Société 

Jardiner en ville, un truc de vieux à Strasbourg

actualisé le 24/11/2016 à 08h12

Jardiner bio à Strasbourg. – Le jardinage a le vent en poupe chez les 20-30 ans… qui n’ont pas de jardin. À Strasbourg, ce sont surtout les plus de 50 ans qui jardinent, autour de leur maison individuelle ou dans leur lotissement de jardins familiaux. Parfois, ces générations se rencontrent, mais jamais ne se comprennent. Ce choc générationnel, c’est Éric Charton, animateur du Club Relais jardin et compostage, qui en parle le mieux.

Il y a un an environ, j’obtenais avec bonheur un jardin familial. Après plusieurs tentatives frustrantes de jardinage au balcon, j’allais enfin pouvoir exprimer toute ma créativité dans le design de mon jardin et tester mes connaissances livresques sur près de 200 mètres carrés de terrain, rien qu’à moi. Empreinte de beaux idéaux et bien au fait des principes mis en valeur par la Ville de Strasbourg, propriétaire de mon lopin, je me suis attelée au défrichage et à la mise en terre de mes plants, après semis dans mon salon.

Mon jardin familial, en friche en 2015, cultivé en 2016 (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

Mon jardin familial, en friche en 2015, cultivé en 2016 (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

La première année, bien que très courte, m’a enthousiasmée. Mais rapidement, j’ai pris conscience que les relations étaient légèrement tendues avec certains de mes voisins, jardiniers au long cours et adeptes de pratiques bien différentes de celles vers lesquelles je tendais. Mon entrain n’a pour autant pas faibli. Néanmoins, observant semaine après semaine les têtes blanchies autour de moi, peu enclines à me féliciter pour mon élevage de limaces, je n’ai pu que constater que jardiner, contrairement à ce que je croyais, est une activité largement réservée aux retraités, masculins de préférence et pas très écolos.

Grand écart entre générations… et pratiques

Étais-je témoin d’un grand écart entre l’engouement des jeunes pour le jardinage naturel et la réalité de ce qui se passe dans la majorité des jardins privés ou familiaux à Strasbourg ? « Oui », confirme Éric Charton, animateur du Club Relais jardin et compostage, missionné par l’Eurométropole (et financé par l’Ademe) pour conseiller les jardiniers dans l’agglomération, organiser des visites de jardins, créer un réseau de structures assurant la promotion du jardinage naturel et rédiger une lettre mensuelle, accessible à tous.

Eric Charton est l'animateur du Club Relais jardin et compostage dans l'Eurométropole (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

Éric Charton est l’animateur du Club Relais jardin et compostage dans l’Eurométropole (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

Rue89 Strasbourg : est-ce que jardiner, contrairement à ce que l’on s’imagine, à lire ou voir les reportages sur le jardinage urbain à travers le monde, c’est encore surtout un truc de vieux ?

Éric Charton : « Et bien… oui ! Je distingue trois catégories de jardiniers. Il y a d’abord les 20-35 ans : ceux-là n’ont pas de jardin, mais ont une grande envie de jardiner. Des femmes enceintes ou des pères avec leur bébé viennent me voir sur les salons, à la Foire Eco-Bio de Colmar ou à l’exposition fruitière d’Eschau (le week-end du 18 septembre), assistent à mes cours. Une jardinière leur suffit, ils ont la fibre environnementale, sans être forcément écolos… Parfois, ils ont accès au jardin de leurs parents, mais ne sont pas libres de jardiner comme ils veulent. Certains me disent : « Je t’envoie mon père » !

A l’opposé, on trouve les 55-80 ans. C’est mon public principal. Ceux-là ont tout, les connaissances et le terrain. Ils ont toujours fait du jardinage, et même s’ils ont arrêté à un moment, parce que c’était plus facile d’acheter les légumes au supermarché, ils savent faire. Et il ne leur faut pas grand-chose pour réveiller leurs souvenirs.

Et puis, il y a la génération sacrifiée, les 35-55 ans ! Leurs parents ne leur ont pas transmis le savoir. On a même veillé à ce qu’ils n’aient plus aucun lien avec la nature. Pour eux, le jardin est un lieu de loisirs : barbecue, table de ping-pong et chaise longue. C’est eux qu’aiment les commerçants : ils achètent des potagers en carrés et du broyat foncé, et attention, on n’a pas intérêt à les critiquer ! »

Rue89 Strasbourg : comment le Club que vous animez peut-il convaincre cette grande majorité de jardiniers installés à amener plus de naturalité dans leur jardin ?

Éric Charton : « 99% de ceux qui ont un jardin, autour de leur maison ou dans les lotissements de jardins familiaux [ndlr, 5 000 lopins à Strasbourg], ne font pas de jardinage naturel. Dans le Club que j’anime depuis 5 ans, tout mon travail consiste à leur expliquer que jardiner au naturel, ce n’est pas un style, mais un comportement. Parce que si je dis que c’est un style, la majorité des jardiniers qui en ont un autre n’y adhérera pas.

Mon but est de créer un réseau d’acteurs complètement différents, avec des communes, des commerçants, des associations, qui vont porter la bonne parole auprès de leur public, clients, administrés, etc. Au départ, il s’agissait de réduire la quantité de biodéchets verts, en compostant. Maintenant, j’explique qu’il ne faut pas que composter, mais qu’il faut surtout pailler !

Plantes aromatiques dans mon jardin : mélisse, menthe et verveine citronnée (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

Plantes aromatiques dans mon jardin : mélisse, menthe et verveine citronnée – Paillage en chanvre (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

En gros, il y a deux styles : ceux qui plantent droit et ceux qui ne plantent pas droit. Pour que chaque jardinier amène plus de naturalité dans son style, il faut d’abord ne pas le stigmatiser. On a le droit de mettre des nains dans son jardin, de semer à la volée, par dessus son épaule ou tous les 3,5 centimètres !

Collecte de pesticides chez Botanic

Alors que les enseignes de distribution devront mettre en retrait derrière les comptoirs les produits phytosanitaires chimiques de synthèse le 1er janvier 2017, les jardineries Botanic ne vendent plus aucun de ces produits depuis 2008. Mieux : l’enseigne propose aux particuliers de récupérer leurs anciens pesticides et de les détruire via un partenaire spécialisé dans la gestion des déchets dangereux.

Prochaines collectes les 23, 24 et 30 septembre et le 1er octobre dans les magasins de Strasbourg, Obernai, Fegersheim, Haguenau et Schweighouse.

L’idée, c’est de ne pas porter de jugement, mais d’amener de l’information, sur les méfaits des pesticides, comme le glyphosate par exemple. Quand on explique que ce produit sera complètement interdit en 2019, les jardiniers se demandent comment ils vont faire sans engrais de synthèse, sans désherbants sélectifs… Je leur propose des alternatives. Et puis, comme je ne suis plus vraiment jeune, que je suis rond, que je fais des blagues et que je suis un mec, ils adhèrent ! »

Rue89 Strasbourg : alors, comment permettre aux différents « styles » de cohabiter ? Peut-on envisager une évolution de fond ?

Éric Charton : « Celui qui plante droit plantera toujours droit. La cohabitation entre les différents styles est très complexe. Une fois qu’un jugement est posé, impossible de discuter.

Au fil des années, on est passé du jardin nourricier, qui avait cours jusque dans les années 1960, au jardin de loisir quasi mono-variétal (thuya, cyprès, gazon) et on revient aujourd’hui vers du nourricier, avec l’envie, le besoin même, de voir du vert, de manger du vert et de comprendre le vert.

Je suis contre le nivellement par le bas : semer, composter, point. Au contraire, je crois que c’est grâce au jardin qu’on va réapprendre ce qu’est le vivant, comme avant dans le jardin du curé ou de l’instituteur. Sauf que les enfants qu’on a aujourd’hui en face de nous… ce sont des adultes. »

Choux et courgettes, tomates, haricots et fraises - jardin 2016 (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

Choux et courgettes, tomates (avec mildiou !), haricots et fraises – jardin 2016 (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

L'AUTEUR
Marie Marty
Marie Marty
Journaliste indépendante, co-fondatrice de Rue89 Strasbourg. Membre de l'association des Journalistes - écrivains pour la nature et l'écologie.
En BREF

À Kolbsheim, des opposants au GCO empêchent des travaux préparatoires

par Jean-François Gérard et Pierre France. 967 visites. 2 commentaires.

Jeudi, nouvelle mobilisation contre la réforme du Code du travail

par Manon Weibel. 659 visites. 1 commentaire.

Des milliers d’enseignants à la retraite peuvent faire valoir leurs droits après l’arnaque du Cref

par Jean-François Gérard. 864 visites. Aucun commentaire pour l'instant.