Don't sweat the technique
« It's cool when you freak to the beat / But don't sweat the technique ». Ici on parle de la culture Hip Hop strasbourgeoise sans retenue. Préparez-vous à être secoué par Annabelle qui vous embarque dans ce monde, et dans sa vision du Hip Hop. Et n’oubliez pas… Don’t Sweat The Technique.
blogs  Don't sweat the technique 

Vandal, le film sur le Graff’, tourné en partie à Strasbourg

actualisé le 08/10/2013 à 11h46

VANDAL affiche

« Première fiction française sur le graffiti », Vandal sort sur les écrans le 9 octobre. Il a été tourné en partie à Strasbourg, avec l’aide de graffeurs strasbourgeois.

Blog« Ambiance scandale danses de vandales
Sent d’où vient la chaleur
Gloire à l´art de rue
Dj, Breaker, Bboy, Graffeurs, Beatbox
Jusqu´au bout art de rue »

Art de rue – Fonky Family

C’est la première chose à laquelle m’a fait penser le nom de ce film: Vandal.

Le pitch : Chérif, 15 ans, est un adolescent rebelle et solitaire. Dépassée, sa mère décide de le placer chez son oncle et sa tante à Strasbourg, où il doit reprendre son CAP maçonnerie. C’est sa dernière chance. Très vite, dans cette nouvelle vie, Chérif étouffe. Mais toutes les nuits, des graffeurs oeuvrent sur les murs de la ville. Un nouveau monde s’offre à lui…

Le réalisateur du film Hélier Cisterne, auteur de plusieurs courts métrages, explique d’où lui est venu l’envie de ce premier long métrage:

« Je voulais faire le portrait d’un adolescent, et incarner à travers lui l’expérience étrange et insolite de cet âge écartelé entre les univers familiaux, amicaux et amoureux que l’on sait être les espaces de toutes les confrontations. La scolarité aussi, qui est alors tendue par l’angoisse des choix d’orientation et d’avenir. Loin de l’insouciance, cette période est pourtant encore traversée par des fantasmes et des aspirations qui subliment le quotidien. Je tenais à cette dimension romanesque et lyrique propre à l’adolescence que j’avais déjà abordée dans mes courts métrages, déjà produits par Justin Taurand. »

Le collectif El Cartel à la rescousse

C’est Pisco Logik, graffeur strasbourgeois,qui m’a contacté pour me parler du film pendant l’été. Il fait parti avec Orka, de Paris, du collectif El Cartel. Ils ont participé à la conception et réalisation des graffitis, esquisses et tags des ORK mais également à coacher en graffiti les comédiens. Tous deux issus de la scène graffiti depuis les années 90. Ils partagent une passion pour la culture latino-américaine et sont inspirés entre autres par le muralisme chilien. Cette passion les a amenés à tisser des liens à travers la sphère du graffiti mondiale, à exposer et à être appelés pour des performances au Brésil, au Chili, en Suisse, en Allemagne, notamment lors des Meeting Of Styles, mais aussi pour le premier Salon d’Art Contemporain à Strasbourg ou encore pour l’Unicef.

Mais c’est Lokiss qui s’est occupé des graff’ signé Vandal dans le film. Lokiss est un artiste multi-forme. Son terrain de départ est celui du graffiti dont il fut l’un des tout premiers acteurs français à partir des années 80. De nombreuses publications relatives à l’art urbain publient régulièrement son travail mural. Sur le plan pictural, son modèle est classique et s’incarne dans l’œuvre du peintre František Kupka. Ses travaux, récemment exposés à la galerie Lavignes Bastille en avril 2013, le seront à nouveau à la galerie Hélène Bailly à partir de septembre 2013.

Vandal Cheriff

Cheriff, aka Vandal (doc remis)

Une première française

C’est la première fois que dans la culture cinématographique française, on voit ce genre de film. Pour autant le réalisateur ne vient pas du monde du graffiti :

« Je suis né en même temps que le graffiti au début des années 80, j’ai grandi entouré de son expression comme toute ma génération. Ce n’est pas un film « sur » le graffiti mais je voulais qu’il soit beaucoup plus qu’un décor fantasmé. Le cinéma me permet de découvrir des univers, d’explorer des milieux et des vies qui ne sont pas les miens. »

Quand Pisco m’a contacté il m’a dit :

« C’est un projet où Hélier Cisterne, Laurent Orka et moi on a mis beaucoup d’énergie donc c’est pour ça que j’essaie d’en faire la promo un max. »

Il n’y a pas que les décors qui sont authentiques et de qualité. On retrouve dans Vandal des acteurs connus qui donnent encore plus de « cachet » au film. Selon Hélier Cisterne :

« Ils nous rappellent qu’on est au cinéma et ont tous une présence qu’ils imposent en un plan. Marina Foïs, Ramzy, Jean-Marc Barr, Brigitte Sy, Corinne Masiero, Sophie Cattani, Isabelle Sadoyan, Sava Lolov… Tous m’ont fait un cadeau immense, ils permettent aux personnages d’adultes d’exister très fortement en très peu de scènes. »

Bref j’ai vraiment hâte de voir Vandal, et de m’en faire une idée. Le film sortira le 9 octobre, mais le Star St-Ex programme une séance avant-première le 3 octobre. Et vous pourrez bientôt retrouver Pisco en interview sur Radio RBS dans l’émission Misiz que je co-anime avec Ophélie… Mais aussi son interview, et ses impressions sur le graff’ alsacien sur ce blog.

Vandal1

Vandal (doc remis)

Voir tous les articles de ce blog
L'AUTEUR
Annabelle Bendel
Chroniqueuse Hip Hop à Radio RBS | Animatrice dans Misiz - Un Talk sur la culture Hip Hop d'ici et d'ailleurs... Apprentie et passionnée de la culture Hip Hop. Pourquoi Apprentie ? Parce qu'on ne s'arrête jamais d'apprendre des choses sur le Hip Hop.
En BREF

Strasbourg cherche à mieux connaître ses associations

par Louis Pillot. 430 visites. 1 commentaire.

Les orthophonistes se mobilisent samedi à Strasbourg

par Louis Pillot. 924 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

La SNCF cherche ses futurs agents, qui ne seront pas communiquants

par Louis Pillot. 1 120 visites. Aucun commentaire pour l'instant.