Brèves 

En juin, Toys R Us ferme son magasin de Strasbourg

Implanté dans le centre commercial des Halles à Strasbourg depuis 2011, le magasin Toys R Us va fermer ses portes en juin. Parmi les employés règne l’incompréhension, 14 des 16 salariés seront en grève samedi 13 mai.

Fin juin, au plus tard, le magasin Toys R Us du centre commercial des Halles à Strasbourg doit fermer, pour des raisons économiques. Depuis le mois de février, les salariés négocient leurs indemnités de licenciement avec la direction, sans grand succès. Samedi 13 mai, quatorze des seize salariés seront en grève.

Brigitte Blacquart, déléguée syndicale de la CGT chez Toys R Us, ne comprend pas comment « autant d’erreurs ont pu être commises » quant à la gestion du magasin des Halles :

« Le chiffre d’affaire prévu lors de l’ouverture en 2011 était beaucoup trop élevé : 8 millions d’euros. Le magasin peine à en réaliser la moitié, notamment à cause de son emplacement dans le centre commercial. Il est situé au deuxième étage, au fond, il manque de visibilité. En plus, il est construit sur deux étages, avec un escalator qui tombe régulièrement en panne. Les clients sont régulièrement obligés d’utiliser le monte-charge pour accéder au niveau supérieur. »

En cause également selon la déléguée syndicale, le turn-over important parmi les cadres du magasin : pas moins de cinq directeurs se sont succédé depuis l’ouverture :

« Il y a eu une mauvaise gestion du personnel. On ne pousse pas les cadres à rester. Comment avoir une stratégie de magasin qui tienne la route quand on change de directeur parfois plusieurs fois dans l’année ? »

Au fond du centre commercial et au premier étage, le magasin Toys R Us ne remplit pas ses objectifs (Photo PF / Rue89 Strasbourg / cc)

Au fond du centre commercial et au premier étage, le magasin Toys R Us ne remplit pas ses objectifs (Photo PF / Rue89 Strasbourg / cc)

« Dans les négociations, les salariés ont l’impression d’être promenés »

Dans les négociations en cours, les salariés demandent que les congés de replacement durent douze mois, sachant que la moyenne en France est autour de treize mois :

« La direction reste bloquée sur dix mois. Les salariés ont l’impression d’être promenés et ne saisissent pas pourquoi elle ne veut pas augmenter de deux mois. Il n’y a eu aucune anticipation de la fermeture du magasin, et beaucoup ne comprennent pas comment l’un des leaders du jouet mondial renonce à être présent dans une ville de 500 000 habitants. »

Le « plan de sauvegarde de l’emploi » proposé par la direction doit être examiné dans les semaines qui viennent par le comité d’entreprise puis par la direction régionale des entreprises de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi. La direction du magasin a refusé de s’exprimer sur la fermeture.

L'AUTEUR
Roxane Grolleau
Roxane Grolleau
Journaliste intéressée par les sujets de société
En BREF

La gare de Strasbourg se réveille sous les eaux

par Louise Gerber et Quentin Tenaud. 3 144 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Contre un coup de main, la brasserie La Mercière offre un dernier coup à boire avant déménagement samedi

par Jean-François Gérard. 2 180 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Le gouvernement n’exclut pas un retour de l’écotaxe en Alsace

par Jean-François Gérard. 2 745 visites. Aucun commentaire pour l'instant.