Société 

Questions sur le passage des lycées du Grand Est aux manuels numériques

actualisé le 09/10/2017 à 17h46 : ajout de questions

Une cinquantaine de lycées, dont 13 en Alsace, passeront aux manuels numériques à la rentrée. Tous les élèves et tous les enseignants n’utiliseront plus que des tablettes et des ordinateurs. La démarche ne fait pas l’unanimité et de nombreuses questions se posent.

Dès la rentrée, 31 000 lycéens du Grand Est, 11 700 en Alsace, n’auront plus à emmener de livres dans leurs cartables tous les matins. À la place, ils emporteront simplement une tablette ou un ordinateur portable, et peut-être un bloc-notes pour s’échanger des mots doux. Une cinquantaine de lycées (49, dont 13 en Alsace) ont été sélectionnés par la Région Grand Est pour devenir des « lycées 4.0 ». On ne sait pas bien à quoi correspond ce chiffre, mais en résumé, l’objectif est de permettre l’utilisation du numérique à toutes les étapes de l’enseignement : cours, manuels, notes, contrôles… et bientôt les examens. Plus de papier.

Et ce n’est qu’une première étape, a indiqué le président de la Région Grand Est, Philippe Richert (LR). Dans quatre ans, tous les lycées auront atteint ce stade « 4.0 ». Annoncée en mars dans une relative discrétion, cette première phase est devenue très réelle pour les parents d’élèves, qui ont reçu début juillet un document les invitant à choisir pour leurs enfants une tablette ou un ordinateur, afin de bénéficier d’une aide financière de la Région. Mais aussi pour les enseignants, qui n’ont souvent pris conscience de l’ampleur des changements qu’en fin d’année scolaire.

Du côté des associations de parents d’élèves (FCPE, PEEP), on déplore une mise en oeuvre trop rapide de cette démarche, qui n’a pas été testée, qui peut coûter cher et dont les bénéfices ne sont pas prouvés. De nombreuses questions se posent. En voici quelques unes avec leurs réponses par la Région Grand Est et les commentaires des associations de parents d’élèves.

Les 13 lycées alsaciens concernés

  • LPO Jean-Jacques Henner (Altkirch)
  • LPIC Philippe-Charles Goulden (Bischwiller)
  • LEGT Auguste Bartholdi (Colmar)
  • LEGT Alfred Kastler (Guebwiller)
  • LETP du bâtiment Le Corbusier (Illkirch-Graffenstaden)
  • LEGT Louis Armand (Mulhouse)
  • LPO du Rebberg (Mulhouse)
  • EPLEFPA Les Sillons de Haute-Alsace (Rouffach)
  • LPO Emile Mathis (Schiltigheim)
  • LEGTPI Jean-Baptiste Schwilgué (Sélestat)
  • LPE François-Charles Schweisguth (Sélestat)
  • Collège épiscopal Saint-Etienne (Strasbourg)
  • Lycée Notre-Dame (Strasbourg)

Pourquoi avoir lancé cette opération de numérisation des outils pédagogiques ?

Région Grand Est : « l’Éducation nationale est engagée dans un vaste plan appelé « école numérique« . Les collèges seront progressivement amenés à passer au numérique. Il est donc logique que la Région, chargée de l’équipement et de l’entretien des lycées, accompagne la démarche de l’État. 90% des enseignants estiment que les élèves sont plus attentifs avec des contenus interactifs, dont ils maîtrisent les codes. L’enseignement par les outils numérique donne envie aux élèves de s’impliquer davantage. »

FCPE : « Les bénéfices d’une utilisation du numérique dans la délivrance de connaissances ou de savoir-faire n’ont absolument pas été prouvés. C’est même l’inverse. Pour l’ingénieur Philippe Bihouix, le numérique est nuisible à l’acquisition des fondamentaux et fait perdre le goût de l’effort. Une récente étude de l’Université du Michigan a montré que l’ordinateur, plutôt que d’aider, est une source de distraction pour les étudiants. Nous avons demandé un moratoire jusqu’à l’année prochaine. »

Est-ce que les élèves ne vont pas avoir des problèmes d’attention s’ils sont derrière un ordinateur connecté ?

Région Grand Est : « L’idée n’est pas de mettre les élèves pendant huit heures devant un écran. Les enseignants solliciteront toujours l’attention de la classe, pour suivre le cours au tableau. Il s’agit simplement des ressources pédagogiques, qui sont numérisées. Les élèves n’auront à sortir leur ordinateur que lorsqu’ils devront consulter ces ressources ou écrire. »

FCPE : « La question d’utiliser Internet en cours pour faire autre chose (réseaux sociaux, consultation sites, jeux videos…) que de consulter un livre numérique va fatalement se poser. Rappelons que dans les lycées, les téléphones portables sont interdits en cours. En outre, allumer un ordinateur prend plus de temps qu’ouvrir un livre, sans compter les bugs et les problèmes de pannes informatiques qui vont se poser. »

Des ordinateurs de 372€ à 1 056€

Pourquoi avoir choisi de passer tous les élèves d’un lycée en même temps ?

Région Grand Est : « Étant donné l’ampleur des changements, et des investissements en matériel et supports pédagogiques, il nous est apparu plus simple et plus cohérent que tous les élèves et tous les enseignants au sein d’un même lycée passent au numérique en même temps. »

PEEP : « Le passage au numérique dans les classes à examens (premières, terminales) génère un stress supplémentaire dont les élèves se seraient bien passés. Puisqu’il s’agit d’une expérimentation, il aurait été tout à fait possible de débuter par les classes de seconde et de convertir les lycées en trois ans. Cette procédure va beaucoup trop vite et on aura aucune marge de manoeuvre si quelque chose se passe mal. »

De quel équipement informatique ont besoin les élèves ?

Région Grand Est : « Les élèves doivent disposer d’un ordinateur portable récent. La Région a passé un marché pour proposer aux familles trois modèles avec des prix négociés (voir ici les descriptifs des trois modèles avec les prix). Il s’agit d’une tablette HP X2 210, avec clavier amovible à 372€, un ordinateur portable HP X360 G1 à 452€ ou un ordinateur plus puissant, adapté aux logiciels techniques, un HP Zbook 15u G4 à 1 056€. Les commandes peuvent être passées jusqu’au 30 juillet pour une livraison à la rentrée, ou plus tard (ils seront alors reçus après la rentrée). La Région propose également une assurance contre le bris, le vol, etc. de l’ordinateur, de 59€ à 85€ pour trois ans. »

Tous les élèves devraient passer aux livres numériques en 4 ans (Photo Frédéric Bisson / FlickR / cc)

Tous les élèves devraient passer aux livres numériques en 4 ans (Photo Frédéric Bisson / FlickR / cc)

Prise en charge jusqu’à 225€

De quelle aide financière peuvent disposer les familles ?

Région Grand Est : « Les familles dont le revenu mensuel ne dépasse pas 6 000€ peuvent bénéficier d’une aide pour acquérir les modèles ci-dessus, de 50% du prix, plafonnée à 225€. Il est possible de payer à crédit, tous les mois pendant un à trois ans, avec un surcoût. Pour bénéficier de cette aide, les familles doivent passer commande de leur matériel via le site dédié, avant le 30 juillet pour être livrés à la rentrée dans le lycée. »

FCPE, PEEP : « Cette aide, bien qu’appréciable, va mettre plusieurs familles dans l’embarras. D’abord, même si le coût d’acquisition est réduit, il reste important et nombre d’élèves risquent de se retrouver sans équipement à la rentrée. Que va-t-il se passer pour eux ? Aucune aide ne répond aux besoins annexes : housse de protection, logiciel anti-virus… En outre, les familles avaient pris l’habitude de revendre leurs livres aux classes suivantes. Désormais, ces familles se retrouvent avec des livres qu’elles ont acheté mais ne peuvent pas revendre. »

De quels équipements supplémentaires vont disposer les lycées et à quel coût ?

Région Grand Est : « Dans chacun des lycées concernés, le réseau d’accès à Internet sans fils (WiFi) sera développé, nous prévoyons de connecter un million de mètres-carrés avec un millier de bornes. Plus de 450 vidéos projecteurs et des tableaux interactifs seront installés là où ils manquent. Les lycées sélectionnés pour cette première phase sont déjà correctement équipés. La Région Grand Est consacre 4 millions d’euros pour équiper les lycée de cette première phase. »

FCPE, PEEP : « Il y a un grand oubli, c’est le courant ! La Région n’a pas prévu de câbler les tables des élèves en prises électriques. Or un ordinateur portable se décharge vite. »

Qu’en est-il de l’équipement informatique des lycées ?

Région Grand Est : « Le nombre d’ordinateurs fixes va baisser de 72 000 à 30 000, ce qui permettra d’économiser sur les coûts de maintenance. »

Qu’en est-il des livres numériques ?

Région Grand Est : « Les livres numériques sont des adaptations spécialement conçues pour les ordinateurs et les tablettes des livres traditionnels. Ils proposent en plus des contenus multimédias, tels que des cartes interactives et des vidéos. Les enseignants auront accès à une base de données de plus de 6 000 ouvrages numériques et travaux dirigés. Chaque établissement dispose d’un budget annuel pour acheter les licences, évaluées à 7€ par élève et par livre par an. Ces licences sont entièrement financées par la Région, à hauteur de 3,3 millions d’euros sur 4 ans, via un cofinancement européen. Tous les ouvrages peuvent être téléchargés, pour être consultés n’importe où même sans connexion. »

FCPE, PEEP : « Les licences à 7€ par an ne sont que des ouvrages statiques, des PDF. Les ouvrages enrichis en éléments multimédias coûtent bien plus cher, de l’ordre de 20€ par élève et par an. On risque de se retrouver avec des élèves qui n’ont qu’à zoomer sur des PDF mal adaptés. »

Les élèves auront-ils accès à des espaces de travail partagés ?

Région Grand Est : « Les élèves auront accès à un espace numérique de travail (ENT), sur lequel ils auront accès à l’ensemble des travaux pédagogiques et à la correspondance entre les professeurs et les parents. Ces ENT existent déjà mais ils sont différents d’une ancienne région à l’autre. La Région Grand Est va harmoniser l’ENT dès cette année pour l’ensemble des lycées. »

Qu’en est-il des données personnelles des élèves ?

Région Grand Est : « Aucune donnée personnelle n’est transmise à aucun opérateur ni aucune plate-forme tiers dans le cadre de cette opération. Aucune donnée d’usage n’est recueillie. »

Vous avez des questions ? Posez les en commentaires et nous y répondrons.

L'AUTEUR
Pierre France
Pierre France
Fondateur et directeur de la publication de Rue89 Strasbourg.
En BREF

Jean Rottner élu à la tête du Grand Est, huit voix manquantes

par Rue89 Strasbourg. 609 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Dimanche, nouvelle mobilisation des opposants au centre de primatologie

par Manon Weibel. 505 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Rénovée, la salle alternative du Molodoï repart pour 20 piges

par Jean-François Gérard. 2 950 visites. Aucun commentaire pour l'instant.