Tribune 

Ma soirée de maraude pour les SDF de Strasbourg

Monique Maitte est connue pour son action en faveur des personnes sans-abri en Alsace. Dans un témoignage posté sur Facebook, que nous reproduisons ici avec son accord, elle raconte sa maraude lundi soir avec Strasbourg Action Solidarité, et les sentiments d’impuissance et de colère qui en découlent.

Je reviens sur la maraude de Strasbourg Action Solidarité SAS à laquelle j’ai participé lundi soir.  Tout d’abord j’ai rencontré, enfin, l’association des sauveteurs, Assistance sauvetage recherche (ASR) et en plus l’équipe de Cynotechnique 67 ; des rencontres extraordinaires. Départ après la préparation dans la cuisine de Valérie Suzan de tout le nécessaire.

Nous commençons par le centre-ville, peu de monde, il fait -12°C les gens se mettent à l’abri où et comme ils peuvent. La place Kléber et ses alentours ont perdu, par la mise en place de divers panneaux et barrières, de coins à l’abri ce qui rend la tâche des maraudes plus compliquée.

Après la place Kléber, Grand’Rue

Après cela, nous nous sommes dirigés vers la Grand’Rue et y avons rencontrés plusieurs personnes. Un repas chaud qui tient au corps, des pennes à la bolognaise et une soupe merveilleuse pour l’essentiel. Boissons chaudes et fruits frais.

Un homme nous indique où trouver des gens qui seraient heureux de nous voir et de manger. Nous remontons la rue doucement en observant les encoignures de magasins et les petites ruelles. Au bout de la rue, proches du tram, nous stoppons. Des gens sortis d’on ne sait où se présentent, les couvertures et les chaussettes ont du succès, le repas aussi. Soudain, l’œil aguerri d’un sauveteur remarque une femme seule sous les arcades. Visiblement elle n’a plus toute sa tête, grâce à Odile un contact féminin se fait et elle accepte de manger.

Les mardis soirs, Strasbourg Action Solidarité se place près de la gare (Photo Jacques Gross)

Direction les ponts couverts

Nous allons au lieu indiqué par le gars de la Grand’Rue.  Nous voici près des Ponts Couverts, il y a des touristes heureux, des gens qui passent et voilà que Valérie et les sauveteurs ramènent avec eux neuf personnes. Il est 22 heures, il fait nuit, il fait -12°C et nous sommes entourés de neuf personnes affamées. L’un d’eux n’a pas terminé son plat que déjà il se demande si du « rab » est possible. Je les regarde manger, ils sont concentrés sur leur plat, les coups de fourchette s’enchaînent.

Après ça ils vont mieux, on peut parler un peu, servir de la soupe. Car les maraudes de Strasbourg Action Solidarité ont non seulement une équipe médicale avec elles mais elles prennent le temps d’échanger, de parler. J’ai régulièrement le sentiment ce soir là que c’est « l’ingrédient » essentiel. Je ne regarde plus l’heure, j’ai faim, j’ai froid mais je me sens rassurée. Oui c’est cela, je suis rassurée pour ceux que nous trouverons dans ces dédales de la ville et de la vie. Je m’agace en pensant à certaines maraudes subventionnées et inutiles.

Personne dans les arbres place de la République

Nous repartons, nous roulons doucement, nous scrutons et dès que nous avons un doute sur une présence, nous proposons à manger, à boire, une couverture, etc. Place de la République, nous voilà à scruter les grands thuyas dans lesquels des gens, des familles, des bébés trouvent un abri. Quel soulagement de n’y trouver personne ; sans doute ont-ils obtenus un abri au gymnase, une chaise, une chambre ?

Une bien longue maraude par des températures autour de -10°C (photo Sandro Weltin)

Mon cœur s’est pincé à ce moment là. J’ai regardé l’heure, j’ai regardé Valérie et je lui ai dit « dire que nous devions faire une maraude “rapide” »… Elle a rit en me disant « j’espère que mon mari ne va pas s’inquiéter… » Nous repartons toujours sur ce rythme lent, nous scrutons.

22h21, malaise à la gare

Il est 22h21 lorsqu’on signale à Valérie un homme qui a fait un malaise à la gare. Le message est accompagné de deux photos sur lesquelles nous voyons un corps, au sol, sans protection. Nous fonçons là-bas. Des gens ont relevé et posé un homme sur un banc. Son visage tire sur le rouge et le bleu, il ne contrôle plus son corps qui tremble violemment, un de ses bras part dans tous les sens ; c’est impressionnant et très inquiétant. L’équipe médicale a pris les choses en mains. Température, rythme cardiaque, etc. Le froid l’a entièrement pris, il n’est plus que froid.

Pendant ce temps-là, nous apprenons que les pompiers étaient sur place peu avant, mais comme ils étaient là pour une autre personne, ils n’ont pas voulu venir voir. Même pas un coup d’œil, deux mètres à faire.

Les sauveteurs et Valérie s’occupent de Bruno qui reprend vie. Moins de tremblements, changement de chaussettes ; les extrémités doivent être réchauffées. Couverture de survie, couvertures normales et la chaleur humaine de Valérie qui lui tient les épaules et lui parle sans cesse.

Une hypothermie avancée

Moi, j’hallucine. Je suis à la fois révoltée et rassurée en voyant l’équipe de « sauveteurs » et des « cynophiles » agir si posément, si professionnels. Après quoi, les sauveteurs contactent le Samu. Le diagnostic m’affole un peu : « hypothermie avancée. »

Là, j’étais sûre que tout serait simple, normal. Non. Il faut convaincre le Samu d’envoyer une équipe. Je sors pour les guetter et ces 20 minutes m’ont parues interminables. Valérie se met en quête d’un abri pour lui. Les pompiers, les sauveteurs le disent clairement ; il doit être au chaud.

Une place en caféteria

Le 115 décroche et là j’en pleure encore et je ne cherche plus d’explication à ce que j’ai entendu… J’ai honte, je suis triste et déterminée à tout faire pour que ça ne se reproduise plus :

« – Réponse du 115 : ce monsieur avait une place à 21h, il n’est pas venu, nous l’avons donnée.
– À 21h, lui répète Valérie, ce monsieur avait fait un malaise, il était presque inconscient, au sol, il ne pouvait pas marcher.
Je ne vais pas vous dire qu’elle fut la réponse, la violence de cette réponse, en gros : « il ne s’est pas présenté, il n’y a plus de places ! »

Le pompier en chef accepte de prendre le téléphone, je n’ai rien écouté, je me suis rapprochée de Bruno et j’ai posé ma main sur son épaule. Je voyais Valérie révoltée mais moi, j’étais vide. Une place assise à la cafétéria ! C’est tout ce que nous avons pu trouver. C’est nullissime mais il est sauvé.

En revanche, c’est à nous de l’y emmener… Jusqu’au bout « on nous aura tout fait » me dis-je ; jusqu’au bout « on » aura tout fait à cet homme de 51 ans en hypothermie avancée pour qu’il reste là, dans ce hall de gare par -12°C.

Les maraudes tentent de repérer les personnes sans-abri dans les rues. (Photo Jacques Gross)

Il est 23h04, nous partons, il n’y a plus de place, nulle part. Nous laissons derrière nous plusieurs personnes sans solution pour la nuit. Les températures sont inhumaines, la situation aussi. Nous voici enfin à la cafétéria. L’accueil est froid avec les deux hommes qui surveillent. Un se lève, l’autre reste dans son fauteuil. Nous sommes tous entrés, les sauveteurs qui portent Bruno, les cynophiles et l’équipe de maraude de Strasbourg Action Solidarité.

Huit tapis de sol, tous occupés sauf un

Il y a huit tapis de sol posés sans espace entre eux, tous occupés sauf un. Le lieu est encombré des tables et des chaises poussées dans un coin. Une jeune fille essaye de dormir allongée sur trois chaises. Reconnaissant Valérie, un jeune homme s’est levé, il attend de pouvoir lui parler. Les sauveteurs et Valérie allongent Bruno. Une seule couverture, il faut lui en ajouter une.

Il va mieux, mais a encore besoin de se réchauffer. Le veilleur avec ses papiers à la main, il veut l’identité, la date de naissance… Ce sera ma seule intervention : « vous ne voyez pas son état, ça peut attendre demain. » Il n’a pas insisté.

Il faut presque arracher Valérie de lui, elle le rassure, le réconforte. Viens, laisse le s’endormir. Viens, ne t’inquiète plus pour le moment. Le matelas à côté est occupé par un couple de jeunes filles. Nous les connaissons bien… Je crois qu’elles ont compris que leur couple n’avait à Strasbourg aucune chance d’avoir une chambre commune. L’une d’elles est malade. Elle a une affreuse toux qui l’empêche de bien dormir. Elle est soignée par différentes structures médicales, tous lui donnent de la ventoline. Ça ne marche pas mais elle n’obtient que ça. Les sauveteurs lui donnent des conseils…

L’envie de rentrer

J’ai envie de partir de ce lieu oppressant. J’ai envie de rentrer à la maison. Valérie téléphone au campement des huit, un squat sous tentes à la Meinau, il est tard. Finalement ils préfèrent se coucher, nous irons plus tard, demain. Et nous continuons ! Objectif malgré l’heure, les bureaux d’Electricité de Strasbourg où nous attendent d’autres SDF. Tous dorment sous un entassement de couvertures à même le sol. Vérification sans faire de bruit ; ils sont vivants.

Pas question de ne pas aller voir Tom qui lui ne dort pas ! Sans Valérie et les sauveteurs, je ne sais pas ce qu’il serait devenu. Il est très malade. Ses pieds et ses jambes sont gagnés par l’infection. C’est insupportable à savoir et à regarder.

Une immense tristesse

Tom a eu des soins mais avec un retour à la rue. Les sauveteurs se mettent encore une fois en action. Ils désinfectent, ils soignent, etc. Chacun de leurs gestes est sûr, précis et chacun d’eux est d’un grand calme ; leur respect des gens, des conditions, est imposant.

Je n’avais plus ressenti cela depuis longtemps, cette immense tristesse, cette révolte, la colère et, en pensant à Valérie et à ce partenariat, cette association de gens formidables, au bout du désespoir en pensant à ces belles rencontres la lueur.

Il est 0h29, fin de maraude.

L'AUTEUR
Monique Maitte
Porte Parole du Collectif SDF Alsace
En BREF

Les orthophonistes se mobilisent samedi à Strasbourg

par Louis Pillot. 808 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

La SNCF cherche ses futurs agents, qui ne seront pas communiquants

par Louis Pillot. 951 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Quatrième manifestation pour l’Europe à Strasbourg dimanche

par Louis Pillot. 295 visites. Aucun commentaire pour l'instant.