Éric Elkouby, qui tente d’enrayer le départ des commerces du quartier, est catégorique, un Carrefour City ouvrira bien ses portes à l’Elsau :

« C’est sûr, c’est signé depuis janvier. Le président de Carrefour City m’a assuré qu’un magasin va s’installer à cet endroit. Tout le personnel, qui est pour le moment dispatché dans différents Leclerc sera entièrement repris. Il va prendre la suite dans un laps de temps assez rapide: d’ici un mois, un mois et demi. On est dans le calendrier. »

Un quartier sans commerce pendant des semaines

Où les habitants du quartier vont-ils aller faire leurs courses pendant ce mois ? « C’est un petit souci justement », répond Éric Elkouby qui cherche actuellement une solution à ce problème. Car il était prévu au départ qu’il n’y ait pas de fermeture de commerce et que Carrefour City prenne le relais immédiatement après la fermeture du Leclerc Express.

L’association des résidents de l’Elsau (AREL) estime que le quartier est laissé pour compte :

« Ça frappe énormément les gens. On nous avait promis deux à trois jours de latence entre la fermeture du Leclerc Express et l’ouverture d’un prochain magasin. On est encore dans l’attente, encore dans le virtuel ».

Surtout qu’à l’Elsau, l’attente d’un prochain commerce est grande, d’autant qu’un distributeur automatique de billet doit accompagner l’ouverture du Carrefour City.

L'AUTEUR
Ophélie Gobinet
Ophélie Gobinet
Journaliste indépendante. Parle #politique, #société #inégalités, #discrimination, mais aussi... #hiphop.
En BREF

L’Université ferme ses portes à une conférence sur le Levothyrox

par Guillaume Krempp. 2 035 visites. 3 commentaires.

Le Pass Culture sera testé dans le Bas-Rhin mi-mars

par Guillaume Krempp. 1 158 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

L’usine Blue Paper en lice pour doubler ses capacités

par Pierre France. 438 visites. Aucun commentaire pour l'instant.