Strasbourg

Prévisions 24 avril 2014
jour
Nuages par intermittence
Nuages par intermittence
24°C
 
  • 7:00
  • 25 mai 2013
  • par Lucile Jeanniard

Trois ans d’habitat participatif : « pas facile tous les jours »

7384 visites | 12 commentaires

Passez votre souris sur l’image pour voir les résidents

Trouver une baguette de pain devant sa porte à son réveil, prendre le thé avec ses voisines sur des terrasses communicantes… Vivre en habitat participatif, ça change quoi ? Trois ans après, nous sommes allés poser la question aux habitants d’Eco-Logis, le seul projet d’autopromotion existant à Strasbourg à ce jour. Leur défi quotidien : trouver le juste équilibre entre vie privée et entre-aide.

Il est 7h à l’habitat participatif Eco-Logis à Neudorf. Comme chaque matin avant de partir au travail, Serge et quelques voisins se retrouvent pour une séance de Qi Gong de 30 minutes. Juste le temps de se mettre en condition pour bien commencer la journée avec un mélange de gymnastique lente et d’exercices de respiration. Chacun enfourche ensuite son vélo et part de son côté.

Les habitants d'Eco-Logis ont choisi de privilégier le vélo comme mode de déplacement. (LJ / Rue89 Strasbourg)

Les habitants d’Eco-Logis ont choisi de privilégier le vélo comme mode de déplacement. Le soir, l’abri du bâtiment est plein à craquer. (LJ / Rue89 Strasbourg)

Pour Serge Asencio, direction le bâtiment administratif de la CUS où il est justement le « monsieur vélo » comme il se qualifie lui-même. Sa mission ? Promouvoir ce mode de déplacement dans la capitale alsacienne. Il est, avec sa voisine Zélia Simon, à l’origine de l’association Eco-Quartier, structure mère d’Eco-Logis. Serge Asencio détaille pourquoi il s’est engagé en 2000 dans ce qui n’était alors qu’un projet :

« Être acteur de la vie locale, c’est mon mode de fonctionnement. Je me suis naturellement impliqué dans cette aventure, parce qu’elle correspond à ma façon d’agir localement. Je suis depuis longtemps membre de plusieurs associations. J’ai aussi été trésorier d’une école en tant que parent d’élève. Et aujourd’hui, je suis chargé de gérer les comptes de la Société civile immobilière d’attribution que nous formons à Eco-Logis afin de régler les derniers détails de trésorerie de la fin du chantier. »

Le 24 rue de Lunéville abrite le premier habitat participatif de Strasbourg. (LJ / Rue89 Strasbourg)

Le 24 rue de Lunéville abrite le premier habitat participatif de Strasbourg. (LJ / Rue89 Strasbourg)

C’est d’ailleurs lui, avec l’appui de ses voisins, qui a envoyé un courrier au maire de Strasbourg pour créer un jardin partagé le long de la ligne de tramway dans l’allée du Schluthfeld, à deux pas de chez eux. « Il y avait tout cet espace vert de libre, pourquoi ne pas en faire un jardin partagé ? » C’est vrai ça, pourquoi ? Et ils l’ont fait. Ils ont créé « Lombric Hardi  », le jardin partagé de l’îlot Lombardie à Neudorf.

Il est 17h, la journée se termine pour les Eco-logistes. « Je file au Lombric, tu veux venir avec moi ? », lance l’une des habitantes d’Eco-Logis à sa voisine qui passait à peine le portail de la résidence, rentrant d’une journée de travail bien chargée. À Eco-Logis, il n’est pas rare de mettre cinq, voire dix bonnes minutes à arriver jusqu’au seuil de sa porte une fois le portail de la résidence franchi. Lorsqu’on partage des espaces avec ses voisins, c’est le risque. Il y a toujours quelque chose à se dire quand on croise un autre habitant de l’immeuble. Les résidents ont choisi de mettre en commun une buanderie, une chambre d’amis et une « salle des fêtes ».

Le jardin participatif "Lombric Hardi" a été créé à l'initiative de résidents d'Eco-Logis. (LJ / Rue89 Strasbourg)

Le jardin partagé « Lombric Hardi » a été créé à l’initiative de résidents d’Eco-Logis. (LJ / Rue89 Strasbourg)

Pendant ce temps, au 3ème étage, dans le plus grand appartement de l’immeuble, Bruno Parasote s’affaire en cuisine. Ses enfants sont rentrés de l’école et jouent sur le balcon pendant que leur père prépare des yaourts maison. Un peu de sirop de pêche pas ci, un peu de confiture de fraise par là. On fouette le tout et hop, dans la yaourtière.

Des pros de l’organisation

Un petit monde d’utopistes ces résidents d’Eco-Logis ? Vincent Frick accueille en proposant un Coca-Cola : « On est écolo, mais on s’accorde quand même quelques écarts de temps en temps ». Ce chercheur au Centre national de recherche scientifique (CNRS) assure que leur projet d’habitat participatif n’était pas idéaliste :

« C’était un projet réaliste. Il faut l’être. On ne peut pas tout faire. On ne peut pas ignorer des limites économiques, techniques… Et surtout, on ne peut pas ignorer les différences entre les protagonistes du projet. Il faut composer avec. »

Pragmatiques, ils le sont. Ils ont pensé à tout : afin d’encourager les résidents à prendre le vélo pour leurs déplacements quotidiens, ils ont décidé, dès la conception du bâtiment, de ne prévoir que six places de parking dans le garage pour onze logements. Et ça marche. Chaque soir, l’abri à vélo à toit végétal est plein à craquer. Seules les familles avec enfants ont une place de parking souterraine.

Quant à la « salle des fêtes » de l’immeuble, lorsqu’ils ne s’en servent pas pour leurs propres réunions mensuelles, pour des projections de films ou encore des concerts improvisés par le musicien de la bande, Vincent Frick, ils la louent à des associations strasbourgeoises comme Colibris 67 ou actuellement à une association de yoga, Yoga Iyengar.

Pour prévenir les résidents d'Eco-Logis de la présence d'invités dans la chambre d'amis et afin que ceux-ci ne soient pas dérangés, une ardoise a été placée devant la porte. (LJ / Rue89 Strasbourg)

Pour prévenir les résidents d’Eco-Logis de la présence d’invités dans la chambre d’amis et afin que ceux-ci ne soient pas dérangés, une ardoise a été placée devant la porte. (LJ / Rue89 Strasbourg)

Des comités mensuels

Les Eco-logistes se retrouvent constamment pour des réunions qui dérivent très souvent en grands débats d’idées. Le « comité de maison », pour tous les habitants de l’immeuble, se réunit une fois par mois afin de discuter du fonctionnement de l’immeuble. Les poubelles, le nettoyage de la salle des fêtes, de la chambre d’amis… Tout est passé en revue.

Parfois, les réunions ne concernent que les membres de la Société civile immobilière d’attribution, excluant les locataires. Les propriétaires discutent alors de la structure juridique de leur immeuble, ou encore du suivi de fin de chantier pour régler certains points de comptabilité.

Et les enfants ont également leur mot à dire, puisqu’ils ont eux aussi le droit à leur comité et se réunissent deux à trois fois par mois.

Enfin, chaque année, les Eco-logistes fixent plusieurs dates de journées de travaux collectifs. Objectif : travailler sur l’aménagement intérieur et extérieur de la résidence.

Au fil de ces trois années de vie à Eco-Logis, les résidents sont devenus des pros de l’organisation : les réservations de la salle des fêtes ou de la chambre d’amis, se font via iBahut, un logiciel de planning dédié aux écoles. Et pour fixer les dates des prochaines réunions, ils s’essaient à Doodle, un service web qui permet de planifier des événements. Quant aux lessives, « il n’y a jamais eu d’embouteillages, ça a toujours été très fluide », assure Claire Lauffenburger, une résidente du 3ème étage. À chaque passage à la laverie, l’Eco-logiste le note sur une grille et règle à la fin du mois 0,70€ par machine. « Pour réserver la chambre d’amis, on règle aussi la somme de 3€. Cet argent sert notamment à l’entretien des parties communes et à couvrir les frais d’eau et d’électricité », explique Bruno Parasote.

Bref, trois ans après l’inauguration d’Eco-Logis, le soufflé n’est pas retombé. Le concept s’ajuste, s’améliore et avance grâce à toute une dynamique de groupe qui semble bien fonctionner. Serge Asencio détaille les projets que les Eco-logistes souhaitent encore mettre en place :

« Nous souhaitons installer des ruches sur le toit du bâtiment. Nous avons déjà les structures des ruches, il ne nous manque plus que les petites bêtes. Globalement, les espaces extérieurs ont encore besoin d’aménagement. Nous devons également créer une clôture végétale côté nord pour délimiter notre terrain de celui d’à-côté qui appartient à la ville. Nous avons d’ailleurs demandé à la ville si ce terrain ne pouvait pas devenir un verger urbain géré par le Lombric Hardi. Mais pour le moment, nous ne savons encore pas si ce sera possible. »

Quatre locataires vivent à Eco-Logis

Même le turnover des habitants, dans le studio loué par Bruno Parasote, ne semble pas casser cette dynamique. Les étudiants s’y succèdent, certains d’entre eux apportent parfois un nouveau souffle à travers leur point de vue extérieur. Un deuxième appartement est loué à un jeune couple d’enseignants, qui fait partie de l’aventure depuis l’inauguration. Zélia Simon réserve également une chambre de son appartement du 2ème étage à un étudiant en attendant l’arrivée du futur bébé qui ne saurait tarder.

Serge Asencio précise comment les locataires s’insèrent dans la petite communauté :

« Evidemment, on est plus soft avec les locataires, moins exigeants pour ce qui est par exemple de l’entretien des parties communes. Ils ne sont là que pour quelques mois, donc ils sont forcément moins investis ».

Les résidents d'Eco-Logis passent beaucoup de temps à l'entretien de leur jardin. (LJ / Rue89 Strasbourg)

Les résidents d’Eco-Logis passent beaucoup de temps à l’entretien de leur jardin. (LJ / Rue89 Strasbourg)

Il est maintenant 18h. Il commence à se faire tard. La locataire Camille Schmidt se prépare à partir en weekend et reçoit en coup de vent. Avec son compagnon, ils sont locataires, mais prévoient de rester à Eco-Logis le plus longtemps possible. Les propriétaires les avaient prévenus : s’ils emménageaient ici, il faudrait s’investir dans la vie de l’immeuble.

« Nous cherchions un appartement et nous sommes tombés sur cette annonce un peu particulière. Nous avons visité et nous sommes tombés sous le charme de ce concept. Nous participons à toutes les activités du groupe, à toutes les réunions, sauf à celles de la Société civile immobilière d’attribution. Nous louons à un propriétaire qui a l’intention de venir habiter ici. Le jour où nous devrons partir, ça sera difficile. Une chose est sûre, nous ne retournerons jamais dans un immeuble commun. »

« On n’est pas un immeuble bisounours »

Mais tout n’est pas rose à Eco-Logis. « On n’est pas un immeuble bisounours où tout le monde est beau et gentil, on est des êtres humains », lâche Claire Lauffenburger, médecin-psychiatre de profession. Quelques problèmes de voisinage se sont déjà fait sentir à Eco-Logis. Le bruit des enfants qui dérange les voisins, l’escalier extérieur conçu de telle manière que certains habitants voient constamment du monde passer devant leurs fenêtres…

L'escalier extérieur pose parfois quelques soucis : certains voisins voient passer beaucoup de monde devant leur fenêtre à longueur de journée. (LJ / Rue89 Strasbourg)

L’escalier extérieur pose parfois quelques soucis : certains voisins voient passer beaucoup de monde devant leur fenêtre à longueur de journée. (LJ / Rue89 Strasbourg)

C’est avec des cookies, du café et des chaussons sortis du placard que Claire accueille chez elle. Elle se confie. Avec du recul, certains aspects relationnels auraient peut-être mérité plus d’attention, mais la conception du bâtiment en autopromotion a demandé tellement d’énergie et d’investissement personnel que ces détails ont été passés à la trappe, comme elle l’explique allusivement :

« Aujourd’hui, ce que nous essayons de régler, ce sont les quelques difficultés relationnelles présentes à Eco-Logis. Dans tout immeuble, il existe ce type de problèmes de voisinage. Sauf que nous, nous essayons de faire en sorte d’avancer, en ne laissant personne sur le bord de la route. Et pour cela, nous avons fait appel à un médiateur. Le but était qu’il nous donne quelques pistes pour résoudre ces soucis relationnels. Ces séances ont permis à ceux qui rencontrent quelques difficultés pour prendre la parole de mieux s’exprimer. Car l’avis de tous est important. »

De décembre 2012 à février 2013, les Eco-logistes ont reçu le médiateur un dimanche par mois durant 3h afin de travailler ce que les spécialistes en communication appellent la « communication non violente » (CNV). Car contrairement à ce qu’on pourrait croire, ces voisins ne sont pas tous de grands amis. Vincent Frick tient à rappeler qu’ils sont tous différents. Alors pour que cet habitat participatif fonctionne, il faut que chacun y mette du sien et accepte les compromis :

« Nous avons plus ou moins d’affinités entre voisins. Mais nous partageons des valeurs communes. Et c’est ça qui nous fait avancer. Ce n’est pas tous les jours facile. On est toujours capables de passer des heures à débattre ou à acter des décisions qui finalement ne sont pas appliquées. Mais ça fonctionne dans la mesure où tout le monde apprend à mettre de l’eau dans son vin. »

Aucune séparation entre les balcons

L’habitat participatif s’apparente-t-il pour autant à une vie en communauté ? Non. Les Eco-logistes s’en défendent. Sur ce point, Vincent Frick est catégorique. Il guide en direction de sa terrasse et explique :

« On met des espaces en commun, on a des valeurs communes, mais ce n’est pas une vie en communauté. La limite entre ce qu’on met en commun et la vie privée a toujours été claire. Vous voyez, il n’y a par exemple aucune barrière entre les terrasses. Donc je pourrais très bien utiliser la coursive pour aller voir le voisin à l’autre bout et passer devant les fenêtres des autres résidents, mais je ne le fais pas. »

Les habitants d'Eco-Logis ont fait le choix de ne pas séparer les terrasses et les balcons, afin que favoriser les échanges entre voisins. (LJ / Rue89 Strasbourg)

Les habitants d’Eco-Logis ont fait le choix de ne pas séparer les terrasses et les balcons, afin de favoriser les échanges entre voisins. (LJ / Rue89 Strasbourg)

Comme l’explique Claire Lauffenburger, ces balcons communicants ont des avantages mais aussi des inconvénients :

« Ces terrasses ont permis de nouer des liens particuliers entre les résidents de chaque étage. On voit son voisin sur le balcon d’à côté alors on l’invite à prendre l’apéro. Bien sûr, parfois ça a posé quelques soucis, comme quand Bruno a été obligé de mettre un vélo pour séparer son balcon du mien car ses enfants venaient régulièrement sur ma terrasse et rentraient si la fenêtre était ouverte. Ils sont petits, ils ne comprennent pas forcément donc ça ne me dérangeait pas vraiment, ça me faisait même plutôt rire. Mais c’est vrai que quand je sortais de la douche par exemple, c’était un peu gênant. »

Eco-Logis, à l'îlot Lombardie à Neudorf, un petit coin de nature en pleine ville. (Photo LJ / Rue89 Strasbourg)

Eco-Logis, à l’îlot Lombardie à Neudorf, un petit coin de nature en pleine ville. (Photo LJ / Rue89 Strasbourg)

Chacun veille donc à respecter l’intimité de ses voisins et à rester tolérant vis-à-vis des choix des autres. « Si l’un prend l’avion et donc ne respecte pas les concepts écologiques, on ne va pas le juger pour autant. Il fait ce qu’il veut », assure Bruno Parasote. Serge Asencio avoue quant à lui avoir besoin de conserver un jardin secret : « Mes voisins ne sont pas obligés de tout savoir sur ma vie. »

Professionnellement, Vincent Frick est parfois très pris. Il lui arrive donc d’être moins disponible pour ses voisins :

« Dans ces moments-là, je me rends moins aux réunions, je m’investis moins et on ne m’en tient pas rigueur pour autant. Pour que ça fonctionne, il faut que ça soit volontaire et non imposé. Sinon c’est le meilleur moyen pour que la personne se braque. »

Dix portes auxquelles frapper en cas de problème

Alors qu’habituellement des voisins de paliers peuvent être de complets étrangers, « ici tout le monde se connait et peut se faire confiance », explique Vincent avant de préciser son propos :

« Si je pars en weekend, je sais que je peux confier mes clés à n’importe qui dans l’immeuble. Il y a beaucoup d’entre-aide à Eco-Logis. Parfois, je demande à mes voisins de chercher mes enfants à l’école, ou quand l’un d’eux va chercher du pain, il demande aux autres s’ils en veulent. Des fois, on trouve même une baguette sur le rebord de la fenêtre au réveil. »

Pour Zélia Simon, cette situation, loin d’être envahissante, est très rassurante :

« Il y a eu une période où mon compagnon n’était pas là, j’étais seule avec ma fille de 14 ans. Quand je travaille, je pars à 6h du matin et je reviens à 19h. Mais pour ma fille, je ne me fais aucun souci. Je sais qu’elle a dix portes auxquelles toquer si elle a un problème. Ça apporte une certaine sérénité au quotidien de pouvoir compter sur ses voisins. »

À Eco-Logis, les enfants ont aussi leur mot à dire. Ils se réunissent régulièrement en Comité d'enfants.

À Eco-Logis, les enfants ont aussi leur mot à dire. Ils se réunissent régulièrement en Comité d’enfants. (LJ / Rue89 Strasbourg)

Dans cet immeuble participatif, il y a constamment un échange de services, un « partage de compétences », comme les résidents aiment à le dire. Le truc de Vincent, c’est l’informatique. Alors quand un voisin a un problème d’ordinateur, c’est le plus souvent vers lui qu’il se tourne. Pour les petits problèmes de santé, les habitants d’Eco-Logis vont plutôt frapper à la porte de Claire Lauffenburger qui saura les conseiller. « On a toutes ces compétences qui se mettent en commun et qui permettent de faire de cet immeuble un endroit confortable avec plein d’avantages », explique Zélia Simon.

« On y prend vite goût »

« Je n’arrive même plus à me souvenir à quoi ressemble la vie dans un autre immeuble », avoue Vincent Frick. Après 10 ans de combat pour que leur projet aboutisse et bientôt 3 ans de vie dans cet habitat participatif, aucun d’eux ne voudraient partir. « Autant c’est très prenant et parfois même chronophage, autant une fois qu’on y a goûté, c’est difficile de revenir en arrière. On s’habitue très facilement à cette liberté d’action que procure l’auto-gestion », reconnait Bruno Parasote.

Il est 19h, et le quotidien rattrape chaque Eco-logiste. La cuisine ne faisant pas partie des espaces partagés, les portes se referment. Et puis, il est temps de donner le bain aux enfants et de les coucher. Demain, il y a école.

Soutenez Rue89 Strasbourg Vous avez apprécié cet article ?
Abonnez-vous pour que Rue89 puisse
en produire d'autres et plus.

Publicité

À vous !

Laisser un commentaire

12 Commentaires postés

  1. Article vraiment intéressant -merci pour cette découverte- mais vraiment trop long aussi! on tourne un peu en rond…

  2. Juste par curiosité, qui s’occupe de l’entretien des parties communes ? Ils font pas appel à une société de services si ?

  3. Il y a des gens toujours prompts à critiquer sans rien proposer :/

  4. Le principe, on ne peut qu’y adhérer a priori. Normal que ça se passe bien au début quand les « copropriétaires » se sont choisis et sont toujours les mêmes.

    Et c’est bien ça la limite si on analyse les chose aujourd’hui comme pour l’avenir :

    - un entre-soi dès les départ, les quelques présentés sont tous fonctionnaires ou assimilés. Une communauté sociale qui ne se dit pas. Des gens de mêmes milieux assemblés sur des critères communs (bravo pour la mixité qu’ils doivent pourtant adorer !)
    - une ghettoïsation pour l’avenir. On choisira ses nouveaux voisins au nom de valeurs écologiques, on va refuser certains prétendants jugés pas compatibles comme ailleurs on discrimine financièrement ou culturellement !

    Bref, l’habitat participatif, la fausse bonne idée !

    • à la première vente je doute qu’ils le choix du nouveau proprio, ou des locataires.

      par contre j’ai adoré le « monsieur vélo » qui va bosser au centre administratif en vélo, il y a au moins 500 m à parcourir : quel exploit !

      C »est écolo mais ça s’interdit pas de ruiner son bilan carbone en voyageant en avion !
      ni de supprimer la voiture ( l’auto partage ils connaissent pas ?)

  5. Très intéressant article qui donne envie… Je confirme la salle est parfaite pour organiser des projections de film. La preuve en image à l’adresse suivante :

    http://www.ibikestrasbourg.com/2013/01/velotopia-les-photos-de-la-soiree.html

    Encore merci à Eco-logis et à la prochaine !

  6. Bonjour,

    Étant moi-meme, engagé dans un projet d’habitat participatif, j’ai lu avec attention votre article et retrouvé beaucoup de choses qui motivent notre engagement. Les propos des habitants sont plutot positifs aussi je ne comprends pas très bien pourquoi cet article est titré de façon négative. C’est une méthode journalistique ?

  7. « Vincent Frick accueille en proposant un Coca-Cola »
    L’Alsace n’est plus ce qu’elle était !

  8. Pas facile tous les jours certes mais ça l’est encore moins dans les quartiers voire les immeubles où tout le monde s’évite… Merci pour cet article. Pour moi, il serait naturel de vivre ainsi !