Politique 

Législatives en Alsace : découvrez les 223 candidats

actualisé le 13/06/2017 à 15h24 : Pour indiquer le retrait de la candidate "En Marche" dans la sixième circonscription du Bas-Rhin

Cliquez sur une circonscription pour voir les candidats s'afficher.

Qui pour briguer les 15 mandats de députés en Alsace ? Avant de voter aux élections législatives les 11 et 18 juin, voici la liste des candidats, par circonscription, pour s’y retrouver.

Les sigles entre parenthèses : LR : Les Républicains ; EM : En Marche ; PS : Parti socialiste ; FN : Front national ; FI : France Insoumise ; UDI : Union des démocrates indépendants ; PC : parti communiste ; EELV : Europe Écologie Les Verts ; DLF : Debout La France ; UL : Unser Land ; PEJ : Parti égalité et Justice ; UPR : Union populaire républicaine ; LO : Lutte ouvrière ; PACTE : Parti Antispéciste Citoyen pour la Transparence et l’Ethique ; MdP : mouvement des progressistes ; UDP : Union des patriotes ; POID Parti ouvrier indépendant démocratique ; MEI : Mouvement écologiste indépendant ; CVB : citoyens du vote blanc.

Le pari d’En Marche

L’enjeu principal de ces élections législatives est la constitution d’une majorité parlementaire pour le nouveau président de la République, Emmanuel Macron (En marche), et son Premier ministre Edouard Philippe (Les Républicains) pour gouverner… ou cohabiter. Devront-ils trouver des alliances avec la droite, avec la gauche, à l’instar des coalitions allemandes, ou auront-t-il une majorité absolue de députés « La République en Marche » ?

Notons que la sociologie électorale et les résultats du premier tour ne font pas de l’Alsace la terre électorale la plus fertile pour En Marche. En outre, la plupart des candidats « En Marche » sont peu, voire pas habitués aux joutes électorales locales. Ils devront se faire connaître, avant de convaincre, en tout juste quatre semaines.

Les circonscriptions autour des villes semblent néanmoins plus favorables (les trois à Strasbourg, à degré moindre les deux à Mulhouse, voire celles de Sélestat, Colmar ou la périphérie ouest de Strasbourg), par rapport à celles plus rurales, où le Front national a progressé lors des derniers scrutins.

En 2012, 13 circonscriptions à droite, 2 au PS

En 2012, 13 circonscriptions alsaciennes ont été remportées par des candidats de la droite ou du centre. Neuf d’entre eux se représentent en 2017, toujours au nom de la droite et du centre. Mais dans deux circonscriptions, des candidats UDI et LR s’opposent : Pascale Jurdant-Pfeiffer (UDI) et Jean-Philippe Maurer (LR) se présentent dans la deuxième du Bas-Rhin, au sud de Strasbourg. La circonscription n’est pourtant pas connue pour être un bastion de la droite, puisqu’en 2012, c’est le socialiste Philippe Bies qui l’avait remportée sur Jean-Philippe Maurer.

Dans la neuvième circonscription également, qui va de La Wantzenau à Haguenau, nettement plus favorable à la droite, Vanessa Wagner (UDI) a été investie face à Étienne Wolff (LR).

Divisions à gauche

À gauche, l’offre est en revanche multiple. Le Parti socialiste, Europe Écologie Les Verts, la France insoumise et le Parti communiste présentent des candidats partout ou presque, soit au moins quatre candidats pour se partager l’électorat à gauche de « En Marche »…

Ainsi, il est possible que les forts scores de Jean-Luc Mélenchon, même dans plusieurs villes d’Alsace, s’éparpillent dans plusieurs candidatures. Le PS pourrait, lui, se retrouver écartelé entre le vote En Marche ou plus à gauche (EELV, PC ou FI) avec une opposition plus marquée aux souhaits du chef de l’État.

Nombreux petits partis, inconnues locales

D’autres partis ou mouvements moins connus (100% citoyens, Lutte ouvrière, l’UPR ou même le parti antispeciste, etc) présentent des candidats partout. Le financement public des partis est décidé uniquement lors de ces élections et chaque voix peut rapporter environ 1,60€, ce qui pousse aux candidatures multiples. Sur l’Alsace, on compte une vingtaine « d’étiquettes » différentes.

L’atypique mouvement « Ma Voix » et ses candidats tirés au sort est présent sur une seule circonscription, celle de Strasbourg centre. La candidate, Agnès Lopez, vit en Île-de-France et risque d’avoir du mal à faire campagne.

Il sera également intéressant de suivre les résultats du nouveau parti régionaliste Unser Land, qui avait dépassé les 10% en Alsace aux élections régionales de 2015.

Le dépôt des candidatures est clos depuis le vendredi 19 mai. Au total, il y aura 133 candidats pour le Bas-Rhin et 91 dans le Haut-Rhin.

Aller plus loin

Sur Rue89 Strasbourg : tous nos articles sur les élections législatives

L'AUTEUR
Raphaël Da Silva, Jean-François Gérard
En BREF

Dimanche, nouvelle mobilisation des opposants au centre de primatologie

par Manon Weibel. 365 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Rénovée, la salle alternative du Molodoï repart pour 20 piges

par Jean-François Gérard. 2 737 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

La clinique privée Rhéna finalement inaugurée, les critiques oubliées

par Manon Weibel, Pierre France. 1 285 visites. 2 commentaires.